Colloques

Ensemble pour la diversité

La Ligue de l’Enseignement 84, les Francas 84 et la Fédération des Centres Sociaux 84 se mobilisent pour mettre à l’honneur la thématique du Vivre ensemble et de la citoyenneté. L’actualité nationale et départementale (élections, faits divers, manifestations…) montre en effet que le vivre ensemble est aujourd’hui de plus en plus compliqué. Cette journée du 14 mars porte ainsi le titre « Ensemble pour la diversité », tel un slogan.

La journée-évènement du 14 mars sera divisée en deux temps :
La matinée est consacrée à la projection de courts métrages sur le thème des discriminations suivie de débat. Diverses interventions et animations viendront compléter le programme de cette matinée.
L’après-midi s’adresse en premier lieu, aux professionnels quotidiennement confrontés à la question des discriminations : animateurs, directeurs de centres de loisirs, éducateurs, enseignants, accompagnateurs scolaires… Notre objectif est de fournir à ces derniers, les outils et ressources développés par la Ligue de l’Enseignement et ses partenaires, afin qu’ils puissent faire face au mieux aux problèmes des discriminations. Ainsi nous leur présenterons sous la forme de stands et d’ateliers des outils comme la malle pédagogique « S’interroger face aux discriminations » (proposée par les Francas 84) et les « Cartes de la fraternité » (initiées par la Ligue de l’Enseignement 84).

Ensemble pour la diversité
Jeudi 14 mars 2013
Hôtel de Sade - Salle Garcin
Rue Dorée - Avignon

Présentation sur le site de la Ligue de l’éducation 84.

L’école et la diversité culturelle : nouveaux enjeux, nouvelles dynamiques

Les politiques gouvernementales française et européennes affichent la lutte contre les discriminations comme un véritable enjeu de société. Ces journées ont permis de confronter les pratiques professionnelles des acteurs de l’école - instance décisive d’intégration - à une approche pluridisciplinaire alliant les différents apports de la recherche. Organisé par le FASILD (Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations) à Marseille les 5 et 6 avril 2005, ce colloque a réuni près de 400 acteurs de terrain.

Présentation du colloque sur le site Calenda / Revues.org

Programme complet en téléchargement

Présentation et commande des actes sur le site de la Documentation française

L’École et la diversité culturelle : nouveaux enjeux, nouvelles dynamiques
La Documentation française
14,50 €

Intervenants

  • François Audigier, professeur en didactique des Sciences Sociales, Université de Genève
  • Bernard Bier, chargé d’études à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire
  • Joëlle Bordet, psychosociologue, chercheur au Centre scientifique et technique du bâtiment
  • Sabine Contrepois, professeur de lettres en lycée professionnel (académie de Créteil)
  • Maryse Esterle-Hédibel, maître de conférence IUFM de Lille
  • Benoît Falaize, professeur d’histoire, chargé de mission à l’Institut National de la Recherche Pédagogique
  • Vijé Franchi, enseignante en psychologie sociale, Maître de conférence Lyon-II
  • Nacira Guenif-Souilamas, sociologue, maître de conférence Paris-XIII
  • Jean-Robert Henry, chercheur au CNRS, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
  • Françoise Lorcerie, chercheur au CNRS, IREMAM, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
  • Jean Paul Payet, professeur de sociologie, Université de Genève
  • Christiane Perregaux, professeur en sciences de l’éducation, Université de Genève
  • Christian Poiret, sociologue, maître de conférence, Université Rennes-II
  • Joël Roman, écrivain, philosophe
  • Claire Schiff, maître de conférence en sociologie, Université Bordeaux-II
  • Michèle Vatz Laaroussi, professeur au département de service social, Université de Sherbrooke, Québec

Quelles utopies pour aujourd’hui ?

Quelle place des utopies aujourd’hui dans le champ de l’éducation ? Sont-elles dangereuses ou salvatrices ? Et pour qui ? Dans une période où tout semble incertain, comment dessiner un projet éducatif contribuant à l’ouverture des esprits, la solidarité, la culture, la construction d’une aventure commune ? Tel était l’objectif de ce colloque organisé par la section lyonnaise du Groupement français pour l’Éducation nouvelle (GFEN), le secteur Langues du GFEN, le Groupe romand d’Éducation nouvelle (GREN).


Quelles utopies pour aujourd’hui ?
16, 17 et 18 septembre 2016
TNP de Villeurbanne

Avec les interventions, notamment, de Jean Houssaye, Philippe Meirieu, Frack Lepage, Étiennette Vellas, Edwy Plenel, Michel Neumayer…

Les différentes interventions de ce colloque sont disponibles sur le site du GFEN Lyon.


Monde du livre et interculturalité

Interculturalité... Alors que nombre de citoyens vivent ce concept au quotidien, une quantité d’associations œuvrent pour sa prise en compte et son essor.
Implantés dans une région traversée par de multiples cultures, la Médiathèque d’Aubagne, la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, l’Agence régionale du livre PACA, l’ABF PACA et le Cobiac se proposent désormais de réfléchir à l’interculturalité dans le monde du livre, dans le cadre d’un cycle triennal.
La première journée de ce cycle sera consacrée aux définitions, enjeux, témoignages et expériences afin de permettre aux structures présentes d’entamer ou de poursuivre leur propre démarche ancrée dans les spécificités de leur territoire.

Interculturalité & monde du livre
18 mars 2013 à partir de 9h
Médiathèque Marcel Pagnol
Aubagne

Télécharger le programme de la journée et le bulletin d’inscription.

De la lutte contre les discriminations à la promotion de l’égalité des chances : rupture ou continuité ?

Approches Cultures & Territoires en collaboration avec l’ISCRA a organisé cette journée d’étude en invitant des chercheurs qui ont contribué chacun à leur façon à l’histoire et à l’analyse de ces politiques publiques. De l’intégration à la lutte contre les discriminations, puis à l’égalité des chances : de quoi parle-t-on ?


Programme

9h00 : Accueil
9h15 : Présentation de la journée par Henry DARDEL, directeur régional de l’ANCSEC9h30 : La difficile émergence du problème public de la discrimination -Véronique DE RUDDER
10h15 : Discussion
11h00 : Les enjeux d’une politique publique : entre égalité républicaine et gestion de l’ethnicité - Françoise LORCERIE
11h45 : Discussion
14h00 : La promotion de l’égalité des chances : ruptures et continuités - Fabrice DHUME
15h00 : Discussion et synthèse
17h00 : Clôture


Europe et islam. Islams d’Europe


Consulter le programme

Les actes de cette université d’été sont publiés par la direction de l’Enseignement scolaire en collaboration avec le CRDP de Versailles dans la collection Les Actes de la DESCO.
Commander l’ouvrage

Ecole, Pouvoir(s), Identité(s)

Revue "Dialogues Politiques" n°2, janvier 2003
Lire le sommaire et les actes du colloque

Programme

Ecole et pouvoir colonial. Retour sur la légitimation de la colonisation
Eric Savarèse
Ecole, histoire de France : construction d’une mémoire nationale, crise de l’identité nationale
Suzanne Citron
Comment A. Perbosc, instituteur laïque et félibre fédéraliste, s’efforça de faire construire par ses élèves une mémoire identitaire occitane
Hervé Terral
La question des langues en Europe
Henri Giordan
Tribalisme postmoderne. De l’identité aux identifications
Michel Maffesoli
Modes et modalités d’entrée des lycéens-travailleurs dans le petit boulot
Rakoto-Raharimanana Herilalaina
Quelques identités qui comptent : la hiérarchie des traits identitaires chez des lycéens de Provence et ailleurs
François-Pierre Gingras
Statut de la langue française... et des autres langues, en France
Henri del Pup

L’Ecole face à l’Europe
Raphaël Draï
L’Ecole et le pluriel
Laurent Saadoun

Hommage à Gaston Mialaret

Du sujet à l’objet : pour une lecture plurielle des sciences de l’éducation
Laurent Saadoun
Epistémologie d’une pensée ouverte : le cas de la violence à l’Ecole
Béatrice Mabilon-Bonfils
Les sciences de l’éducation, entre "pédagogie expérimentale" et complexité. L’héritage, à débattre, de Gaston Mialaret
Marie Duru-Bellat

A la marge et en marges

Faut-il enseigner le fait religieux à l’Ecole ?
Bruno Etienne
Etat de droit ou Etat de droits ?
Drieu Godefridi
Islam et post-modernité
Jan-Erik Lane
 

L’intégration des primo-arrivants : quelle mission pour l’école ?


Lire les actes de manière complète ou fractionnée (164 pages, 636 Ko)

Les actes de ce séminaire sont par ailleurs publiés par la direction de l’Enseignement scolaire en collaboration avec le CRDP de Versailles dans la collection "Les Actes de la DESCO".
Commander l’ouvrage.


Programme


Avant-propos - Catherine Klein
Ouverture des travaux - Bernard Saint-Girons, Dominique Borne
   
Immigration et intégration en France : d’hier à aujourd’hui - Pascal Blanchard, Dominique Borne, Françoise Lorcerie, Catherine Withol de Wenden
Table ronde animée par Morad Aît-Habbouche
Les politiques de l’intégration en Europe : peut-on parler d’une politique européenne d’intégration ?- Mariam Abou Zahab, Christophe Bertossi, Jeannette Bougrab, Jean-Guy Branger, Inès Michalowski, Enrico Pugliese
Table ronde animée par Pascale Fossat

   

La maîtrise du français. La valorisation de la langue d’origine et l’intégration : fondements d’une vie enrichie

Le bilinguisme favorise-t-il l’intégration ? - Gilbert Dalgalian
Langue et migration - Mohand Améziane Abdellak, Félicia Heindereich
Table ronde animée par Catherine-Juliet Delpy et Josiane Gabry
La maîtrise de la langue dans l’apprentissage du français comme langue seconde - Michèle Verdelhan, Gérard Vigner
Table ronde animée par Francis Tourigny


La scolarisation des nouveaux arrivants : quels modèles pour demain ? Le rôle didactique de la langue d’origine dans l’apprentissage d’une seconde langue

Quel avenir pour les enseignements des langues et cultures d’origine (ELCO) ? - Viviane Bouysse
Les politiques de scolarisation - Marc Bablet, Christian Bovier, Erik Louis, Gilles Pétreault
Table ronde animée par Martine Storti
Le suivi de cohorte de nouveaux arrivants : questions de méthode - Barbara Fouquet-Chauprade
Apprendre à lire et à écrire à l’âge adulte pour s’intégrer - Mariella de Ferrari

   

Les partenariats : quel partage de responsabilité ? Tradition humaniste et respect de la loi

Les politiques de la Ville en matière d’intégration des nouveaux arrivants - Jacques Donzelot
Quels partenariats pour réussir l’intégration ? - Abdel Aïssou, Daniel Bouvard, Denise Causse, Francis Delarue, Françoise Fourneret
Table ronde animée par Anne-Marie Filho

Conclusions - Denis Bertrand, Bernard Saint-Girons
 

Apprendre et enseigner la guerre d’Algérie et le Maghreb contemporain


Consulter l’intégralité des actes, une intervention ou faire une recherche par niveau d’enseignement
Les actes de cette université d’été sont publiés par la direction de l’Enseignement scolaire en collaboration avec le CRDP de Versailles dans la collection Les Actes de la DESCO.
Commander l’ouvrage

L’Immémorial (Emmanuel Levinas)

2016, un an après, ne pas renoncer, ne pas se soumettre au désordre des choses, la violence sociale nous blesse. 2016 sera l’année de l’Innocence. Maria Zambrano, Vladimir Jankélévitch nous obligent à persévérer, continuer, creuser le sillon de nouvelles rencontres : en février 2016, je pose l’Innocence première et l’Humilité seconde comme pierres angulaire de l’édifice éthique. 2017, j’envisage un projet inédit : L’indigence.

À partir de Maria Zambrano, Vladimir Jankélévitch
Sous la responsabilité de Jacques Broda

L’Immémorial, l’Innocence, l’Indigence...
Marseille, 2015-2016-2017


27 février et 5 mars — 12 mars et 2 avril à partir de 10 heures
Maison de la Région
61 La Canebière
13001 Marseille

Inscriptions au 04 91 57 57 50
contactmaisondelaregion@regionpaca.fr

Education interculturelle : état des lieux


La problématique apparaît clairement : entre un universalisme abstrait, ignorant la réalité historique et sociale, et un particularisme extrême, comment « positionner » avec plus de pertinence, le rôle, la mission et l’action de l’école dans le respect des valeurs qui la fondent ?


C’est à cette question que veut répondre le colloque organisé en mai 2003 par le CASNAV de Reims et le FASILD Champagne-Ardenne.

Les intervenants - universitaires, chercheurs, acteurs de terrain - définissent ensemble cette démarche interculturelle dynamique, seule capable de « réaliser » l’égalité, tout en réfléchissant aux conditions de sa mise en œuvre, notamment en matière de formation des acteurs.

Lire le sommaire et commander l’ouvrage (84 pages, 8€)

Identités, Parcours & Mémoire (IPM)

Cette journée s’inscrit dans le cadre du protocole de collaboration ACSE – DRAC "Identités, Parcours & Mémoire" (IPM) signé en 2001 afin de soutenir des projets artistiques donnant la priorité aux questions de mémoire, d’identités et de diversité culturelle.
Par l’intitulé " Questions de mémoire : problématique et enjeux de la production artistique ", le comité d’organisation a souhaité fixer à ce séminaire les objectifs suivants :
- susciter un échange sur les objectifs poursuivis par la démarche artistique, par le témoignage des artistes engagés dans les projets IPM.
- examiner les conditions de collecte et de transmission des productions mémorielles, par les interventions des professionnels de la collecte des archives, de leur conservation et de leur diffusion
(Archives, MuCEM, CNHI...).
- réfléchir sur les articulations nécessaires entre mémoire et histoire par la contribution de l’historien Benjamin Stora.


Les actes de la journée

Le site du dispositif IPM


 

La traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions : mémoire et histoire

Pour fonder un savoir sur un sujet aussi sensible, les meilleurs spécialistes ont été réunis. Leurs études ont conjugué aspects historiques, théoriques et études de cas. Plus généralement, c’est le rapport entre mémoire et histoire que ce colloque a interrogé. Il doit permettre aux enseignants de transmettre à leurs élèves une représentation à la fois historique et citoyenne.

Consulter le sommaire et téléchargez les interventions
(486 ko, .pdf) sur le site pédagogique de l’Education nationale.


Les actes de ce colloque sont publiés par la direction générale de l’Enseignement scolaire dans la collection Les Actes de la Dgesco.

Racisme et médias

 

Ce colloque interrogera la validité de concepts à la mode tels la « nécessaire expression de la diversité » ou d’autres comme : « Comment combattre la stigmatisation systématique de certaines populations dans les quartiers ? ». Seront aussi évoqués l’ostracisme de genre (le machisme ambiant) dans les médias et les limites éventuelles mises à la liberté d’expression dont celles posées par la loi à l’occasion de dérives racistes et discriminatoires.

Racisme et médias
Samedi 13 octobre 2012 à partir de 9h30
Maison de la Région - 61, la Canebière - 13001 Marseille

Ouvert à tout public, entrée libre dans la limite des places disponibles.

Programme :

9h30 : Accueil des participants

10h00 à 12h30 : Ateliers
"Diversité dans les médias", "langage journalistique", "éthique journalistique" et "lacunes juridiques face aux dérives dans certains médias"

14h00 à 17h30 : Conférence-débat avec
Danièle Jeammet, journaliste
Elif Kayo, journaliste
Jean-Claude Allanic, journaliste et maître de conférence, ancien médiateur des journaux et magazines de France Télévisions
Frédéric Laurie, maître de conférence et avocat, spécialiste en droit public et nouvelles technologies.

Les discriminations dites « ethniques et raciales » : confronter terrains et analyses

Coordination de Françoise Lorcerie, Directrice de recherche CNRS (IREMAM) et Jean-Luc Primon, Maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis (URMIS).

Programme en ligne et en téléchargement

  • Mercredi 7 décembre matin

- Ouverture des Journées
- Marie-Christine Cerrato-Debenedetti, Doctorante, IEP d’Aix-en-Provence, IREMAM, « La construction des expériences de discrimination ethnoraciale par l’action publique locale »
- Françoise Lorcerie, Directrice de recherche (CNRS), IREMAM, « Services publics et discrimination ethnique : la question de l’éthique ».
- Lydie Chaintreuil, Chargée d’étude au CEREQ, Dominique Epiphane, Chargée d’étude, CEREQ, « Présentation du dispositif EVADE (Entrée dans la vie active et discrimination à l’embauche) »

  • Mercredi 7 décembre après-midi

- Paul Cuturello, Chercheur, URMIS (IRD), « Différences dans la diversité. Le ressenti des discriminations chez les jeunes hommes d’origine maghrébine. »
- Paola Rebughini, Professeure associée, Département d’études sociales et politiques, Università degli studi di Milano, « Vécus et expériences de la discrimination chez les descendants d’immigrés en Italie ».
- Marguerite Cognet, Maître de Conférence à l’Université Paris 7 Diderot, chercheuse à URMIS (IRD), Mireille Eberhard, chercheuse, associée à l’URMIS et à l’INED, « Expérience du racisme et conscience du droit ».
- Dominique Epiphane, Chargée d’étude au CEREQ, « Dire ou ne pas dire les discriminations. Les jeunes femmes face au sexisme et au racisme ».
- Maud Lesné, doctorante, associée à l’INED, « Mesure des discriminations dans l’enquête Trajectoires et Origines »

  • Jeudi 8 décembre matin

- Yaël Brinbaum, Maître de Conférence détachée au Centre d’Etudes de l’Emploi (CEE), CEE, INED et IREDU, Jean-Luc Primon, Maître de Conférence, Université de Nice Sophia Antipolis, chercheur à l’ URMIS (IRD), « Parcours scolaires des descendants d’immigrés : inégalités, injustices et discriminations »
- Fabrice Dhume, Chercheur à l’ISCRA et IREMAM (CNRS), « En parler ou se taire ? Usages de la parole et du silence sur l’expérience discriminatoire dans les rapports scolaires »
- Nicole Saïd Mohamed, chercheuse associée à l’IREMAM, « Le ressenti discriminatoire des parents d’élèves comoriens de Marseille »
- Alessandro Bergamaschi, ATER Université de Nice Sophia Antipolis, associé à l’URMIS (IRD), « Le préjugé sur les immigrés : une construction sociale »

Jeudi 8 décembre après-midi

- Yaël Brinbaum, Maître de Conférence détachée au Centre d’Etudes de l’Emploi (CEE), CEE, INED et IREDU, « De l’école au marché du travail : le sentiment de discrimination des descendants d’immigrés à l’embauche ».

- Débat général et fin des journées

Footballeurs maghrébins de France au XX° siècle : itinéraires professionnels, identités complexes


Lire le programme
sur le site de Génériques qui co-organise ces journées vec We are Football association

De la « Perle noire » Larbi Ben Barek à Zinédine Zidane, en passant par Mustapha Zitouni et Rachid Mekhloufi, nombreux sont les footballeurs d’origine maghrébine à avoir enflammé les stades de l’Hexagone sous le maillot tricolore. Malgré cela, le racisme et les discriminations perdurent dans le sport.
L’objectif de ces rencontres sur les footballeurs maghrébins de France au XXe siècle sera de lutter contre ces discriminations et faire avancer la recherche sur les liens entre sport et immigration. À travers des tables rondes et l’intervention de spécialistes, le public sera invité à débattre et à réfléchir sur le rôle du sport dans l’intégration des populations immigrées maghrébines. Parmi les invités de marque figurera notamment Rachid Mekhloufi, joueur phare de l’AS Saint Etienne dans les années 1950 et 1960.

Étroitement lié au football français depuis le début des années 1930, le ballon rond nord-africain aura permis d’écrire certaines des plus belles pages du sport tricolore mais aussi de franchir les barrières culturelles.
Ces rencontres seront l’occasion de revenir sur des moments clés de l’histoire de ce sport entre les deux rives de la Méditerranée. À ce titre seront évoqués le match France-Algérie au stade de France en 2001, la Guerre d’Algérie et l’avènement du footballeur Zinédine Zidane, véritable figure de proue de la génération « Black-Blanc-Beur ». Un événement à ne pas manquer pour tous les amoureux du sport sensibles à la diversité culturelle.

"Etranges étrangèr(e)s", la figure rémanente de l’origine dans les représentations collectives et les politiques publiques

Ce colloque a mis en discussion les ressources offertes par le droit, les réponses institutionnelles et juridiques mises en place depuis la loi de lutte contre les discriminations du 16 novembre 2001, le rôle des acteurs (professionnels de justice, syndicats, associations) pour assurer une réponse renouvelée et en prise réelle sur les questions aujourd’hui renvoyées par les exigences d’égalité et de non discrimination. Les débats étaient centrés sur les discriminations à raison du sexe et de l’origine ethnique, avec un souci particulier d’analyse des discriminations multicritères.

Télécharger le programme (1205 ko, pdf)

Ecouter ou télécharger séparément les interventions suivantes sur le site de l’ISCRA

I) DISCRIMINATIONS : LECTURES GÉNÉALOGIQUES DE LA MISE À L’ÉCART

De l’intégration à la lutte contre les discriminations. Un regard rétrospectif et prospectif sur les politiques publiques
Jean-Michel BELORGEY
Des discriminations légales aux discriminations illégales, permanence des logiques de différenciation
Daniel LOCHAK
De l’étranger à l’étrangement différent : approche psychanalytique
Rajaa STITOU

II) FAIRE DU DROIT UNE RÉALITÉ VIVANTE
Lutter contre les discriminations croisées à raison du sexe et de l’origine ethnique. Les conditions juridiques et judiciaires du respect du droit fondamental
Marie-Thérèse LANQUETIN
Recevoir, instruire, Délibérer ; Le traitement des réclamations au sein de la HALDE
Luc FERRAND

III) PENSER, AGIR, RÉAGIR : UN COMMUN DEVOIR DE VIGILANCE
Mettre en commun les interrogations et les savoirs
Discussion générale
Le sens et la nécessité d’un engagement institutionnel pour combattre les discriminations
Georges PASTORET

La coordination scientifique du colloque a été assurée par Fériel Kachoukh.

Diversité Culturelle et Enjeux Territoriaux

" La cohésion sociale s’appuie notamment sur la construction et l’appropriation d’une culture commune qui accueille les apports culturels des immigrations. En intégrant ces héritages culturels, l’identité de la nation se fortifie et renforce le sentiment d’appartenance de tous ses membres autour de valeurs partagées. "

Lire le programme complet de la journée d’étude

Pour tous contacts et renseignements
IMAGINE VENAISSIN
04 90 12 01 69 - diversite.culturelle.carpentras@orange.fr

Prévenir les discriminations dans l’éducation et l’apprentissage

Dans le cadre de 2007 Année européenne de l’égalité des chances, la HALDE, l’ACSé, les Académies d’Aix-Marseille et de Nice, le Conseil Régional PACA, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et la Ville de Marseille organisent une conférence régionale.

L’introduction « Entre égalité de droit et égalité des chances, comment comprendre la question des discriminations à l’école ?  » sera assurée par François DUBET.

Le programme est en cours de finalisation. La journée se tiendra au palais du Pharo, bld Charles Livon 13007 Marseille.
Pour plus d’informations, consulter le site de la HALDE, Haute Autorité de Lutte contre des Discriminations et pour l’Egalité.

Les inscriptions se font par mail sur le site d’Arcencielcom

Familles populaires et réussite scolaire

Quelle est aujourd’hui la scolarité des enfants des milieux populaires ? La place des parents et leur relation aux savoirs et à l’institution scolaire a-t-elle changé depuis les débuts de l’instruction obligatoire il y a près de 130 ans ?
Quelles que soient les formes de réussite sociale et financière aujourd’hui valorisées, la réussite scolaire suscite toujours des attentes et des investissements importants chez les parents, sans que cela soit forcément toujours perceptible. Entre les familles populaires et l’école, il est souvent question de mondes bien distincts, pourtant tous deux motivés par l’épanouissement et la réussite des enfants et des jeunes.
Au gré des attitudes, des paroles, des stratégies et des représentations, les rapports peuvent ainsi osciller depuis la confiance aveugle jusqu’à la défiance agressive. Nombreux sont les porteurs de projets travaillant à cette reconnaissance mutuelle qui fait souvent défaut et dont l’absence ne sert personne.
Pour nourrir les réflexions et les pratiques, le comité départemental CLAS (ACSé, CAF, DDASS, DRDJS, IA), avec l’aide d’Approches Cultures & Territoires (ACT), a souhaité inviter les principaux acteurs départementaux des politiques publiques d’éducation et de parentalité, pour écouter et débattre avec des personnalités de la recherche au coeur de ces interrogations.

Le programme est en téléchargement et présenté ci-après.

ACT a réalisé une sélection de ressources documentaires consultables en ligne sur le thème.
 
Programme

  • Ouverture par Brigitte FASSANARO, responsable du Pôle social, DDASS 13
  • Les familles populaires et l’école de la République : quels enjeux ? Propos introductif de Laurence LEVY-DELPLA (Délégation Interministérielle à la Famille)
  • Ecole, famille, grande pauvreté : dénouer les noeuds d’incompréhension (*) Témoignage vidéo de Catherine TROPTARD, militante ATD Quart-Monde
  • De l’exception au plus grand nombre : l’acculturation des familles populaires au monde scolaire. Intervention de Pierre PERIER ; questions des participants
  • Ecole, famille, grande pauvreté : dénouer les noeuds d’incompréhension (*) Témoignage vidéo de Danielle TIFFEREAU, principale de collège
  • Evitement, sujétion, entente, confrontation … les stratégies parentales face à l’Ecole. Intervention de Daniel VERBA ; questions des participants
  • Ecole, famille, grande pauvreté : dénouer les noeuds d’incompréhension (*) Témoignage vidéo de Guy COMBOT, militant ATD Quart-Monde
  • Parents, collégiens et accompagnement à la scolarité dans les Bouches-du-Rhône. Eléments de l’étude menée par le cabinet ARGOS Consultants
  • Ecole, famille, grande pauvreté : dénouer les noeuds d’incompréhension (*) Témoignage vidéo d’Evelyne GUILLON, professeur des écoles
  • Relation Familles – Ecole : le « partenariat » à l’épreuve du réel. Table ronde animée par Jean-Luc FAUGUET avec Laurence LEVY-DELPLA, Pierre PERIER et Daniel VERBA ; débat avec le public
  • Ecole, famille, grande pauvreté : dénouer les noeuds d’incompréhension (*) Témoignage vidéo de Régine MORDELLES, militante ATD Quart-Monde
  • Clôture de la journée par Christelle BAUMET, directrice territoriale, CAF 13

(*) Film issu du CD-ROM réalisé en 2004 par ATD Quart-monde et l’IUFM de Bretagne

Education prioritaire et territoires : que peut la géographie ?

L’éducation prioritaire est fondée sur le constat suivant : c’est en certaines « zones » que se recoupent populations en grande précarité et problèmes économiques et sociaux ; et l’on observe que l’échec scolaire y est souvent massif.
Pourtant perdure, encore aujourd’hui, l’illusion selon laquelle éducation et instruction pourraient s’effectuer de la même façon partout, quel que soit le territoire où sont implantés écoles maternelles, écoles élémentaires, collèges. En réalité, la notion de territoire est capitale dans la détermination des processus qui définissent et orientent l’éducation prioritaire.
Dès lors, la géographie urbaine, la géographie sociale ne devraient-elles pas être des disciplines de référence pour mieux appréhender la nécessité et la validité de l’éducation prioritaire ?

Lire ou télécharger le compte rendu (5 pages, pdf) sur le site de l’Observatoire des Zones Prioritaires (OZP)

Pour une vieillesse légitime (Var)

Longtemps occultée par le fait que les immigrés étaient considérés comme une main d’œuvre jeune, isolée et destinée à retourner dans le pays d’origine, l’histoire de l’immigration et tout particulièrement dans sa dimension gérontologique n’a commencé que trop récemment à sortir de « l’impensé » dans lequel elle fut longtemps cantonnée.
Si l’attention des pouvoirs publics doit en conséquence être attirée sur les difficultés rencontrées par ces personnes, il est plus que nécessaire d’observer que celui-ci s’inscrit dans une problématique plus globale, qui concerne l’ensemble de la population immigrée vieillissante, dans la diversité de ses composantes.
Or, jusqu’à présent, politique d’intégration et de promotion de l’égalité et politiques publiques en direction des personnes âgées n’ont été que trop rarement pensées ensemble, dans leurs articulations et leurs objectifs communs.
La reconnaissance de l’ancrage des immigrés vieillissants qui ont participé, à part entière, au développement dans nos villes, relève de la responsabilité collective. Il s’agit d’un impératif de justice sociale. Cette reconnaissance doit être recherchée du double point de vue du droit et de l’histoire.
Face à cette exigence, une interrogation persistante sous-tend le débat sur la prise en charge des immigrés vieillissants : « comment intégrer les populations immigrées vieillissantes aux dispositifs de droit commun mis en œuvre en direction des personnes âgées, en matière de logement, mais aussi en matière de santé et d’intégration ? »

Date et lieu

Jeudi 31 Janvier 2008 de 8h30 à 14h00
Salle Méditerranée
Place Commandant Laurenti
Port marchand 83000 Toulon
Entrée libre

Programme

9h00 : Introduction
•  Présentation de la journée
•  Présentation des structures
•  Interventions des officiels

9h45 : Intervention de Rémi GALLOU, sociologue, membre de l’équipe de recherche de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, auteur de l’étude « La vieillesse des immigrés, isolés ou inactifs en France »

10h30 : Echange avec le public

11h00 : Intervention de Claude NEUSCHWANDER, responsable du cabinet d’études EDR, à partir du « Diagnostic de la condition du vieillissement des populations immigrées isolées » de l’EDR et l’Observatoire des Discriminations et des Territoires Interculturels (ODTI).  

11h30 : Interventions des acteurs de terrain  
•  Zina Basser, API Provence
•  Azzedine Bouachir, ATF Var
•  Muriel Joly-Schiets, ADOMA

12h00 : Echange avec le public

12h30 : Synthèse

13h00 : Buffet

14h00 : « Parcours et récits migratoires », pièce de théâtre, soutenue par Api Provence, avec la compagnie Hors Champs

Informations

Union Interrégionale FAPIL en Languedoc Roussillon PACA Corse
51 cours Lieutaud 13001 Marseille
Tél : 04 91 47 57 95
Mail

Représentation et représentativité des immigrés dans les médias

Ce colloque, construit à partir des productions du programme d’étude de l’Acsé "Immigration et médias", a pour objectif :
- de rendre compte de l’état de la recherche sur ces problématiques,
- d’amener les journalistes à engager des échanges professionnels sur la diversité culturelle, pour mieux parler et montrer les différentes composantes de la société française,
- de contribuer à rendre effective la présence des "minorités visibles" dans les métiers de l’information,
- d’enclencher une dynamique de prise en compte de la diversité et de l’égalité de traitement par les professionnels des médias locaux.

Programme complet sur le site de l’ACSé

Lieu
BMVR - Alcazar / Bibliothèque de Marseille à Vocation Régionale

58 Cours Belsunce 13001 Marseille
Métro : Vieux-Port, Colbert ou Noailles // Tramway : Belsunce-Alcazar

Inscriptions
jusqu’au 21 janvier 2008 par e-mail à colloquemedias@orange.fr en envoyant vos coordonnées (nom, prénom, fonction, structure, adresse, téléphone, e-mail).

Renseignements
Direction régionale Acsé Paca - 04 91 53 80 00



Pour une vieillesse légitime (Bouches-du-Rhône)

La FAPIL, initiateur de cette journée, a la conviction que le logement constitue un élément déterminant de cohésion sociale. Il permet à tous les membres de la société, en particulier aux plus fragiles, de trouver leur place et de faire valoir leur droit à habiter sur l’ensemble du territoire national.
Les acteurs locaux du logement que sont ALOTRA, ADOMA, et l’AMPIL, le centre de ressources Approches Culture(s) et Territoires, et l’association Contacts, avec la FAPIL Méditerranée, et le soutien de la Direction Régionale PACA de l’ACSé et du Conseil Régional PACA, organisent une journée de réflexion sur la question du vieillissement des populations immigrées. Celle-ci s’adresse à l’ensemble des acteurs politiques, institutionnels et professionnels du département des Bouches du Rhône.
Elle est accompagnée de l’exposition On dirait le Sud.

Longtemps occultée par le fait que les immigrés étaient considérés comme une main d’œuvre jeune, isolée et destinée à retourner dans le pays d’origine, l’histoire de l’immigration, tout particulièrement dans sa dimension gérontologique n’a commencé que trop récemment à sortir de « l’impensé » dans lequel elle fut longtemps cantonnée.
Si l’attention des pouvoirs publics doit en conséquence être attirée sur les difficultés rencontrées par ces personnes, il est plus que nécessaire d’observer que celui-ci s’inscrit dans une problématique plus globale, qui concerne l’ensemble de la population immigrée vieillissante, dans la diversité de ses composantes.
Or, jusqu’à présent, politique d’intégration et de promotion de l’égalité et politiques publiques en direction des personnes âgées n’ont été que trop rarement pensées ensemble, dans leurs articulations et leurs objectifs communs.

La reconnaissance de l’ancrage des immigrés vieillissants qui ont participé, à part entière, au développement dans nos villes, relève de la responsabilité collective. Il s’agit d’un impératif de justice sociale. Cette reconnaissance doit être recherchée du double point de vue du droit et de l’histoire.
Face à cette exigence, une interrogation persistante sous-tend le débat sur la prise en charge des immigrés vieillissants : « comment intégrer les populations immigrées vieillissantes aux dispositifs de droit commun mis en œuvre en direction des personnes âgées, en matière de logement, mais aussi en matière de santé et d’intégration ? »

Date et lieu

Jeudi 21 février 2008 de 8h30 à 14h00
Centre Régional de Documentation Pédagogique
31 Bld d’Athènes 13001 Marseille

Programme

9h00 : Introduction
•  Présentation de la journée
•  Présentation des structures
•  Intervention des officiels
9h45 : Intervention de Rémi GALLOU, sociologue, Membre de l’Equipe de recherche de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, auteur de l’étude « La vieillesse des immigrés, isolés ou inactifs en France »
10h30 : Echange avec le public
11h00 : Intervention des acteurs de terrain :
•  Christelle SABATO, ALOTRA
•  Mustapha MOHAMMADI, Contacts
•  Isabelle FARGES, AMPIL
•  Muriel JOLY-SCHIETS, ADOMA
11h45 : Echange avec le public
12h30 : Synthèse
Buffet

Informations

Union Interrégionale FAPIL en Languedoc Roussillon PACA Corse
51 cours Lieutaud 13001 Marseille
Tél : 04.96.17.63.40
Mail

Identités, appartenances, diversités : Islam et identité nationale

Après « Islam, medias et opinion publique » en juillet 2005, et « Qu’est-ce que le féminisme musulman ? » en septembre 2006, La Commission Islam et Laïcité a organisé une troisième rencontre publique à l’Unesco.
Ecouter ou télécharger les interventions et débats sur son site.

ÉTAT DES LIEUX

Allocution de bienvenue
Pierre Sané, Directeur du Secteur des Sciences sociales et humaines de l’UNESCO

Ouverture du colloque et présentation du thème
Philippe Jessu, président de la Commission Islam & Laïcité

La construction nationale : approche historique
Anne-Marie Thiesse, directrice de recherches au CNRS

Présentation du sondage d’opinion sur l’identité nationale
Roland Cayrol, Directeur de l’Institut CSA.

Commentaires sur le sondage
Vincent Tiberj, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

IDENTITES ET APPARTENANCES

Identités et sociétés multiculturelles
Daniel Weinstock, directeur du Centre de Recherche en éthique, université de Montréal

L’identité nationale dans un contexte post-colonial
Nourredine Toualbi, Ecrivain, représentant de l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) auprès de l’UNESCO

Les identités individuelles dans un contexte de métissage
Isam Idris
Co-thérapeute à la Consultation Transculturelle du Pr. Moro, CHU Avicenne, Bobigny

VERS UN MOUVEMENT SOCIAL DE LA DIVERSITE

Le mouvement social dans les « quartiers » en France depuis la marche pour l’égalité
Saïd Bouamama, sociologue à Intervention Formation-Action-Recherche, Lille (IFAR)

Table ronde, avec des acteurs du mouvement social dans les quartiers en France :
o  Houria Bouteldja (Mouvement des Indigènes de la République)
o  Louisa Jan (CRAN, Conseil représentatif des associations noires de France)
o  Abdelaziz Chaambi (DiverCité)
o  Tarik Kawtari (MIB, Mouvement de l’Immigration et des Banlieues)
Modérateur : Louis Weber, Co-secrétaire général de la Commission Islam & Laïcité

Synthèse du colloque
Joël Roman, modérateur du Colloque

Présentation des propositions de Commission Islam et laïcité
Philippe Jessu, président de la Commission Islam et Laïcité

Colloque organisé par la Commission Islam & Laïcité, association loi de 1901, avec le soutien du Secteur des Sciences sociales et humaines de l’UNESCO

Discriminations dans les mondes de l’éducation et de la formation : regards croisés

Ce document réunit les contributions du colloque " discriminations, quelles réalités, quelles réponses ? " qui s’est déroulé lors de la 11ème université de la formation, de l’éducation et de l’orientation (UFEO) les 23 et 24 novembre 2005.
Interventions de Driss Bachiri, Sophie Divay, Laure Gayraud... [et al.]

La revue en texte intégral (format pdf)

Le site du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) avec notamment une base de données et un portail documentaire.

Quel accompagnement social en faveur des migrants isolés ?

Le vieillissement et son amplification rapide ces dernières années, la dégradation de l’état de santé des résidents, leur fragilisation sociale et leur isolement induisent une nécessaire évolution des pratiques professionnelles des intervenants sociaux et la maîtrise de nouvelles compétences.
L’enjeu de cette journée de réflexion est la mise en commun et en débat des pratiques professionnelles des acteurs par la confrontation des analyses et des points de vue respectifs.
Cette rencontre, organisée par la direction régionale de l’ACSE avec l’appui de la FAPIL PACA et du CREOPS, a aussi pour finalité le transfert et l’échange d’expériences.

Jeudi 22 Mai 2008 de 9h00 à 17h00
Centre Régional de Documentation Pédagogique
31 Bd d’Athènes, 13001 Marseille


Contact

Union Interrégionale FAPIL en Languedoc Roussillon PACA Corse
51 cours Lieutaud 13001 Marseille
Tél : 04.96.17.63.40
Mail

L’élitisme républicain : l’école française à l’épreuve des comparaisons internationales / Intelligence territoriale et construction d’observatoires

L’Observatoire des Quartiers Sud (OQS) est un collectif d’acteurs associatifs, d’universitaires, de travailleurs sociaux, d’enseignants et d’habitants créé à l’été 2008 Marseille.
Il invite ses membres et un public plus large à une journée de réflexion et de travail avec la participation de Roger ESTABLET et Jean-Jacques GIRARDOT :

Vendredi 19 juin 2009 de 9h30 à 16h30
IUFM
53, la Canebière
13001 MARSEILLE

Ordre du jour

9h30 : accueil et présentation de la journée
10h00-12h30 : intervention de Roger ESTABLET, spécialiste en sociologie de l’Education, coauteur avec Christian BAUDELOT de « L’élitisme républicain. L’Ecole française à l’épreuve des comparaisons internationales » (Seuil, 2009)
12h30-13h30 : pause déjeuner.
13h30-16h30 : séance de travail sur les questionnaires (Familles, Elèves, Logement) avec la participation de Jean-Jacques GIRARDOT, responsable de programmes internationaux sur l’Intelligence Territoriale et sur la construction d’Observatoires, concepteur des outils « CATALYSE » utilisés par l’OQS
Actualités de l’Observatoire
Questions diverses

Contact

OBSERVATOIRE DES QUARTIERS SUD
Collectif d’acteurs associatifs, d’universitaires, de travailleurs sociaux, d’enseignants et d’habitants
oqs.marseille (@) gmail.com

Journée d’étude sur les archives de l’immigration

La Direction des Archives de France, la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI), la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) et Génériques organisent cette journée nationale d’étude.

Programme complet sur le site de la BDIC

Vendredi 26 septembre 2008
Archives et Bibliothèques départementales Gaston Deferre
18-20, rue Mirès
13003 Marseille


Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservation conseillée :
Tél : 04 91 08 61 00 - Fax : 04 91 08 61 11
Mail :
archives13@cg13.fr

En prélude à cette journée d’étude projection du film de Marc Scialom, Lettre à la prison (1968), jeudi 25 septembre à 19h (entrée libre)

Le travail en crise ?

La crise de sens que semble connaître aujourd’hui le travail est-il un mal spécifiquement français, alors que nombre de travaux de recherche montrent un attachement tout particulier de nos concitoyens à sa valeur et à son utilité sociale ?
Au moment où pouvoirs publics, entreprises, chercheurs et experts se penchent sur la « souffrance au travail » et tentent de proposer des solutions, on s’interrogera sur les causes de ce mal-être pour chercher à comprendre si elles relèvent de la qualité de la vie au travail ou de la qualité du travail lui-même.
La seconde table ronde sera plus spécifiquement consacrée au positionnement des jeunes au moment de leur entrée dans la vie professionnelle.

Tables rondes animées par Paul BOUFFARTIGUE, directeur de recherche au CNRS, avec la participation de :
Yves CLOT, Titulaire de la chaire de Psychologie du travail au CNAM Paris,
Danièle LINHART, sociologue, directrice de recherche au CNRS, université de Paris 8,
Pierre ROCHE, sociologue, chargé d’études au Cereq Marseille,
Henri ECKERT, sociologue, Professeur à l’Université de Poitiers,
Nathalie MONCEL, économiste, chargée d’études au Cereq Marseille.

L’association FILMER LE TRAVAIL présentera les trois films primés lors du concours 2011 :
I prefer not to d’Hélène Fin (France / 2010 / 11’45)
Sur la touche de Jérémie Bretin (France / 2010 / 5’45)
L’intérimaire de Vincent Croguennec (France / 2010 / 4’27)

Samedi 10 décembre 2011 de 14h à 18h
Auditorium des ABD 13
18/20, rue Mirès 13003 Marseille

Tél : 04 13 31 82 00

Entrée libre sur inscription

 

Théâtre des minorités

Le théâtre contemporain est l’un des moyens privilégiés de l’expression des minorités ethnoculturelles, qu’elles soient autochtones ou issues de l’immigration. Il dénonce souvent les injustices sociales et les discriminations et, plus généralement, facilite la mise au jour des questions débattues dans la communauté. Il peut s’exprimer aussi à travers une mise en scène de la mémoire car il constitue un lieu privilégié pour explorer les traumatismes du passé, ainsi que pour effectuer la reconfiguration d’une nouvelle identité ou pour exprimer un malaise identitaire.
Le théâtre des minorités doit-il augmenter sa visibilité par rapport au courant dominant ou au contraire rester en marge et revendiquer sa spécificité ? Cette question est au coeur des expériences menées dans la francophonie canadienne, par exemple, mais aussi dans d’autres sociétés postcoloniales, en Europe et ailleurs. Faut-il que ce théâtre se démarque d’un multiculturalisme guetté par la récupération politique et sociale ? S’il ne résiste pas au modèle suggéré par la mondialisation et la dissémination de la culture à tous vents perdra-t-il sa légitimité ? Un art populaire au service de la collectivité est-il possible et souhaitable ?

Programme disponible prochainement sur le site de l’Université d’Avignon

Ce colloque est organisé par le Laboratoire "Identité culturelle, textes et théâtralité" (ICTT) de l’université d’Avignon avec le concours de l’Ambassade du Canada en France.

Laboratoire Identité culturelle, textes et théâtralité (ICTT)
Faculté des Lettres et Sciences humaines
Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
74 rue Louis Pasteur
84 029 Avignon cedex 1

 

Travailler avec des enfants et des parents venus d’ailleurs

Cette journée, organisée en partenariat avec le centre Alain Savary de l’INRP et la Ville de Grenoble, a réuni près de 200 professionnels de la petite enfance.

Actes en téléchargement (43 pages, 2,7 Mo, pdf) sur le site de l’Observatoire de l’enfance

Cliquez ici pour retrouver les ressources en ligne de l’Observatoire de l’Enfance

Programme

  • « Trajectoires familiales et expériences migratoires : transmission et recompositions identitaires »
    Claire Autant-Dorier, maître de conférence à l’université de St Etienne
  • « Expériences de médiation interculturelle en maternelle »
    Fabrice Peutot, Coordonnateur du CASNAV de l’Académie de Grenoble
  • « Gestes éducatifs quotidiens : quelles différences culturelles ? »
    Françoise Carraud, chargée d’études à l’INRP Centre Alain Savary
  • « Comment bien accueillir dans la diversité »
    Groupe " Initiative " de recherche action, CCAS secteur sud de la ville de Grenoble

 

Prévenir la violence dans les loisirs éducatifs et à l’école

 Le comité départemental du Gard de la Jeunesse au Plein Air (JPA) propose aux acteurs de l’éducation populaire, des collectvités territoriales, du travail social et de l’Education nationale une journée de réflexion avec la participation de Bernard BIER (INJEP) et Jacques PAIN (Université Paris X). Cette manifestation est organisée avec l’appui technique d’Approches Cultures & Territoires (ACT).

Programme complet en téléchargement (format pdf)

Renseignements / inscriptions

Jeunesse au Plein Air (JPA)
Comité départemental du Gard
10, rue Dunant 30000 NIMES
06.30.45.74.89

Orientation : parcours personnels, enjeux scolaires et stratégies familiales

La direction régionale de l’ACSé, la CAF du Var et le CASNAV du Var proposent une journée de réflexion et de formation pour les acteurs éducatifs sur les questions posées par l’orientation des jeunes des quartiers populaires, des jeunes issus de l’immigration et des jeunes nouvellement arrivés en France. Cette action est organisée avec le centre social Sainte-Musse (Toulon) et Approches Cultures & Territoires (ACT).

Programme de la journée en téléchargement

9h00 - accueil et ouverture institutionnelle

9h30 - Parcours scolaires des jeunes issus de l’immigration, vécu et mécanismes de discrimination
Intervention de Stéphane ZEPHIR, sociologue, chercheur au Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie : Mémoire, Identité, Cognition (LASMIC, Nice)
Echange avec la salle

11h00 - Orientation tout au long de la vie : action publique, questions scolaires et place des jeunes
Intervention de Bernard HILLAU, chargé de mission au Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ, Marseille) et ancien directeur de l’Observatoire Régional des Métiers (ORM) de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Echange avec la salle

12h30 - pause déjeuner

13h45 - Quelle place pour les parents ? Quelle médiation mettre en œuvre ?
Table ronde avec une directrice de CIO, un directeur du centre social et un conseiller technique de la CAF 83.
Débat avec la salle

15h30 - Pistes de travail

16h00 - conclusion institutionnelle

Mardi 10 février 2009
Amphithéâtre du collège Maurice Genevoix
boulevard Armaris
83000 Toulon

L’inscription est obligatoire et se fait auprès du CASNAV du Var ou du centre social et culturel Sainte-Musse.

Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en Paca

Le comité de pilotage du Réseau a souhaité, dès sa création en juillet dernier, réunir l’ensemble des acteurs se reconnaissant dans les problématiques de l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires. Cette première rencontre, conçue et animée par ses membres, donnera une grande place aux témoignages et aux échanges d’expériences, et apportera l’éclairage d’un réseau existant depuis plusieurs années en Rhône-Alpes.
Cette journée est ouverte à toutes les structures désireuses de réfléchir, débattre et faire des propositions permettant le développement du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en région PACA.

Programme en téléchargement

Site du réseau

Renseignements / inscriptions
Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en Paca
c/o Approches Cultures & Territoires (ACT)
6, place Paul Cézanne
13006 Marseille
Tél : 04.91.63.59.88
contact ( @ ) rhmit-paca.fr

De l’Algérie à la France. Pour une histoire des harkis

La Maison d’Histoire et de Mémoire d’Ongles (Alpes de Haute-Provence), la Mairie et les Archives départementales organisent une journée de réflexion avec le soutien de l’ACSé

1ère partie : « Comment enseigner l’histoire des harkis ? »
Avec Gilles Manceron, historien, Benoit Falaize, chargé d’études et de recherche à l’INRP et Sylvie Deroche, professeur d’histoire en charge du service éducatif des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence.

Visite de la Maison d’Histoire et de Mémoire d’Ongles : exposition permanente sur l’histoire des harkis d’Ongles « ils arrivent demain… »

2ème partie : « Les harkis : entre histoire et mémoire »

Avec Jean-Jacques Jordi et Abderahmen Moumen, historiens, et André Seby, ancien harki à Ongles.

Programme de la journée en téléchargement

Renseignements et inscriptions :
MHeMO - tél : 04 92 74 04 37
Mairie - tél : 04 92 73 06 22
Mail : mhemo.ongles@orange.fr

 

 

Les mouvements migratoires : entre réalité et représentation (Italie, XIXe-XXIe siècles)

Cette rencontre a pour ambition de décrire, d’interpréter et d’expliquer les multiples facettes des phénomènes migratoires en Italie ainsi que d’en répertorier les conséquences aux niveaux socio-économique, politique et culturel. Ancien pays d’émigration transformé en pays d’accueil, l’Italie représente un cas de figure exemplaire. (...) Bien que discontinus, ces flux ont façonné la démographie, la structure sociale et l’identité culturelle du pays. De plus, la transformation en territoire d’accueil ou de transit constitue l’un des aspects les plus évidents et les plus lourds de conséquences du contexte italien contemporain dans lequel cette question délicate représente un enjeu politique et culturel important.
Sans vouloir homogénéiser des contextes fort éloignés, on peut toutefois s’interroger sur les caractéristiques communes de ces différentes vagues. Cette rencontre devrait alors être l’occasion d’étudier ces phénomènes selon des perspectives multiples (sociologique, politique, économique, littéraire, linguistique…), l’objectif étant le croisement des approches et des points de vue.

Programme complet sur le site du Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER) de l’Université de Provence

 

Migrations et violences à Marseille (XIXe-XXe siècles)

" L’histoire de Marseille a été souvent associée à celle de l’immigration ou de la criminalité, mais l’étude croisée de ces deux approches n’a que rarement été faite. La journée d’études sera donc tout d’abord l’occasion de dresser un bilan historiographique pour cette question et d’y mettre en évidence les spécificités marseillaises. Elle s’attachera ensuite à explorer les rapports entre un phénomène migratoire particulièrement intense et ancien à Marseille et la violence, sous la forme de conflits du quotidien, de développement de la criminalité organisée ou de conflits sociaux et politiques. La question du racisme et des violences intercommunautaires sera abordée, de même que celle du rôle des migrants dans la criminalité organisée ou les violences politiques. "

Avec les interventions de Jean-Marie Guillon, Céline Regnard-Drouot, Jean-Claude Farcy, Stéphane Mourlane, Yvan Gastaut, Laurent Dornel et Laurence Montel.

Programme sur le site du laboratoire TELEMME (Temps Espace Langages Europe Méridionale - Méditerranée).

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)
5, rue du Château de l’Horloge
13090 Aix-en-Provence
Tél : 04 42 52 42 40

La France et l’Algérie, le poids de l’histoire pour comprendre le présent

L’histoire qui lie l’Algérie et la France apparaît parfois comme l’"impossible histoire", toujours en cours d’écriture, souvent conflictuelle. A l’occasion de son 70ème anniversaire, La Cimade ouvre le débat en partant de la mémoire de son propre engagement auprès du peuple algérien. (...)
Le racisme et les conflits identitaires vécus aujourd’hui ne proviennent-ils pas de l’absence d’une histoire coloniale écrite à deux vois ? Après avoir fait un détour par l’engagement de La Cimade auprès des militants des colonies portugaises pour l’indépendance, nous analyserons l’histoire particulière de l’Algérie et de la France et tenterons de comprendre pourquoi, malgré l’indépendance, des incompréhensions et des blocages persistent ici et là-bas.
Et au-delà de l’Algérie, quels obstacles aujourd’hui à l’accès des anciennes colonies à une véritable souveraineté ?

Présentation et programme sur le site de la CIMADE
 

 

Immigrations et archives, fonds et usages

" Cette journée est l’occasion de présenter les fonds d’archives publiques (Archives nationales d’Outre-Mer, Chambre de commerce et d’Industrie de Marseille, Archives départementales) et privées liés à l’immigration, mais aussi de montrer les enjeux et réalisations en matière de recherches historiques et de projets culturels. "

Avec la participation de Jacqueline Ursch et Claude Herrera (Archives départementales des B-d-R), Samia Chabani et Asma Kouki (Ancrages), Patrick Boulanger (CCI Marseille-Provence), Abderahmen Moumen (CRHISM), Saïd Bouamama (IFAR), Angeline Escafre-Dublet (INED), Arezki Amazouz (Association des Anciens Travailleurs Renault Ile Seguin), Claude Lesselier (RAJFIRE), Ramzi Tadros (ACT), la compagnie Théâtre et société, Nourredine Chenoud et ses musiciens.

Auditorium des ABD13
18-20, rue Mirès 13003 Marseille
Entrée libre sur réservation au 04 91 08 61 00

Programme en ligne sur le site des Archives des Bouches-du-Rhône

Site de l’association Ancrages


Autour de l’écrit, des expériences engagées avec les habitants

Cette journée d’échanges réunit artistes, responsables politiques, acteurs culturels et sociaux de France et de Belgique qui soutiennent ou développent des ateliers d’écriture participatifs avec les habitants.
Comment construire avec les participants une histoire, leur(s) histoire(s) ? Quelle nouvelle relation au langage, à l’écrit peut naître de ces ateliers ? Quels impacts et résonances peuvent avoir ce type de projets sur un territoire ?

Ce séminaire s’articule autour de trois thématiques principales :
1. des auteurs engagés auprès des populations
2. des pratiques innovantes d’ouverture des institutions culturelles
3. des lieux et projets engagés autour de l’écrit

Présentation et inscription sur le site de Banlieues d’Europe

Programme de la journée en téléchargement

Bibliothèque Municipale de l’Alcazar
58 cours Belsunce
13001 Marseille

Entrée libre sur inscription

Programme prévisionnel

  • 9h /// Ouverture
    Gilles Eboli, Directeur des bibliothèques de Marseille
    Jean Hurstel, Président de Banlieues d’Europe
  • 9h45 /// Ateliers d’écriture : des auteurs engagés avec les populations
    Géraldine Bénichou, Théâtre du Grabuge (Lyon)
    Michel André, Le Théâtre de la Cité (Marseille)
  • 12h /// Poésie urbaine - slam
    Shoker Mallarmé (Sarcelles)
    Ahamada Smis (Marseille)
  • 12h30 /// déjeuner
  • 14h00 /// Pratiques innovantes d’ouverture des institutions culturelles
    Isabelle Peeters, Service de lecture publique et Bibliothèque de Liège
    Alain Patrolin, Ville de Reims, service Développement Culturel
  • 16h /// Des lieux, des projets engagés autour de l’écrit
    Line Colson, Boutique d’écriture & co (Montpellier)
    Permis de Vivre la Ville (Paris)
    Collectif Alpha (Bruxelles)
  • 17h30 /// Conclusions
    Daniel Hermann, Adjoint à l’Action Culturelle, Ville de Marseille
    Valérie Boyer, Adjointe aux Projets de rénovation Urbaine et Contrat Urbain de Cohésion Sociale, Ville de Marseille
    Mme Perdereau, Préfet Délégué pour l’Egalité des Chances
    Jean Hurstel, Président de Banlieues d’Europe
  • 18h /// Clôture conviviale

Roms, tsiganes, gens du voyage

A l’occasion de la parution de la revue Diversité/VEI n°159 Roms, Tsiganes, Gens du voyage, le centre de ressources Ville Ecole Intégration (VEI) propose une journée de débats

Mercredi 19 mai 2010 de 9h30 à 17h
Salle Cézanne du CRDP
31 boulevard d’Athènes 13001 Marseille
Entrée libre sur réservation

Programme et infos pratiques en téléchargement sur le site du CASNAV Aix-Marseille

9h30 : Accueil
Autour d’un café
10h : Ouverture
Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’académie d’Aix‑Marseille, chancelier des universités
10h15 : La situation en Europe
Alexandros Tsolakis, DG Regio Commission européenne
11h : La complexité du champ
Alain Montaclair, maître de conférences, Université/IUFM de
Franche-Comté — Discussion
11h45 : Gens du voyage, bienvenue au cirque
Projection d’extraits du film de Fabienne Caraty, CASNAV
d’Aix‑Marseille — Échanges
12h30 à 14h30 : Repas libre
14h30 : Pourquoi l’école ? Et quelle école ?
Michaël Rigolot, CASNAV de Besançon — Régis Guyon, CASNAV de Reims — Fabienne Caraty, CASNAV d’Aix-Marseille
Animation : Francis Delarue
15h30 : Point de vue académique
Alain Fourest, association Rencontres Tsiganes, Marseille — Bernard Boi, CASNAV d’Aix-Marseille
16h : Conclusion des débats
Laurent El Ghozi, président de la FNASAT-Gens du voyage
16h45 : Clôture de la journée par le responsable du CASNAV d’Aix-Marseille

Traces et mémoires : les enjeux des représentations

Cette journée d’étude sur l’histoire et la mémoire vient clore LE TEMPS DES ITALIENS, premier cycle de manifestations organisé dans le cadre d’un programme pluriannuel sur l’Histoire des immigrations dans le Sud de la France.
La série de rencontres proposées durant l’année écoulée visait à retracer l’histoire de l’immigration italienne dans la région. Au bout de ce périple il s’agit maintenant de considérer les enjeux contemporains de ce « récit ».

Avec la participation de :
Elia BORTIGNON, Association Approches, Cultures et Territoires, Marseille
Jacqueline URSCH, Archives départementales des Bouches du Rhône
Samia CHABANI, Association Ancrages, Marseille
Liuba SCUDIERI, anthropologue et comédienne
Piero GALLORO, sociologue - Université Paul Verlaine, Metz
Philippe JOUTARD, historien - Université de Provence / EHESS
Stéphane MOURLANE, historien - Université de Provence

[mp3]
Mardi 1er juin 2010 à 14h00
Auditorium des Archives et Bibliothèque départementales
18-20, rue Mirès 13003 Marseille

La journée et le cycle se concluent de manière festive avec le spectacle MEMOIRES D’ITALIENS EN PROVENCE, par la compagnie BALLADES.

Rocco FEMIA, journaliste, directeur de la revue RADICI, n’a pas pu participer à cette journée.

 

Mouvement ouvrier et pratiques sportives

L’histoire montre que les organisations ouvrières, associations, syndicats ou partis, se sont préoccupés très tôt des activités sportives. On connaît à ce propos l’embellie du Front populaire, confirmée après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agissait de faciliter l’accès du plus grand nombre à ces activités mais aussi d’insuffler un esprit éloigné du pouvoir de l’argent et conforme à la solidarité ouvrière.
Ces questions seront évoquées au fil des trois communications, de la table-ronde et des débats qui émailleront cette journée.
Elle sera précédée, le vendredi soir, de la projection-débat d’un film sur la coupe du monde de football de 1954.

Programme en ligne et en téléchargement sur le site du Maitron

Site de l’association PROMEMO (Provence Mémoire Monde ouvrier)

Vendredi 1er octobre 2010 à 18 heures, Médiathèque de Gardanne
Projection gratuite de " ONZE FOOTBALLEURS EN OR ", film documentaire de Jean-Christophe ROSÉ

Samedi 2 octobre 2010 à 9h00, Médiathèque de Gardanne

Présentation de la journée par Robert MENCHERINI, historien, Président de l’association Promemo.
Paul DIETSCHY : Sport et mouvement ouvrier- sport populaire et sport socialiste en France et en Italie 1914 - fin des années 1950.
François PRIGENT : Football, argent et socialisme : des instituteurs laïques à Didier Drogba (1912-2003).
Nicolas KSISS : Le sport, miroir du politique ?
Table-ronde avec C. JORDA, Conseiller général de Gardanne, Marc GUILLAUD (footballeur FSGT, militant CGT), Joël PEYRIC, Président de la Ligue Régionale de la FSGT, René OLMETTA, Vice Président du Conseil général 13 (ancien adjoint au sport de la Ville de Marseille).
Conclusion de la journée par Robert Mencherini.

Ce que l’école fait aux individus

Le colloque visait à faire un état des lieux des recherches récentes en sociologie de l’éducation et de la formation autour d’un axe directeur large : les conséquences sur les individus (les élèves mais aussi les professionnels de l’éducation au sens large, les usagers, etc.) des transformations des systèmes d’enseignement, de la forme scolaire et des relations entre l’école et les autres institutions.
Ces transformations concernent les différents types d’instances de formation et des acteurs aux positions diversifiées. Elles renvoient, chacune à sa manière, à une fantastique scolarisation de la société mais aussi, de façon à la fois paradoxale et inévitable, à de nouveaux modes de division sociale du travail éducatif et à une recomposition du cadre et des règles de l’apprentissage des différentes formes de savoir. (...)

Actes en ligne sur le site du CREN (entrée par thème ou par auteur)

Thème 1 - Construction, transmission et réception des savoirs scolaires

Construction des savoirs scolaires

  • Isabelle Harlé & Xavière Lanéelle - Innovations dans les enseignements scientifiques et technologiques
  • Véronique Martin-Dubois - La redéfinition des curricula et pratiques d’enseignement dans les années 1980-1990 : tensions et dilemmes autour de la formation des professeurs en poste

Transmission des savoirs scolaires

  • Elisabeth Bautier - Ambitions et paradoxes des pratiques langagières scolaires : constructions au quotidien des inégalités sociales d’apprentissage
  • Pierre Clément - Genèse et usages du socle commun : nouvelles pratiques enseignantes et individualisation des apprentissages ?
  • Marie-Hélène Dubost - Du refus de la tradition au brouillage de la transmission : la recomposition de la forme scolaire à l’épreuve
  • Fanny Renard - La lecture en seconde d’enseignement général : sollicitations professorales, habitudes scolaires et lectorales des élèves

Réception des savoirs scolaires

  • Marie-Céline Huguet - Pratiques culturelles et acquis scolaire : le cas de l’éducation musicale
  • Valérie Capdevielle, Yves Prêteur, Patricia Rossi-Neves - Diversité et paradoxes des curricula des élèves d’origine populaire exclus de l’enseignement général
  • Dany Hamon - Une nouvelle génération face aux apprentissages scolaires : l’usage d’Internet pour créer le lien
  • Céline Piquée - Les effets-maîtres à l’école primaire : focus sur les élèves en difficulté

Thème 2 - Le retour des classes sociales à l’école

Ecole et cultures de classes

  • Stéphane Bonnéry - L’écart culturel entre l’école et les élèves des classes populaires : espace d’appropriation, d’opacité ou de résistance ?
  • Gaële Henri-Panabière - Des inégalités en milieux scolairement dotés

Les contextes spatiaux de l’école

  • Philippe Gombert - Culture internationale et distinction sociale : la gestion des affaires scolaires par les managers
  • Nathalie Oria - Le rapport à l’institution scolaire des élèves de Terminale ES en ZEP et ailleurs

Enseignement supérieur

  • Carlota Guzman & Olga Serrano - L’exclusion sociale à l’université : une analyse des facteurs qui agissent sur l’entrée à l’Université nationale autonome du Mexique
  • Sophie Orange - Un « petit supérieur ». Entrée des étudiants d’origine populaire en Sections de Techniciens Supérieurs (STS)
  • Nadia Nakhili - Les aspirations dans leur contexte : une analyse empirique à l’entrée dans l’enseignement supérieur

Parcours, trajectoires et orientation

  • Séverine Chauvel - Familles de classes populaires et orientation scolaire : quels engagements ? Notes ethnographiques
  • Séverine Misset - Ce que l’école fait aux ouvriers qualifiés : une lecture rétrospective des trajectoires scolaires
  • Bertrand Geay, Romuald Bodin, Jérôme Camus - Massification, lutte contre le déclassement et engagement. La mobilisation anti-CPE comme analyseur

Thème 3 - La construction extrascolaire de l’expérience scolaire

  • Benoït Larbiou - Les instances associatives d’Accompagnement à la Scolarité
  • Christine Bouissou - Garçons, filles : des usages différenciés de soi, dans les temps non institués de la classe
  • Hugues Delforge - Les horizons culturels de l’adolescence dans le contexte scolaire en Communauté française à Bruxelles
  • Sévérine Kakpo & Patrick Rayou - Lectures hors la classe : entre pratiques et expériences scolaires et pratiques et expériences familiales

Thème 4 - Certifications et usages des diplômes

  • Alex Alber - Préparer le professionnel, instruire l’individu : dilemmes de la formation initiale des officiers européens
  • Gérard Boudesseul & Yvette Grelet - Qu’attendent les jeunes des diplômes qu’ils préparent ?
  • Céline Dumoulin & Alexandra Filhon - Construire l’université de masse. Genèse de la filière Administration économique et sociale
  • Fabienne Maillard - La professionnalisation des diplômes : des définitions plurielles, une reconnaissance inégale

Thème 5 : Un renouvellement des métiers de l’éducation ?

Transformation des contextes d’enseignement, du métier d’enseignant

  • Aurélie Llobet - Les enseignants face aux évolutions du lycée : les logiques d’une mobilisation ordinaire
  • Jérôme Deauvieau - les enseignants et la massification scolaire : politique, postures et pratiques professionnelles
  • Véronique Chappuis - L’art dans l’école : qu’est-ce que cela change ?

Transformation des rôles et des pratiques

  • Claire Tourmen - Mutation du métier de formateur : former avec et former malgré les publics
  • Yveline Jaboin - Des hommes à l’école maternelle : renforcement des stéréotypes de genre ou perspectives de changement dans les assignations sexuées de rôles ?
  • Sylviane Feuilladieu, Faure-Brac Carole, Gombert Anne - Impact de la scolarisation d’un élève handicapé en classe ordinaire sur les pratiques pédagogiques des enseignants
  • Gilles Monceau - L’intervention des parents d’élèves sur l’évolution du métier d’enseignant

Formation, professionnalisation

  • Florence Legendre - Les reconvertis : ces nouveaux enseignants qui viennent d’ailleurs
  • Eric Lesur - L’espace professionnel, un espace de reconnaissance, à l’épreuve du partenariat
  • Da Silva Amorim - La configuration de la formation continue des professeurs et ses implications pour la construction de l’identité professionnelle des enseignants
  • Frédéric Charles - Vers une redéfinition du métier et du statut des professeurs de l’enseignement secondaire général ?

Thème 6 : Les conséquences de la reconfiguration des politiques éducatives

Sociologie des groupes professionnels

  • François Burban - La mise en œuvre des nouvelles politiques éducatives dans l’enseignement spécialisé de la musique en France
  • Sylvie Monchatre - Compétences, normes et standardisation : les voies de la rationalisation des systèmes de formation professionnelle au Québec
  • François Villemonteix - Analyse du rapport institution-acteurs dans le domaine des TICE à l’école : le cas des animateurs TICE (ATICE)

Complexification des politiques éducatives

  • Yves Careil - Une pression concurrentielle qui influe sur les conditions de l’enseignement-apprentissage et sur la construction des entre soi collégiens
  • Anne Gustin - Innovation et changement institutionnel : l’exemple des TPE
  • Elisabeth Hultqvist & Mikael Palme - La transformation de l’école secondaire en Suède – dissolution des frontières institutionnelles et sociales, marchandisation et nouvelle hiérarchisation
  • Michel Warren - Un nouveau référentiel de gestion de l’éducation publique française

 

Beausoleil, chantier de l’interculturel

Dans cadre du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en PACA (RHMIT), avec le soutien de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale PACA (DRJSCS), la ville de Beausoleil, l’Association Alpes Ligures et le laboratoire URMIS de l’université de Nice Sophia-Antipolis organisent une journée d’étude et de réflexion sur le thème « Beausoleil, un siècle de relations interculturelles : une spécificité dans les Alpes-Maritimes ? ».
L’exemple beausoleillois, sera confronté au travail de structures diverses basées dans le département des Alpes-Maritimes qui interrogent également l’histoire et la mémoire de l’immigration.

Jeudi 2 décembre 2010 de 9h00 à 18h00
Théâtre Michel Daner
Place de la Libération
06240 Beausoleil

Programme en téléchargement sur le site du Réseau

9.00 Accueil des participants autour d’un café

9.30-10.00 Présentation de la journée
Gérard Spinelli, maire, conseiller général de Beausoleil, Henry Dardel, directeur délégué à la Cohésion Territoriale et à l’Egalité des Chances (DRJSCS PACA), Carole Laffont, directrice du Centre Communal d’Action Sociale de Beausoleil, Yvan Gastaut, maître de conférence, chercheur, Université de Nice Sophia Antipolis, laboratoire URMIS, Philippe Pergola, association Alpes-Ligures et Luc Gruson, directeur de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI)

10.00-11.30 Visite de terrain, lecture d’un territoire
Parcours dans le Beausoleil interculturel, passé-présent avec Christiane Garnero-Morena, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, Yvan Gastaut, Deborah Ambesi, Office de tourisme de Beausoleil, Catherine Veran et Martine Legal, Archives Municipales

11.30-13.00 Histoire et mémoire de l’immigration à Beausoleil : acteurs et projets
Table ronde animée par Carole Laffont et Céline Tavares, Centre Communal d’Action Sociale de Beausoleil, avec les associations et témoins vivants à Beausoleil : Italiens, Portugais, Tamouls, Comoriens, Philippins, Marocains…

13.00-14.30 Déjeuner-buffet offert par la Municipalité de Beausoleil - Espace Jules Ferry

14.30-16.00 Histoire et mémoire de l’immigration àBeausoleil : approche scientifique
Table ronde animée par Yvan Gastaut avec Catherine Veran et Martine Legal, Christiane Garnero-Morena et Alain Bottaro, Archives Départementales des Alpes-maritimes
Pastilles historiques
• Beausoleil, “commune italienne” au début du XXéme siècle. Laurent Del Piano, Université de Nice Sophia Antipolis
• une école italienne au Carnier 1902 – 1920 ? Stéphane Kronenberger, Université de Nice Sophia Antipolis
• l’activité du fascio à Beausoleil. Stéphane Mourlane, Université de Provence
• les monégasques à Beausoleil : immigration ? Martine Le Gal, Archives Municipales
• les vicissitudes du foyer Sonacotra, Yvan Gastaut, Université de Nice Sophia Antipolis

16.00-17.30 L’action culturelle et la transmission de l’histoire et de la mémoire : quelles expériences et quels impacts dans les Alpes Maritimes ?
Table ronde animée par Rachida Brahim (Approches Cultures & Territoires / RHMIT PACA) avec Nicole Enouf, directrice de la Cie Grain de Sable, Jacques Laurent, directeur artistique de la Cie Grain de Sable, Laurence Bart, Présidente de l’Association Page Ouverte/ANCB, Robert Mathey, photographe, Association l’Entre-Pont, Eric Oberdorf, chorégraphe, Cie Humaine

17.30-18.00 Conclusions et perspectives
Vera Boltho von Hohenbach, Ancien Directeur Adjoint du Département des Politiques et des Actions Culturelles du Conseil de l’Europe, Henry Dardel, Directeur Délégué à la Cohésion Territoriale et à l’Egalité des Chances (DRJSCS PACA) et Christiane Garnero-Morena, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

Face aux discriminations : mémoires, histoire et avenir du Grand Saint-Barthélémy

Le 18 Octobre 1980, à la Cité des Flamands, le CRS Jean-Paul Taillefer abat Houari Ben Mohamed, 17 ans. Ce crime raciste va soulever de manière durable l’indignation des habitants du grand Saint Barthélémy et constitue une date de référence dans leur mobilisation.
Nul doute que l’histoire du quartier puise son identité dans les mobilisations exprimées par ces habitants. Cette journée vise à valoriser l’histoire de ces mobilisations mais également à les réinterroger à travers les multiples productions exprimées aujourd’hui. Autour de la Maison des Familles, du centre social Agora et du Comité Mam’Ega, s’est constitué un collectif d’associations marseillaises soucieuses de faire le lien entre les traces du passé et les nombreuses expressions culturelles et pédagogiques qui témoignent de la richesse et de la diversité des histoires liées à l’immigration, notamment dans les 13ème et 14ème arrondissements. 

Programme en téléchargement

Mémoire et transformation urbaine. L’artiste dans le champ des patrimoines et des parcours migratoires

Toutes les formes de créations culturelles menées par des artistes dans le cadre de projets de rénovation urbaine sont à prendre en compte dans un contexte d’évolution des programmes de politiques publiques culturelles. (...) Dans ces projets artistiques urbains, artistes, chercheurs et population collaborent ensemble pour inventer, expérimenter, créer et partager de nouvelles actions artistiques en lien avec le territoire, le quotidien, la mémoire, le vécu. A partir de ce constat, il s’agit :
- de savoir de quelle manière les pratiques artistiques modifient l’espace socio-humain et urbain ; et inversement, de quelle manière la confrontation avec le territoire modifie les pratiques artistiques,
- de réfléchir sur la créativité comme agent de transformation sociale et culturelle,
- de voir comment les projets artistiques peuvent susciter des dynamiques sociales et citoyennes,
et d’inscrire ces questions dans une démarche de mémoire des territoires

Programme de la journée

Présentation et inscription sur le site héritages culturels

Vendredi 11 février 2011 de 9h à 18h
Auditorium des Archives et Bibliothèque départementales
18-20, rue Mirès 13003 Marseille

Nombre de places limité.
Publics concernés : acteurs institutionnels, réseaux associatifs, artistes, chercheurs et étudiants concernés par ces thématiques.
INSCRIPTION OBLIGATOIRE
Renseignements : T. 04 91 24 34 18 / 04 88 04 08 17 / ipm (@) teknicite.com

 

Marseille et la Méditerranée. Réflexions et débats sur la recherche et les pratiques enseignantes

Choisir La Méditerranée comme thème central des 2èmes Rencontres de La Durance répondait au souci d’interpeller un espace somme toute familier mais qui n’a probablement pas la place attendue dans les pratiques enseignantes, périodes antique et médiévale mises à part. Au moment même où un contexte géopolitique exceptionnel lui donne un relief particulier, cet espace s’inscrit comme objet d’étude explicite dans les programmes scolaires.
Dans une logique d’emboîtement d’échelles, il nous a paru intéressant d’y associer l’exploration de Marseille en Méditerranée afin de tenter d’apprécier quels échos cette ville-port et sa région pouvaient nous renvoyer des problématiques en œuvre dans l’espace méditerranéen.

Ces Rencontres ont été organisées par l’Inspection pédagogique régionale d’histoire-géographie de l’académie Aix-Marseille (groupe de travail La Dur@nce), avec la collaboration de la Régionale de l’APHG et des Archives départementales des Bouches-du-Rhône.
Les actes reprennent les interventions de Michel BALIVET, Brigitte BERTONCELLO, Bruno ETIENNE, Jean-Charles JAUFFRET, Jean-Jacques JORDI, Philippe LANGEVIN, Francis Le POITTEVIN, Rachel RODRIGUES-MALTA, Karima SLIMANI, Emile TEMIME et Pierre VILLARD ainsi que des présentations d’ateliers pédagogiques.

Actes en téléchargement sur le site de l’académie Aix-Marseille

Au sommaire :
- Marseille n’existe plus
- La Méditerranée islamo-chrétienne aux XIIe et XIIIe siècles
- Marseille et l’Algérie
- Marseille, métropole méditerranéenne ou française ?
- Marseille en Méditerranée
- Marseille au cinéma
- Les mutations de l’espace marseillais
- Approche cartographique de la Méditerranée
- Education a la citoyenneté : intégration et défense
- La nouvelle donne géopolitique et géostratégique en Méditerranée

L’école démocratique. Vers un renoncement politique ?

" Quelles alternatives ? Le tableau qui vient d’être dressé peut apparaître noir et démobilisateur. On peut tenter néanmoins de dégager des alternatives d’action. Celles-ci ne peuvent néanmoins prendre corps qu’à condition de partager les mêmes constats. Ce texte a tenté ainsi de définir les contours d’une analyse, d’un diagnostic de la situation éducative actuelle en soulignant caractère contreproductif d’un ensemble d’orientations aujourd’hui prônées : logiques de concurrence, démultiplication des dispositifs dits d’excellence, « libre » choix de l’école, évaluation peu contrôlées... Pour ouvrir des perspectives il convient en premier lieu d’être attentif au fait que l’on ne peut réformer le service public d’éducation sur fond de désarroi des personnels et d’anxiété des usagers que certaines dispositions ne peuvent que renforcer, comme l’injonction à choisir son école, ou la réduction des moyens d’enseignement dont les effets sont à présent très visibles.

En second lieu il paraît nécessaire de davantage prendre au sérieux les comparaisons internationales, les alertes, ainsi que les résultats des travaux de recherche menés au plan national. Les comparaisons internationales sont plus souvent mobilisées à des fins libérales pour justifier des taux d’encadrement trop élevés, des dispositions jugées encore trop bureaucratiques (la carte scolaire), ou le niveau suffisant des investissements dans l’enseignement. La référence aux comparaisons internationales se veut plus discrète, ou leurs conclusions galvaudées, lorsqu’elles soulignent l’inanité des choix éducatifs nationaux notamment en matière de classements, d’évaluation et de la concurrence.

En troisième lieu, l’une des priorités absolue, pour refonder une école démocratique est de réhabiliter la formation pédagogique des enseignants actuellement en berne. Comment en effet envisager une école démocratique en négligeant la nécessaire formation des personnels et, au-delà, de leur formation commune des dispositifs pertinents d’accompagnement et de soutien en cours d’exercice ? Bien évidemment ces propositions ne sont pas exhaustives, elles ouvrent un large débat."

Texte de l’intervention sur le site du GFEN

Présentation de l’auteur et de ses ouvrages sur le site d’ACT
 

Islam de France ou Islam en France. Les termes du débat

 

Il s’agit pour ce colloque d’aborder la question de manière sereine et autant que faire se peut objective, loin des tumultes de l’actualité politique et médiatique.

Afin d’avoir une vue d’ensemble des questions posées par le sujet et de préciser les termes du débat, il y’a lieu de l’aborder sous différents aspects : théologique, historique, sociologique et politique.

 

Avec les interventions de :

Françoise LORCERIE : Sociologue, directrice de recherche au CNRS, Institut de Recherche et d’Etude sur le Monde arabe et Musulman (IREMAM) Aix-en-Provence.
Bernard GODARD  : Conférencier, chargé de mission au Bureau des Cultes au Ministère de l’intérieur
Saddek SELLAM : Ecrivain et historien, spécialiste de l’histoire de musulmans de France. Paris.
Mahdi TAHAR : Théologien, Dr en langue et civilisations arabes. Section Droit musulman. Paris.
Franck FREGOSI : Politologue, chargé de recherche au CNRS, Responsable scientifique de l’Observatoire des Religions. Aix-en-Provence.
Abdesselem SOUIKI : Diplômé de l’université islamique de Constantine, Directeur de l’association « La Plume de la vie ». Marseille.
Azzedine AINOUCHE : Dr en science politique, chargé de mission au Bureau du Conseil Français du Culte Musulman, Directeur de l’IMEM.

Samedi 17 décembre 2011 de 10h à 18h
Auditorium du CRDP
31, bd d’Athènes 13001 Marseille


Renseignement et informations sur le site de l’Institut méditerranéen d’études musulmanes (IMEM)

 

Mémoires et transformation urbaine

Ce 4ème séminaire a souhaité approfondir les contours de l’intervention artistique dans le champ des patrimoines et des parcours migratoires pour :
- sensibiliser et impliquer les acteurs professionnels de l’action culturelle,
- dégager dans des logiques mémorielles un travail collectif entre production artistique, recherche historique et transmission pédagogique des expériences artistiques.

Actes du séminaire en téléchargement sur le site Héritages culturels

Rappel du programme et des intervenants

Le 4e séminaire Identités, Parcours, Mémoire "L’artiste dans le champ des patrimoines et des parcours migratoires" sur la thématique "Mémoire et transformation urbaine" à l’initiative de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) a eu lieu le vendredi 11 février 2011 aux Archives et Bibliothèque Départementales de Marseille.

 

Culture(s) à l’école : un enjeu pour l’égalité

Dans un contexte de mondialisation, de transformation rapide et de migrations, la culture, les cultures, sont interrogées par les individus et les communauté humaines en quête d’identité et de cohésion. Si la transmission d’une culture commune est une mission première de l’école en vue d’assurer un minimum de partage des savoirs et des valeurs, l’école ne peut ignorer aujourd’hui le double défi de préservation de la diversité culturelle et de nécessaire dialogue interculturel.

Le colloque se compose de trois jours de conférences, tables rondes et ateliers, avec notamment la participation de Françoise Lorcerie, Eric Favey, Alain Kerlan, Blandine Chelini-Pont, Stéphanie Clerc, Joël Roman, ...

Avec le CNDP, la Ligue de l’Enseignement et le MUCEM, Approches Cultures & Territoires (ACT) est partenaire d’Education & Devenir pour la préparation de cet évènement.

Programme et infos pratiques sur le site d’E&D

Sélection documentaire produite par ACT à cette occasion


L’atelier Migrations

 

L’atelier Migrations a été créé en mars 2006 afin de réfléchir aux problématiques liées aux migrations. Il regroupe des jeunes chercheurs (doctorants, post-doctorants et étudiants de Master) en sciences sociales (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, géographie principalement) de diverses formations et institutions.

Cet atelier vise à créer une dynamique de groupe et d’entraide, connaître les préoccupations de chacun, s’aider dans nos recherches, discuter autour de notions/concepts/théories/débats scientifiques, partager et commenter nos bibliographies, exposer nos enquêtes de terrain, etc. De nombreux thèmes sont abordés au cours des séances, reflétant la diversité des participants et des thématiques liées aux migrations internationales.

Présentation et programme sur le site de l’Atelier.

Résumés des rencontres sur le site de Grotius.

Journées migrations : nouvelles pratiques, approches plurielles

 

À la suite des travaux de l’Atelier Migrations, des doctorants ont décidé d’organiser à l’EHESS les 8, 9 et 10 octobre 2008 des journées d’étude sur le thème : Migrations : nouvelles pratiques, approches plurielles.

Il s’agissait de donner la parole aux doctorants et jeunes chercheurs qui souhaitaient apporter une contribution à la réflexion que ces journées voulaient développer.

Au cœur de multiples débats, considérées parfois comme un problème majeur des sociétés européennes, les expériences migratoires – prendre la route, quitter sa région d’origine et ses proches, découvrir les manières d’être des sociétés rencontrées, s’établir dans un nouveau monde, soutenir des relations avec le pays d’origine – prennent aujourd’hui des formes nouvelles, tant au niveau des pratiques elles-mêmes que des représentations qui en sont produites et diffusées. Classiquement analysées pour leur impact sur les sites de départ ou d’accueil, les migrations sont envisagées ici du double point de vue de ces expériences migratoires elles-mêmes (incertitudes du parcours, épreuves de l’altérité, imaginaires dégrisés, retours différés, etc.) et de celui de leur accueil et de leurs narrations. L’attention est donc portée non pas sur les sociétés d’origine ou de destination, mais sur les migrants et les espaces qu’ils traversent ou créent au fil de leur parcours. Il s’agit de restituer à l’expérience migratoire son développement incertain, ses interactions avec les situations traversées, ses moments décisifs, ses effets sur les représentations du monde. Ces journées d’étude s’articuleront autour de quelques thèmes qui devraient permettre à la fois de rendre visibles ces expériences limites, ces pratiques, innovantes ou passées inaperçues jusqu’ici, et de s’interroger sur les exigences nouvelles qu’elles adressent aux sciences sociales, en accordant une attention spécifique aux approches susceptibles d’en restituer la complexité.

Présentation et programme sur le site des journées.

Publications en ligne.

L’ensemble des journées ont été filmées : voir les vidéos sur le site Archives Audiovisuelles de la Recherche.

 

Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques

L’image « cosmopolite » de Marseille n’est pas neuve, de même que sa réputation de cité violente : la ville accueille depuis le Moyen Âge des populations aux origines et aux conditions sociales très variées, allant des marchands de l’époque moderne aux ouvriers des XIXe et XXe siècles, etc. Face à elles, les politiques municipales ont adopté différents types de mesure, allant de la répression à l’accueil, dans le but de faire coexister, ou du moins réglementer en partie la vie de ces différents groupes. C’est cette question de la gestion et de l’attitude des pouvoirs publics municipaux face à ces populations particulières que nous souhaitons interroger lors de la dernière séance de notre séminaire. Quels diagnostics la municipalité produit-elle face à de telles problématiques ? Quelles solutions sont apportées ? Perçoit-on une spécificité marseillaise en la matière ? Telles sont les questions que nous souhaitons aborder lors de notre dernière rencontre de l’année.

Gouverner la ville, gouverner les hommes : étude des politiques municipales envers des populations spécifiques. 
Séance dans le cadre du Séminaire doctoral d’histoire de Marseille
Mardi 24 mai 2012 de 14h à 18h, Salle Duby
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Rue du Château de l’Horloge - Aix-en-Provence

Intervenants :
François Otchakovsky-Laurens (Doctorant, TELEMME, Histoire médiévale)
Jean-Baptiste Xambo (Doctorant – UMR 8562 – CNE – Histoire moderne)
Laurence Americi (Maître de conférences – Histoire contemporaine – TELEMME)

Présentation sur le site du séminaire.

Des territoires comme ressources, quelles ressources pour les territoires ?

 

Dans un contexte général de mondialisation économique et financière on pourrait légitimement estimer qu’il n’y a plus de systèmes économiques locaux et que tous les territoires infranationaux fonctionnent sur le même modèle. Le territoire serait alors un simple espace d’analyse, un cadre d’intervention des collectivités locales qui, toutes, conduiraient les mêmes politiques avec les mêmes outils, les mêmes priorités et les mêmes ambitions. Cette approche semble toutefois ignorer que toute économie, comme toute société, est inscrite dans un territoire qui lui donne sens.

Les acteurs du développement local estiment que le territoire n’est pas un lieu mais un milieu et voient dans la diversité des modalités de fonctionnement des économies modernes des opportunités de développement encore mal exploitées. Dans le contexte nouveau de la crise, le renforcement de l’ancrage local de l’économie est un enjeu grandissant pour les élus et les autres acteurs locaux. Face à la crise économique et écologique, il s’agit à la fois de développer dans les territoires de nouvelles stratégies de développement en tenant compte des interdépendances à l’œuvre, et d’offrir une possibilité de réappropriation des choix économiques par la collectivité locale et par les habitants.

C’est pourquoi, la troisième université d’été du développement local qui se déroulera du 12 au 14 septembre 2012, à Marseille, proposera de travailler sur les dimensions complexes du développement économique dans sa relation aux territoires, pour renforcer l’ancrage économique local et le pouvoir d’agir des citoyens : Des territoires comme ressources, quelles ressources pour les territoires ? Renforcer l’ancrage économique local et le pouvoir d’agir des citoyens.

Plus d’informations sur le site Décentraliser autrement.

Contact : unadel@wanadoo.fr ou ardl@wanadoo.fr
Unadel : 01 45 75 91 55 ou Ardl : 04 96 12 01 98

Territoires et cohésion sociale : quels outils, quelle gouvernance ?

La Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, en partenariat avec les directions départementales et l’association Voisins & Citoyens en Méditerranée, organise une journée de travail autour du thème :

Territoires et cohésion sociale : quels outils, quelle gouvernance ?
Mardi 19 juin 2012 de 13h00 à 17h30
Au CREPS d’Aix en Provence – Amphithéâtre

Cette journée est l’occasion de réunir les professionnels des politiques territoriales de la cohésion sociale dans un espace pour :

  • d’une part, présenter une synthèse du cycle des ateliers territoriaux de la cohésion sociale qui se sont déroulés dans chaque département en 2011,

  • d’autre part, questionner les enjeux et les moyens de la mise en œuvre des politiques publiques de la cohésion sociale,

  • et enfin, remettre le prix régional de la recherche sur la cohésion sociale.

Inscription : v.c.m@wanadoo.fr

Télécharger le programme.

 

Bousculer la nation ?

Aggiornamento Hist-Geo réunit une équipe d’enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d’enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public.

Journée d’étude : "Bousculer la nation ?"
14 avril 2012

  • Histoire de France et identité nationale (Suzanne Citron)
  • Une géographie critique du territoire national est-elle possible ? (Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian)
  • Quand les grands hommes de la nation décident… (Patricia Legris)
  • La pédagogie de l’éveil en question : le cas de la géographie (Micheline Roumégous)
  • La doxa tyrannique de l’identitaire et l’élémentation de l’histoire qui la disqualifie (Charles Heimberg)
  • Bousculer l’enseignement de l’histoire, quels enjeux, quels possibles ? (Laurence De Cock)

Actes de la journée d’études disponibles sur le site d’Aggiornamento Hist-Geo.

Peuple, populaire, populisme, cultures populaires

Deuxièmes rencontres de la Ligue de l’enseignement, le 23 mai 2012 à Paris, au CISP Ravel sur les thèmes « Peuple, populaire, populisme, cultures populaires ».

Qu’est-ce qu’un peuple ? De multiples définitions en ont été données. Aucune ne fait l’unanimité. Il est néanmoins avéré que l’essentialisme est réfuté : il n’existe aucun peuple éternel et immuable. Un mouvement comme la Ligue de l’enseignement se tournera spontanément vers les définitions qui mettent en évidence le caractère construit, historique, des identités culturelles. Ce qui ne règle pas toutes les questions. Quel est le rôle de la volonté politique ? Quel est celui des simples circonstances : géographie, démographie etc… Et celui des artistes, écrivains, musiciens (Hugo, Goethe, Tchaïkovski …) ?

Le résumé des rencontres et les intervenants en vidéo sur le site education-populaire-congres.org :

 

  • Joël Roman, philosophe, directeur de la collection Pluriel Qu’est-ce qu’un peuple ? Intervention synthétique mettant en perspective toutes les questions de la problématique.
  • Jean-Paul Martin, historien L’enseignement du peuple. Panorama historico-sociologique de l’éducation populaire. Comment celle-ci a-t-elle conçu les notions de peuple, de populaire, de culture populaire.
  • Alexandre Dorna, professeur de psychologie sociale Le populisme. Bons et mauvais usages d’un terme et d’un thème devenu à la mode.
  • Pierre Aurégan Terre humaine : une collection consacrée aux cultures populaires. Un panorama de la collection dirigée par Jean Malaurie. Avec une centaine d’ouvrages publiés en cinquante ans, elle est la collection française la plus traduite dans le monde.
  • Les contes populaires. Les contes ont pris des formes particulières qui expriment des identités spécifiques. Dans le même mouvement, ils reposent sur des fondamentaux partagés par tous les êtres humains.
  • L’univers des contes populaire. Avec Valérie de Saint-Do, rédactrice en chef de la revue Cassandre Hors Champ qui a consacré un numéro hors série aux contes dans la société actuelle.

Patrimoines et diversité : quels enjeux pour l’éducation artistique et culturelle ?

 

De la définition du concept de Patrimoine, héritée de la Révolution française, à celle, plus récente, de Patrimoine mondial de l’UNESCO, il s’agissait lors de ce colloaue de mettre en lumière les matériaux à partir desquels s’est construite l’Institution patrimoniale et d’identifier les mises en questions qui ont contribué à son enrichissement.

À partir de témoignages et de récits d’expérience, ce séminaire a tenté d’appréhender une pensée en mouvement, avec l’ambition d’orienter les futurs rendez-vous proposés par le pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle (PRÉAC).

Enregistrement audio des interventions du colloque disponibles sur le site du PRÉAC.

 

Avec :
  • Jean-Marc Lauret, chargé de mission à l’Inspection générale des affaires culturelles
  • Olivier Poisson, conservateur général du patrimoine
  • Daniel Maximin, écrivain, commissaire général de l’Année des Outre-mer
  • Jacqueline Ursch, directrice des Archives départementales des Bouches-du-Rhône
  • Etienne Anheim, maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Versailles/Saint-Quentin, directeur adjoint de l’Institut d’Etudes Culturelles et coordinateur scientifique du laboratoire d’excellence PATRIMA
  • Henri-Pierre Jeudy, sociologue CNRS/IIAC, écrivain
  • Anne Ruelland, directrice des publics, Cité de l’architecture et du patrimoine, 
  • Peggy Derder, responsable du département éducation, Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 
  • Anne Zali, responsable du service d’action pédagogique, Bibliothèque nationale de France, 
  • Marie Rusch, proviseur du lycée Chennevières Malézieux, 
  • Stéphanie Le Lay, animatrice du patrimoine « Ville et Pays d’Art et d’Histoire »
  • Olivier Grenouilleau, inspecteur général de l’éducation nationale, groupe d’histoire et de géographie, 
  • Henri de Rohan-Csermak, inspecteur général de l’éducation nationale, chargé de l’histoire des arts
  • Marie-Christine Ferrandon, directrice du CRDP de l’académie de Paris, opérateur du PREAC
  • Modération : Jean-Marc Lauret, chargé de mission à l’Inspection générale des affaires culturelles du ministère de la Culture et de la Communication

Une histoire et des mémoires partagées

 

Après la Guerre d’Algérie, 25 familles de réfugiés harkis rejoignent Ongles, premier village à accepter de les recevoir. Par la suite le village accueille un centre de préformation professionnelle destiné aux enfants de harkis.

L’Association des Supplétifs, des Harkis et de leurs Amis organise les 22 et 23 septembre ses quatrième journées d’études "Une histoire et des mémoires partagées" :

Samedi 22 septembre à partir de 17h
Dimanche 23 septembre à partir de 9h

au foyer rural Yves Durand, 04230 Ongles
(uniquement sur inscription)

Le programme des journées d’études 
Bulletin d’inscription (réponse souhaitée avant le 12 septembre)

Place à la parole !

 

L’opération "Paroles Partagées" à l’initiative de plusieurs fédérations et mouvements "historiques" de l’éducation populaire a déjà une histoire qui témoigne d’une capacité à faire ensemble autour d’une réelle intelligence collective toujours en devenir.

Le 12 octobre prochain à Avignon, elle prendra la forme d’un Forum régional des acteurs associatifs organisé tout particulièrement par l’Union des Fédérations Régionales des MJC de Méditerranée, de l’Union des Fédérations des Centres Sociaux de PACA, de la Fédération des Centres Sociaux de Vaucluse et de Peuple et Culture de Marseille. Y sont également associés les Francas de Vaucluse et Tous Citoyens d’Avignon ainsi que toutes les autres structures de terrain porteuses de projets.

Le débat largement ouvert prendra appui sur la présentation et l’analyse de plusieurs expériences et se prolongera en atelier. Il sera introduit par Jean-Pierre Chrétien, Maitre de Conférence au Conservatoire National des Arts et Métiers et initiateur d’opérations artistiques et culturelles avec des personnes "empêchées".

Au moment où la prise de parole sous toutes ses formes est si nécessaire et où l’éducation populaire connait un réel regain d’intérêt, ce forum d’acteurs-chercheurs prend tout son sens.

Place à la parole !
Forum régional des acteurs associatifs

12 octobre 2012
Espace Jean Garcin, Hôtel de Sade, rue Dorée
Avignon

Télécharger le programme et le bulletin d’inscription.

Vers la fin de la stigmatisation. Pour un monde de dialogue

 

À partir de 16h30 deux tables rondes vous seront proposées :

Roms : Vers la fin de la stigmatisation, pour des solutions humaines et durables. 
Europe, Méditerranée : Pour un monde de dialogue et d’échange respectueux des droits et de la dignité des immigrés et des Sans-Papiers.

Vers 19h30 vous pourrez vous détendre avec un entracte autour des cuisines de la Méditerranée.

Enfin, à partir de 20h30, une partie spectacle, ouverte à tous, s’appuiera sur les musiques roms, tsiganes, maghrébines et occitano-provençale.

Les intervenants seront précisés très prochainement. 

Organisé par le Collectif aixois pour les droits et la dignité des Roms, des immigrés et des sans-papiers (CADDRIS)
Samedi 6 octobre 2012 à 16h30
Centre social des Amandiers au Jas de Bouffan, 13100 Aix-en-Provence

 

La fabrique politique de l’exclusion

 

Le Centre Norbert Elias organise, en partenariat avec l’EHESS, la seconde édition de sa journée d’études annuelle. Les différentes interventions se pencheront sur la complexité des enjeux, des collectifs et des pratiques qui déterminent la mise en place de politiques visant à exclure des populations construites comme étrangères. De la construction des catégories de l’action politique à la mise en place de mesures coercitives, les figures de l’étranger permettent de questionner plus largement les limites de la citoyenneté, ainsi que l’exercice et la légitimité de la souveraineté de l’État sur son territoire.

Ouverte au public, cette rencontre scientifique propose d’aborder ces questions à travers une approche interdisciplinaire mêlant anthropologie, histoire et sciences politiques.

Vendredi 12 octobre 2012
Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité - 13002 Marseille

Présentation sur le site du Centre Norbert Elias

Programme :

9h : Accueil des participants
9h30 : Ouverture - Suzanne De Cheveigné (CNRS/Directrice du Centre Norbert Elias)
9h40 : Introduction - Marko Tocilovac et Jean-Baptiste Xambo (EHESS/Centre Norbert Elias)
10h : Simona Cerutti (EHESS – CRH/LaDéHiS) : « Étrangers : l’instabilité d’une condition sociale dans les sociétés d’Ancien Régime »
11h30 : Alexandra Clave-Mercier (Bordeaux II - LAM) : « Des processus de catégorisation au sein d’un dispositif politique local d’ "intégration" de migrants Roms »
12h : Sandrine Vinckel (Paris I - CEMAf) : « Co-construction de l’exclusion des Kasaïens “non originaires” : entre l’implicite des politiques publiques et les représentations sociales ordinaires » (R.D. Congo)
14h30 : Ilsen About (MMSH - IDEMEC) : « Un piège de papier. Les exilés face à la police d’identification en France pendant l’entre deux guerres »
15h : Thomas Leonard (Lille II - CERAPS) : « Les figures de l’étranger en comparution immédiate »
16h30 : Catherine Neveu (CNRS – iiAC/TRAM) : « Saisir l’exclusion par son contraire : de quelques formes citoyennes alternatives »

Migrations et médias. La figure de l’"immigré" dans la presse au XIXe siècle

Au cours des premières décennies de la Troisième République naît dans la presse la figure de l’"étranger" (plutôt que celle de l’immigré) : "l’espion allemand", "l’italien au couteau", opposés au national. Cette représentation négative est connue des historiens. Pourtant, sa genèse dans la presse n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie. Adoptant la démarche de la socio-histoire, nous nous interrogerons sur les conditions sociales de son émergence, puis sur les moments-clés où des journaux l’ont installée dans l’espace public au côté d’autres figures, telles que le "vagabond" ou " l’apache" . Il semble que la criminalisation de "l’autre" soit le ressort essentiel de la mise en œuvre de ces stéréotypes dans la presse.

Migrations et médias. La figure de l’"immigré" dans la presse au XIXe siècle
Mardi 23 octobre 2012 de 10h à 12h
Salle Temime
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5, rue du Château de l’Horloge - Aix-en-Provence

Le programme de recherche "Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle"

Journée régionale de l’observation des discriminations en PACA

Une initiative conjointe de la DRJSCS et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Journée régionale de l’observation des discriminations en PACA
Vendredi 7 décembre 2012 à partir de 9h
Salon d’honneur de la Préfecture de région
2, boulevard Paul Peytral - Marseille 6e

Programme :

9h00 - 9h30 : accueil
9h30 - 10h00 Allocutions douverture
Gaëlle Lenfant, vice-présidente déléguée aux Solidarités, Prévention et Sécurité, Lutte contre les discriminations à la région Provence–Alpes–Côte d’azur
Gilles Barsascq, SGAR
Mario Barsamian, président de l’ORM
10h00 - 10h15
Présentation de la mission par l’ORM
10h15 - 11h00 Pourquoi observer les discriminations ? quels usages des statistiques en France et en Europe ?
11h00 - 12h30 1re table ronde : observer les discriminations : Pourquoi et comment ?
14h00 - 14h30 Les discriminations ressenties et les inégalités sociales
14h30 - 16h15 2e table ronde : Lutter contre les stéréotypes en matière de discrimination, enjeux de connaissance et d’intervention
16h15 - 16h30 Clôture de la journée par l’ORM

Télécharger le programme de la journée.

Mémorial national des travailleurs indochinois

Journée d’information sur le projet d’implantation, à Salin-de-Giraud, d’une statue destinée à devenir le Mémorial national des travailleurs indochinois.

Samedi 1er Décembre 2012 à partir de 9h00
Salle Polyvalente de Salin de Giraud
Place des anciens combattants d’Algérie, « Ancien cinéma »

Déroulement de la journée

9h00 - Ouverture de la salle, visite de l’exposition retraçant en photos et textes l’épopée des 20 000 travailleurs indochinois requis. Animation vidéo projecteur et films d’archives
10h15 - Ouverture de la conférence débat par les membres de l’association M.O.I.
10h30 - Conférence débat avec Pierre Daum, journaliste, auteur d’Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 (Actes Sud 2009), Nicolas Koukas, adjoint au maire d’Arles en charge du travail de mémoire, et Louis Sayn Urpar, avocat, bâtonnier de l’ordre près du tribunal de grande instance de Tarascon.
12h00 Vin d’honneur offert par la mairie d’Arles.
12h30 - Repas au restaurant. Prix spécial M.O.I. 20€ (réservation impérative au 04 42 86 83 87)
14h30 - Réouverture de la salle Polyvalente. Visite libre de l’exposition.
17h30 - Fin de la journée d’information.

 

 

Comment renforcer le pouvoir d’agir des citoyens ? Education populaire, éducation spécialisée, économie solidaire, développement local, politique de la ville , travail social : quelles postures, quelles pratiques ?

Journée co-organisée par l’Association régionale de développement local, le CRPV-PACA, le 20 décembre 2012 à Marseille.

Programme prochainement en ligne sur le site du CRPV.

Des différences (im)pertinentes ? L’École à l’heure de la complexité

Aujourd’hui plus que jamais il est primordial de dépasser malentendus et amalgames, de proposer une vision plus nuancée, nécessairement complexe des réalités auxquelles sont confrontés les acteurs sociaux en général, le monde éducatif en particulier. Pour cela, différents chercheurs et praticiens apporteront leur éclairage à partir du numéro 168 de la revue Diversité "Des différences (im)pertinentes. Retour sur la question ethnique".

Mercredi 30 janvier 2013 de 9h00 à 16h30
Salle Cézanne du CRDP
31, bd d’Athènes 13001 Marseille

Inscription obligatoire auprès d’elsa.renouf@cndp.fr


9h00
Accueil et ouverture institutionnelle
Présentation de la journée par Régis GUYON, rédacteur en chef de la revue Diversité
9h30
L’invention contemporaine de la diversité en France
Conférence de Réjane SENAC, sociologue (CNRS-CEVIPOF)
10h30
Les figures de l’altérité. Table ronde avec :
Alessandro BERGAMASCHI, sociologue (URMIS, Université de Nice)
Émilie MARTINEZ-TORRES et Magdi REJICHI, comédiens et co-directeurs artistiques (Compagnie Peanuts, Marseille)
Nacira GUENIF, sociologue et anthropologue (EXPERICE/ Universités Paris 13 et Paris 8)
13h30
Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord
Projection du film d’Eric PINOY et Damien BOISSET (Approches Cultures & Territoires / eProdvideos)
14h30
Á l’école des différences. Table ronde avec :
Elsa DEBRAS, IA-IPR de Lettres (académie d’Aix-Marseille)
David CARATY, Bernard BOI, formateurs (Casnav Aix-Marseille)
Marie-Laure GERIN, professeur des écoles, retraitée (Marseille)
16h00
Conclusion et mise en perspective
Françoise LORCERIE, sociologue (CNRS-IREMAM, Aix‑en‑Provence)

Du décrochage scolaire à la réussite : le rôle des alliances éducatives, expériences européennes et nord-américaines

Ce colloque international est une initiative scientifique de l’IUFM Célestin Freinet de Nice et du Laboratoire international Accrochage scolaire et Alliances éducatives (LASALÉ), laboratoire qui regroupe des chercheurs de Suisse, Belgique, du Québec, de France et du Luxembourg.
Il a pour objectif de rassembler les chercheurs sur la question du décrochage scolaire et de son contraire, la persévérance, dans une approche multidisciplinaire (psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, didactique etc.). Son angle d’approche est non seulement la prise en charge multidisciplinaire du phénomène mais aussi institutionnelle.
Comment s’articulent les alliances éducatives entre les différents partenaires ? Quelles sont les initiatives actuelles évaluées comme efficaces ? Avec quels partenariats ? Quels sont les facteurs de persévérance ? Quelles propositions pour la prise en charge du phénomène afin que l’école de demain soit l’école de la réussite pour tous, une école de la première chance ?

Présentation, programme prévisionnel, inscription et informations pratiques sur le site de l’IUFM / Université de Nice Sophia-Antipolis


Comment les migrants vivent-ils dans les villes méditerranéennes ?

200 lycéens acteurs d’une rencontre méditerranéenne

L’Institut de Recherche pour le Développement et la Villa Méditerranée organisent, en clôture du dispositif Parcours migratoires, un colloque de restitution. Pour l’occasion près de 260 personnes seront invitées à débattre sur les migrations qui façonnent les sociétés méditerranéennes. Principaux acteurs de la journée, les lycéens français, marocains et tunisiens ayant participé au dispositif seront à la tribune. Les séances se dérouleront en présence des enseignants, des chercheurs et des représentants des différentes institutions et associations ayant accompagné ces lycéens pendant l’année scolaire 2012/2013.

Les sciences sociales comme langage commun

Point d’orgue du dispositif, cet événement, envisagé comme un colloque scientifique a deux objectifs : valoriser les travaux des lycéens et susciter les échanges et les discussions entre les participants. La programmation alternera des séances plénières et des ateliers. Au cours des plénières, les élèves, à la manière des chercheurs en sciences sociales, présenteront les enquêtes qu’ils ont réalisées sur des parcours de migrants. A travers des ateliers, plus ludiques, ils débattront sur les méthodes mises en oeuvre pour obtenir ces résultats. La journée s’achèvera par une déclaration finale portée par les jeunes élus du 8ème mandat (2012-2014) du Conseil régional des jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Colloque international : Parcours migratoires
14 mai 2013, de 8h30 à 17h30
à la Villa Méditerranée, Esplanade du J4, 13002 Marseille

Entrée libre sur inscription avant le 05 mai 2013 auprès du Service Culture scientifique - DIC - IRD jeunesse@ird.fr

Télécharger le pré-programme.

Marseille : des récits à l’histoire. Hommage à Émile Témime

Aujourd’hui, la simple évocation du nom de Marseille évoque une multitude d’images et de représentations qui s’entrechoquent. Il existe mille descriptions de cette ville, mille récits. Comment, à partir de cette abondance de récits, décrire l’histoire des réalités de Marseille ?

À partir des années 1980, un des artisans les plus pertinent en a été l’historien Émile Témime. En travaillant directement sur ce qui apparaissait jusque là comme « à la marge » de la ville, en partant de ceux qui semblaient juste traverser la Canebière pour filet vers on destin inconnu, Émile Témime a reconstruit pierre par pierre l’histoire de Marseille, ville de migrations.


En nous appuyant sur celles et ceux qui ont également pris le parti de collecter parcours et mémoires des peuples de la ville nous rendons ici hommage à l’historien qui a redonné à Marseille sa véritable nature : un carrefour des civilisations.

Marseille : des récits à l’histoire
Hommage à Émile Témime

18 novembre 2013
Musée d’Histoire de Marseille

Entrée libre. Sur inscription act@approches.fr

Pré-programme :

Tables rondes :

  • « Le récit des récits »
  • « La ville des sociologues »
  • « L’historien et la ville »

Projections : Marseille, Marseilles de Mehdi Lallaoui

Télécharger le programme détaillé.

Marseille : musiques en partage

Longtemps, les représentations dominantes ne considéraient les travailleurs immigrés que comme force de travail. D’autres images sont apparues au tournant des années 1980-90.

Pourtant, non seulement les femmes et les hommes venus d’ailleurs en Provence, et singulièrement à Marseille, portent avec eux souvenirs, légendes, histoires et pratiques culturelles, mais leurs descendants désormais citoyens ont créé, adapté, métissé tous ces apports avec les cultures régionales.

« Tantôt venant d’Espagne ou d’Italie », du Maghreb ou d’Afrique, ces apports n’ont cessé d’enrichir notre patrimoine. Dans cet ensemble, chants et musiques sont sans doute la partie la plus flamboyante.

C’est pour découvrir ou redécouvrir ces apports qu’Approches Cultures & Territoires et les Archives départementales des Bouches-du-Rhône vous proposent cette balade, dans le cadre de la Biennale Histoire et Mémoire des Immigrations et Territoires.

Marseille : musiques en partage
6 novembre 2013
Archives départementales des Bouches-du-Rhône

18-20, rue Mirès - 13003 Marseille
Tram : Arenc-Le Silo / Métro : Désirée Clary

Gratuit. Réservation conseillée au 04 13 31 82 00.


PROGRAMME

13h30 Accueil avec l’exposition « Les sillons de Belsunce » de PhocéePhone

13h45 Présentation de la rencontre

14h Projection du film « Trésors des scopitones arabes, kabyles et berbères »
15h Table ronde sur les bars et les scopitones
• Damien Taillard (association Phocéephone)
• Naïma Yahi (historienne, directrice de Pangée Network)

16h Lecture « Boulègue Banjo ! »
16h30 Table ronde sur le jazz et le rap à Marseille
• Gilles Suzanne (maître de conférence à l’Université d’Aix-Marseille, co-auteur de À fond de cale, un siècle de jazz à Marseille)
• Karim Hammou (sociologue à l’EHESS)
• Julien Valnet (chargé de communication et des relations avec les publics de l’association Aide aux Musiques Innovatrices, auteur de M.A.R.S., histoires et légendes hip-hop marseillais)

17h30
Concert de Gli Ermafroditi, dont les racines vont puiser dans l’Italie méridionale.


Histoire et mémoire des immigrations : le rôle des réseaux régionaux

L’histoire des immigrations abordée à patir du prisme régional est un des outils le plus pertinant pour en saisir les processus et réalités au plus proche de l’humain.

Dans ce cadre nous avons voulu mettre en exergue le rôle des réseaux régionaux en terme de productions et de valorisation. Si chaque réseau à sa propre histoire avec ses réussites et ses difficultés un de leur point commun et point fort est la collaboration entre eux de manière interrégionale et par là même l’articulation des échanges avec les structures nationales.

Mais avant de parler des réseaux régionaux et de l’articulation avec les structures nationales, nous avons voulu vous proposer une illustration concrète de l’importance de l’échelon régionale, voir local à travers l’histoire et la mémoire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983.

Histoire et mémoire des immigrations : le rôle des réseaux régionaux
16 octobre 2013
Archives départementales des Bouches-du-Rhône
18-20, rue Mirès - 13003 Marseille

Entrée libre. Sur inscription.

Pré-programme des tables rondes :

  • La Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 : des mémoires à l’histoire
  • Histoire et mémoire des immigrations : le rôle des réseaux régionaux
  • Articulation des dynamiques régionales et nationales
  • sur l’histoire des immigrations

Une sociohistoire de la politique de la ville : sens et avenir en questions

La politique de la ville et ses préfigurations des années 1980 ont toujours été présentées comme des assemblages de vagues idées, de méthodologies innovantes et d’actions locales multiples voire hétéroclites.

Derrière ces assemblages, une certaine doctrine d’action sociale et publique peut néanmoins être identifiée. Cette doctrine prend appui sur un certain type de diagnostic et en même temps, l’oriente. Elle a été mise à l’épreuve de quatre décennies d’accumulation de dispositifs et de plans ciblés sur des territoires diversement qualifiés : quartiers, banlieues, zones, sensibles, prioritaires. Quels enseignements convient-il d’en tirer ? Quelle place occupe la politique de la ville dans le paysage institutionnel français ? Quels sont véritablement ses buts ? Pourquoi ce rendez-vous manqué avec le travail social ? En quels termes peut-on débattre de l’avenir de cette politique ? Poursuite avec réajustements ? Dépassement ? Disparition ?

Par Joël Barthélémy, sociologue, formateur, enseignant et chercheur vacataire dans le champ de l‘intervention sociale (régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Centre)

Lundi 23 septembre 2013 à 13h30
IRTS PACA-Corse - 10 avenue Alexandre Ansaldi, 13011 Marseille

Inscription : par téléphone au 04.91.67.13.27 ou par e-mail à agathe-petit@irts-pacacorse.com (entrée gratuite)

Discriminations, racisme : comment agir ensemble à Marseille ?

Dans le cadre d’un projet visant la mise en œuvre d’actions collectives de lutte contre les discriminations et le racisme à Marseille, l’association Université du Citoyen, en partenariat avec différents acteurs ressources marseillais, vous invite à une journée d’échanges et de débats sur le thème : « Discriminations, racisme : comment agir ensemble à Marseille ? »

Mardi 18 février 2014, de 9h à 16h
Maison des Familles et des Associations
Avenue Salvador Allende - Marseille 14e
 
Cette rencontre, qui s’adresse aux acteurs de terrains et aux acteurs ressources sur ces thématiques, permettra de croiser nos regards et nos expériences afin d’envisager des actions collectives, en présence d’intervenant extérieurs, notamment Fabrice Dhume (chercheur-coopérant à l’Institut social et coopératif de recherche appliquée, ISCRA) et Karin Henrikz (juriste, Réseau de lutte contre les discriminations à Malmö, Suède).
 
Invitation et infos pratiques en téléchargement

Site de l’Université du Citoyen

Approches Cultures & Territoires (ACT) est depuis octobre 2013 partenaire de l’Université du Citoyen dans cette mise en réseau des acteurs de la lutte contre les discriminations à Marseille.

Migrer d’une langue à l’autre ?

Pratiquées à des degrés divers sur un mode toujours mineur par rapport à la langue majoritaire, les langues de l’immigration n’en sont pas moins présentes : dans le milieu familial où elles peuvent être transmises aux générations futures, pour les démarches administratives et l’accès au droit, au travail entre personnes d’une même nationalité ou communauté, dans les associations culturelles, etc.
Leur pratique effective ou supposée signe une appartenance (réelle ou fantasmée) de la part de leurs locuteurs. Et qu’elles soient considérées comme un handicap ou une richesse, ce sont les représentations autant que les faits qui font débat. Pourquoi et comment reconnaître des langues minorées en raison du statut socio-économique de leurs locuteurs ? Comment les prendre en compte dans une éducation au plurilinguisme ? De quelle manière les valoriser dans un cadre professionnel et à quelles fins les investir dans les pratiques culturelles ?

Actes en ligne sur le site de la Délégation générale à la Langue française et aux Langues de France dans la sous-rubrique « La langue française dans son rapport avec les autres ».

Livret en téléchargement (76 pages, pdf)


Cette manifestation était organisée à l’occasion de la journée européenne des langues par la Délégation générale à la Langue française et aux Langues de France (ministère de la Culture et de la Communication) et la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Politique de la ville et participation : faire bouger les lignes !

Depuis les années 1970, les notions d’empowerment, pouvoir d’agir, développement social communautaire, … parcourent l’histoire de plusieurs champs d’activités dans le travail social, la politique de la ville, l’éducation populaire et le développement local. La référence à ces approches s’est peu à peu estompée au cours des années 1990‐2000 devant un autre registre renvoyant davantage aux notions de « citoyenneté » et de « participation ». Elles connaissent aujourd’hui un regain d’intérêt pour de nombreux professionnels et acteurs associatifs dans un contexte d’accentuation de la précarité et des inégalités sociales et territoriales.

Cependant les ambitions affichées et l’effervescence renouvelée autour des notions de participation traduisent‐elle un réel changement dans la manière de concevoir et conduire les politiques publiques ? Les lignes ont‐elles bougé ? Quelles sont les conditions requises permettant de dépasser la dimension incantatoire de l’appel à participer ? Sur quels leviers agir ? Quels sont les premiers pas à accomplir ?

Politique de la ville et participation : faire bouger les lignes !
Journée organisée par le CRPV, l’Université du Citoyen et l’ARDL-PACA
Lundi 3 février 2014 à partir de 8h45

Inscription : formulaire en ligne

Télécharger le programme.

Des droits fondamentaux aux droits effectifs

Les comportements discriminatoires et xénophobes à l’encontre des Roms, de la part des pouvoirs publics comme d’une partie de la population, se traduisent par des atteintes aux droits fondamentaux, généralisées et répétées. Par ailleurs, les tribunaux, sauf à de rares exceptions, rencontrent des difficultés à faire prévaloir, notamment, le droit à l’hébergement sur d’autres droits, particulièrement celui de propriété. Cela respecte-t-il les principes majeurs du Droit ?
Le propos n’est pas de rechercher des droits spécifiques pour les Roms, mais de sortir de la discrimination dont ils souffrent, en les considérant d’abord comme des êtres humains, ayant à ce titre accès au droit commun.
Ce colloque se situe dans un processus plus large visant l’ensemble de la problématique concernant les Roms en France.

Des droits fondamentaux aux droits effectifs
Vendredi 28 mars 2014 de 9h30 à 18h
UFR d’économie et gestion (14, rue Puvis de Chavannes - Marseille 1er)

À télécharger :

Marseille : ville monde, histoire complexe

Ces journées d’études partent d’une rencontre entre les questions d’un musée et celles d’associations. Le musée d’Histoire de Marseille, tout récemment rouvert sur le site archéologique du port fondateur, présente 2 600 ans d’histoire maritime et portuaire de la ville. Le parcours muséographique donne à voir la complexité de cette ville singulière et plurielle par son commerce, ses industries de produits coloniaux, ses migrants. Mais, au-delà des images médiatisées, comment inscrire l’histoire ordinaire des gens d’aujourd’hui dans le passé bien documenté de la ville-monde ? Quelle place pour les témoignages, les souvenirs, les archives qui rappellent l’existence de quartiers, de bidonvilles et d’usines disparus ?

Une maquette de l’îlot Pasteur restitue un habitat singulier de l’Estaque à l’image d’un village d’inspiration maghrébine. Auto-construit dans les années 1950 par des chefs de familles dont un grand nombre travaillaient aux tuileries de Marseille, cet ilôt d’habitation a fait l’objet d’une opération de résorption d’habitat insalubre en 1997. Cette maquette a été réalisée par une association d’architectes, « Face à Face », architecture et urbanisme de proximité, avant la destruction du village, selon une démarche participative menée avec les habitants. En 2008, elle est accueillie à l’école élementaire de l’Estaque-Gare et devient support d’animations pédagogiques et de sensibilisation des élèves à l’histoire et la mémoire des quartiers. Soucieux de sa conservation à long terme, en 2012, le directeur de l’école interpelle le musée d’Histoire de Marseille et en 2013 la remet au centre social de l’Estaque-Séon où elle est actuellement exposée. De quelles représentations témoignent cette maquette et ce projet ? Quel rapprochement peut être établi avec le projet de « village kabyle » fait au début du XXe siècle par la Chambre de Commerce de Marseille ? Cette maquette est-elle un objet digne d’être patrimonialisé ? Comment garantir sa préservation pour transmission aux générations futures ?

Autres formes de valorisation des patrimoines, les balades urbaines se sont multipliées pendant l’année Marseille-Provence, capitale de la culture : conduites par des habitants ou mettant en scène témoignages et récits de vie, quel rapport au territoire et aux institutions patrimoniales instaurent-elles ?


Ces questions rejoignent celles que le Groupement d’intérêt scientifique « Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles » développe depuis 2011, en croisant les points de vue de conservateurs de musées, archivistes, bibliothécaires, chercheurs et responsables associatifs. Ce sont ces questions que les Journées d’étude des 17 et 18 avril proposent de débattre.

Marseille : ville monde, histoire complexe
Quelles collections pour le Musée d’histoire ?

Journées d’études, 17 et 18 avril 2014
Musée d’histoire de Marseille - rue Henri Barbusse Marseille 1er
et centre social Estaque-Séon - Marseille 16e

Participation libre sur inscription
claudiobroitman@gmail.com
helene.hatzfeld@culture.gouv.fr

Télécharger le programme.

Pratiques artistiques et culturelles dans le processus de lutte contre l’illettrisme

Ce séminaire a pour objectif de confronter, à l’échelle européenne, des pratiques culturelles menées avec des personnes en situation d’illettrisme, voire d’analphabétisme, ou des migrants en apprentissage de la langue du pays de résidence, dans le cadre de dispositifs de formation mais aussi d’actions d’accompagnement social ou culturel. 

Du lundi 12 au mercredi 14 mai 2014
Maison de la Région - La Canebière - Marseille 1er

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription.


Programme sur le site de Peuple & culture Marseille.

Journée doctorale du laboratoire méditerranéen de sociologie

En partenariat avec l’école doctorale ED 355, le LAMES organise sa nouvelle journée doctorale.

Parmi les communications :

  • La construction des savoirs et ses inégalités à l’école maternelle : apprentissages cognitifs et intégration scolaire différentiels - Ariane Richard-Bossez
  • Sociologie politique des crimes racistes. Processus de construction et de reconnaissance des groupes ethniquement minorisés dans la France contemporaine, 1971-2003 - Rachida Brahim
  • Les Kurdes de Turquie à Marseille : le migrant, l’association et l’État. Analyse multiscalaire des stratégies politiques de la diaspora - Zuhal Karagöz

Programme complet sur le site du LAMES

Éducation et diversité

Mise à jour : L’intégralité des vidéos des interventions de la plénière des 1ères rencontres du Réseau International Éducation et Diversité (RIED) sont en ligne sur le site de Médiamed.

Le Réseau International Éducation & Diversité (RIED) propose de centrer le travail sur les enjeux normatifs et pratiques que recouvre le terme de « diversité » en éducation et en formation, « diversité » étant entendue prioritairement comme la diversité « ethnoraciale », « culturelle », linguistique et/ou religieuse. (...)

Les objectifs de ces Rencontres sont tout à la fois de contribuer : à comparer les enjeux d’enseignement sur la diversité dans les différents contextes nationaux et/ou territoriaux ; à réfléchir sur les épistémologies et courants respectifs, ainsi que sur les terminologies employées pour nommer les réalités et les enjeux ; à identifier les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être pertinents, ainsi que les approches pédagogiques permettant d’équiper les enseignants par rapport à ces questions, et d’ajuster leur formation au regard de ces défis.

Approches Cultures & Territoires (ACT) est partenaire du Réseau International Éducation & Diversité.

Programme ci-dessous ou en téléchargement sur le site du RIED



Programme de la 1ère Rencontre du RIED "Éducation et diversité"

Lundi 20 octobre

9h-10h : Accueil et ouverture (amphithéâtre)

Allocutions d’ouverture

  • Présidence d’Aix-Marseille Université
  • Frédéric Callens, Chef de bureau « Prévention des discriminations », Commissariat général à l’égalité des territoires
  • Marianne Gerber-Szabo, consule générale de la Confédération Helvétique à Marseille
  • Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM (CNRS-AMU)
  • Maryline Crivello, directrice du laboratoire TELEMME (CNRS-AMU)
  • Jacques Ginestié,
    directeur de l’ESPE d’Aix-Marseille Université, du laboratoire ADEF
    (AMU) et du réseau SFERE, et président du Réseau français des directeurs
    d’ESPE
  • Françoise Lorcerie, Altay Manço, Maryse Potvin, Margarita Sanchez-Mazas, RIED

10h30-13h : Table-ronde (amphithéâtre)
Des contextes institutionnels différents, entre autres au regard de la place qu’ils reconnaissent à la diversité culturelle des élèves

  • Marie McAndrew, Université de Montréal, L’immigration
    et la diversité ethnoculturelle dans les écoles québécoises : les
    grands encadrements et leur impact sur la formation des maîtres
  • Perrine Devleeshouwer, Université libre de Bruxelles / Université de Cergy-Pontoise, La Belgique francophone : entre reconnaissance des cultes et invisibilisation de la question ethnique
  • Tania Ogay, Université de Fribourg, La
    reconnaissance de la diversité ethnoculturelle en Suisse romande : les
    acteurs de l’éducation interculturelle pris dans la complexité de
    l’articulation entre diversité interne et externe
  • Françoise Lorcerie, IREMAM-CNRS / Aix-Marseille Université, Le cas compliqué de la France

Déjeuner

14h-16h : Cinq Ateliers en parallèle

Atelier 1 (salle ) : Le collectif au service d’une pédagogie inclusive. Apports théoriques et expériences de terrain

Présidence-animation : Margarita Sanchez-Mazas, Université de Genève

  • Greta Pelgrims, Université de Genève, Gérer l’hétérogénéité en classe : de l’individualisation à l’activité collective
  • Céline Buchs, Université de Genève & Fanny Olivier, Ecole des Racettes à Genève, L’apprentissage coopératif comme outil pour articuler l’individuel et le collectif
  • Francia Leutenegger & Isabelle Schmutz, Université de Genève, La prise en compte de l’individuel et du collectif dans une approche de didactique comparée
  • Andrea Giesch, Université de Genève, Les interactions dans l’apprentissage de la pratique musicale collective
  • Margarita Sanchez-Mazas & Selma Bajrektarevic, Université de Genève, Co-apprentissage linguistique et ouverture aux langues dans une perspective d’inclusion
  • Nancy Bresson, Université de Genève, Prévenir les phénomènes de bouc émissaire, implications pour une éducation inclusive

 

Atelier 2 : Éduquer en contexte spécifique

Présidence-animation : Catherine Blaya, Université de Nice-Sophia Antipolis

  • Ouaglal Zina, Sciences de l’Education, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Laboratoire CREFSE, Le REZO, une approche informelle pour se former à tout âge
  • Abraham-Peter Okwa-Ondo, ITEP (institut thérapeutique éducatif et pédagogique), Enseigner
    en ITEP : Comment prendre en compte la diversité sociale, culturelle et
    raciale chez des apprenants en très grandes difficultés scolaires
  • Line Numa-Bocage, sciences de l’éducation, Université d’Evry, Quelle prise en compte de la culture sociale dans l’éducation thérapeutique et l’aide aux élèves en difficulté ?
  • Christophe Parthoens & Malicia Lenert, Psychologues, AMO Reliance, Belgique, Formation par les pairs en dynamique de groupe favorisant la rencontre inculturelle et intercultuelle.

 

Atelier 3 : Imaginer de nouvelles pédagogies

Présidence-animation : Altay Manço, IRFAM, Belgique

  • Rémi Hess, Université Paris 8, L’écriture du journal interculturel : une exploration réflexive du vécu de la diversité
  • Michel Gout. Agence Nationale Europe Education Formation, La formation linguistique des migrants en Allemagne, Belgique, France et Royaume Uni
  • Anna Eriksen Terzian, EXPERICE-Paris 8, TIC et diversités culturelles Présentation d’une recherche-action
  • Claire Gavray, Université de Liège, Projet ‘Ecole de l’Espoir’ : une approche pédagogique alternative au profit du développement personnel et du vivre ensemble

 

Atelier 4 : Les défis d’une régulation institutionnelle des discriminations dans l’espace scolaire, recherches et expériences

Présidence-animation : Joëlle Braeuner, formatrice, doctorante Paris 8/UQAM

  • Stéphane Kus, IFé, Lyon, Une démarche de formation coopérative en réseau
  • Laurence Ukropina,Académie de Nancy-Metz, Les discriminations à l’école : de leur évidence à leur régulation
  • Isabelle Lorho-Lemaire, Université Paris 7/Académie de Versailles, Gérer les publics en difficulté plutôt que les difficultés d’apprentissages, quels effets sur les questions de discrimination ?
  • Françoise Lorcerie, IREMAM-CNRS/Aix-Marseille Université, Réinscrire l’éthique professionnelle dans la formation des enseignants
  • Stéphanie Bauer, Université de Genève et HEP du canton de Vaud, Le rôle des directions d’établissement dans la gestion de la diversité culturelle : une comparaison Suisse‐Québec
  • Ismahane Chouder, Ecole supérieure de Journalisme, Paris, Parents d’élèves et école, quelle interaction ?

 

Atelier 5 : Expérimentations en formation des enseignants

Présidence-animation : Maryse Potvin, Université du Québec à Montréal (UQAM)

  • Florence Saint-Luc, Aix-Marseille Université, De
    la confrontation coopérative interculturelle à l’autoformation
    coopérative : le cas des formateurs d’enseignants au sein du mouvement
    international de l’Ecole Moderne
  • Fatima Chnane-Davin, linguistique/FLS, ESPE, Aix-Marseille Université, La gestion de la diversité linguistique et culturelle. Le cas des classes des nouveaux arrivants en France
  • Anne Midenet, Histoire géographie, ESPE Lille Nord, La
    dimension interculturelle des situations d’enseignement et la diversité
    culturelle des publics scolaires dans la formation initiale de
    professeurs des écoles : enjeux du parcours à ouverture internationale à
    l’ESPE Lille Nord de France
  • Aneta Mechi, Université de Genève, Enseignant
    guide ou arbitre ? : Le rôle de « sentiment d’être concerné » dans la
    pratique quotidienne des enseignants face à des situations éducatives
    transversales

Pause café

16h30-18h30 : Cinq Ateliers en parallèle

 

Atelier 6 : Présence et gestion des catégories ethniques à l’école

Présidence-animation : Marie Mc Andrew, Université de Montréal

  • Stéphane Zephir, URMIS, Université de Nice Sophia Antipolis, Les modalités d’usage de la catégorisation ethnoraciale en milieu scolaire
  • Géraldine Bozec, Université de Nice Sophia Antipolis, Les enseignants du primaire et la diversité : comment repenser la construction à l’école d’une appartenance commune ?
  • Benjamin Farhat, Université Paris 8, La pratique du Ramadan dans un espace scolaire « ethniquement » ségrégué : une expérience religieuse, scolaire et collective
  • Nora El Massioui et Floréal Sotto, Association Leszégaux, L’humour
    comme mécanisme d’inclusion et d’exclusion en milieu scolaire :
    réflexions sur les usages et la gestion de l’humour par les équipes
    éducatives
  • Geneviève Mottet, Sciences de l’éducation, Université de Genève, Les enseignants à l’épreuve d’une politique de différenciation et de gestion de la diversité

 

Atelier 7 : Politiques à l’égard de la diversité

Présidence-animation : Françoise Armand, Université de Montréal

  • Wolfs José-Luis, Centre de recherche en éducation, Université libre de Bruxelles, « Savoirs
    scientifiques et croyances religieuses : comment se situent les
    élèves ? Enquête réalisée auprès d’élèves de terminale en Belgique
    francophone »
  • Véronique Francis, ESPE Université d’Orléans, Approche de la question ethnoraciale en formation des enseignants. Résistances, leviers et enjeux
  • Charlotte Gouverneur et Altay Manço, IRFAM, Belgique, L’école
    inclusive : une réponse aux défis de la diversification socioculturelle
    des publics ? Exemple d’une recherche-action à Bruxelles
  • Joëlle Morrissette, Yasmine Charara, Ben Moustapha Diédhiou, Sciences de l’éducation, Université de Montréal, Un
    tour d’horizon de la recherche sur l’intégration socioprofessionnelle
    des enseignants issus de l’immigration récente dans le contexte
    montréalais
  • Marianne Jacquet, Université de Vancouver, Canada, Inclusion,
    dialogue interculturel et responsabilités sociales : en creux des
    politiques éducatives et des dispositifs de formation des enseignants en
    Colombie-Britannique

 

Atelier 8 : Rapports entre élèves

Présidence-animation : Perrine Develeeshouwer, Université libre de Bruxelles/Université de Cergy-Pontoise

  • Audrey Boulin, sciences de l’éducation, Université Paris Descartes, Laboratoire CERLIS, La dimension ethnique au cœur de l’expérience adolescente. Le cas des internes d’excellence
  • Céline Véniat, Sociologie, EHESS, Paris, Expériences
    du racisme à l’école et discriminations dans l’accès à la
    scolarisation : La stigmatisation des enfants vivant en bidonvilles
  • Isabelle Collet, Barbara Fouquet Chauprade, Université de Genève, Se sentir bien à l’école en contexte ségrégué : une spécificité des garçons ?
  • Marie Jacobs, Haute Ecole Pédagogique, Pays de Vaud, Comment les élèves de Bruxelles résistent, déjouent ou intériorisent les valeurs majoritaires du cadre scolaire ?

 

Atelier 9 : Les curricula à l’épreuve de la diversité

Présidence-animation : Nancy Bouchard, Université du Québec à Montréal (UQAM)

  • Martine Boudet, Lettres modernes, ATTAC-France,
    De l’intégration du concept de diversité dans les programmes scolaires
    du secondaire en France.
  • Benoit Falaize, Histoire, Université de Cergy Pontoise, Laboratoire EMA, Espé de Versailles, IEP de Saint-Germain-en-Laye. Les premières inflexions du curriculum d’histoire à l’école élémentaire autour des questions des diversités à l’école
  • Annemarie Dinvaut, Linguistique et FLE, Université d’Avignon, Les albums jeunesse, quelles représentations de la migration, de la diversité et des contacts de langues et de cultures ?
  • Dany Rondeau, philosophie et d’éthique, Université du Québec à Rimouski, Le programme québécois d’Éthique et culture religieuse (ECR) : une piste pour une éducation interculturelle

 

Atelier 10 : Diversité et discrimination langagières

Présidence-animation : Régis Guyon, Rédacteur en chef de la revue Diversité

  • Marie-Odile Maire Sandoz, ENS-Lyon-IFé Centre Alain Savary, La diversité langagière à l’école à l’épreuve de la politique linguistique scolaire et de la pédagogie
  • Stéphanie Clerc, Aix-Marseille Université et LPL, Martine Kervran, ESPE de Bretagne, Université de Bretagne occidentale, et Claude Richerme-Manchet, Circonscription de Toulon 2, Face aux discriminations linguistiques sociales, que peut l’École ?
  • Philippe Blanchet, linguistique, Université Rennes 2, Idéologies linguistiques nationales et discriminations linguistiques en éducation
  • Elodie Combes & Françoise Armand, Université de Montréal, Les ÉNA et l’écriture de textes identitaires plurilingues : étude du rapport à l’écriture des élèves
  • Corina Borri-Anadon, Université du Québec à Trois-Rivières, Evaluation langagière en contexte de diversité : différenciation, uniformisation et normalisation

 

Mardi 21 octobre

9h-12h : Table-ronde (amphithéâtre)
Vers une éducation non discriminatoire. Comment la lutte contre les discriminations questionne l’éducation

  • Patrick Simon, INED, L’expérience de la discrimination en éducation/formation : Les enseignements de l’enquête TeO
  • Audrey Heine, ULB, Sentiment de discrimination des jeunes issus de l’immigration, approche genrée
  • Marie Verhoeven & Farah Dubois-Shaik (UCL),
    Rhétorique inclusive et discrimination institutionnelle : du modèle
    d’intelligibilité à l’exploration empirique des catégorisations des
    enseignants du fondamental
    en Belgique francophone
  • Fabrice Dhume, ISCRA/URMIS, La discrimination comme enjeu et levier de la formation professionnelle à l’école
  • Maryse Potvin, UQAM, « L’éducation inclusive », visée et moyens. La question des instruments

 

12h-13h : Présentation des Posters

Animation Marie-Anne Broyon,

  • Massouma Sylla, sciences de l’éducation, Université de Cergy-Pontoise, La scolarité des enfants d’origine subsaharienne à l’école française
  • Emilie Pontanier, Université de Toulouse Le Mirail, Le contournement de l’antisémitisme en Tunisie ou le choix de l’enseignement laïque
  • Valérie Lanier, CREDESPO, Université de Bourgogne, La
    diversité dans les manuels d’histoire de collège : Les acteurs
    extra-occidentaux et les femmes, des acteurs de l’histoire quasi
    invisibles, inférieurs, soumis et passifs ?
  • Camille Feurer, sociologie, Université de Lorraine, Education culturelle et artistique auprès de jeunes en difficultés sociale et scolaire
  • Agathe Dirani, IREDU, Université de Bourgogne, La diversité comme levier de créativité : une approche comparative France-Angleterre 
  • Béatrice Mabilon, Sonia Mejri, Université de Cergy-Pontoise, Le traitement de l’islam dans l’enseignement secondaire – Les manuels scolaires au coeur de notre panique morale ?
  • Stefania Belmonte, ULB et ISFOL Italie, Diversité par rapport à l’âge : réflexions et enjeux pour les systèmes d’apprentissage

Déjeuner

Après-midi : deux types d’activités au choix : le Symposium ou des ateliers thématiques

14 h-18h : Symposium Formation, 1ère partie (Amphithéâtre)

La formation des enseignants à la diversité

  • Margarita Sanchez-Mazas, Université de Genève, Sciences de l’éducation, La
    formation des enseignants en contexte de diversité : de la
    catégorisation des élèves à l’identification des problématiques
    éducatives
  • Françoise Armand, Université de Montréal, La pluralité des langues
  • Geneviève Zoïa, ESPE, Université de Montpellier, La prise en charge de la diversité dans la Formation en ESPE
  • José Luis Wolfs, ULB, Sensibiliser
    les futurs professeurs de lycée à la diversité sociale, culturelle et
    des convictions de leurs élèves : analyse du cas de la formation des
    agrégés à l’Université libre de Bruxelles
  • Nicole Tutiaux, ESPE, Université de Lille, Former à la diversité : point de vue du didacticien de l’histoire-géographie

ou

 

14h-16h : Deux Ateliers en parallèle

Atelier 11 : Approches sociologiques

Présidence-animation : Audrey Heine, Université Libre de Bruxelles

  • Laure Moguérou, Univ Paris-Ouest et INED & Jean-Luc Primon, Univ de Nice-Sophia Antipolis, URMISTrajectoire et traitement scolaires des enfants migrants en France
  • Jean-François Bruneaud, Université de Bordeaux, Le
    sentiment de discrimination perçu par les collégien-ne-s en fonction
    des appartenances ethniques et religieuses et de la configuration
    ethnique des établissements et de leur degré de ségrégation
  • Johanna Dagorn, Université de Bordeaux, De
    la difficulté de mesurer les discriminations de sexe/genre par les
    enquêtes de victimation et les statistiques officielles concernant le
    sexe, en lien avec la violence symbolique et le vécu des personnes
    discriminées ou discriminables
  • Rania Hanafi, Université de Bordeaux, Une observation participante sur terrain marseillais, en collège ECLAIR

 

Atelier 12 : Dispositifs et interventions

Présidence-animation : Claire Schiff, Université de Bordeaux

  • Clarisse Decroix, Brigitte Miyagi et Céline Papelard, CASNAV de l’Hérault, L’impact
    des représentations de la communauté éducative sur la réussite des
    élèves allophones nouvellement arrivés (EANA). Exemple des roumains et
    des yougoslaves migrants (roms migrants)
  • Lila Belkacem, IRIS, EHESS, Paris, L’institution
    scolaire en demande de « médiations interculturelles ». Le cas de
    consultations ethnocliniques organisées dans une école primaire à Paris
    pour faire face aux difficultés rencontrées par des enfants d’immigrants
  • Maïtena Armagnague-Roucher et Zineb Rachedi-Nasri, Sociologie, INSHEA, Paris, La
    difficile prise en compte de la vulnérabilité sociale liée aux
    discriminations dans les enseignements adaptés(communication en atelier)
  • Isabelle Rigoni, Sociologie, INSHEA, Paris, Les enjeux liés à l’apprentissage des langues et cultures d’origine en France
  • Catherine Mendonça Dias, CASNAV, Bordeaux, Les élèves allophones arrivants, dans le vestibule de l’École française ?

Pause café

 

16h30-18h30 : Trois Ateliers en parallèle

Atelier 13 : Du quartier à l’école, et retour

Présidence-animation : Jean-Luc Primon, Université de Nice Sophia Antipolis

  • Georges Felouzis et Barbara Fouquet-Chauprade, Université de Genève, De
    la « discontinuité culturelle » aux « discriminations systémiques » :
    l’évolution des inégalités d’acquis liées aux parcours migratoires en
    France (2003-2012)
  • Odile Le Roy-Zen Ruffinen, Rami Mouad, François Rastoldo, Service de la recherche en éducation (SRED), canton de Genève, Diversité de la population et diversité des quartiers dans le canton de Genève : quelle influence sur la réussite scolaire ?
  • Gina Lafortune, Université du Québec à Montréal, Cheminement socioscolaire d’élèves d’origine haïtienne, immigrés au Québec à la suite du séisme survenu en Haïti en janvier 2010

 

Atelier 14 : Les regards sur l’Autre dans les disciplines scolaires

Présidence-animation : Nicole Tutiaux, ESPE, Université de Lille

  • Hedi Saïdi, Villeneuve d’Ascq, « D’une histoire nationale à une histoire patrimoniale » Comment intégrer l’Autre dans le « panthéon » scolaire ?
  • Francine Nyambek Kanga-Mebenga, CURAPP, UPJV Amiens, Valorisation
    de la diversité culturelle dans les curricula d’histoire géographie du
    collège en France : les logiques antinomiques contre la complexification
    de la citoyenneté
  • Laurence De Cock, Université de Lyon, Le rapport Jacques Berque (1985) : retour sur les enjeux et l’échec d’un projet scolaire
  • Catinca Adriana Stan, Université Laval, Québec, La
    construction de l’Autre dans les manuels de littérature pour
    l’enseignement primaire : l’image des minorités nationales avant,
    pendant et après le régime totalitaire en Roumanie

 

Atelier 15 : Origine migratoire, statuts juridiques et trajectoires de formation

Présidence-animation : Claudio Bolzman, Haute école de travail social, HES-SO-Genève

  • Claudio Bolzman, HES-SO Genève, Trajectoires
    de formation post-obligatoire des jeunes à statut juridique précaire.
    Réflexions sur un facteur négligé dans les études sur les inégalités de
    formation
  • Christophe Delay, Institut psychologie et éducation, Université de Neuchâtel, Les
    aspirations scolaires d’une génération à l’autre : réflexions sur le
    principe d’auto-élimination en milieux populaires dans le contexte
    suisse romand
  • Andrés Gomensoro,
    sociologie, pôle de recherche national LIVES, Université de Lausanne et
    Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), Les trajectoires de formation des descendants d’immigrés en Suisse

 

Mercredi 22 octobre

Matinée : deux types d’activités au choix : le Symposium ou les ateliers thématiques

[9-12h30] Symposium Formation, 2ème partie (Amphithéâtre)

La formation des enseignants à la diversité

  • Claire Schiff, Université de Bordeaux, Pratiques
    enseignantes face aux élèves primo arrivants. De la difficulté à
    concilier l’exception et l’intégration dans le système scolaire
    français.
  • Altay Manço, IRFAM, L’école
    inclusive, réponse aux défis de la diversification socioculturelle des
    personnels de l’enseignement ? Exemple d’une recherche-action à
    Bruxelles
  • Monique Eckmann, Université de Genève, Aborder le racisme à partir de l’expérience
  • Nancy Bouchard, UQAM, La formation initiale à l’enseignement du cours d’Éthique et culture religieuse au secondaire : le cas de l’UQAM
  • Maryse Potvin, UQAM, CEETUM, Corina Borri-Anadon, UQTR, et Julie Larohelle-Audet, La
    compétence interculturelle et inclusive en formation initiale et
    continue des maîtres au Québec : enjeux, perspectives et travaux en
    cours pour le référentiel ministériel

ou

 

[9h-11h] – Deux Ateliers en parallèle

Atelier 16 : Formation des enseignants aux approches interculturelles dans une perspective multi/interdisciplinaire : pistes d’action et de réflexion

Présidence-animation : Marie-Anne Broyon, Haute Ecole Pédagogique du Valais

  • Marie Anne Broyon et Zoe Moody, Haute Ecole Pédagogique du Valais (HEP-VS), L’intégration
    des enseignants en formation dans la mise en place de projets
    d’établissement se situant au carrefour des approches interculturelles,
    de l’éducation à la citoyenneté et des droits de l’enfant
  • Zoe Moody, Haute Ecole Pédagogique du Valais, Enseigner l’interdisciplinarité : une exigence pratique, éthique et épistémologique
  • Valérie Hutter & Nilima Changkakoti, Université de Genève, Des
    stéréotypes au changement réflexif et expérientiel de point de vue :
    l’exemple du travail à partir de situations éducatives complexes
    concernant des élèves allophones et leurs parents/familles
  • Aneta Mechi, Université de Genève, Compétence de flexibilité chez l’enseignant : plaidoyer contre un regard différencié
  • Nicole Awais, didactique, Université de Fribourg, Quelles opportunités l’éducation aux droits de l’enfant offre à une approche interculturelle ?

 

Atelier 17 : Représentations des enseignants sur les élèves

Présidence-animation : Geneviève Zoïa, ESPE, Université de Montpellier

  • David Bourguignon, Jérôme Dinet, Université de Lorraine, Valérie Fointiat, Tisserant Pascal, Université de Lorraine, Prévenir les comportements discriminatoires au travail dans la formation des étudiants
  • Sophie Hamisultane,
    Université du Québec à Montréal, Trajectoire socio-professionnelle et
    roman familial d’intervenants sociaux descendant de migrants
  • Gina Lafortune, Université du Québec à Montréal, Justine Gosselin-Gagné, Université de Montréal, Fasal Kanouté, Université de Montréal, Perceptions de futurs enseignants des enjeux de la diversité sociale et ethnoculturelle à l’école québécoise

 

[11h-13h] Deux Ateliers en parallèle

Atelier 18 : École et contextes

Présidence-animation : Fati Davin, ESPE, Aix-Marseille Université

  • Xavier Conus & Tania Ogay, Université de Fribourg (Suisse), Département des sciences de l’éducation, Appréhender
    dans sa complexité la relation école-familles en contexte
    d’interculturalité : choix méthodologiques pour une perspective de
    recherche innovante
  • Garine Papazian-Zohrabian, Université de Montréal, La collaboration école-famille mise à rude épreuve par les deuils migratoires
  • Fabienne Montmasson-Michel, sociologie, GRESCO, Université de Poitiers, Entrer dans « le langage » à l’école maternelle française : commencements heureux ou heurtés
  • Danièle Moore et Cécile Sabatier, Faculté d’éducation, Université de Burnaby, Canada, Diversités, identités plurielles et français langue minoritaire : un exemple au Canada

 

Atelier 19 : Enjeux cognitifs

Présidence-animation : Stéphane Mourlane, ESPE, Aix-Marseille Université

  • Mina Sadiqui, Université Moulay Ismail-Ecole Normale Supérieure, Meknès, Maroc, Texte littéraire et profession enseignante. Dispositifs et pratiques à la rencontre de l’altérité
  • Isabelle Merle, CNRS, Paris / Aix-en-Provence, Les
    enjeux de l’enseignement de l’histoire coloniale dans le contexte d’un
    territoire post colonial en voie d’émancipation. La Nouvelle-Calédonie.
    Retour ligne manuel
  • David Bédouret, Dynamiques rurales, Université Jean Jaurès, Toulouse, Eduquer à l’Autre par la géographie scolaire : avec et contre les représentations
  • Ann-Birte Krüger, ESPE de Franche-Comté, Faire
    évoluer les représentations du plurilinguisme et des compétences
    plurilingues : quelques réflexions sur la formation initiale et continue
    des enseignants

Déjeuner

 

[14h-16 h] Table ronde de clôture (Amphithéâtre)

Quand les élèves racontent l’histoire nationale

Les 19 et 20 mai 2014 a eu lieu la première restitution publique d’une grande enquête portant sur 6000 récits nationaux d’élèves entre 10 et 20 ans provenant de différentes académies métropolitaines, de la Réunion, de Suisse, et de Corse. (...)

À aucun moment il ne s’agit de verser des larmes de lamentation sur un « niveau qui baisse ». Les élèves quels que soient leurs âges et origines sociales, savent des choses. A nous de lire entre les lignes, de cheminer dans des manières de dire qui ne sont pas celles des historiens 

Faisant parfois fi des frontières entre textes, listes, récits, fiction, et histoire ; ne s’embarrassant pas toujours de mises en ordre, de continuité ou de véracité des dates et des faits, les élèves se construisent une conscience du passé sur laquelle il est bien difficile de statuer au regard de simples items acquis/non acquis.

L’espace scolaire (programmes, ressources, cours, circulations multiformes de savoirs) semble cependant rester le lieu essentiel d’appropriation des savoirs historiques.

Enregistrements à écouter sur le site Aggiornamento hist-geo

Présentation sur le site du laboratoire ECP


Semaine de la Mémoire arménienne

L’association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne (ARAM) œuvre depuis 1998 à l’archivage, la préservation, la numérisation et la mise en valeur d’un fonds documentaire et historique relatif à l’installation des Arméniens en France avant et après le génocide de 1915. Déclarée en Préfecture des Bouches-du-Rhône, l’association rayonne aujourd’hui partout en France et à l’international à travers la réalisation d’expositions et collaborations diverses.

Ce fonds documentaire, composé de livres, journaux et périodiques, registres, photographies ainsi que des documents vidéos et sonores, fait de notre structure une référence incontournable dans le réseau des centres de recherches sur les communautés arméniennes en diaspora.

Soucieuse de faire partager son travail et sa passion, l’association organise du 24 au 30 novembre 2014 à Marseille, la première "Semaine de la mémoire arménienne".

L’occasion de proposer de nombreuses rencontres avec des intellectuels, historiens, experts ou artistes autour de la thématique de la mémoire.

La semaine de la mémoire arménienne est placée sous le haut patronage de Monsieur Kader Arif, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire et s’inscrit dans le cadre des commémorations du centenaire du génocide des Arméniens de 1915.


Du 24 au 30 novembre 2014
Marseille et Aix-en-Provence

Retrouvez le programme complet et les intervenants de la Semaine sur le site de l’association ARAM.

« Une naissance clandestine » et « Nos libérateurs »

Le groupe Marat présente deux expositions qui se complètent et se font face :

Une naissance clandestine

L’histoire des premières Marseillaises parues sous l’Occupation est en même temps une évocation de la Résistance en Provence. L’exposition réunit un ensemble inédit de photographies, de documents d’archives et de témoignages de fondateurs de La Marseillaise.


Marseille, août 1944. 
De gauche à droite, Lucien Hadjdadj, un typographe de La Marseillaise clandestine, Bella Levine, dirigeante de la Main-d’oeuvre immigrée à Marseille, avec deux Francs-tireurs et partisans.
Photo : Julia Pirotte


Marseille, 29 août 1944.
Goumiers marocains défilant sur le Vieux-Port.
Crédit : ECPAD


Nos libérateurs

La libération de la Provence dans l’été 1944 fut le résultat d’une alliance et d’une solidarité unique entre des peuples de tous les continents.

Projections en continu en relation avec les deux expositions :

 Signes, 18 juillet 1944

(4’ - Production Le groupe Marat, 2003)

Le témoignage d’un responsable des Forces Françaises de l’Intérieur sur les arrestations de résistants en Provence dans l’été 1944.

 Soldats de la plus grande France

(25’ - Production Le groupe Marat, 2014)

Au moment du débarquement de Provence, l’armée française rassemblait des soldats venus de cinq continents. Des évadés de France et des sujets de l’Empire se trouvaient côte à côte avec des Européens d’Afrique du nord et des Français des colonies. Appelés ou volontaires, ces soldats allaient contribuer à libérer notre pays. Le film rassemble des témoignages recueillis en France, au Maghreb, en Afrique noire et en Nouvelle-Calédonie. Ils sont illustrés par des reportages réalisés à l’époque.

 

Jusqu’au 31 décembre 2014

Maison de la région
61, la Canebière
Marseille 1er

Horaires d’ouverture : du lundi au samedi, 11h-19h

Renseignements : 04.91.57.57.50

info.marat@sfr.fr et maisondelaregion@regionpaca.fr

 

Le Front d’Orient 14-19, les soldats oubliés

« Les batailles qui ont eu lieu en Belgique et en France occupent le devant de la scène. Le reste du monde n’est que du vide ». Le constat de Murat Bardakci, un journaliste turc venu s’enquérir du programme français des commémorations de la Grande Guerre, en février 2014, n’est pas dénué de fondement. Et pour cause : parce que les Français se sont battus sur leur sol, ils ont eu tendance à oublier les autres théâtres d’opération qui leur apparaissaient fatalement comme secondaires. Quand parfois le front oriental était évoqué, il ne s’agissait tout au plus que du front russe, les Balkans étant à peu près oubliés. Pourtant, la Grande Guerre est bien une guerre mondiale qui a ravagé l’ensemble du continent européen, tout particulièrement les Balkans.

Sous la direction scientifique de l’historien Jean-Yves Le Naour, onze spécialistes européens seront présents pour croiser les regards et les savoirs sur ce front oublié et confronter les points de vue sur le conflit et son héritage pour l’Europe.

Colloque organisé par le musée d’Histoire de Marseille dans le cadre de l’exposition La Grande Guerre sur tous les fronts.


Vendredi 12 décembre de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h
Samedi 13 décembre de 9h30 à 12h30

Musée d’Histoire de Marseille
2, rue Henri Barbusse - Marseille 1er
04 91 55 36 00
musee-histoire@mairie-marseille.fr

PROGRAMME

Introduction
- Laurent Vedrine, conservateur en chef, directeur du musée d’Histoire de Marseille. Représentation régionale de la Commission européenne en France (Marseille). Jean-Yves Le Naour, historien, co-commissaire de l’exposition, responsable scientifique du colloque.

- Une expédition coloniale ? L’expérience des soldats français aux Dardanelles en 1915. Communication de John Horne, professeur au Trinity College, Dublin.

- La bataille des Dardanelles du point de vue des Turcs. Communication d’Alexandre Toumarkine, Orient-Institut Istanbul / Max Weber Stiftung, Istanbul.

- L’armée d’Orient et ses relations avec les Grecs. Communication d’Elli Lemonidou, professeure assistante en Histoire moderne et contemporaine, Université de Patras, Grèce.

- L’armée d’Orient, une nouvelle expédition militaro-scientifique ? Communication de Thérèse Krempp, doctorante à l’EHESS et membre du Centre d’études byzantines néo-helléniques et sud-est européenne.

Après-midi
- Le front de Macédoine. 1915-1918. Le contact entre les Français et les Bulgares. Communication de Gueorgui Peev, professeur à la Nouvelle Université de Bulgarie.

- Les soldats serbes sur le front d’Orient, 1916-1918. Communication de Stanislav Sretenovic, docteur en histoire de l’Institut universitaire européen de Florence, chercheur titulaire à l’Institut national d’histoire contemporaine de Belgrade, Serbie.

- Entre Risorgimento et impérialisme, le rêve balkanique de l’Italie. Communication de Frédéric Le Moal, docteur en histoire, enseignant à Saint-Cyr, France.

- Stratégies austro-hongroise et allemande sur le front d’Orient. Communication de Bernhard Bachinger, Université de Graz (Autriche) et Ludwig Boltzmann institut für Kriegsfolgen-Forschung.

- 17h30 : Visite de l’exposition et/ou des collections permanentes du musée d’Histoire.

Samedi 13 décembre de 9h30 à 12h

- L’Albanie dans la Première Guerre mondiale (1915-1918). Dynamiques locales et occupations étrangères. Communication de Stefan Popescu, Maître de conférence à l’École Nationale des Sciences Politiques et de l’Administration de Bucarest, Roumanie.

- La Roumanie, l’allié à contretemps. (R)entrées et sortie(s) de guerre d’une petite puissance. Communication de Traian Sandu, professeur enseignant à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvell, Paris, professeur agrégé, habilité à diriger des recherches, spécialiste de l’histoire de la Roumanie.

- La Première guerre du "containment" ? Le conflit roumano-bolchevik en Bessarabie (janvier/ février 1918). Communication de Jean-Noël Grandhomme, maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Strasbourg, conférencier au collège militaire royal du Canada.

- 12h30 : visite au Monument à l’Armée d’Orient (Corniche Kennedy).

Plus d’informations sur le programme des deux journées en téléchargement.

"La Recherche et la Cité" : Les camps de la migration, d’hier à aujourd’hui

Centres de rétention d’étrangers, zones d’attente, centres d’accueil pour demandeur d’asile, zones de transit, campements, camps de déplacés internes, ou camps de réfugiés…Partout dans le monde, des individus sont maintenus dans ces endroits qui s’apparentent à des camps. Ce type de rétention se répand depuis le début du XXe siècle. Hier comme aujourd’hui, ces lieux procèdent d’une même volonté politique : le regroupement et la mise à l’écart du reste de la société de populations non désirées, le plus souvent migrantes, poussées à quitter leur terre d’origine pour rechercher une vie meilleure.

Cette journée propose des aspects de la réflexion en sciences sociales sur ces camps passés et actuels tout en donnant à voir, au camp des Milles, l’un de ces lieux d’exclusion dont la mémoire résonne avec des formes actuelles.

Le mardi 24 mars 2015 de 9h30 à 18h
Mémorial du Camp des Milles
40 Chemin de la Badesse
13547 Aix-en-Provence


Organisation scientifique
Virginie Baby-Collin et Stéphane Mourlane
Axe 3 - Mobilités, circulations, échanges
Groupe 1 - Migrations, circulations et territoires en Méditerranée, XIXe-XXIe siècle

PROGRAMME

9h30-12h30 - Bâtiment F

Maryline Crivello, Directrice de l’UMR Telemme et Bernard Mossé, responsable des contenus du Camp des Milles
Ouverture de la journée

Pierre Sintès, AMU-CNRS, Telemme
Introduction

Olivier Clochard, Migrinter
« On m’a enfermé là » : les camps contemporains de l’exil

Stéphane Kronenberger, Telemme
Les camps de concentration du Sud-Est de la France durant la Grande Guerre

Morgane Dujmovic et Laurence Pillant, AMU-CNRS, Telemme
Les camps aux frontières extérieures de l’Union européenne. Regards croisés Croatie - Grèce

Discussion

13h30-15h - Visite du Camp des Milles

15h15 - Bâtiment F

Alain Chouraqui, Président du Camp des Milles
Intervention

Nicolas Puig, URMIS
Palestiniens au Proche-Orient entre refuges et migrations

16h - Projection du film Les Chebabs de Yarmouk d’Axel Salvadori Sinz

17h15-18h - Débat et clôture de la journée

Toutes les informations sur le site de l’UMR Telemme

Étudier l’exil

L’initiative Non-lieux de l’exil (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille
(CIELAM, axe Transpositions) le colloque international : Étudier l’exil.

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation. L’ambition de ce champ en construction est de redonner au vécu du sujet en migration toute la charge existentielle que les politiques migratoires actuelles, soucieuses de gestion efficace, tendent à oublier. Il s’agit de prolonger et d’approfondir les travaux de recherche sur la migration en orientant davantage les perspectives vers l’articulation dans l’expérience migratoire entre identité individuelle et détermination collective, culture d’origine et culture d’accueil, inscription communautaire et inscription nationale. Par ailleurs, abordé comme paradigmatique en tant que signifiant toute sortie hors d’un lieu d’appartenance, l’exil recouvre des catégories aussi diverses que le migrant, le déplacé, le réfugié, le demandeur d’asile, le clandestin, le sans-papier et met en rapport ces figures contemporaines avec celles du passé, les déplacements réels avec leurs représentations.

Multidimensionnel, le phénomène exilique appelle une méthodologie multidisciplinaire et une cohérence épistémologique qui guide et rassemble ses résultats. Interrogeant des champs de recherche analogues à l’échelle européenne et internationale, il doit également susciter un pluralisme méthodologique dans la définition de son objet et rapprocher données empiriques et représentations, analyses et témoignages de l’expérience exilique afin de dégager des conclusions qui pourront être adaptées pour nombre de situations actuelles observées aussi bien sur le plan local que global.

Par sa dimension à la fois fondamentale et appliquée, ce type de recherche est susceptible d’actions et de rétroactions auprès de la société civile, favorisant une compréhension élargie des réalités migratoires. Sa visée épistémologique cherche à reconsidérer l’expérience exilique comme une dimension essentielle dans le devenir des sociétés et non comme un effet secondaire, une simple conséquence due à leur développement. Loin des clichés romantiques, étudier l’exil dans cette nouvelle définition contribue à le restituer en tant qu’horizon et héritage communs à un niveau collectif large, celui de l’ensemble des sociétés contemporaines. Étudier l’exil afin de mieux accueillir l’exilé, accueillir l’exilé afin de mieux comprendre l’exil.

Retrouvez le programme complet des rencontres du colloque sur le site de Non-lieux de l’exil.


Colloque international Étudier l’exil

Du 19 au 21 mai
À la Maison de la recherche
29, avenue Robert-Schuman
13621 Aix-en-Provence, cedex 1

Du 22 au 23 mai
Au MUCEM
7 Promenade Robert Laffont
13002 Marseille

  • Direction scientifique : Alexis Nuselovici (Nouss) (AMU)
  • Comité scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), Alexis Nuselovici (AMU/CEM), Crystel Pinçonnat (AMU)
  • Coordination et administration : Absa D’Agaro-Ndiaye (AMU) 

En collaboration avec Approches Cultures et Territoires sur la session du 23 mai 2015 à 14 : "Face aux acteurs" (cf. programme).



Les mineurs isolés étrangers en France : un bricolage intelligent ?

Le Comité National de Liaison des Acteurs de la Prévention Spécialisée représente et anime un réseau d’acteurs habilités à mener une mission de prévention spécialisée : inscrit dans la protection de l’enfance, ce mode d’intervention vise à prévenir et réduire les risques de marginalisation sociale des jeunes (11/21 ans) ; l’addap13 conduit cette mission sur l’ensemble du département des Bouches-du-Rhône et depuis 2009 dispose d’un service de premier accueil, accompagnement et évaluation des mineurs isolés étrangers. L’arrivée et la présence de ces jeunes sur le territoire français questionnent l’Etat et les collectivités territoriales, et bousculent les pratiques des professionnels de la justice, de la santé et du travail social. La prise en charge de ce public est toujours en tension entre intérêt supérieur de l’enfant et gestion des flux migratoires, ce qui impose un « bricolage » permanent.

Comment les intervenants s’arrangent-ils de ces contradictions ? Qui sont ces jeunes gens, ces enfants venus parfois de très loin, et comment reçoivent-ils les modalités d’accueil proposées ?

Les 2 et 3 juin, des intervenants de ces différents champs raconteront ces « bricolages », au sens où Lévi-Strauss parlait de « sciences du concret ». Nous écouterons tous ensemble des choses que ces jeunes ont à dire aux adultes dont la parole recouvre trop souvent la leur. Des chercheurs proposeront des clefs de compréhension de ce qui se joue de part et d’autre des frontières et des représentations.

Enfin des ateliers seront proposés pour permettre des échanges en groupes plus restreints.

Nous voudrions contribuer ainsi à la construction d’une pensée partagée et d’un projet collectif pour que ces jeunes, avec les professionnels qui les accompagnent, puissent être acteurs de leur projet de vie au lieu de trop souvent subir des dispositifs qui peinent à produire du sens.


Les 2 et 3 juin 2015
La Friche de la Belle de Mai
41, rue Jobin
13003 Marseille

Programme en téléchargement sur le site de l’addap13.

De l’Estaque au musée d’Histoire : comment se raconte l’histoire des quartiers populaires ?

Journée d’étude le samedi 16 janvier 2016, programmée dans le cadre du projet Des traces au patrimoine : travailler, habiter à l’Estaque, exposition-dossier visible jusqu’au 31 janvier 2016 au musée d’Histoire de Marseille.

Soutenu par le Ministère de la Culture, l’ambition du projet « Des traces au patrimoine » est de contribuer au processus de patrimonialisation de la mémoire et de l’histoire des habitants et des espaces peu représentés dans les collections des équipements patrimoniaux à Marseille. 


Né d’un partenariat entre le Musée d’Histoire de Marseille et l’association Approches Cultures et Territoires, ce projet participatif associe, depuis 2013, des habitants, des membres d’associations, des professionnels du patrimoine, des chercheurs universitaires... autour des îlots d’habitations Chieusse-Pasteur, dans le quartier de l’Estaque et souhaite montrer l’importance historique et patrimoniale de cet ensemble contemporain dans sa dimension interculturelle.


Journée d’étude ouverte au public
Samedi 16 janvier 2016 de 10h à 18h

Auditorium du Musée d’Histoire de Marseille
2, rue Henri-Barbusse
13001 Marseille

Accès libre (par le hall d’accueil du musée), dans la limite des 200 places disponibles.

PROGRAMME DE LA JOURNÉE


Retour sur la restitution de l’histoire et de la mémoire des îlots d’habitations Chieusse - Pasteur. 


9h30 - Accueil café

10h00 - 11h00

Des traces au Patrimoine : recueillir la parole des habitants des îlots d’habitations Chieusse Pasteur. 
En présence de l’association Approches, Cultures & Territoires, de Katia Kovacic et de Bat Sheva Papillon de l’association L’Orage, de Leïla Yahiaoui et de Marie Beschon, doctorante en anthropologie (Ehess, Paris).

11h00 - 11h30

Présentation de la démarche des architectes de l’association Face à Face aup© (Architecture et Urbanisme de Proximité), en présence de Bertrand Reymondon et d’autres intervenants.
11h30 - 12h30
Les acteurs sur le terrain de la mémoire En présence d’Anne-Laure Leconte (Les Allumettes) et du Musée Nomade du Quotidien (sous réserve).

14h30 - 15h30

Les enseignants, l’école et les élèves : entre témoignages et transmission En présence de Jacques Vialle, Directeur de l’école élémentaire Estaque Gare, de Margareth et Daniel Moreno, anciens instituteurs de la même école.

15h30 - 17h00

Raconter l’histoire ensemble : perspectives 2016 du projet « Des Traces au Patrimoine ». Débat - Discussion

Le travailleur et ses papiers : l’accès à l’emploi des étrangers en situation irrégulière en France

Séminaire Migration & Travail

Le « cru » 2016 s’annonce particulièrement bon, la programmation faisant la part belle aux travaux de terrain et multipliant les points de vue disciplinaires (anthropologique, ethnologique, historique, démographique et, bien sûr, sociologique) sur l’articulation entre le phénomène migratoire et le travail. Le nombre d’invités augmente sensiblement par rapport à l’année 2015, ce qui donnera lieu à trois séances regroupant chacune deux ou trois exposés sur des thèmes connexes, séances exceptionnelles qui déborderont de l’horaire habituel (en avril, mai et octobre).


Mardi 8 mars : 9h30 - 12h30 :

Le travailleur et ses papiers : l’accès à l’emploi des étrangers en situation irrégulière en France

Lieu : Grande salle, 1er étage, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-en-Provence

Discutante : Anne-Marie Arborio (LEST)
Stefan Le Courant (LESC)

Crise des migrants : décentrer le regard

La journée "Crise des migrants : décentrer le regard" du 18 mars 2016, à l’Ined, a été co-organisée par Cris Beauchemin (Ined) et Jean-Luc Primon (Unice-iPOPs).

L’année 2015 a vu l’arrivée en nombre dans l’espace européen de personnes provenant directement ou transitant par des pays meurtris et désorganisés par des guerres où les pays européens et les Etats-Unis sont parties prenantes (Libye, Syrie, Irak, Afghanistan).

Au-delà des chiffres diffusés par la presse, que savons-nous de l’ampleur des flux migratoires à destination de l’Europe et de la France ? Que représentent-ils à l’échelle de la population mondiale, de la population européenne et des Etats membres dont la France ?

Que penser des modes de classement mis en œuvre pour enregistrer et sélectionner les populations migrantes ? Que dire des catégories en usage dans le langage médiatique ou politique et de ses enjeux ? Que gagne-t-on à replacer les flux migratoires dans le temps de l’histoire ou dans une perspective géographique large ? Dans quelle mesure les expériences migratoires passées permettent-elles d’éclairer le présent et le débat public ? Quel lien ou quel rapport établir entre un savoir construit sur les migrations internationales et l’action étatique et politique dans ce domaine ? Que peut faire la recherche face à la crise des migrants et en situation d’urgence ? Quelle relation nouer entre la recherche et l’action solidaire et humanitaire ?

Retrouvez les vidéos qui retracent cette journée sur le site de l’INED

Ecritures migrantes : du transculturel au transmédial

Dans le cadre de la Fédération CRISIS, journée d’étude « Écritures migrantes : du transculturel au transmédial ».

Organisateurs :
CAER Centre Aixois d’Études Romanes.
CIELAM Centre Interdisciplinaire d’Étude des littératures d’Aix-Marseille.
LESA Laboratoire d’Études en Sciences des Arts.


Lundi 18 avril 2016 de 9h à 18h
Faculté ALLSH
29 av. Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence
Pôle multimédia, salle de colloque 1

Retrouvez le programme complet sur le site du CAER

Journées avec la presse en Méditerranée

La Villa Méditerranée/AViTeM propose, les 16 et 17 juin, deux journées de débats, ateliers, conférences, séminaires, spectacles et performances sur la thématique des médias en Méditerranée en réunissant des professionnels des médias, journalistes de l’audiovisuel et de l’écrit des deux rives, caricaturistes, experts, artistes, associations ou institutions ayant un rôle clef et novateur sur cette région et simples citoyens.

Parce que l’information libre constitue l’un des socles de la démocratie, l’initiation au décryptage des médias, voire à leur production, constitue l’un des cheminements vers une citoyenneté plus lucide et active.

La Villa Méditerranée/AViTeM situe son action dans cette perspective : multiplier les possibilités de prises de parole dont la grande diversité constitue précisément le caractère commun aux deux rives de la Méditerranée.

En prenant appui sur les appels à projets « Médias citoyens en Méditerranée » portés par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le programme de ces Journées entend faire connaître aux habitants de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur les réalités médiatiques du pourtour Méditerranéen.

Ces échanges seront l’occasion de débattre et d’offrir des clefs de compréhension sur les enjeux actuels de la région euro-Méditerranéenne tandis que des plateaux TV et radio s’installeront au sein de la Villa Méditerranée pour s’en faire l’echo.

Des médias en ligne et communautés de « web citoyens » exposeront leurs projets innovants et proposeront des formations au webdocumentaire pour des journalistes en herbe, des séminaires professionels autour de médiation numérique. Un atelier sera également délivré par des professionnels pour permettre à de jeunes journalistes de comprendre des enjeux médiatiques et créer des connexions avec leurs homologues.

Enfin, ces journées permettront, dans le même espace et le même temps partagé, une parole spontanée et vivante, des échanges d’expériences vécues d’hommes et de femmes, de part et d’autre de la Méditerranée.

Retrouvez le programme complet en cliquant ici


Jeudi 16 et vendredi 17 juin 2016
Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille

+ d’infos sur le site de la Villa Méditerranée

Histoire, mémoire et archives orales de la guerre d’Algérie

Les Archives départementales participent à la campagne nationale de collecte de témoignages issus de la guerre d’Algérie, réalisée par l’ONACVG.

Quels sont les apports spécifiques de ces archives orales dans la transmission aux jeunes générations ? Comment les structures de l’enseignement s’en emparent-elles et font-elles lien avec les valeurs de laïcité et de mémoire ? Exemples institutionnels et associatifs, réflexion historique et récits de témoins illustrent le débat autour d’un patrimoine vivant, d’une grande actualité.

Avec : Abderahmen Moumen, Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), Philippe Joutard, historien, Benoît Van Reeth, Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), le Commandant Romain Choron, Service historique de la défense (SHD), Benoit Falaize, Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), Laetitia Vion et Pascal Coget, ONACVG

Spectacle de clôture de 16h à 17h :

Les fils des hommes, par la Cie Action d’Espace
Évocation, par la parole d’un fils, de ceux qui ont vécu cette
guerre, qu’ils aient été appelés du contingent, harkis, pieds-noirs,
militants du FLN.

Gratuit sur réservation au 04 13 31 82 00


Mercredi 14 décembre 2016 de 9h30 à 17h30
Archives et Bibliothèque départementales des Bouches-du-Rhône
18, rue Mirès
13003 Marseille

+ d’infos sur le site du département Culture 13



L’école des possibles, expériences éducatives locales

Le 17e colloque annuel de l’association Histoire et patrimoine seynois portera sur le thème « L’école des possibles, expériences éducatives locales »

Samedi 19 novembre 2016 de 9h à 17h
Maison de la Mer (base nautique de Saint-Elme)
La Seyne-sur-Mer (Var)


Plus d’informations sur le site d’Histoire et patrimoine seynois.

Éducation et transmissions. Travail de mémoire et d’histoire

Histoire des migrations, histoire coloniale, histoire des luttes sociales… Quel est l’état des lieux aujourd’hui sur ces questions ?

Les modes d’intervention doivent-ils concerner uniquement les politiques publiques éducatives, avec un travail plus rigoureux et critique des contenus de programmes ou de manuels scolaires ? Ou s’ouvrir sur des dynamiques citoyennes et collectives rassemblant tous les acteurs en présence riches d’expériences et de pratiques ? Comment assurer une vision plus globale, facilitant les bases d’une véritable éducation populaire, sociale et interculturelle, ouverte à toutes les générations, et à tous les publics ?

Cette rencontre nationale exceptionnelle est la première manifestation de l’Inter-réseaux Mémoires-Histoires. Elle fait écho aux nombreux ateliers, séminaires et rencontres organisés sur ces thématiques par les différents réseaux régionaux, depuis au moins dizaine d’années.

Au programme : tables-rondes et débats autour des enjeux d’éducation, de transmission, de cultures... avec des acteurs institutionnels et associatifs, artistes, ainsi que les historien·ne·s Laurence de Cock, Gérard Noiriel, Suzana Dukic, Anne Jollet et David Lambert.

Cliquez ici pour télécharger le programme détaillé et la liste complète des intervenant·e·s (pdf)

// Vendredi 2 et samedi 3 décembre 2016
Musée d’histoire de Marseille

2, rue Henri Barbusse - Marseille 1er

// Entrée libre sur inscription : 04 91 63 59 88
Tout public


QUESTIONS EN DÉBAT

L’entrée mémoire/histoire est une question transversale et permet d’éclairer les problématiques sur lesquelles les politiques publiques se prononcent de manière segmentée. Le travail mémoire/histoire permet d’inscrire les personnes dans le territoire et dans la citoyenneté. Les pouvoirs publics doivent cependant assumer cette pluralité de mémoires et reconnaître le déni de transmission. Il importe également de ne pas privilégier un enseignement ou une médiation éducative et culturelle et de les flécher sur telle ou telle mémoire, de lutter de fait contre la mise en concurrence des mémoires et leur hiérarchisation.

Quels nouveaux enjeux dans le travail de mémoire et d’histoire ? Quelles articulations entre le travail de mémoire et d’histoire et la lutte contre les discriminations ? Et quelles préconisations en matière d’action publique et citoyenne ?

Cette rencontre se propose d’apporter des pistes et des outils d’action concrets, en croisant le regard des acteurs associatifs, culturels, institutionnels, des chercheurs… et du public participant.

Organisée par l’Inter-réseaux Mémoires-Histoires, et en délégation sur la région PACA par ACT/RHMIT en partenariat avec le Musée d’Histoire de Marseille

Contacts :

Délégation locale en PACA :
ACT/RHMIT - rhmit@approches.fr ou 04 91 63 59 88

Coordination de l’Inter-Réseaux :

Mohammed Ouadane - 06 11 29 59 18 ou interreseau.memoireshistoires@gmail.com


Racisme et discrimination : quelles luttes aux frontières de l’école ?

 

Entrée libre sur inscription obligatoire auprès d’ACT :

Par téléphone au 04 91 63 59 88 ou en ligne via ce formulaire

Depuis quelques mois, un collectif composé d’enseignant.e.s, d’acteurs·rices associatifs·ves, d’artistes, de chercheur·e·s et de militant·e·s des quartiers populaires se réunit sur Marseille pour comprendre les enjeux du problème du racisme et des discriminations à l’école. Mais aussi pour agir sur les frontières existantes, qui entretiennent et organisent ces problèmes : dans la structure de l’école qui oppose de manière souvent rigide un dedans et un dehors ; dans les hiérarchies et les ségrégations internes à un système scolaire foncièrement inégalitaire ; et aussi entre les divers « mondes » et acteurs.rices intéressé·e·s à ces questions : les professionnel·le·s de l’éducation, les publics de l’école, les militant·e·s, les chercheur·e·s, les citoyen.ne.s...

Les mobilisations sociales sur la discrimination et la ségrégation à l’école – notamment raciales, mais aussi de classe, de genre... représentent un défi à la fois face à l’ampleur du problème, au déni et aux résistances. La violence symbolique est d’autant accrue que les principes élémentaires d’égalité et de liberté sont menacés. Cette violence est redoublée lorsque la cause des difficultés de l’éducation est systématiquement attribuée aux publics de l’école – élèves et parents, plutôt que comprise au regard de l’ordre scolaire, et des logiques de domination qui le structurent et s’y reproduisent. Comment lutter face à cette violence ? Quelles alliances construire pour cela ?

Cette initiative collective locale, qui rencontre le projet LiLar (« Luttes de l’immigration, Luttes antiracistes »), trouve un écho particulier en cette période électorale, qui légitime et encourage la démagogie raciste. Cela rend plus visible et crucial l’impératif de construire ensemble des analyses, des résistances, et des stratégies collectives de lutte face à l’essentialisation et la discrimination, face aussi à la fausse alternative entre affrontement et ségrégation.

Ces journées de travail seront l’occasion de mettre en commun et discuter les expériences, de confronter des savoirs théoriques, pratiques et/ou tactiques produits dans différents contextes et à partir de différents points de vue : mobilisations professionnelles, militantes et syndicales, actions culturelles et création artistique, éducation populaire et expérimentations pédagogiques, recherche critique et sociologie publique, etc.

 Programme ci-dessous ainsi qu’en téléchargement (format PDF)


Vendredi 24 mars 2017 à partir de 18h
Lieu : Théâtre de l’œuvre

 

18h-20h :
Comment construire du débat autour de la question des discriminations dans et autour de l’école ?


Modératrice : Rachida Brahim, doctorante au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie Aix-Marseille Université

Avec : 

  • Mohamed Bensaada : militant associatif Quartiers Nord Quartiers Forts

La politisation des luttes des quartiers populaires : quels enjeux pour l’école ?

  • Eric Delmas : enseignant en littérature et théâtre au lycée Victor Hugo (Marseille 1er)

 Croisement des luttes en contexte d’éducation prioritaire 

  • Assia Zouane : parent d’élèves de l’école Chabanon (Marseille)

Discriminations vécues, discriminations tues

  • Chloé Le Meur : enseignante à Bezons (Val d’Oise)

2004-2016, la mise en oeuvre d’une discipline laïque à l’école : que contrôle la loi sur le port des signes religieux ?


20h -21h30 : Apéritif dinatoire et musical avec le groupe Nuit Métis


Samedi 25 mars 2017 à partir de 9h
Lieu : Centre social l’Agora 

9h : Accueil Café

9h30-9h45 :
Paroles de lycéen·ne·s de ZEP / Série 1

 
Projection des films du collectif 360° et même plus réalisés par les élèves des lycées Victor Hugo et Saint-Exupéry (Marseille)

ZEP Attitude (Lycée Victor Hugo - 2009 - 10’)

 

9h45-11h30 :
Comment construire des alliances dans et autour de l’école ?


Modératrice
 : Leila Yahiaoui Tadros, militante associative Mémoires vivantes

Avec :

  • Andrée Antolini : directrice du Centre social Frais Vallon (Marseille 13ème)

L’éducation populaire au carrefour des tensions discriminatoires : quelles alternatives ?

  • Saïd Boukenouche : enseignant et militant des luttes de l’immigration

Pluralité des luttes, quels espaces communs ?

  • Fabrice Dhume : enseignant-chercheur à Paris-Diderot, membre de l’unité de recherche Migrations et société (URMIS)

L’école et la discrimination : attribuer le problème ou construire des alliances ?

 

11h45-13h :
Paroles de lycéen·ne·s de ZEP / Série 2
 

Films réalisés par les élèves des lycées Victor Hugo et Saint-Exupéry (Marseille)  :

L’habit ne fait pas la femme (Lycée Victor Hugo – 2009 – 4’27)

Avec : 

  • Agathe Dreyfus et Christine Gabory du Collectif 360° et même plus, intervenantes au lycée Victor Hugo (Marseille 3ème)
     
  • Muriel Guigue : enseignante en lettres et cinéma au lycée Saint-Exupéry (Marseille 15ème)

La Cité (Lycée Saint-Exupéry - 2014 – 11’)

Des piques au roi de coeur (Lycée Victor-Hugo-2012-07’27)

 

13h-14h : Pause déjeuner sur place


14h-16h30 :
Histoire et mémoires : des leviers de (re)connaissance ? 
 

Modératrice : Nora Mekmouche, auteure, animatrice d’ateliers d’écritures et Editrice cris écrits 

Avec :

  • Rachida Brahim : doctorante au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie Aix-Marseille Université

Etre racialisé. En quoi la reconnaissance du racisme est-elle un piège ? 

  • Michel Neumayer : enseignant, formateur d’adultes, militant d’éducation nouvelle

Une pédagogie des questions chaudes est-elle possible ? À quel prix ? 

  • Ramzi Tadros : directeur du centre de ressources Approches Cultures et Territoires (ACT)

Mettre en lumière la mémoire des luttes : quels enjeux ?

16h30-17h : Pause
 

17h-18h : Quelles perspectives d’actions et de réflexions ?


18h : Textes et chants de l’association ALAFOU en clôture de la journée

 

 

Entrée libre sur inscription obligatoire auprès d’ACT :

Par téléphone au 04 91 63 59 88 ou en ligne via ce formulaire


Les Ateliers itinérants LiLar

Plusieurs mouvements et collectifs de l’immigration et/ou antiracistes ont participé, en septembre 2015, à un colloque intitulé « Luttes de l’immigration, luttes antiracistes » (LiLar), à l’Université Paris Diderot.

L’objectif principal de cette rencontre, réunissant 400 personnes de toute la France et au-delà, était de favoriser les échanges entre militant.e.s et chercheur·e·s impliqué·e·s dans des luttes, au sens large.

A la suite de cette rencontre, le comité d’organisation a décidé de mettre en place des « Ateliers itinérants LiLar » en 2016-2017, répondant à une envie de dialoguer avec des dynamiques locales et de permettre la rencontre entre militant.e.s et chercheur.e.s de/dans différentes régions, pour poursuivre à d’autres échelles la dynamique initiée. L’un de ces ateliers a eu lieu à Montreuil le 6 décembre 2016, un autre aura lieu à Rennes le 18 mars 2017.

Les 24-25 mars 2017, ce sera le tour de Marseille.

L’objectif de ces ateliers LiLar est de faire circuler des savoirs, de transmettre des histoires et de visibiliser des luttes en organisant des espaces de travail décentralisés autour de questions communes.

La parole militante et citoyenne y aura autant de place que la parole universitaire, tandis que seront prévus des temps de débat collectif, y compris autour d’un repas et d’un verre.

Migration & Travail : Journée spéciale "Regards croisés sur l’exil"


La coordination du séminaire permanent "Migrations & Travail" (MIGTRAV) organise une journée spéciale au Cinéma Le Miroir, sur le thème "Regards croisés sur l’exil". 



Mardi 9 mai 2017, de 10h à 21h

Cinéma Le Miroir
Vieille Charité
2 rue de la Charité
13002 Marseille

Programmation

10 Heures – 13 Heures
Modératrice : Laurence Pillant
- Mustapha El Miri et Delphine Mercier : « Regards croisés sur l’exil »
- Claire Billet et Olivier Jobard : « Filmer et vivre avec les réfugiés sur les routes de l’exil ». Documentaire et présentation des écrits en particulier Kotchok, sur la route avec les migrants.
- Karen Akoka : « La vie sociale de la catégorie de réfugié dans la France du second XXème siècle »
- Annalisa Lendaro : 
« Benvenuti ? Lampedusa entre transit et enfermement ». Documentaire de 53 minutes.
 
Déjeuner (sur place pour les conférenciers et le comité d’organisation)
 
15 Heures – 18 Heures
Modérateur : Assaf Dahdah
- Albena Tcholakova : « La reconstruction identitaire des réfugiés par le travail. »
- Kamel Dorai et Jalal Al Husseini : « Les modalités d’insertion dans la région (Liban, Jordanie) des réfugiés syriens : forme d’installation et intégration économique ».
- Anne Gautier : « Obstacles à l’accueil et marginalisation des réfugiés ».
 
Buffet
Moutbakh al-Sham (Association Loi 1901 fondée à Marseille par une famille syrienne venue de Damas)

19 Heures – 21 Heures
« Filmer et vivre avec les réfugiés sur les routes de l’exil » de Claire Billet et Olivier Jobard


+ d’infos sur cette journée et sur le reste du programme du séminaire MIGTRAV sur le site du LEST

Collecter les migrations : traces, hybridations, crises

Séminaire du Pôle Recherche-Musée : La collecte ethnographique dans les musées de sociétés
Le cycle 2015-2018 du séminaire « La collecte ethnographique dans les musées de société » propose d’interroger les dispositifs d’enquête et de collecte des musées et des chercheurs en Europe et sur le pourtour méditerranéen. Séminaire organisé en partenariat avec l’Idemec (CNRS/AMU).

Séance 4 : Collecter les migrations : traces - hybridations - crises

La « question migratoire », selon la formule consacrée, est au coeur des débats de société contemporains. Dans le champ patrimonial français, la création du musée d’histoire de l’immigration en 2007 a marqué sa reconnaissance. Plus largement, bon nombre de musées désirent interroger le phénomène dans leurs projets, du point de vue de l’histoire, des arts, de l’ethnographie mais aussi de leur engagement dans une vie culturelle locale ou régionale. Les migrations deviennent une thématique d’exposition revendiquée au nom de la défense du « vivre ensemble », de la constitution d’une mémoire collective, de la promotion de la diversité culturelle ou de l’aide aux minorités et aux démunis.
Les collectes qui se déploient dans le sillage des migrations prennent des formes diverses : incitations au don, enquêtes–collectes ou collectes participatives, liées à des mobilisations mémorielles ou à des engagements individuels en réaction à la crise dite des migrants. Elles mobilisent des individus aux profils et statuts divers : chercheurs, artistes, militants, associations. Ces nouveaux dispositifs de collecte et la diversité des protagonistes qu’elles impliquent ouvrent un champ nouveau pour penser et inventer la place des migrations et des mobilités dans le champ culturel contemporain.
La cause migratoire place aussi les institutions muséales face à de nombreuses questions : que collecter en son nom ? Comment en rendre compte ? La patrimonialisation doit-elle en être la finalité ultime ? Quels positionnements avoir face à ces engagements ?

Cette séance aborde ces enjeux à partir de trois déclinaisons de mise en lisibilité culturelle des migrations. La première session sera dédiée aux mémoires des migrations et aux traces collectées en leur nom. La deuxième abordera les formes hybrides qui impliquent des projets artistiques, moins du point de vue de la collecte mémorielle que de celui de l’accueil des populations. La troisième aura une dimension plus exploratoire : quelles questions théoriques, pratiques, déontologiques et de représentation se posent à l’institution muséale et aux chercheurs en sciences sociales pour collecter les témoignages des récits migratoires ?


Collecter les migrations
Séance 4 du Séminaire "La collecte ethnographique dans les musées de sociétés"

Vendredi 9 juin 2017 de 9h à 16h30
i2mp / MuCEM / Fort Saint-Jean

201 Quai du Port
13002 Marseille

Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

Plus d’infos et programme de la journée sur le site du MuCEM

Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ?

Dans le cadre du Colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? » présenté sur Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), quatre manifestations se sont tenues dans l’amphithéâtre Averroès de l’ESPE de Bordeaux et ont permis de nourrir des échanges communs de plus en plus ciblés sur l’éducation à la citoyenneté.

Dans sa conférence inaugurale, « Des didactiques qui font feu de tout bois ? », Nicole Tutiaux-Guillon (ESPE Lille Nord de France) a replacé dans leurs contextes les interrogations communes sur les références en didactique des sciences sociales et humaines. Ces références se sont construites pragmatiquement, à partir des années 1980, en partant d’objets de recherche ancrés dans des sciences contributoires (plus diverses pour l’éducation à la citoyenneté que pour l’histoire et la géographie) et dans des pratiques professionnelles à dénaturaliser. Sont ensuite venus s’ajouter des apports d’autres sciences sociales et humaines en fonction des questions posées par les didacticiens au fil des directions prises par leurs recherches, même si ce soubassement est différemment articulé selon les productions finales (thèse, article, intervention).

Lire la suite


Compte-rendu écrit par Claire Ravez

En savoir + sur le Colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté

Migrations familiales et usages du droit. Acteurs, normes et régulations de la circulation internationale des familles


Ce colloque vise à développer une réflexion interdisciplinaire sur les circulations/migrations familiales par l’entrée des usages du droit. Soumises à des normes nationales et internationales, les circulations et les migrations ont un impact sur la formation et la dissolution de la conjugalité, la filiation et la parenté et la reproduction/procréation. Ces moments constitutifs de la vie familiale sont régulés par un pluralisme juridique alliant le respect du statut personnel des individus et des droits fondamentaux. Pourtant les politiques migratoires préconisées à l’échelle nationale, européenne ou internationale conduisent les individus à se saisir du droit en fonction de leurs besoins, mais aussi de leur statut administratif, nationalité, genre, origines ethniques, âge, et de leurs capitaux socio-économiques et culturels. Les individus sont confrontés à des appareils institutionnels complexes, à des lois contradictoires, à des administrations démunies, ainsi qu’à des tribunaux surchargés faisant face à une jurisprudence en constante évolution. Dans ce contexte, le droit peut être perçu comme le résultat d’un processus de régulation institutionnelle ou comme une ressource mobilisable par les individus directement concernés, voire par ceux qui les aident et les soutiennent pour s’en sortir.


Colloque international
Organisé par Aurélie Fillod-Chabaud et Laura Odasso, post-doctorantes LabexMed

Jeudi 22 et vendredi 23 février 2018
de 9h00 à 17h30

MuCEM - Fort Saint Jean
Promenade Robert Laffont
13002 Marseille

Entrée libre, inscription obligatoire 

+ d’infos, programme détaillé et inscriptions sur le site du colloque Migrations Familiales

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Autres actualités

40 ans d’histoire de l’immigration

Emission d’Emmanuel Laurentin, 8 juin 2018, la Fabrique de l’histoire (France Culture) à suivre

COLLECTION AFRICA 2

Exposition - 14 juin au 21 juillet 2018 - du mardi au samedi de 14h à 18h30 – Atelier Galerie Polysémie (Marseille) à suivre

DOMO DE EUROPA HISTORIO EN EKZILO

Installation-Performance de Thomas Bellinck, du 16 juin au 30 juillet 2018, Mucem, Marseille à suivre

Rocé, aux origines de la recherche

Poétique politique, une histoire des chansons de luttes francophones (Radio Nova, 02/07/2018) à suivre

Ressources

Photographier, ethnographier et exposer dans la cité. Jeunes rugbywomen à Sarcelles à suivre
Le Parcour sup des filles à suivre
Les « Nord-Africains » dans la rénovation urbaine des années 1960 à suivre
L’histoire à l’école : enjeux à suivre
Marseille-Paris, les Belles de Mai à suivre

Mise à jour : vendredi 6 juillet 2018 | Mentions légales | Plan du site |