Films

Familles école grande pauvreté

Dénouer les noeuds d’incompréhension entre les familles en grande pauvreté et la communauté éducative. Tel est l’objet principal de ce DVD-ROM, qui n’est pas un recueil de réponses toutes faites mais un outil d’aide à un travail d’analyse réalisé dans le cadre d’un dispositif de formation.
Il a été élaboré par le groupe de travail « Familles-école-grande pauvreté » de l’académie de Rennes : ATD Quart Monde, IUFM de Bretagne, Rectorat d’académie, Université Rennes 2, CRDP de Bretagne.


Présentation et bon de commande en téléchargement

Contenu

  • « C’est même pas le même regard » : ce film de 28’ présente 5 témoignages sur les relations entre l’école et les familles en grande pauvreté.
  • 6 récits de situations vécues (fiche guide d’animation et fiches-récits)
  • une série de 11 fiches apporte au formateur quelques repères essentiels

Le DVD-rom Mac/PC coûte 18 € et se commande dans le réseau CRDP-CDDP.

Les 5 courts-métrages ont été diffusés le 27 mai dernier à Marseille lors de la journée FAMILLES POPULAIRES ET REUSSITE SCOLAIRE.

Enfants venus d’ailleurs

Sommaire

Consulter sur le site de Cap canal

Les vidéos en ligne

Documentaire

Interview de la réalisatrice

Débat avec Francis Delarue, directeur adjoint du département Ville-Éducation du CNDP et directeur de la collection « Les cahiers de Ville-Ecole Intégration », Philippe Meirieu, directeur de l’IUFM de Lyon, et Jean-Luc Attié, enseignant.

Ressources

Le film (format DVD) est mis à disposition gratuitement dans le Rhône et l’Isère.
Voir les conditions et contacts

Il peut également être acheté (15 €) auprès du CRDP de Lyon
Télécharger le bon de commande

Karim Dridi : la trilogie marseillaise

Dans le cadre de la nouvelle édition de Marseille Résonance, le cinéaste Karim Dridi présente trois films imprégnés des réalités sociales de la cité phocéenne.
 
Lors de cette nouvelle édition, le cinéaste Karim Dridi présente les films de sa « trilogie marseillaise » : Bye Bye (1995), Khamsa (2008) et Chouf (2016), projeté en avant-première nationale (le 27 août).

 

Samedi 27 août 2016 à 15h30, 18h et 21h
En présence du réalisateur
Auditorium Germaine Tillion
MuCEM
13002 Marseille

- 15h30 : Bye Bye
Avec Sami Bouajila, Nozha Khouadra, Philippe Ambrosini
 
Comment Ismaël va vaincre sa culpabilité, survenue à la suite d’un drame familial qui provoqua le départ de ses parents pour le bled, et sauver son frère Mouloud, douze ans, qui refuse de rentrer au pays et fréquente de dangereux dealers à Marseille.

- 18h : Khamsa
Avec Marco Cortes, Raymond Adam, Magalie Contreras
 
À Marseille, la dérive d’un jeune Gitan-Algérien livré à lui-même. Entre trafic de pitbulls et élevage de coq de combat, entre petits larcins et cambriolage, Marco ne souhaite qu’une seule chose : trouver sa place dans un monde qui se passe de lui.

- 21h : Chouf
Avec Sofian Khammes, Foued Nabbia, Zine Darar
 
« Chouf, » ça veut dire « regarde » en arabe. C’est le nom des guetteurs des réseaux de drogue des cités de Marseille. Sofiane, étudiant brillant, intègre le business de son quartier après le meurtre de son frère, un caïd local. Pour retrouver les assassins, il est prêt à tout…

La cour de Babel

Ils viennent d’arriver en France. Ils sont irlandais, serbes, brésiliens, tunisiens, chinois ou sénégalais... Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même classe d’accueil pour apprendre le français. Dans ce petit théâtre du monde s’expriment l’innocence, l’énergie et les contradictions de ces adolescents qui, animés par le même désir de changer de vie, remettent en cause beaucoup d’idées reçues sur la jeunesse et l’intégration et nous font espérer en l’avenir…

Ciné-p’tit déj’ le jeudi 17 avril à 8h45
Deuxième séance spéciale le même jour à 18h30
Le Cinématographe

Centre culturel 04160 Château-Arnoux Saint-Auban

Les projections-débats seront animées par Damien Boisset (ACT) en lien avec l’action Si loin, si proches : accueillir les nouveaux migrants.

Bande-annonce sur le site du diffuseur Les films du poisson

Dossier pédagogique en téléchargement


Ciné Plein Air 2012

 

C’est la 17e édition avec 26 soirées de projections dans 8 lieux de Marseille ! Toutes les projections ont lieu à la tombée de la nuit. Pour plus de confort, amenez vos chaises et vos coussins !

Tout le programme des projections sur cinetilt.org.

Organisé par Tilt, les Archives et Bibliothèque Départementales Gaston Defferre, la Mairie des 2e et 3e arrondissements, la Mairie des 13e et 14e arrondissements, Viens ! à Marseille, le Centre social la Capelette, le Centre social les Lierres-Bois Lemaitre, l’Addap 13 et la Fête du Panier avec le soutien du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, du Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur et de la Ville de Marseille.

La Traversée

LA TRAVERSEE
Un film d’Elisabeth Leuvrey
France / 2013 / Durée : 1h10


Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie, entre Marseille et Alger. Des voitures chargées jusqu’au capot, des paquetages de toutes sortes... des hommes et des femmes chargés de sacs et d’histoires. En mer, nous ne sommes plus en France et pas encore en Algérie, et vice-versa. Depuis le huis-clos singulier du bateau, dans le va-et-vient et la parenthèse du voyage, la traversée replace au coeur du passage ces vies bringuebalées.

En présence d’Elisabeth Leuvrey (réalisatrice) et de Yves Jeanmougin (créateur de l’exposition Alger).
La rencontre sera animée par Tahar Chikhaoui, président d’Archipels Images.



Dans le cadre de l’exposition photo ALGER à La Friche la Belle de Mai


Projection du film-documentaire
La Traversée

Samedi 1er juillet 2017 à 16h30

Cinéma Le Gyptis
Friche de la Belle de Mai
136, rue Loubon
13003 Marseille

Tarif : Entre 2,5€ et 5,5€

+ d’infos sur le site du Cinéma Gyptis

Les Amoureux au ban public - le film

Au nom de la lutte contre les « mariages blancs » et de la « maîtrise » de l’immigration familiale, les couples franco-étrangers subissent depuis plusieurs années le durcissement continu des politiques d’immigration.
13 couples décrivent dans ce film un parcours du combattant pour se marier en France, faire reconnaître un mariage célébré à l’étranger, obtenir un visa pour la France ou bénéficier d’un titre de séjour. Avec intensité et émotion, ils racontent le traumatisme des arrestations à domicile et des expulsions, leur révolte de devoir vivre cachés ou séparés, l’opacité des administrations, les interrogatoires policiers, le dévoilement de leur intimité, la difficulté d’obtenir le respect de leurs droits.
Dans les mairies, les consulats, les préfectures ou les commissariats, on découvre alors l’extraordinaire complexité des procédures et une législation qui a ajouté des contrôles aux contrôles, des conditions aux conditions, et toujours plus d’arbitraire, d’intrusion dans les choix de vie personnels. Leurs témoignages ne relatent pas des dysfonctionnements exceptionnels. Ils mettent à jour une véritable politique répressive qui a décrété la mise au ban des couples franco-étrangers dans notre pays.

Présentation, bande-annonce et bon de commande (12 € frais de port inclus)

Baroud d’honneur


Septembre 2004. Quinze Marocains, anciens soldats de la France, font le voyage du Royaume jusqu’à Marseille qu’ils ont délivrée soixante plus tôt. Venus assister aux commémorations de cette libération, ils espèrent la reconnaissance de la France et l’égalité des droits avec leurs anciens frères d’armes français.
Ce film est le récit de l’odyssée de deux d’entre eux, El Ghazi Amnaye et Hammou Lhedmat. Leur combat dans les maquis de l’Administration sera leur baroud d’honneur.

Voir les dates et lieux de projection sur le site de l’Amicale du groupe Marat

BAROUD D’HONNEUR
Grégoire Georges-Picot avec la collaboration de Moustapha Delleci
(2006 - 52 minutes)

L’histoire de l’immigration en France

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration vient d’ouvrir mi-octobre 2007 à Paris et propose, entre autre, une exposition virtuelle retraçant deux siècles d’histoire de l’immigration.
Ecrite par des historiens membres du comité scientifique de la Cité, riche de 350 photographies et documents d’archive, ponctuée d’extraits sonores, elle retrace en quarante minutes deux siècles d’immigration : les vagues successives d’arrivées d’immigrants et de réfugiés, la mise en œuvre des politiques publiques et les questions de nationalité, les réactions de l’opinion publique entre xénophobie et solidarité, le travail et les métiers de l’immigration, les combats menés en commun en temps de paix comme en temps de guerre, les modes de vie et les questions culturelles.
Outil résolument pédagogique, destiné au plus large public, le film concilie les exigences de l’histoire avec l’attrait et la convivialité du multimédia.

Voir le film sur le site de la C.N.H.I.


Immigrés - travailleurs de père en fils


LES COULISSES DU MUSEE

Les immigrés ont désormais à Paris un musée inspiré de celui d’Ellis Island, à New York. La construction de ce lieu, premier de ce type en Europe, sert de fil rouge pour partir à la découverte de plusieurs familles d’immigrés qui, par leurs dons, contribuent à la constitution de la collection permanente de la Cité.

MARSEILLE TRANSIT
Situé au coeur de Marseille, entre le port et la gare, le quartier de Belsunce a vu transiter, et en partie s’installer, plusieurs vagues de migrants. Il concentre et symbolise une grande partie de l’histoire de l’immigration du XXe siècle…

IMMIGRES, TRAVAILLEURS DE PERE EN FILS
Depuis le XIXe siècle, des dizaines de milliers de travailleurs immigrés arrivent en France. Du nord au sud et d’est en ouest, des bassins miniers aux vignobles, des docks aux usines de construction automobile, retour sur le parcours de ces étrangers sur leur terre d’asile.

IMMIGRES EN QUETE DE FICTION
Depuis Toni de Jean Renoir à L’Esquive d’Abdellatif Kechiche, en passant par Dupont Lajoie d’Yves Boisset, quel regard le cinéma français porte-t-il sur l’immigration ? Une saga qui mêle les victimes et les héros, les sans-papiers et les bons copains, les destins tragiques et les personnages de comédie.

BOBIGNY, MEMOIRES D’UNE CITE
A partir des années 60, les immigrés vont de foyers en logements sociaux, pour souvent finir dans des bidonvilles. Un scandale humanitaire ! La solution sera trouvée grâce aux cités-dortoirs "tout confort" construites dans l’euphorie des années 60-70 pour les Français qui réussissent. Mais ils vont déserter cet habitat déshumanisé. Les immigrés y seront installés. Rien n’a vraiment évolué depuis trente ans dans ces cités, à l’exception de quelques projets de rénovation urbaine. Alors la colère gronde. La cité Karl-Marx, à Bobigny, incarne cette mutation depuis quarante ans..

Lire les horaires de diffusion et autres informations sur le site de France 5

Films contre le racisme

Programme national « Images contre le racisme »
Centre national du Cinéma et Ligue de l’Enseignement
8 films (format VHS) accompagnés chacun de fiches pédagogiques
•  Bams et Moumy - Laurence Petit-Jouvet (1997)
•  Classified People - Yolande Zauberman (1987)
•  Classified X - Mark Daniels & Melvin van Peebles (1997)
•  Mémoires d’immigrés - de Yamina Benguigui (3 films)
•  Une journée portée disparue - de Philip Brooks (1992)
•  Les absentes - Catherine Bernstein (1999)
•  On l’appelait la Vénus hottentote - Zola Maseko (1998)
•  140 000 Chinois pour la Grande Guerre - Olivier Guiton (1997)
Consulter les synopsis
Films disponibles en prêt dans les Bouches-du-Rhône auprès de la FAIL13.

Catalogue filmographique 2007 de la Ligue des droits de l’homme
Consulter

Filmographie du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples
Consulter

Catalogue de la Médiathèque des 3 Mondes
Consulter (recherche : racisme)

L’assiette sale (Saint-Martin, le Rif et les tomates rouges)

" Un film pour fustiger les pratiques de l’agriculture intensive dans les Bouches-du-Rhône (et au-delà...), dénoncer l’exploitation des saisonniers qui en sont la cheville ouvrière, montrer la main mise des centrales d’achat de la grande distribution sur les prix et le formatage de nos fruits et légumes, et... heureusement aussi, donner un coup de projecteur sur les alternatives à ce système suicidaire, qui n’est autre que la conséquence de la politique libre-échangiste dominante. "

Consulter les dates programmées
(Arles, Fontvieille, Marseille, Avignon, ...)

Consulter la présentation complète sur le site de Galopinfilms

 

La saga des immigrés (1960 - 1990)

La saga des immigrés, raconte en 2 fois 52 minutes trente ans de présence des immigrés sur le petit écran. Pour relater les histoires croisées de la télévision de l’immigration, les auteurs explorent les archives audiovisuelles, tous genres confondus. Une immersion dans la mémoire qui nous en apprend autant sur les immigrés que sur la France.


La bande-annonce sur le site de l’INA

Un extrait sur le site de la Médiathèque des 3 Mondes

Une présentation détaillée sur le site du journal El Watan

L’outil pédagogique associé (4 pages, pdf) sur le site du CNDP

Le bon de comande du DVD (19,90 €) sur le site de l’INA

La graine et le mulet

Après la Faute à Voltaire et le succès populaire et critique de L’esquive, qui rappelait que l’on pouvait vivre en banlieue et donner du sens à Marivaux, Abdellatif Kechiche sort son troisième film. La graine et le mulet a récemment reçu le prix spécial du jury, le prix de la meilleure actrice et le prix de la critique internationale à la Mostra de Venise.

Synopsis
Sète, le port. Monsieur Beiji, la soixantaine fatiguée, se traîne sur le chantier naval du port dans un emploi devenu pénible au fil des années. Père de famille divorcé, s’attachant à rester proche des siens, malgré une histoire familiale de ruptures et de tensions que l’on sent prêtes à se raviver, et que les difficultés financières ne font qu’exacerber, il traverse une période délicate de sa vie où tout semble contribuer à lui faire éprouver un sentiment d’inutilité. Une impression d’échec qui lui pèse depuis quelque temps, et dont il ne songe qu’à sortir en créant sa propre affaire : un restaurant. Seulement, rien n’est moins sûr, car son salaire insuffisant et irrégulier, est loin de lui offrir les moyens de son ambition. Ce qui ne l’empêche pas d’en rêver, d’en parler, en famille notamment. Une famille qui va peu à peu se souder autour d’un projet, devenu pour tous le symbole d’une quête de vie meilleure. Grâce à leur sens de la débrouille, et aux efforts déployés, leur rêve va bientôt voir le jour…Ou, presque…

Voir la bande-annonce sur le site de Pathé

Lire une présentation du réalisateur et du film par Jacques Mandelbaum sur LeMonde.fr

Aimé Césaire, une parole pour le 21ème siècle

L’île veilleuse
La vie, l’oeuvre et l’action politique du poète. Césaire nous fait découvrir sa Martinique

Au rendez-vous de la conquête
L’éthique, la théorie et la philosophie de la Négritude. La rencontre de Césaire, étudiant à Paris, avec des intellectuels africains dont Senghor.

La force de regarder demain
Comment trouver la force après les désillusions de la décolonisation, les dérives de la Négritude, les échecs du "tiers-mondisme" et face à la crise planétaire

Extrait et présentation sur le site de la Médiathèque des 3 Mondes

Euzhan PALCY
est la réalisatrice, entre autres, de Rue Case-nègres (1983), Une saison blanche et sèche (1989) et Parcours de dissidents (2005)

Andalucia

Que signifie être aujourd’hui un fils d’immigré maghrébin en France ? Comment conquérir la dignité individuelle face à l’humiliation collective au quotidien ? Comment être à la fois français de plein droit et dépositaire d’une mémoire et d’une identité colonisées ? Comment vivre cette différence sans qu’elle soit diluée par l’intégration ni aliénée par le communautarisme ?
Ces questions, dont l’actualité nous rappelle l’urgence, Andalucia, deuxième long-métrage d’Alain Gomis après L’Afrance (2001), les pose de la plus belle manière

Bande-annonce et critiques
sur le site du distributeur

Réalisation : Alain Gomis
Scénario : Alain Gomis, Marc Wels
Interprétation : Samir Guesmi, Delphine Zingg, Djolof Mbengue, Bass Dhem, Sarah Marshall
Pays : France
Genre : Comédie
Durée : 1h30min
Date de sortie : 05 mars 2008
Distribution : Eurozoom

Dans la vie

Qu’est-ce qu’on peut faire avec de bonnes intentions, de bons sentiments ? Un film, répond Philippe Faucon, au mépris de tous les lieux communs sur le revêtement de sol de l’enfer.
Dans la vie
, qui raconte une histoire de juifs et de musulmans à Toulon, s’empare du sujet qui fâche par excellence (pour ne pas dire de la plus sanglante des pommes de discorde) pour réaliser une comédie ensoleillée qui tourne résolument le dos au malheur.


Bande-annonce sur le site Cinefil
Duo de femmes déracinées sous le soleil de Provence, critique dans le Monde
La guerre du séjour, critique dans Libération
Dossier pédagogique sur le site Zerodeconduite.net

Film français de Philippe Faucon
Avec Sabrina Ben Abdallah, Zohra Mouffok, Ariane Jacquot
Durée : 1 h 13

Cinéma(s) de Palestine

Si le but de cette programmation n’est pas de rendre compte du conflit israélo-palestinien, il n’en reste pas moins que les thèmes de l’occupation, de l’oppression et de l’exil, avec leurs répercussions sur les individus, sont présents dans la plupart des films. Un contexte particulier qui amène les réalisateurs à inventer des formes de narration où la fiction se mêle souvent aux documents d’actualité ainsi qu’aux faits réels d’une vie quotidienne constamment perturbée. Leurs films s’emparent de la réalité frontalement, mais aussi avec poésie et humour.
Programme et calendrier sur le site de l’AFLAM

Pour ce mois dédié à la Palestine, Aflam a invité plusieurs associations marseillaises à explorer le champ artistique palestinien. Les Instants vidéo présentent une sélection de vidéos art, Camayeux une exposition photo, tandis que Vidéochroniques accueille une artiste palestinienne en résidence de création. Le Mur du son assure la programmation musicale des cinés concerts et les Libraires du Sud proposent des ouvrages d’auteurs palestiniens ou liés à la Palestine.

Ecrans des nouveaux cinémas arabes

 Pour cette 3ème édition Aflam propose une sélection des productions représentatives des divers courants des cinémas arabes actuels. (...) Dans ce programme, on remarquera la présence importante des réalisatrices, dont l’approche cinématographique, la sensibilité sur des sujets intimes ou sur l’histoire, s’impose avec une maturité étonnante.
En salle, à la bibliothèque de l’Alcazar et au cinéma « Les Variétés », douze films représentent l’Algérie, le Liban, le Maroc, la Palestine, la Syrie et la Tunisie ; certains en avant-première.
La manifestation sera suivie du 9 au 16 juillet d’une caravane qui se déplacera dans six villes de la Région pour des projections sous les étoiles.

Programmation complète et infos pratiques sur le site d’AFLAM

 

Welcome Europa / Immigration, douleurs, dérives, contradictions

Le film Welcome Europa - documentaire de Bruno Ulmer, 2006 - suit le parcours chaotique de huit jeunes Kurdes, Marocains et Roumains dans plusieurs villes de l’Union européenne. Seuls, sans visas, ils mènent un combat quotidien pour survivre. La pauvreté ou la répression politique les ont poussés à s’exiler pour faire vivre leurs familles restées au pays. Mais le rêve d’un eldorado européen se dissipe dès qu’ils s’en approchent.

La projection sera suivi du débat sur Immigration, douleurs, dérives, contradictions, en présence de
- Denis Gravouil, caméraman du film
- Jean-Pierre Cavalié, de la Cimade
- Florimond Guimard, de Resf
- Anaïs Léonhardt, avocate

Attac fait son Cinéma avec Resf et la Cimade
Mercredi 18 juin 2008 à 18h30
CRDP, 31 bis bd d’Athènes, 13001 Marseille

 

Présentation du film sur le site de ARTE

I Magliari

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté I MAGLIARI, un film de Francesco Rosi (1959)

 

 

Jeudi 11 février 2010 à 18h00
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

V.O. sous-titrée en français

Entrée libre et gratuite

 

Mario, immigré italien en Allemagne, travaille dans une mine de Hanovre. Il se retrouve au chômage et se résigne à retourner en Italie, quand un certain Totonno, immigré italien, lui vole son passeport pour échapper à la police. Il lui propose ensuite un emploi de “magliaro” : vendeur de tissu au porte-à-porte. Mario s’intègre avec réticence à la bande de "magliari", arnaqueurs spécialisés dans la vente de tissus et de tapis de dernière qualité, commandités par un "big boss" dont la femme séduit Mario. Mais ce dernier préférera retourner en Italie plutôt que de gagner un argent facile...

 

Histoire et mémoires des immigrations

Ce double DVD, réalisé par le CRDP de l’académie de Créteil avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI), met en perspective historique des témoignages oraux, des archives écrites et audiovisuelles ainsi que des films.
A une époque où la place et le rôle de l’immigration dans la société française et la lutte contre les discriminations sont au cœur de l’actualité, ce coffret propose des documents et des pistes de réflexion pour les enseignants et les éducateurs qui travaillent sur ces questions avec des jeunes. La richesse des sources, la diversité des pratiques constituent un élément de réponse à la crise d’identité que traverse une génération d’enfants dont la plupart sont nés ici, mais dont les parents viennent d’ailleurs.

Vidéo et présentation détaillée
sur le site du CRDP de Créteil

Histoire et mémoires des immigrations
Collection Mémoires et Histoire
330 min, 2 DVD.
Didier Delattre, Rebecca Houzel, Daniel Martin, Jean-Luc Millet, Valérie Mitteaux.
Prix : 30€

Le DVD est en vente dans toutes les librairies du réseau CNDP.

Entre les murs

« De plus en plus de gens parlent de « sanctuariser » l’école. Je voulais au contraire la montrer comme une caisse de résonance, un lieu traversé par les turbulences du monde, un microcosme où se jouent très concrètement les questions d’égalité ou d’inégalité des chances, de travail et de pouvoir, d’intégration culturelle et sociale, d’exclusion.
J’avais notamment développé une scène de conseil de discipline, que je voyais comme une sorte de « boîte noire » du collège. (…) j’ai rencontré François qui présentait au même moment son nouveau livre, Entre les murs. Son discours était un contre-feu aux réquisitoires sur l’école d’aujourd’hui. »

Bande-annonce sur le site de Haut & court

Présentation, vidéos, entretien, photos, …
sur le site dédié au film

Dossier pédagogique (pdf, 52 pages) pour les collèges et lycées (Français, SES, ECJS)

Le film Entre les murs a obtenu la Palme d’Or au festival de Cannes 2008.

Khamsa

" Début juin 2006, je tombe sur le camp gitan de Mirabeau et sur la cité de Bassens, dans les quartiers nord de Marseille, où j’ai l’opportunité de faire la connaissance de plusieurs enfants (de 13 à 17 ans). Immédiatement, je suis séduit par leur puissance, leur force de vie et la saine révolte qui se dégage de tous ces gosses. Devant l’évidence, je décide de tout reprendre à zéro, de réécrire totalement une autre histoire sans chercher à démontrer ou à prouver quoi que ce soit. "
Karim Dridi

 " Nul besoin de grande tragédie sur l’enfance, les petits faits vrais suffisent et leur accumulation peut élaborer à elle seule le récit d’un film. " (...) " Il faut enchanter le réel, sans le trahir en l’édulcorant, le tirer malgré tout du côté du jeu ; vivre la vie comme une aventure. "
François Truffaut
 
Bande-annonce sur le site Dailymotion

Vidéos, Entretiens et making-of sur le site Rue89

Mémoires d’immigrés

 

Support
Vidéocassettes

Résumé
Témoignages de ceux qui sont les acteurs souvent oubliés ou muets de l’immigration maghrébine. Non seulement les immigrés eux-mêmes, les pères arrivés les premiers, les mères venues les rejoindre et leurs enfants nés en France, la fameuse "deuxième génération". Mais aussi ceux qui ont favorisé ou organisé leur venue en France, pour des raisons, et dans des conditions, qui sont aujourd’hui occultées, ou tout simplement oubliées.

Descriptif technique
Trois cassettes VHS de 52 minutes accompagnées de fiches pédagogiques.

Auteur
Yamina Benguigui

Éditeurs
Centre National du Cinéma - Ligue de l’enseignement (programme national "Images contre le racisme")

Date
1997

Public
Collégiens, lycéens

Disciplines
Histoire (3ème ; Terminale) ; Géographie (5ème ; 1ère et Terminale) ; Education civique / ECJS (5ème ; 4ème ; 2nde ; 1ère ; Terminale) ; SES (2nde ; Terminale) Philosophie ;

Accès
FAIL 13 (Fédération des Amis de l’Instruction laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81
Prêt gracieux aux établissements scolaires et, sous réserve, aux associations. Pas de chèque de garantie. Animation autour des expositions non prévue sauf pour la semaine d’éducation contre le racisme (mars)

Retour au sommaire

Baroud d’honneur

 

Support
DVD

Résumé
Septembre 2004. Quinze Marocains, anciens soldats de la France, font le voyage du Royaume jusqu’à Marseille pour être présents aux cérémonies du soixantième anniversaire de la libération de la Provence. Le moment du retour approchant, deux d’entre eux faussent compagnie aux organisateurs. Ils ont décidé de rester pour faire valoir leurs droits et ne se doutent pas qu’ils vont être condamnés à demeurer désormais de longs mois loin de chez eux. Les mesures décidées par le président de la République en septembre 2006 n’y changeront rien.

Descriptif technique
1 DVD de 54 minutes

Auteur
Grégoire Georges-Picot avec la collaboration de Moustapha Delleci

Éditeur
Zeugma Films, l’Amicale du Groupe Marat et Cityzen Télévision.

Date
2006

Public
Collégiens (4ème-3ème), Lycéens

Discipline(s)
Histoire-géographie. SES. Projets transversaux.

Accès
Amicale du groupe Marat 13005 Marseille Personne à contacter : Grégoire-Georges Picot Tél : 06 14 44 32 41
Prêt avec participation (150 €) aux établissements scolaires, possibilité d’animation autour de l’exposition (intervenants, documentation)
Présentation, dates et lieux de projection sur le site de l’Amicale du groupe Marat

Retour à la liste

Histoire(s) d’immigration

 

Support
Multisupport : DVD vidéo et cédérom

Résumé
Des outils pour témoigner et comprendre afin de réfléchir et analyser les situations actuelles autour de l’immigration.
Le DVD est composé de deux parties :
- « Récits de vie » : douze témoignages de Français issus de l’immigration et originaires de pays européens, africains, asiatiques...
- « Pour débattre » : des éléments pour alimenter la réflexion sur différents aspects de l’immigration : la filiation, la transmission culturelle, la discrimination...
Le cédérom « Pour construire » propose des matériaux pour construire une réflexion sur les réalités de l’immigration

Descriptif technique
1 DVD vidéo : 2 h 52 min.
1 Cédérom PC

Auteurs
Serge Reneau ; Serge Bourgade et Philippe Vepierre

Editeur
CRDP de Haute-Normandie

Date
2006

Public
Ecoliers, collégiens, lycéens

Disciplines
Vivre ensemble (cycle 2) ; Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 20 €

Retour à la liste

Kilomètre Delta 2

 

Support
Vidéocassette

Résumé
A la recherche de la mémoire des migrants que ce sont les parents d’ un groupe d’adolescents du lycée Joffre de Montpellier, mais aussi à la découverte de l’ailleurs et de l’Histoire. Avec l’aide d’une équipe de télévision, ces lycéens refont le chemin migratoire de leur propre famille. Rencontrer des immigrants pour appréhender la diversité des origines et des cultures des Français à travers des témoignages et des histoires personnelles.

Descriptif technique
1 vidéocassette VHS constituée de 3 épisodes de 26 min : couleur, SECAM, sonore.
1 livret d’accompagnement de 8 pages.

Auteurs
Benoît Califano
Hervé Cauchy
Alexandre Joannides
Marguerite Rabier-Cros

Editeur
CNDP

Date
2000

Public
Collégiens, lycéens

Disciplines
Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 5,00 €

Retour au sommaire

La libération de Marseille

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Été 1944 : Marseille se soulève avec de rares villes avant que les armées alliées ne les libèrent. Le débarquement en Provence fut, pour les résistants à Marseille, le signal de l’insurrection. Quelques centaines d’hommes et de femmes mal armés faisaient face à 12000 militaires allemands lorsque les soldats de la 3e division d’infanterie algérienne soutenus par des goumiers marocains foncèrent vers Marseille. La ville fut délivrée après une semaine d’âpres combats. Témoignages croisés de résistants et de soldats des armées en présence.

Descriptif technique
1 vidéocassette VHS - 52 minutes

Auteur
Grégoire Georges-Picot

Éditeur
Groupe Marat

Date
1994

Public

Lycéens

Discipline(s)
Histoire. Projets transversaux.

Accès

Amicale du groupe Marat, 13005 Marseille. Personne à contacter : Grégoire-Georges Picot Tél : 06 14 44 32 41
Prêt avec participation (150 €) aux établissements scolaires, possibilité d’animation autour de l’exposition (intervenants, documentation)

Retour au sommaire

Les oubliés de l’histoire

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Différents parcours d’étrangers, immigrés en France ou ressortissants des colonies françaises ayant combattu pour la Libération de la France. Certains sont venus après la première guerre mondiale pour reconstruire le pays, d’autres ont dû fuir leur patrie pour des raisons politiques. Pendant la seconde guerre mondiale, ils décident de défendre le pays qui les a accueillis. Ils entrent dans la Résistance ou s’engagent spontanément dans l’armée, rejoignent le maquis ou se retrouvent sur le front. Leur témoignage rappelle le sang versé par des étrangers pour une France libre et indépendante.

Descriptif technique
Cassette VHS de 35 minutes

Auteur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Éditeur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Date
1992

Public
Collégiens (3ème), lycéens

Accès
MRAP 13 (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) 34, cours Julien 13006 Marseille Tél. : 04 91 42 94 65

Retour au sommaire

Ni ici, ni là bas

 

Support
DVD

Résumé
Le quotidien des habitants de l’hôtel de l’avenir, dans le quartier de Belsunce à Marseille. Leurs premiers jours ou leur vie de résidents installés depuis plusieurs années ; leurs espoirs et leurs craintes. Une exploration des questions liées à l’immigration : les hôtels bon marché, les parcours individuels et l’entre-deux, cette relation de l’être à sa culture, à son pays et les difficultés de l’exil.

Descriptif technique
DVD : couleurs, 26 minutes

Auteur
Claude Bossion

Editeur
Chapacan Production

Date
2004

Public
Lycée

Disciplines
Education civique ; Histoire ; Français ; Disciplines transversales

Accès
La Terre Tourne Distribution (achat) : 35 €
Valérie Cohen – Tél. : 04 91 62 17 57

Retour au sommaire

Une journée portée disparue : 17 octobre 1961

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Le 17 octobre 1961 n’existe pas. Gommé, oublié, occulté. Ce jour-là, 30 000 Algériens manifestent contre le couvre-feu instauré à Paris. Au coeur de la France démocratique, la police assassine 200 personnes et laisse sur le pavé des milliers de blessés : le Préfet s’appelle Papon. Un épisode de la guerre d’Algérie qui demeure absent de l’histoire officielle.

Descriptif technique
Cassette VHS 52 mn accompagnée d’une fiche pédagogique.

Auteur
Philip Brooks et Alan Hayling

Éditeur
Centre National du Cinéma
Ligue de l’enseignement (programme national "Images contre le racisme")

Date
1992

Public
Lycéens

Discipline(s)
Histoire ; ECJS ; Philosophie ; disciplines transversales

Accès
FAIL 13 (Fédération des Amis de l’Instruction laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81

Retour au sommaire

Un siècle d’immigration en France

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Rétrospective de l’immigration de 1851 à 1974, cette grande fresque illustrée par une variété de documents iconographiques et sonores nous livre des récits de descendants d’immigrés, puis évoque les difficultés économiques et politiques à l’origine des mouvements migratoires et enfin évoque le rôle des immigrés dans la guerre et dans l’économie de la France durant les Trente Glorieuses.

Descriptif technique
Trois vidéocassettes VHS. 55 min : couleur, SECAM, sonore. Document d’accompagnement
Un siècle d’immigration en France 1 : d’ici et d’ailleurs, 1851-1918
Un siècle d’immigration en France 2 : du pain et de la liberté, 1919-1939
Un siècle d’immigration en France 3 : étranges étrangers, 1939-1974

Auteur
Mehdi Lallaoui

Editeur
CNDP

Date
2001

Public
Ecoliers, collégiens, lycéens

Disciplines
Vivre ensemble (cycle 2) ; Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 5 € chacune soit 15 € les 3 cassettes

Retour au sommaire

 

140.000 chinois pour la grande guerre

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Parmi ceux qui, de tout temps, ont voulu fuir la misère de leur pays, 140 000 Chinois furent vendus à la France en 1916-17 pour les besoins de la Grande Guerre. La plupart ont rompu tout lien avec la Chine. Ceux qui n’ont pas péri rapidement ont fait leur vie en France, entre nostalgie du pays d’origine et justification de l’acte d’émigrer

Descriptif technique
Cassette VHS 50mn accompagnée d’une fiche pédagogique

Auteur
Olivier Guiton

Éditeurs
Centre National du Cinéma - Ligue de l’enseignement (programme national "Images contre le racisme")

Date
1997

Public
Lycéens

Disciplines
Histoire ; ECJS ; disciplines transversales

Accès
FAIL 13 (Fédération des Amis de l’Instruction laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81
Prêt gracieux aux établissements scolaires et, sous réserve, aux associations. Pas de chèque de garantie. Animation autour des expositions non prévue sauf pour la semaine d’éducation contre le racisme (mars)

Retour au sommaire

Ici et là bas, paroles d’immigrés

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Montage d’archives réalisé à partir de documents tournés par le CNDP entre 1968 et 1991 sur le thème de l’immigration en France. Arrivée et l’installation de communautés étrangères et caractéristiques de l’intégration de ces diverses communautés. Malgré les problèmes liés au regard des autres (xénophobie, racisme) ou à leur identité (désir de retour, double culture), les immigrés s’intègrent et constituent le ferment d’une France métissée et plurielle.

Descriptif technique
Vidéocassette VHS. 31 min : couleur, SECAM, sonore. Guide pédagogique de 24 pages.

Auteurs
Maryvonne Blais et Marie-Claude Chavand

Editeur
CNDP

Date
2000

Public
Ecoliers, collégiens, lycéens

Disciplines
Vivre ensemble (cycle 2) ; Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 5 €

Retour au Sommaire

La traversée

 

Support
DVD

Résumé
Ce documentaire suit le bateau qui fait l’aller-retour entre les ports de Marseille et d’Alger. Dans ce bateau se croisent les parcours, les vies et les regards d’hommes et de femmes de toutes les générations qui font l’aller-retour d’une rive à l’autre de la Méditerranée et qui, dans la parenthèse du voyage, dans cet entre deux – l’entre deux rives, l’entre deux pays, l’entre deux appartenances – dévoilent leur voix pour nous raconter les infinies facettes de l’expérience migratoire.
Un dossier pédagogique permet d’approfondir les thématiques liées aux migrations en France.

Descriptif technique
1 DVD, 55 minutes ; format Dvcam

Auteurs
Elisabeth Leuvrey

Editeur
Alice Films & Artline Films, avec la participation d’Arte

Date
2006

Public
Collégiens et lycéens

Disciplines
Histoire (3ème ; Terminale) ; Géographie (5ème ; 1ère et Terminale) ; Education civique / ECJS (5ème ; 4ème ; 2nde ; 1ère ; Terminale) ; SES (2nde ; Terminale) Philosophie ; Français

Accès
Espace Culture de la ville de Marseille 42, La Canebière - 13001 Marseille Tél. : 04 96 11 04 60 Mail : info@espaceculture.net

Retour au sommaire

Toi et moi

 

Support
DVD

Résumé
Structuré en 10 reportages, ce DVD permet de découvrir le quotidien d’un enfant et de sa famille d’origine étrangère vivant en France. Chaque épisode permet de parler des différences culturelles au quotidien et de partager notre humaine communauté de destin en réfléchissant sur les notions d’altérité, d’identité et de fraternité. Un dossier d’accompagnement est téléchargeable en ligne.

Descriptif technique
1 DVD vidéo, 130 min
1 livret, 16 p.

Auteur
Caroline Puig-Grenetier

Editeur
CNDP

Date
2006

Public
Écoliers

Disciplines
Éducation civique (Cycle 3) ; Vivre ensemble (Cycle 3) ; Histoire-géographie (Cycle 3) ; Langue française (Cycle 3)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 19,00 €

Retour au sommaire

Alger, Oran, Paris : les années music-hall

 

Support
DVD

Résumé
Le "cabaret oriental d’Algérie" est une partie du patrimoine de la musique algérienne à un moment où ce pays était une colonie française. Histoire de cet étonnant kaléidoscope culturel : interprétée majoritairement par des chanteurs de la communauté juive d’Algérie aux côtés de musiciens algériens de la communauté musulmane. Traces d’un brassage unique, hérité de la musique savante arabo-andalouse, elle intègre des influences multiples : espagnole, rumba, tango, parfums de chanson réaliste française, jusqu’au jazz, au boogie, au fox-trot…

Descriptif technique
DVD de 52 minutes

Auteur
Michèle Mira Pons

Éditeur
Seafilms Productions (programme "Identités Parcours Mémoire")

Date
2003

Public
Lycéens

Disciplines
Musique. Education civique. Histoire. Disciplines transversales.

Accès
Contacter Valérie Cohen : 04 91 62 17 57

Retour au sommaire

Bon appétit les enfants

 

Support
Vidéocassettes

Résumé
Chaque vidéocassette contient trois films où un enfant réalise un plat ou un repas typique de son pays. Le principe consiste à montrer de jeunes cuisiniers vivant sur le même continent, mais aux gastronomies bien différentes. La découverte de la diversité des saveurs comme entrée en matière pour appréhender la pluralité des cultures…

Descriptif technique
Quatre vidéocassettes VHS constituée chacune de quatre épisodes de 13 min : couleur, SECAM, sonore. 1 livret d’accompagnement par cassette.
Bon appétit les enfants ! 1 : Kazakhstan. Géorgie. Israël.
Bon appétit les enfants ! 2 : Afrique du Sud. Maroc. Sénégal.
Bon appétit les enfants ! 3 : Japon. Thaïlande. Inde. Turquie.
Bon appétit les enfants ! 4 : Jamaïque. Mexique. Trinidad.

Auteur
Collectif

Editeurs
Marathon ; La Cinquième.

Date
2003

Public
Écoliers, collégiens, lycéens

Disciplines
Enseignements transversaux ; Éducation à la santé. Vivre ensemble (cycle 2) ;
Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat)

Retour au sommaire

Le destin

 

Support
DVD

Résumé
Cordoue, 12ème siècle. Dans l’Andalousie arabe, le philosophe Averroès, conseiller du calife El Mansour, est reconnu pour sa sagesse, sa tolérance et son équité. Persécuté par les intégristes, il enseigne malgré tout, ses préceptes. Ses adversaires, qui utilisent l’Islam pour asseoir leur pouvoir, parviennent à enrôler l’un des deux fils du calife. Ils obtiendront la destitution d’ Averroès et la condamnation par fatwa à l’autodafé de son oeuvre... Mais disciples et proches d’Averroès en feront des copies qu’ils feront passer à travers les frontières
« S’il y a un message dans le Destin, c’est celui-là : il faut se lancer dans la bataille. Averroès incarne ce que je prône depuis toujours : l’ouverture vers l’autre. » (Youssef Chahine, interview à Télérama, 15 octobre 1997)

Descriptif technique
130 min. coul. 16/9 compatible 4/3, coul. (PAL), son. (Stéréo pour la version arabe) (Dolby surround pour la version française)

Auteur
Youssef Chahine

Editeur
Editions Montparnasse

Date
1996

Public
Collégiens - Lycéens

Disciplines
Education civique ; Histoire ; Philosophie

Accès
Cette ressource fait partie du couffin Sindbad Moyen-Orient disponible dans les 4 CDDP de l’académie d’Aix-Marseille

CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière

CDDP 84 (Centre départemental de documentation pédagogique de Vaucluse) 8 rue Frédéric Mistral 84000 Avignon Mail : cddp84@crdp-aix-marseille.fr Contact médiathèque : Cécile Péjean
Tél. : 04 90 14 04 24 Mail : cddp84-mediatheque@crdp-aix-marseille.fr Contact Librairie : Jean-Pierre Maetz Mail : jean-pierre.maetz@crdp-aix-marseille.fr Tél. : 04 90 14 48 38

CDDP 05 (Centre départemental de documentation pédagogique des Hautes-Alpes) 14 Avenue Foch 05000 GAP Tél. : 04 92 51 36 84 Fax : 04 92 51 95 87 Contact : Marie-Pierre Orsoni (librairie et médiathèque) Mail : marie-pierre.orsoni@crdp-aix-marseille.fr

CDDP 04 (Centre Départemental de Documentation pédagogique des Alpes de Haute-Provence) 22 avenue des Charrois 04000 Digne les Bains Tel : 04 92 36 61 23 Fax : 04 92 32 09 29 Mail : cddp04@crdp-aix-marseille.fr

BMVR (Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale) 58, Cours Belsunce 13001 Marseille Tél. : 04 91 55 90 00 Fax : 04 91 55 23 44 Mail : accueil-bmvr@mairie-marseille.fr (prêt)

ADAV 41, rue des Envierges 75020 Paris Tél. : 01 43 49 10 02 Fax : 01 43 49 25 70 Mail : contact@adav-assoc.com (achat) : 48,20 €

 

Retour au sommaire

Les Noirs dans la musique classique au XVIIIe

 

Support
DVD

Résumé
Évoquer les Noirs dans la world music, le blues ou encore le jazz représente un axiome. C’est leur domaine, leurs univers. Tout demeure dans l’ordre normé de l’assignation. De même, si l’on parle des noirs dans la musique classique en tant qu’interprètes… Mais il s’agit ici de développer l’histoire des Noirs dans la musique classique en tant que compositeurs et…au XVIIIe siècle ! Vous découvrirez ainsi leurs histoires étonnantes, leurs carrières mouvementées au sein d’une société européenne marquée par l’esclavagisme.

Descriptif technique
Un DVD de 33 minutes accompagné d’un fascicule

Auteurs
Thérèse Basse-Assia, Zouane-Abrams DJ

Éditeur
Association Zingha

Date
2005

Public
Collégiens, lycéens

Disciplines
Musique ; histoire

Accès
Association Zingha 40h Boulevard Voltaire 3001 Marseille Tél : 04 91 08 14 33 Mail : info@zingha.org Personne à contacter : Thérèse Basse, coordinatrice de projet Mail : therese.basse@numericable.fr

Retour au sommaire

Azur et Asmar

 

Support
1 double DVD

Résumé
Azur et Asmar sont deux enfants bercés par la même femme : le premier, fils de châtelain est blond aux yeux bleus, le second fils de la pauvre servante sarrasine est brun aux yeux noirs. Séparé par l’injustice des hommes, les deux frères vont traverser des épreuves mais être rassemblés par la solidarité, le respect et l’échange des cultures qui auront raison des difficultés de leur parcours. Ce conte est accompagné des 3 bonus de la version commerciale ainsi que de 2 autres bonus du CNDP.

Descriptif technique
213 min couleur

Auteurs
Michel Ocelot (film)
Alain Bergala et Catherine Goupil : compléments et bonus

Editeurs
CNDP/ Diaphana édition vidéo

Date
2007

Public
Écoliers (maternelle et primaire), collégiens, lycéens

Disciplines
Langue française, Histoire-géographie, Education civique, Vivre ensemble

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 35,00 €

Retour au sommaire

Blancs de mémoire

 

Support
DVD

Résumé
Tourné en Afrique, le documentaire s’appuie sur des extraits du docu-fiction Capitaines des ténèbres (Serge Moati, 2004). Il est étayé par les interventions de spécialistes de l’Afrique et comporte des témoignages de villageois du Niger, autrefois victimes de la « colonne maudite ». Analyse de la violence coloniale et de son impact sur les violences du 20ème siècle ainsi que des enjeux de la colonisation. Interventions des deux spécialistes de l’Afrique, des comédiens et figurants de « Capitaines des ténèbres » et de Serge Moati pour interroger différents thèmes de l’histoire coloniale de l’Europe et de l’Afrique. Impact de la colonisation sur les violences du 20ème siècle.

Descriptif technique
53 minutes et un livret de 24 pages

Auteurs
CNDP
Manuel Gasquet
Image et Compagnie

Éditeur
CNDP

Date
2006

Public
Collégiens, lycéens

Discipline
Histoire

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 19 €

Retour au sommaire

Classified people

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Tournage clandestin en Afrique du Sud. Dénonciation des déchirures sociales et affectives engendrées par l’apartheid. En 1948, la vie de Robert qui se croyait blanc, bascule. Il est
« classé » métis, sa femme et ses enfants « restés blancs » le renient. Il refait sa vie avec Doris qui est noire et c’est ensemble qu’ils nous racontent, avec humour et complicité, leur histoire pourtant tragique.

Descriptif technique
Cassette VHS 60 mn accompagnée d’une fiche pédagogique.

Auteur
Yolande Zauberman

Éditeurs
Centre National du Cinéma
Ligue de l’enseignement (programme national "Images contre le racisme")

Date
1987

Public
Lycéens

Disciplines
Histoire, ECJS, projets transversaux ; anglais

Accès
FAIL 13 (Fédération des Amis de l’Instruction Laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81
Prêt gracieux aux établissements scolaires et, sous réserve, aux associations. Pas de chèque de garantie. Animation autour des expositions non prévue sauf pour la semaine d’éducation contre le racisme (mars)

Retour au sommaire

Classified X

 

Support
Vidéocassette

Résumé
À travers plus de 70 citations, le cinéaste Melvin Van Peebles, auteur du mythique Sweet sweetback’s Baadassss song (1971), passe en revue les différents stéréotypes de la représentation des Noirs dans le cinéma hollywoodien depuis ses origines, en passant par les films indépendants destinés aux salles réservées aux Noirs

Descriptif technique
Cassette VHS 52 mn accompagnée d’une fiche pédagogique

Auteurs
Mark Daniels & Melvin van Peebles

Éditeurs
Centre National du Cinéma - Ligue de l’enseignement (programme national "Images contre le racisme")

Date
1997

Public

Lycéens

Disciplines
Histoire, ECJS, projets transversaux ; anglais

Accès
FAIL 13 (Fédération des Amis de l’Instruction Laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81
Prêt gracieux aux établissements scolaires et, sous réserve, aux associations. Pas de chèque de garantie. Animation autour des expositions non prévue sauf pour la semaine d’éducation contre le racisme (mars)

Retour au sommaire

Discriminations ? où est la solution ?

 

Support
DVD

Résumé

Depuis 2001, la Mission Locale du canton de La Ciotat expérimente des actions de prévention des discriminations sur le marché du travail. Les personnes qui ont bien voulu témoigner dans ce film suivaient une formation professionnelle. Elles racontent les obstacles qu’elles ont rencontrés dans leur recherche d’emploi ou de stage et notamment ceux liés aux discriminations.

Descriptif technique
Un DVD de 35 mn

Auteur
Mission Locale du canton de la Ciotat

Éditeur
Mission Locale du canton de la Ciotat

Date
2004

Public

Lycéens

Disciplines

Education à l’orientation ; ECJS ; histoire ; disciplines tertiaires

Accès

Mission locale du canton de la Ciotat 19 avenue Fernand Gassin 13600 La Ciotat Personne à contacter : Marilyn SAHNOUNI Mail : msahnouni@ml-laciotat.asso.fr Pour l’ARDML (Association régionale des missions locales) Tél. : 04 42 08 80 57 / 06 22 66 70 18 Fax : 04 42 83 59 11

Retour au sommaire

Discriminations, ouvrons les yeux

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Réalisée dans le cadre de la Caravane de la citoyenneté, une mise en lumière, par le biais de témoignages, des mécanismes des discriminations au travail, au logement, au loisir, etc. Racisme au quotidien et les répercussions dramatiques sur la vie et les sentiments de celui ou celle qui s’y trouve confronté(e). Des entrevues avec le coordinateur du 114, le directeur de la formation de la police nationale, un substitut du procureur ou encore un responsable de la formation du Greta dans le cadre de la lutte contre les discriminations.

Descriptif technique
Cassette VHS de 40 min. Egalement disponible en format Béta NT pour projection en salle de cinéma.
Cassette visionnable avec accompagnement pédagogique (militant MRAP).

Auteurs
Laurent Cibien, MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Éditeur
MRAP

Date
2000

Public
Lycéens

Disciplines
ECJS ; histoire ; disciplines tertiaires ; projets transversaux

Accès
MRAP 13 (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) 34, cours Julien 13006 Marseille Tél. : 04 91 42 94 65

 

Retour au sommaire

Les discriminations raciales à l’emploi

 

Support
DVD

Résumé
La discrimination fondée sur la distinction de race, de couleur ou d’origine ethnique est un déni au principe d’égalité. Elle constitue une violation des droits fondamentaux de l’homme. Production d’une histoire commune estampillée sous le sceau de l’injustice raciale et sociale, le traitement de la personne y diffère en fonction de la perception d’une différenciation prétendue avérée.

Descriptif technique
DVD de 26 mn.

Auteurs
Thérèse Basse-Assia et Zouane-Abrams DJ.

Éditeur
Association Zingha

Date
2004

Public
Collégiens, lycéens

Disciplines
Histoire ; ECJS/éducation civique ; SES ; disciplines tertiaires ; droit

Accès
Association Zingha 40h Boulevard Voltaire 13001 Marseille Tél : 04 91 08 14 33 Mail : info@zingha.org Personne à contacter : Thérèse Basse, coordinatrice de projet therese.basse@numericable.fr

Retour au sommaire

L’esclavage hier et aujourd’hui

 

Support
Vidéocassette

Résumé
Officiellement supprimé, l’esclavage subsiste sous des formes diverses. Panorama des conditions concrètes que vivent les esclaves modernes. Documents d’archives et entretiens permettent de faire découvrir une réalité peu connue, de réfléchir sur les liens entre racisme et esclavage d’hier à aujourd’hui.

Descriptif technique
VHS 35 minutes

Auteur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Éditeur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Date
1995

Public
Pour tout public, dès la 4ème

Disciplines
Toutes disciplines

Accès

MRAP 13 (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) 34, cours Julien 13006 Marseille Tél. : 04 91 42 94 65

Retour au sommaire

On l’appelait la Vénus Hottentote

 

Support
Film

Résumé
Née en 1790 en Afrique du Sud, Sara Baartman arrive au Cap où elle est embauchée par un fermier hollandais. Elle est issue d’un peuple de nomades, les Khoi Khoi, qui fascine les européens en raison des rumeurs sur la disproportion de leurs organes génitaux. Elle part à Londres avec un impresario : considérée comme un monstre, elle sera exhibée nue dans les foires sous le nom de scène de Vénus hottentote. Mort, à 25 ans, son corps est donné au muséum d’histoire naturelle, puis disséqué par Cuvier. Son rapport, inscrit dans la volonté du temps d’établir une grande classification des races, sera à la source du racisme scientifique.

Descriptif technique
Cassette VHS 52 mn accompagnée d’une fiche pédagogique

Auteur
Zola Maseko

Éditeur
Centre National du Cinéma - Dominant 7, Mail & Guardian television, France 3, SABC2.

Date
1998

Public
Lycéens

Disciplines
Histoire ; disciplines artistiques ; SVT ; éducation civique/ECJS ; projets transversaux

Accès
FAIL 13 (Fédération des amis de l’instruction laïque) 27, rue Mazagran 13001 Marseille Service Education Tél. : 04 91 24 31 62 Mail : education@fail13.org Personnes à contacter : Françoise Pinna, Sylvie Allainmat : 04 91 24 31 81
Prêt gracieux aux établissements scolaires et, sous réserve, aux associations. Pas de chèque de garantie. Animation autour des expositions non prévue sauf pour la semaine d’éducation contre le racisme (mars)

Retour au sommaire

Paris couleurs : de l’ « indigène » à l’immigré regard sur un imaginaire fantasmé

 

Support
DVD

Résumé
Ce documentaire montre à partir d’images d’archives comment les actualités filmées, la publicité et la propagande véhiculent une perception des "indigènes" au cours du siècle dernier. La construction d’un imaginaire fantasmé a perduré et alimenté les préjugés racistes jusqu’à aujourd’hui.
Document d’accompagnement proposant découpage et structure du film ainsi que pistes pédagogiques et ressources complémentaires.

Descriptif technique
54 min noir et blanc et couleur. Livret de 27 pages

Auteurs
Pascal Blanchard
Éric Deroo

Editeur
CNDP

Date
2007

Public
Collégiens, lycéens

Disciplines
Education civique (5ème, 1ère) ; Histoire (4ème, 3ème ; 1ère) ; Philosophie ; SES ; projets transversaux

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 19,00 €

Retour au sommaire

Tous copains, tous humains, tous égaux

 

Support
Vidéocassette

Résumé
La question de la différence et des discriminations pour les enfants d’âge primaire. Ce film se compose de deux séquences, l’une s’adressant aux cours élémentaires, l’autre aux cours moyens.
Réactions d’une classe de CE2 à la projection d’extraits du dessin animé Dumbo. La fable animalière permet d’aborder les notions de « différence » et de « normalité » et de réfléchir au regard des autres.
Le personnage emblématique d’Esméralda du « Bossu de Notre Dame » permet d’aborder la différence culturelle. Réactions des enfants à la réalité des gens du voyage et réflexions sur les comportements individuels et collectifs qui nourrissent la violence et l’exclusion.

Descriptif technique
Cassette VHS de 21 minutes

Auteur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Éditeur
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)

Date
1999

Public
Pour les enfants en école primaire

Disciplines
Toutes disciplines

Accès
MRAP 13 (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) 34, cours Julien 13006 Marseille Tél. : 04 91 42 94 65

Retour au sommaire

Toni

En clôture de la semaine Quartiers de mémoire, histoire et patrimoine des immigrations à Marseille est présenté TONI, film de Jean Renoir (1934).

Produit par Marcel Pagnol, et entièrement tourné en extérieur, Toni raconte, sur un ton qui préfigure le néo-réalisme, un fait divers tragique entre les ouvriers d’une carrière de pierre, pour la plupart immigrés italiens.
Les échanges seront animés par Stéphane MOURLANE, maître de
conférences en histoire contemporaine à l’Université de Provence et
spécialiste de l’histoire des Italiens en Provence.

Samedi 16 mai 2009 à 19h00
Alhambra
rue du Cinéma 13016 Marseille
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Présentation et photos du film sur le site du Ciné-club de Caen

 

Pièces de mémoire : théâtre, culture et immigration

Pièces de mémoire propose un panorama et des pistes de réflexion sur le sens d’aventures théâtrales et multiculturelles souvent méconnues.

De nombreuses actions et créations théâtrales autour de l’immigration ont jalonné les dernières décennies de la production artistique dans la région. Chaque initiative, chaque pièce apparaît comme un antidote à l’errance et la difficulté d’être, dans tous les cas : le refus de ne pas être. L’ouvrage Le Théâtre Beur en répertorie quelques-uns : Yaoulidi, Théâtre des Flamants (1984) ou encore Binet el Youm, Théâtre de l’Etang de Beurre (1984). Avant eux, Armand Gatti avais mis en scène La Passion du général Franco par les émigrés eux-mêmes (1968/1976) et, plus récemment, la compagnie Théâtre & sociétés présentait La révolution des Chibanis. En février 2008, Eva Doumbia avait créé et mis en scène La tétralogie des migrants à Marseille.


Certaines de ces expériences se prolongent jusqu’à nos jours et toutes s’imposent comme des créations inscrites dans une expression culturelle émanant - ou décrivant - le parcours migratoire qui fait la région PACA.

Ainsi, il nous paraissait pertinent d’effectuer un travail de « mémoire » grâce à une série de flash-back qui permettent d’interroger ces parcours multiples : en partant des auteurs, des pièces, des acteurs et des compagnies contemporaines, Pièces de mémoire permet de reconstituer ces cheminements qui, par le théâtre, continuent à exprimer les interrogations sur les parcours.

Par ces témoignagnes apparaissent également les traces du long et difficile chemin de la réconnaissance professionnelle et artistique de ces œuvres, parfois classées de manière trop restrictive dans le registre de l’action socio-culturelle ou du témoignage politique.

Les portraits ont été réalisé entre janvier 2009 et août 2010. La présentation publique de Pièces de mémoire a eu lieu le 22 octobre 2010 avec la participation d’Olivier Neveux, spécialiste du théâtre politique et militant.

Zohra Aït-Abbas
Mohamed Adi
Akel Akian
Kamel Boudjellal
Louisa Amouche
Edmonde Franchi
Patrick Servius

Le portrait d’Akel Akian :

Auteurs :

• Éric Pinoy, documentariste, eProdvidéos
• Ramzi Tadros, référent du projet et chargé des entretiens, ACT

Le DVD est en vente au prix de 12 €, frais de port inclus (France métropolitaine) et peut être acheté en ligne :





ou par chèque : à l’ordre de « Approches Cultures & Territoires »adressé à ACT - 98, rue de l’Évêché - 13002 Marseille

 


 

D’égal à égales. Parcours de femmes migrantes et syndicalistes

Ce film de Corinne Mélis et Christophe Cordier trace les portraits de pionnières : Kheïra (CGT - Textile), Noura (UNSA - assistante maternelle), Dorothée (ex-CGT Disneyland) et Anissa (Sud-Rail).
Elles sont migrantes ou filles d’immigrants, et syndicalistes. Elles ont choisi de s’engager face à la dureté des conditions de travail et à la précarité des salariés dans les secteurs du nettoyage, du commerce, des services aux particuliers, d’industries à l’agonie, où l’on retrouve nombre de femmes issues de l’immigration.
En provenance d’Afrique du Nord et d’Afrique de l’Ouest, elles s’inscrivent dans une histoire migratoire post-coloniale qui imprègne leur cheminement individuel. Travailleuses et syndicalistes, elles bousculent les stéréotypes sur les « femmes immigrées », leur engagement questionne le milieu syndical qui peut reproduire en son sein des pratiques qui marginalisent les femmes, les immigrés, les plus précaires.

Projection et débat le vendredi 10 février 2012 à 19h30
En présence du réalisateur Christophe Cordier
Polygone étoilé
1, rue Massabo 13002 Marseille


Présentation de la rencontre sur le site d’Alternative libertaire

Bande-annonce, documentation et souscription sur le site dédié
 

Douce France

Les quartiers populaires, cités et banlieues, ont une histoire. Ce film documentaire, raconte la saga politique et culturelle du mouvement Beur des années 80.
Des rodéos des Minguettes à la Marche pour l’Egalité de 1983. De la lutte contre la double peine aux révoltes de Vaulx-en-Velin et de Mantes-la-Jolie. Des affrontements dans l’usine Talbot-Poissy en grève aux retrouvailles communautaires autour de l’Islam et d’initiatives interculturelles des cités.
Des mouvements lycéens et étudiants à la mobilisation contre les lois Pasqua et la réforme du code de la nationalité. Qu’en reste-il dans la mémoire collective ?
Face au revival de l’antiracisme institutionnel et des valeurs républicaines, comment ce mouvement hétérogène se redéfinit-il ?
Ce documentaire fait un état des lieux, expose la diversité des options prises, revisite les mémoires d’un certain nombre d’acteurs, et questionne leur latence pour mieux repérer les espoirs déçus et les espaces d’éventuelles recompositions.

Lundi 1er décembre 2008 à 14h20
Cinéma Les Variétés
rue Vincent Scotto 13001 Marseille
Projection gratuite le en présence du réalisateur à l’occasion de L’Aïd dans la Cité

Programme et infos pratiques sur le site de l’UFM

 

Welcome

 « Dans le premier quart d’heure du film, on a la sensation de découvrir un monde inconnu.
Et pourtant si proche. C’est bien aussi, au cinéma, de découvrir le pays dans lequel on vit sous une facette qu’on ne connaît pas.
En ce qui concerne le problème des migrants, des réfugiés, des sans-papiers, la multiplication des émissions de télé qui leur sont consacrées se diluent dans la grande cacophonie médiatique. Et à la fin du compte, tous ces reportages, tous ces débats, toutes ces révoltes légitimes ne servent à rien car personne n’entend plus rien. Alors je préfère faire un film, raconter sur grand écran l’histoire de ces deux hommes face à ces deux femmes, confrontés à leurs affectifs au milieu de tout ce bazar. En espérant toucher le spectateur assis dans le noir et l’aider à se faire sa propre idée sur tout ça. Et en espérant aussi que le film lui reste un peu. »
(extrait d’une interview de Philippe Lioret)

 

Bande-annonce, présentation, extraits et making-of sur le site de Mars Distribution

Emission Esprit critique sur France inter avec le réalisateur et Jean-Claude Lenoir, vice-président de l’association Salam.

Dossier thématique complet sur le site de RESF

Migrations et Exils

La nouvelle programmation d’Aflam aura cette année pour thème Migrations et Exils. Elle aura lieu à Marseille du 2 au 5 avril 2009, à Port de Bouc le vendredi 3 avril à 18h00 et à Gardanne le samedi 4 avril à 18h00.

Une exposition de dessins de Samiha Driss et Kamel Khélif (association Cris Ecrits) se tiendra au Cinéma Les Variétés du 19 mars au 5 avril 2009.

Enfin une soirée de lancement est prévue le mardi 24 mars 2009 à 18h00 avec la projection du film " Des vacances malgré tout ", de Malek Bensmaïl, suivi d’un débat (entrée libre).

Liste des films et infos pratiques sur le site d’AFLAM.

Programme complet en téléchargement

 

 

 

Nèg’Maron / Rue Cases-nègres / Welcome / Volver / Le concert / Azur et Asmar / ...

Tilt, les Archives et Bibliothèque Départementales Gaston Defferre, la Mairie des 1e&7e arrondissements, la Mairie des 2e&3e arrondissements, la Mairie des 13e&14e arrondissements, le Festival du Livre de la Canebière, le Centre social la Capelette, le Centre social les Lierres-Bois Lemaitre, l’Addap 13, Aflam, Amnesty International, Couleurs Cactus, Reflets, la Lesbian & Gay Pride 2011 et Tous&Go présentent la 16ème édition de Ciné Plein Air, 30 soirées de projections dans 9 lieux de Marseille.

Programme et infos pratiques sur le site de l’association Tilt

 

D’un mur l’autre

A l’heure où l’Europe appelle ses électeurs aux urnes, ce road-movie nous conduit de l’ancien mur de Berlin à la nouvelle clôture de Ceuta en terre africaine, via les quartiers Nord de Marseille.
Quatre frontières au moins mais un seul axe : une société, métissée, multiculturelle, riche de ses diversités en dépit de ses traditions de rejet. Du nord au sud, des rencontres empreintes d’ humour et tendresse, d’hommes et de femmes qui composent avec énergie et générosité une nouvelle société. Hors des clichés, ce film pose un regard optimiste, jubilatoire et parfois grinçant sur l’Europe et son immigration.

Présentation, nombreux extraits et dossier pédagogique sur le site du film

Interview du réalisateur sur le site Cinergie Belgique

 

Nuovomondo (Golden Door)

 

En ouverture de "Le temps des Italiens" est présenté NUOVOMONDO, un film d’Emanuele Crialese (2006)

 

 

 

Jeudi 15 octobre 2009 à 18h30
à l’Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille
V.O. (sous-titré en italien)

 

 

Au début du XXème siècle, la famille Mancuso qui vit en Sicile depuis des générations, vend tout son bétail pour payer la traversée qui l’amènera vers les États-Unis, Nouveau Monde porteur de tous les espoirs. Dans ce voyage initiatique, Salvatore apprendra à se défaire de ses anciens oripeaux (mythes, croyances et traditions séculaires) qui faisaient sa vie en Italie pour devenir un homme moderne, citoyen des États-Unis d’Amérique.

Bande annonce

Titre original : Nuovomondo
Titre : Golden Door
Réalisé par Emanuele Crialese
Avec : Charlotte Gainsbourg, Vincenzo Amato, Aurora Quattrocchi, Francesco Casisa, Federica de Cola, Isabella Ragonese,Vincent Schiavelli
Film français, italien (2006)
Genre : Drame
Durée : 1h 58min
Musique : Antonio Castrignano
Lion d’argent de la Révélation à la 63ème Mostra de Venise

 

 

Rue Pass-Pass

 

Titre : Rue Pass-Pass

Support : audiovisuel

Resumé : Rencontre avec les habitants de l’ancien îlot Pasteur à l’Estaque. Ils vont être relogés et expriment leur sentiment général : "On ne regrette pas... Ça nous arrache le cœur."

Thèmes : logement social-urbanisme

Lieux : 16ème (Estaque, rue Pasteur)

Descriptif technique : VHS-durée : 52 min

Auteur(s) : Olivier LUCAS/ Nasser AMRI

Editeur(s) : Image hic

Date : 1998

Localisation : Bibliothèque Saint André

Accès : Prêt

Il cammino della speranza

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté IL CAMMINO DELLA SPERANZA, un film de Pietro Germi (1950)

 

 

Jeudi 12 novembre 2009 à 18h30
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille
V.O. en N&B (sous-titré en italien)

 

 

Un groupe de mineurs siciliens en chômage payent un inconnu qui leur a promis de les faire passer en France où ils trouveront du travail. Mais en cours de route, l’inconnu les abandonne, eux et leur famille, en emportant l’argent. Sans papier ni argent, ils errent et tombent au milieu de grévistes qui les obligent à cesser le petit travail qu’ils avaient enfin trouvé. Les uns repartent vers la Sicile, les autres arrivent à passer la frontière où les gardes bienveillants les laissent faire car ils sont sur le « chemin de l’espérance ».

L’idée de tourner « Le chemin de l’espérance » est venue à Pietro Germi trois ans auparavant. Des douaniers qu’il avait connus à la frontière française lui avaient révélé que, quelques jours auparavant, ils avaient sauvé de la congélation et de la mort plusieurs familles calabraises bloquées par la neige.
En tournant chaque scène, le metteur en scène savait exactement ce qu’il voulait. Constamment derrière l’objectif, il composait tous les cadrages avec une grande méticulosité. A cette époque, le réalisateur ne disposait pas du zoom et ne pouvait utiliser que rarement le chariot beaucoup trop encombrant destiné à faire bouger la caméra qui pouvait peser jusqu’à 70 kilos !
« Le chemin de l’espérance » débouche sur un dénouement heureux, accompagné par la voix “off” de Pietro Germi. Fellini, qui était en désaccord total avec cette fin, eut une discussion houleuse avec le réalisateur. D’après son scénario, le film devait se terminer plus dramatiquement, les immigrés clandestins étant reconduits chez eux.
Pietro Germi s’explique : "Le final était naïf ? Il était trop irréel ? Peut-être, mais je le referais tel quel. Je me suis presque disputé avec Fellini parce que lui aussi me reprochait le sentimentalisme du final. Nous somme restés chacun avec sa propre idée. Ce n’est pas que je ne me rendais pas compte de l’improbabilité de ces gardiens de frontière qui, dans un élan de bon cœur effaçaient toutes les frontières. Mais c’était, comment dire, un souhait, l’expression d’une espérance, et ce n’est pas par hasard que l’espérance se trouve dans le titre du film. Quelque chose enfin qui concluait de juste façon la longue émotion du film".

Titre : Il cammino della speranza
Réalisé par Pietro Germi
Avec : Raf Vallone, Elena Varzi, Saro Urzi, Saro Arcidiacono, Liliana Lattanzi, Franco Navarra, Mirella Ciotti
Film italien (1050)
Durée : 1h 45min, noir et blanc
Scenario : Federico Fellini, Tullio Pinelli

In Fabbrica

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté IN FABBRICA, un film de Francesca Comencini (2007)

 

Jeudi 10 décembre 2009 à 18h30
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille
V.O. sous-titrée en français
Entrée libre et gratuite

 

Une histoire de visages, de figures d’ouvriers ; un portrait humain des gens qui ont peuplé et peuplent encore les usines d’Italie ; un hommage à leur travail, à leurs gestes, à leur professionnalisme. Une mosaïque de voix, de dialectes ; un tableau des petites et grandes usines qui ensemble forment une image de l’Italie. Une histoire de migrations.
Cette histoire commence à la porte d’une usine de années ‘50. Derrière le portail une masse de travailleurs est en train de préparer l’entrée, certains à pied, d’autres en traînant un vélo ou une mobylette. Ce sont des vieilles images d’archives Rai, tournées à l’intérieur d’une usine sidérurgique. A l’intérieur les ouvriers sont au travail : précis, ponctuels ils calculent les gestes, supportent le bruit.
De cette usine commence notre périple à travers la conscience ouvrière du XXème siècle pour comprendre et en restituer tous les changements ... La narration est confiée à la voix des travailleurs : ce sont eux à raconter leur travail, les aspirations, les échecs, les espoirs. L’histoire se compose d’interviews d’époque, tirées des archives RAI et Aamod, et de témoignages directs recueillis dans une usine d’aujourd’hui. De l’Italie paysanne à celle du miracle économique, de luttes de l’automne chaud aux 35 jours de grève totale chez FIAT, jusqu’à nos jours à travers les visages et les voix ouvriers.

Extraits

Titre : In fabbrica
Réalisé par Francesca Comencini
Film italien (2007)
Durée : 1h 13min
scénario : Michele Astori, Francesca Comencini
musique : Edoardo Vianello, Ida Kelarova, Chat Noir

L’Estaque en choeur

 

Titre : L’Estaque en choeur

Support : DVD

Resumé : Ce documentaire retrace l’histoire de l’Estaque, de son foisonnement culturel et du brassage de ses populations caractéristiques à Marseille. Ses paysages ont été immortalisés par de grands peintres comme Cézanne, Braque, Derain ou Dufy. L’industrialisation a transformé ce quartier, cher au cinéaste Robert Guédiguian, en port industriel. Une importante main d’oeuvre immigrée, espagnole, puis italienne, arménienne, du Maghreb et d’Afrique est arrivée. Une solidarité ouvrière s’est créée selon l’historien Emile Temime, dans ce contexte où les conditions de travail étaient difficiles. Aujourd’hui, une chanteuse lyrique arménienne, Gayané Hovhannisyan, a formé une chorale avec les enfants de toutes origines de l’Estaque.

Thèmes : diversité-immigration-évolution économique et sociale-culture

Lieux : 16ème (Estaque)

Descriptif technique : vidéo de 52 min

Auteur(s) : Roland COTTET

Editeur(s) : France 5/ Les Films du Soleil

Date : 2006

Localisation : Achat du DVD possible sur le site de la chorale d’art lyrique de l’Estaque

Accès : Vente

Visite de Valéry Giscard d’Estaing à Marseille

 

Titre : Visite de Valéry Giscard d’Estaing à Marseille

Support : vidéo en ligne

Resumé : Le 27 février 1975, le président de la république française est en visite à Marseille. Il rencontre l’institutrice et les élèves majoritairement d’origine immigrée d’une école du bd Basile Barrelier. Il se rend dans un bidonville dans le quartier Saint Henri pour se rendre compte des conditions de vie des travailleurs immigrés. Il est reçu par Gaston Deferre à la mairie de Marseille.

Thèmes : Immigration-conditions de vie-économie-politique

Lieux : 16ème (Saint Henri, La Paternelle)

Descriptif technique : Images du journal télévisé en couleurs- durée : 27min01

Auteur(s) : FR3

Date : 1975

Localisation : Vidéo en ligne sur le site de l’Institut National de l’Audiovisuel

Accès : Vente, Consultation sur place

La catastrophe de Mourepiane

 

Titre : La catastrophe de Mourepiane

Support : vidéo en ligne

Resumé : Le 3 septembre 1958, un attentat du FLN contre le dépôt de carburants de Mourepiane à Marseille déclenche un gigantesque incendie. Un dispositif de surveillance a dû être mis en place pour éviter la propagation par les égouts. Les marins pompiers ont réussi à circonscrire l’incendie. On décompte 17 morts et disparus et de nombreux dégâts.

Thèmes : politique

Lieux : 16ème (Mourepiane)

Descriptif technique : images vidéo en noir et blanc - durée 1min01

Auteur(s) : Les Actualités françaises

Date : 1958

Localisation : site de l’Institut National de l’Audiovisuel

Accès : Vente, Consultation sur place

Petits contes économiques

 

Titre : Petits contes économiques

Support : VHS

Resumé : 6 films documentaires de 26 min. dont "Le marché aux puces de Marseille". Le marché aux puces de Marseille est un formidable tremplin social pour ceux qui savent prendre des risques. Mais cela n’est pas toujours facile face à la rigidité actuelle des échanges commerciaux

Thèmes : Economie

Lieux : La Cabucelle dans le 15ème arrondissement.

Auteur(s) : Bania Mejba

Editeur(s) : La Huit Distribution

Date : 2000

Public : Adultes

Localisation : Bibliothèque de Saint André (Fonds Provence)

Accès : Prêt

Adieu Gary

Au milieu de nulle part, une cité ouvrière vidée de sa population depuis quelques années déjà. Pourtant, certains habitants ont décidé d’y rester, plus par choix que par nécessité, parce que c’est là qu’ils sont nés et qu’ils ont grandi.

" Je voulais faire un film en prise directe avec une réalité sociale sans m’interdire quoi que ce soit au niveau formel, ne pas forcément aller vers le naturalisme absolu parce que mes personnages sont issus du monde ouvrier. Je comprends les réticences "morales" de certains réalisateurs qui ne veulent pas esthétiser la misère ; mais pourquoi s’interdire de "rendre beaux" ceux qui y vivent ? Les prolos ont eux aussi droit aux projecteurs, aux travellings et au 35 mm. La morale est pour moi la recherche d’une certaine vérité et la vérité n’est pas nécessairement la vraisemblance (...) La tendresse n’est pas un gros mot à mes yeux. Je l’assume totalement (...) Ma plus grande fierté serait d’avoir raconté une histoire qu’on peut trouver gentille, sucrée mais qu’au final, pendant le générique, les spectateurs se disent que le bonbon avait un arrière-goût acidulé. "

Bande-annonce (plein écran)

Site officiel du film, Grand Prix de la semaine de la Critique au festival de Cannes 2009

Un prophète

 " Voici un délinquant qui ressemble à un innocent chevreau aux jambes tremblantes mais qui est aussi un meurtrier et un dissimulateur, un gamin avide de reconnaissance et un caïd froid capable de doubler ses rivaux. Il est à la fois traître à sa famille « naturelle » (les Arabes) et foncièrement indésirable dans sa famille d’adoption (les Corses), mais lui seul peut dépasser ce racisme et cette tribalisation du milieu parce qu’il navigue des uns aux autres, parle toutes les langues et ne se laisse attraper par aucune identité simple. "

Condamné à six ans de prison, Malik El Djebena, ne sait ni lire, ni écrire. À son arrivée en Centrale, seul au monde, il paraît plus jeune, plus fragile que les autres détenus. Il a 19 ans. D’emblée, il tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers corses qui fait régner sa loi dans la prison. Le jeune homme apprend vite. Au fil des « missions », il s’endurcit et gagne la confiance des Corses. Mais, très vite, Malik utilise toute son intelligence pour développer discrètement son propre réseau…

Bande annonce

Entretien avec le réalisateur sur le site de Libération

Site officiel du film, Grand Grand Prix du festival de Cannes 2009

La route est mon royaume

" Bohémiens, Gitans, Roms, manouches, tsiganes ou encore gypsies… l’amalgame est souvent faite pour nommer les gens du voyage entre surnoms, nom réel ou encore origines du groupe en question. Chez eux, l’enfant est au centre de la famille. Qui sont les gens du voyage, d’où viennent-ils et pourquoi voyagent-ils ? Quel rôle jouent les adultes autres que les parents pour l’éducation des enfants issus de ces communautés ? Qu’en est-il de leur scolarisation ? "

Présentation de l’émission sur le site de Cap canal

Film documentaire en ligne (26’)

Débat avec Marcel Rufo, Pédopsychiatre et Chef de Service à l’Hôpital Sainte-Marguerite de Marseille. Xavier Pousset, Directeur de l’ARTAG (association régionale des tsiganes et de leurs amis Gadjé en Rhône-Alpes) et Hélène Shied, mère et grand-mère d’origine Tsigane Yenish.

Le film (format DVD) est mis à disposition gratuitement dans le Rhône et l’Isère.
Il peut également être acheté (15 €) auprès du CRDP de Lyon

Ciné Berthe, 10 ans de films avec les habitants de la Cité

" Un témoignage historique, social et artistique de l’évolution de la Cité Berthe et de ses habitants ". Cela fait dix ans que la réalisatrice Natacha Cyrulnik arpente les rues de la Cité Berthe de La Seyne-sur-mer avec sa caméra. Cela fait dix ans que ses habitants s’en emparent pour se raconter autrement. Ils portent un regard les uns sur les autres, ils s’interrogent sur leur environnement, ils s’inventent des récits qui en disent long sur leur quotidien ...
CINEBERTHE, ce sont 14 films et 6 soirées thématiques à 18h dans chacun des lieux partenaires, avec Sabine Putorti, directrice de l’Institut de l’Image à Aix-en-Provence, Jean-Michel Perez cinéaste, Philippe Faucon cinéaste, Jérôme Mazas architecte-paysagiste, Catherine Poitevin monteuse, Philippe Meirieu professeur à l’Université Lyon II, et Jean-Pierre Daniel qui a accepté d’accompagner l’ensemble de ces projections.

Programme et infos pratiques sur le site de la Compagnie des Embruns

Oltremare – non è l’America

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté Oltremare - non è l’America, un film de Nello CORREALE (1999)

 

 

 

Jeudi 28 janvier 2010 à 18h00
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

V.O.

Entrée libre et gratuite

 

 

" A la fin du 19ème siècle la jeune Palmina vit dans un pauvre village de Sicile. Elle a épousé, par procuration, un italien résidant en Amérique et son rêve est de le rejoindre aux Etats Unis. Le rêve se réalise le jour où arrivent au village deux hommes qui vont organiser un voyage clandestin vers le Nouveau Monde. On lève l’ancre enfin et, après des nombreuses difficultés, un matin quelqu’un crie : « Terre ! ». Tout le monde descend, voit près de la plage un groupe de cowboys et d’indiens et pense à l’Amérique, mais … "

Il Generale Della Rovere

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté IL GENERALE DELLA ROVERE, un film de Roberto ROSSELLINI (1959) 

 

Jeudi 4 mars 2010 à 18h00
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

 

Version originale sous-titrée (copie 35 mm)

 

Entrée libre et gratuite

 

En 1944, à Milan, le petit escroc Bertone endosse, à la demande des Allemands, l’identité du général Della Rovere, héroïque patriote qui vient d’être tué, afin d’espionner les résistants. Il est aussitôt contacté par Bianchelli qui, torturé, meurt sans parler. Bertone, bouleversé, comprend alors son erreur et refuse de collaborer, préférant mourir avec les autres condamnés.

 

Preferisco il rumore del mare

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté Preferisco il rumore del mare, un film de Mimmo CALOPRESTI (2000)

 

 

Jeudi 8 avril 2010 à 18h00
Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

V.O.

Entrée libre et gratuite

 

 

L’histoire est celle d’un notable turinois d’origine calabraise qui se prend d’amitié pour un jeune délinquant qui a l’âge de son fils mais a grandi dans le milieu défavorisé d’où lui-même est issu. Il entre en contact avec ce jeune homme timide et fier par l’intermédiaire d’un curé de gauche … interprété par le réalisateur lui-même.
C’est un film intéressant, au titre fort poétique tiré d’un dialogue au cours duquel un Calabrais explique pourquoi il veut continuer à vivre dans le Sud...

 

Liberté

" « Samudaripen » est le nom générique que l’on donne au génocide tsigane durant la Seconde Guerre mondiale. Et, si le mot nous est si peu familier, c’est que le génocide des Roms a été, c’est le moins qu’on puisse dire, peu raconté. "

Bande-annonce sur le site dédié

Reportage sur le film sur le site de France 3

Interview du réalisateur dans l’Humanité

 " Il n’y a rien de pire qu’un film historique, pour moi, c’est de l’anti-cinéma. Je ne suis ni ethnologue ni tsiganologue, je fais avec ce que je sais faire  : l’émotion. Et l’émotion, elle est dans l’histoire de cette petite famille pourchassée par les nazis, les gendarmes et les miliciens. On rentre dans la communauté des Tsiganes, on est avec eux, la caméra est avec eux, on n’est pas des voyeurs… L’irruption de trois personnages qui sont, à leur manière, des hommes justes, des hommes de cœur, préserve que le film devienne une histoire de bourreaux et de victimes. Je ne voulais pas tourner un film d’horreur. Je sais qu’il y aura toujours des gens pour dire «  non  ». "

La ragazza con la pistola

Dans le cadre du cycle Le temps des Italiens est présenté LA RAGAZZA CON LA PISTOLA, un film de Mario MONICELLI (1968)

 

Jeudi 27 mai 2010 à 18h00

Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

Version originale

Entrée libre et gratuite

 

 

Alors qu’elle a été déshonorée par le beau Vincenzo, Assunta réclame qu’il l’épouse. Celui-ci refuse et s’enfuit d’Italie pour Londres. Elle part à sa recherche avec pour seul bagage un énorme pistolet et des victuailles. Assunta va vivre des aventures rocambolesques dans ce climat si différent de son pays...

La marche

Le collectif « Mémoires en Marche » s’est constitué début 2013 par des militants ayant participé pour certains d’eux à l’organisation et à des étapes de la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Il veut témoigner de l’histoire de 1983 et mener un travail de mémoire et de transmission autour d’autres mobiliisations, comme celle de 1973. Son travail s’inscrit dans le long terme a pour objectif non pas les commémorations, mais bien l’action collective, en tenant compte des expériences antérieures.


La Marche, réalisé par Nabil Ben Yadir
Projection le 11 janvier 2014 à 19h30
Cinéma l’Alhambra
2, rue du Cinéma - Marseille 16e
PAF : 5 € - Abonnés : 4 €

Synopsis
En 1983, dans une France en proie à l’intolérance et aux actes de violence raciale, trois jeunes adolescents et le curé des Minguettes lancent une grande Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme, de plus de 1000 km entre Marseille et Paris. Malgré les difficultés et les résistances rencontrées, leur mouvement va faire naître un véritable élan d’espoir à la manière de Gandhi et Martin Luther King. Ils uniront à leur arrivée plus de 100 000 personnes venues de tous horizons, et donneront à la France son nouveau visage.

La projection sera suivie d’un débat

L’action collective se poursuivra dans les mois qui suivent par un travail de collecte de la mémoire et de transmission des expériences. Ce travail est ouvert à tous ceux qui ont un bout de cette mémoire collective et qui souhaitent œuvrer à sa transmission aux jeunes générations.

Identités et devenir

" Dans le contexte actuel où vient de s’achever, dans un fiasco total pour ses initiateurs, le nauséeux et nauséabond « débat » sur l’identité nationale, le DVD « Identités et devenir » est une invitation à sortir d’un monde figé dans son passé, avec ses raidissement identitaires, sa haine rentrée de l’autre au nom de logiques culturelles dépassées. Explorant les notions de créolisation qu’Edouard Glissant définit comme « le métissage qui produit de l’imprévisible », de mondialité en opposition à la mondialisation économiste ou d’identité-relation à la différence des identités-racines générant d’innombrables conflits à travers le monde, ce dvd propose des perspectives pour un devenir où le poétique s’enlace au politique. "

Bande annonce sur le site du collectif Les périphériques vous parlent

Présentation et bon de commande
sur le même site

Identités et devenir
Un film et quatre courts-métrages avec Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Lilian Thuram, François Noudelmann et Francis Parny
VO française sous-titrée
DVD, 103 minutes
17 €

La république Marseille

La série de films nous emmène à travers sept univers qui composent une ville comme une république, celle des dockers, des militants ouvriers, des femmes d’une cité jardin ou des habitants d’une énorme cité ghetto et, dans ses replis, à la rencontre de tout un peuple, ancien junkie, boxeur ou toutes jeunes filles devant la vie. La République, une grande artère du centre ville. Face à une violente opération immobilière, toutes ces histoires viennent se rejouer.

Samedi 19 juin 2010 à partir de 15h
Salle Seita de la Friche Belle-de-Mai
41, rue Jobin 13003 Marseille

Entrée libre et gratuite

Programme et infos pratiques sur le site de la Friche

Présentation et extraits du film sur le site des éditions Montparnasse

La république Marseille est composée de 7 films :
- La Totalité du monde - 14’
- Les Quais - 46’
- L’Harmonie - 53’
- Les Femmes de la cité Saint-Louis - 53’
- Le Centre des Rosiers - 64’
- Marseille dans ses replis - 45’
- La République - 85’

Zaman el-muqahi – le temps des cafés

Depuis une quinzaine d’années, le centre des Musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) travaille à la reconnaissance des musiques migrantes à Lyon. Ses travaux fondés sur des recherches ethnographiques, historiques et musicales ont pour but de faire connaître ces patrimoines comme tous les patrimoines musicaux rhônalpins.
C’est dans ce cadre qu’a été réalisé le film Zaman el muqahi – le temps des cafés. Ces lieux où l’on joue de la musique sont un élément important de la mémoire culturelle des personnes venues du Maghreb à Lyon. Ils ont accueilli les travailleurs maghrébins après leur journée de labeur autour d’une pratique musicale collective. Lieux de proximité, de convivialité et de détente, ils ont permis d’affirmer un lien culturel, d’exprimer une appartenance tout en faisant émerger de nouvelles pratiques sociales, politiques, culturelles et artistiques propres à une génération d’immigrants, puis de transmettre des éléments culturels à la génération suivante.

Présentation et extraits musicaux sur le site du CMTRA

La giusta distanza

En clôture du cycle Le temps des Italiens est présenté LA GIUSTA DISTANZA, un film de Carlo MAZZACURATI (2007)

 

Jeudi 10 juin 2010 à 18h00

Institut Culturel Italien
6, rue Ferdinand Pauriol
13005 Marseille

Version Originale

Entrée libre et gratuite

 

 

Concadalbero est une petite bourgade dans le delta du Pô qui semble hors du temps et de ses vicissitudes. Le jeune Giovanni aimerait devenir journaliste. Il propose quelques articles au journal local. Comme il a une bonne plume, Bencivegna, le vieux directeur, accepte sa collaboration, à condition qu’elle reste anonyme et que Giovanni suive bien son enseignement. Mais il y a peu de choses à raconter à Concadalbero. Tous les habitants sont de braves gens sans histoires. Et même lorsque la police découvre un atelier clandestin où travaillent quelques dizaines de sans-papiers, ils ne se sentent pas concernés. Ils ne valent pas un article, du moins selon Bencivegna.
Comme la vieille institutrice est malade, une jeune femme, Mara, vient la remplacer. Elle est aussitôt au centre des attentions des habitants qui l’accueillent gentiment, les hommes surtout. Hassan est fasciné par cette jeune enseignante. Il est depuis si longtemps le garagiste du lieu pour qu’on oublie qu’il est étranger. Mais lorsque Mara est retrouvée morte, il est devient un coupable tout indiqué...

 

Vénus noire

Son cerveau et ses organes génitaux sont restés exposés jusqu’en 1976 au Musée de l’Homme de Paris, mais l’histoire de la Vénus Hottentote, femme Bochimane dont le corps fut au début du 19ème exhibé dans les foires avant d’être récupéré par la science, reste méconnue. La conter et la mettre en scène avec "Vénus noire" relève assurément pour Abdellatif Kechiche d’un devoir de mémoire.
Le fait que la figure de la Vénus trouve des échos jusque dans l’actualité la plus récente suffit à légitimer le film. Mais on se serait bien passé de cet éternel retour du même.

Site dédié au film

Présentation vidéo sur le site d’Arte

 

Ulysse Clandestin

 Pour sortir des dangereuses problématiques autour de l’identité nationale que les pouvoirs cherchent à imposer, il faut rappeler ce qu’est l’histoire de l’immigration et ce que sont les caractéristiques du « creuset français ». Les origines de la nation française sont bien là, dans la multiculturalité. Ces films interrogent aussi la récurrence et les usages des thématiques racistes, notamment dans les périodes où le capitalisme entre en crise. Ils reviennent sur cette hydre, l’association de l’immigration et de l’insécurité, sans cesse renaissante.
Avec la participation des historiens Pap Ndiaye, Gérard Noiriel, Tzvetan Todorov et Sophie Wahnich, des anthropologues Michel Agier, Marcel Detienne, Françoise Héritier et Emmanuel Terray, des sociologues Luc Boltanski et Eric Fassin, tous membres du Collectif pour la suppression du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, de la danseuse et chorégraphe Latifa Laâbissi et de la comédienne et metteur en scène Anaïs de Courson.

Présentation de la soirée sur le site de Mille Bâbords

Présentation du film sur le site de La Bande passante

Lundi 22 novembre 2010 à 20h00
Cercle de l’Harmonie
12, cours Beaumond
13400 Aubagne

 

La mémoire du quartier Saint-Antoine

 

Titre : La mémoire du quartier St-Antoine

Support : VHS

Descriptif technique : 23 min

Localisation : Circuit Court, 10 rue du loisir, 13001 Marseille 0491484002

Les arrivants

Il faut voir ce film pour comprendre la complexité d’un sujet sur lequel le gouvernement entretient une confusion entre sans-papiers et demandeurs d’asile, et sur lequel la gauche, longtemps pétrie de bien-pensance et d’oeillères compassionnelles, flotte aujourd’hui sans boussole. Pour comprendre le fonctionnement des procédures, saisir les règlements européens et les conventions mises en place dans l’espace Shengen (un "arrivant" n’est censé obtenir l’asile que dans le premier pays de "l’espace" où il a débarqué et laissé ses empreintes).
Il faut le voir pour observer le monde, celui d’ailleurs, celui d’ici (...). C’est un film politique, social, humanitaire, du point de vue des affamés et de leurs hôtes potentiels. Un film humain.

Bandes-annonces, entretien et revue de presse sur le site de RESF

Présentation sur le site des films d’ici

Le film sera disponible en DVD à partir du 26 janvier 2011.

 

 

Pièces de mémoire

De nombreuses actions et créations théâtrales autour de l’immigration et de la condition ouvrière ont jalonné les dernières décennies de la production artistique dans notre région. Chaque initiative, chaque pièce apparaît comme un antidote à l’errance et la difficulté d’être ; dans tous les cas, le refus de ne pas être. Mais ces spectacles, leurs auteurs, metteurs en scène et comédiens sont souvent restés dans l’ombre ... 

""""Zohra Aït-Abbas
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, septembre 2009

""""Mohamed Adi
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, octobre 2009

""""Akel Akian
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, novembre 2009

""""Kamel Boudjellal
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, janvier 2010

""""Louisa Amouche
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, mai 2010

""""
Edmonde Franchi
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, juillet 2010

""""
Patrick Servius
Portrait réalisé par Eric Pinoy et Ramzi Tadros, août 2010

Ce travail est le résultat du projet Pièces de mémoire. Théâtre, culture et immigration initié et porté par ACT depuis 2008.

Un DVD reprenant les 7 portraits est en cours de préparation pour 2013.

L’énergie de l’espoir

 

En ouverture du Festival International du Film des Droits de l’Homme, la plus importante manifestation culturelle régulière sur le thème des droits humains en France, organisé par le Secours Catholique à Salon-de-Provence du 3 au 5 février 2011, aura lieu la projection du film « L’énergie de l’espoir » réalisé par Jean-Marie Fawer, sur la situation des mineurs étrangers isolés sur le territoire français. La projection sera suivie d’un débat animé par Jean-Pierre Cavalié, délégué régional de la Cimade.

 

Jeudi 3 février 2011, à 20h00
Auditorium
89 Bd Aristide Briand
13300 Salon de Provence

Programme :

Pour plus d’infos : www.salondeprovence.fr

 

La BM du Seigneur

D’emblée, ça se passe ailleurs. Ailleurs, mais chez nous, parmi des gens du voyage du nord de la France. Des Tziganes ? Rien n’est moins sûr, le film ne le dit pas. Ou alors des Tziganes blonds aux yeux clairs, qui ne font pas de musique et parlent un français mâtiné de -ch’ti. Il importe en vérité moins de savoir qu’il s’agit de Yeniches, peuple nomade de souche européenne, que de prendre la mesure d’une proximité d’autant plus inquiétante. Ils interprètent ici leur propre rôle dans une histoire nourrie de leur expérience, inspirée au réalisateur par la proximité ancienne qu’il entretient avec cette communauté.
(...) On s’attache à l’un et à l’autre avec une passion qui tient beaucoup à la mise en scène de cette pauvre histoire. Triviale et incandescente, tendue et désoeuvrée, physique et poétique. Faux raccords et changements d’échelle évoquent, entre la glaise et les étoiles, un monde qui constitue un vivant défi à la moralité des puissants et à l’iniquité de leur législation. Dans un pays où l’humiliation des humbles se donne de nouveau libre cours, Jean-Charles Hue a transformé des pestiférés en héros mythologiques.

Critique du film par Jacques Mandelbaum sur le site du journal Le Monde

Bande annonce du film

Film français de Jean-Charles Hue. Avec Fred Dorkel, Joseph Dorkel, Michaël Dauber, Moïse Dorkel, Philippe Martin, Nina Dorkel, Violette Dorkel, Maurice Serge Noyal, Kelly Noyal, Emilie Dorkel. (1 h 24)

 

La République Marseille : Marseille dans ses replis

 

Titre : La république Marseille : Marseille dans ses replis 

Support : DVD

Resumé : Un trajet, des usines du Nord à la mer

Lieux : Quartiers Nord

Descriptif technique : 45 min

Auteur(s) : Denis GHEERBRANT

Editeur(s) : Les Editions Montparnasse

Date : 2009

Localisation : Alcazar, Bonneveine, La Grognarde, Le Merlan, Saint-André, Ecoles des Beaux-Arts et d’Architecture

Accès : Prêt - Consultation sur place

Avoir vingt-ans à Saint-André

 

Titre : Avoir vingt-ans à St-André

Support : DVD

Lieux : Quartier St-André

Auteur(s) : Jean-François DEBIENNE

Editeur(s) : Images et Paroles engagées

Date : 2008

Localisation : Bibliothèque St-André

Accès : Prêt

Sorties d’usines

 

Titre : Sorties d’usines

Support : VHS

Resumé : Une histoire d’ouvriers qui croisent aussi une histoire de l’immigration. Tout commence lors d’une réunion débat autour de Nestlé. Jean, Anne Lyse, Thomas, Serge s’interrogent. La classe ouvrière existe t-elle encore ? Comment la rencontrer ? Ou se trouvent les usines ? Ils parcourent les quartiers nords de marseille et cherchent à rencontrer des salariés et des retraités d’anciennes usines ou de la Sucrière Saint-Louis.

Lieux : Usines et industries des quartiers nords de Marseille

Auteur(s) : Jean-François DEBIENNE

Editeur(s) : Images et Paroles engagées

Date : 2005

Localisation : Association Images et Paroles Engagées à Marseille, 0491793294, www.iperprod.org, www.moteur-webtv.info

Ô Carnaval Antillais

 

Titre : Ô Carnaval Antillais

Support : VHS

Resumé : Docu-reportage Mars 2002, nous sommes à quelques jours du carnaval de Marseille. Il n’y aurait pas de carnaval de Marseille sans le cortège antillais. Il faut aussi s’occuper du grand concert du soir aux Docks.

Descriptif technique : VHS - 30 min

Auteur(s) : Jean-François DEBIENNE

Editeur(s) : Images et Paroles Engagées

Date : 2004

Localisation : Alcazar

Accès : Prêt

De Marseille à... Kaboul

 

Titre : De Marseille à...Kaboul

Support : VHS - 25 min

Resumé : Documentaire

Auteur(s) : Jean-François DEBIENNE

Editeur(s) : Images et Paroles engagées

Date : 2002

Localisation : Alcazar

Accès : Prêt

La république Marseille : l’Harmonie

 

Titre : La République Marseille : l’Harmonie

Support : DVD

Resumé : Des anciens responsables communistes de l’Estaque ont créé un lieu de quartier. Lors des législatives de 2007, ils ont toujours la politique à coeur.

Thèmes : Estaque

Auteur(s) : Denis, GHEERBRANT

Editeur(s) : Les Editions Montparnasse

Date : 2009

Localisation:Alcazar, Bonneveine, Ecole des Beaux-Arts et d’Architecture, La Grognarde, Le Merlan, Saint-André

Accès : Prêt

La République Marseille : les Quais

 

Titre : La république Marseille : Les Quais

Support : DVD

Resumé : L’univers de Rolf, "docker de l’Estaque", la mémoire des luttes légendaires du port dans un quartier ouvert sur la mer... jusqu’à présent.

Thèmes : Dockers de Marseille, Estaque

Lieux : Le port de Marseille, le quartier de l’Estaque.

Auteur(s) : Denis GHEERBRANT

Editeur(s) : Les éditions Montparnasse

Date : 2009

Localisation : Alcazar, Bonneveine, La Grognarde, Ecole des Beaux-Arts et d’Architecture, Le Merlan, Saint-André

Accès : Prêt

L’immeuble Yacoubian

L’Immeuble Yacoubian, tiré d’un roman homonyme à succès, raconte l’histoire d’un immeuble mythique du Caire et l’évolution politique de la société égyptienne de ces cinquante dernières années, entre la fin du règne du roi Farouk et l’arrivée des Frères Musulmans au pouvoir. Il fustige certains travers de la société égyptienne. En toile de fond, la question du « comment est-on passé d’une société dite moderne et ouverte d’esprit à une société souvent décrite comme intolérante ? ».

La séance sera précédée d’un programme de courts métrages de jeunes réalisateurs égyptiens : Mayye Zayed, Karim Shaaban, Hadil Nazmy, Islam Kamel, Ahmed Nabil, Mohamed Abdelkrim Abdelsalam, Medaht Mahmoud Elsoudy

 

Jeudi 3 mars 2011 à 19h30
Cinéma Alhambra
Place Raphaël à Saint-Henri
13016 Marseille
Tél : 04 91 03 84 66

Chansons et musiques de l’immigration

Dans le cadre des rencontres de l’ESPACE PARTAGE DES RESSOURCES ET DU SAVOIR, le Centre social l’AGORA, l’ADDAP, la MFA, le comité MAMEGA, le théâtre du Merlan et ACT vous proposent un rendez-vous avec les chants de Slimane AZEM, Rabeh DRIASSA, Kamel HAMADI, Salah SADAOUI, DOUKKALI, MAZOUNI, les tubes de IDIR et bien d’autres.
Venez découvrir et revivre vos souvenirs à l’auditorium de la bibliothèque du Merlan à 14 heures le vendredi 15 Avril :

Projection du documentaire "Trésors de scopitones arabes, kabyles et berbères ", un film de Anaïs Prosaic et Michèle Collery (1999, 52 minutes) suivie d’une discussion.

Entrée libre

Présentation et infos sur le site Vivre ensemble dans le Grand Saint-Barthélémy.

Sur le même thème : Chansons de l’exil, l’aventure des scopitones,
conférence de Jean-Charles SCAGNETTI en version vidéo.

L’ Histoire de Marseille (du début du siècle à l’après-guerre)

Cinémémoire, la cinémathèque des films amateurs de Marseille, a créé depuis quelques années les Rendez-vous d’archives, une programmation régulière sous forme de cycles bi-mensuels sur des thématiques liées à l’histoire de Marseille et de la région PACA. Il s’agit de rencontres, sur le modèle des cabinets de collectionneurs du XIXème siècle, pendant lesquelles des films rares issus de fonds privés sont projetés et commentés à l’Alcazar.

Présentation et infos pratiques sur le site de Cinémémoire

Vendredi 29 avril 2011 à 17h
Salle de conférence de la BMVR Alcazar
Cours Belsunce 13001 Marseille

Projection en musique avec la participation de dix professeurs et étudiants en cinéma et musicologie de l’Université de Provence (LESA et SATIS)

 

Joseph l’insoumis

Avec ce film, la réalisatrice nous donne rendez-vous au cœur de l’Histoire européenne. Alors qu’en 1957 se posent les premières bases de la future Union européenne par le Traité du charbon et de l’acier, Joseph Wresinski crée en cette même année dans la boue d’une ancienne décharge, aux portes de Paris, une alliance entre les très pauvres et les autres citoyens, au nom de leur égale dignité. (...) Rendez-vous au cœur de l’actualité européenne et planétaire brûlante, là où les Droits de l’Homme sont violés tous les jours. Là où des personnes, des familles, des communautés entières sont déplacées, forcées à l’exil, chassées et privées de tout. Là où certains s’emmurent dans des mesures de sécurité, au prix d’une totale insécurité pour d’autres. Là où les uns continuent à réfléchir et décider à la place des autres, sous prétexte de les protéger.

Making of (37 mn) du film avec Jacques Weber, Anouk Grinberg, ...

Document de présentation du film

Site d’ATD Quart-Monde

Mardi 12 avril 2011 à 20h
Cinéma les Variétés
37, rue Vincent Scotto13001 Marseille

Entrée gratuite. Projection suivie d’une rencontre avec la réalisatrice

 

Nous, Princesses de Clèves

Plus d’un an après sa présentation publique à Marseille et sa diffusion sur France o, le film Nous, Princesses de Clèves bénéfice d’une sortie nationale.

" Premier roman moderne de la littérature française, La Princesse de Clèves est le personnage central de ce film. Manel, Aurore, Mona, Abou et les autres lui prêtent leurs voix, leurs visages. Ils sont élèves du Lycée Diderot de Marseille, un établissement difficile des quartiers nord de la ville et leur professeur a décidé de leur faire étudier ce roman. Jeunes Français pour la plupart d’origine étrangère, ils sont souvent stigmatisés, caricaturés. Aujourd’hui, certains s’interrogent sur l’opportunité de leur faire découvrir les grands textes de la littérature française. Quelle en serait l’utilité sur le marché du travail qui les attend ? Quel intérêt pour les jeunes que ces vieilles élucubrations du XVIIe siècle ? Ensemble ils s’emparent du roman, de ses représentations, des questions qu’il pose. Objet transitionnel, c’est à leur univers que ce roman du grand siècle nous donne accès. "

Bande-annonce et critique sur le site du journal Le Monde

Entretien avec les deux enseignantes à l’initiative du projet sur le blog Esprit de Babel

 

La tôle et la peau. Dire l’usine

Des ouvriers nous disent la vie d’usine à travers des extraits de livres écrits de l’intérieur. Les textes sont interprétés face caméra. Neuf livres et dix ouvriers-interprètes qui se réapproprient un récit dans lequel ils se reconnaissent. Ces témoignages sont rythmés par des images et des sons d’usines en activité. De cette palette se dégage une vision concrète de la condition ouvrière d’aujourd’hui par ceux qui sont "dedans".

Présentation complète et images sur le site de Pol’Art

Avec Colette Maerten, Gino Scott, Raymonde Fraisse, Nenes Debard, Jean-Marie Michelucci, Omar Benabdelmoumen, Patrice Pédregno, Pascale Montel, Serge Bonutti, Viviane Pacaud.

 

Nèg Maron / Rue Cases-Nègres

Autour de l’exposition Visages outre-mer, visible jusqu’au 13 juillet, les ABD proposent trois projections et un concert gratuits, et notamment :


NèG MARON
Film de Jean-Claude Flamand Barny (2004)
Vendredi 17 juin 2011 à 22h dans le jardin des ABD

Dans un quartier populaire des Antilles, Josua et Silex deux amis issus d’un milieu familial et social explosé accumulent les petits coups pour s’en sortir. Mais celui que leur confie Marcus va les amener beaucoup plus loin. Pour eux, il est désormais temps de briser les chaînes et prendre leur destin en main...


RUE CASES-NEGRES
Vendredi 24 juin à 22h dans le jardin des ABD
Film d’Euzhan Palcy (1983)

À six mille kilomètres de la métropole qui prépare l’Exposition coloniale de 1931, la Martinique vit à l’heure des vacances d’été. Au milieu de la plantation, la rue Cases-Nègres : deux rangées de cases de bois désertées par les adultes partis travailler dans la canne à sucre sous le contrôle des économes et des commandeurs. Parmi les enfants qui passent leur été à s’amuser se trouve José, onze ans, orphelin élevé avec dureté et amour par M’an Tine, sa grand-mère.

Site des Archives et Bibliothèque départementales
 

La leçon de discrimination

Que pourrait bien faire Annie Leblanc pour sortir la ségrégation de sa classe ? Pour faire prendre conscience aux enfants des mécanismes de la discrimination ? Pendant deux jours, elle va se livrer à une expérience hors du commun. Elle va faire vivre la discrimination à ses élèves, sous les caméras d’une équipe d’Enjeux (émission documentaire canadienne).
L’expérience inusitée qu’Annie Leblanc s’apprête à réaliser s’appuie sur des bases scientifiques solides. Depuis plus de 50 ans, des chercheurs étudient la psychologie des groupes entre eux.

Présentation de la soirée sur le site du MRAP 13

Présentation du reportage et entretiens sur le site de Radio Canada
 

Mercredi 8 juin à 19h30
L’équitable café
54 cours Julien
13006 Marseille

 

La caravane en Région des cinémas arabes

Pour la 4è édition des « Ecrans des Nouveaux Cinémas Arabes », Aflam propose un choix de films, pour l’essentiel inédits en France, qui, de la Syrie au Maroc, couvre tout l’arc des pays arabes, avec la présence de pays dont on voit peu de films : la Libye, l’Irak.
A l’heure où un vent de liberté souffle sur les pays arabes, cette sélection de films des années 2009 et 2010 témoigne de la force d’intervention du cinéma : nombre de ces films traitent directement des sujets politiques, et plusieurs mettent l’histoire en perspective. (...)
Aux thèmes de fond de ces cinémas, la condition de la femme (Tabou), l’émigration (Sin palabras), s’ajoutent des thèmes que les cinéastes arabes s’interdisaient d’aborder : Tabou et Pégase traitent de l’inceste, Le dernier passager du suicide.

Programme et infos pratiques sur le site d’AFLAM

Gente do Salto / En avant jeunesse

Après l’Italie, la Hongrie, la Finlande, l’association Cinépage organise
les 4ème Rencontres de Cinéma Européen : le Portugal à Marseille.
Chaque édition est une proposition à se plonger dans la cinématographie d’un pays afin d’acquérir une meilleure compréhension de sa culture.
Parmi les 23 longs, courts et moyens métrages présentés, deux films concernent l’immigration : celle des Portugais en France, celle d’Angola, du Cap-vert et du Mozambique au Portugal.


GENTE DO SALTO (2001 et 2004, 79 mn)
Films documentaires de José Vieira
Dimanche 25/9 à 11h

POLYGONE ETOILE
1, rue Massabo 13002 Marseille
Entrée gratuite


EN AVANT JEUNESSE
Film de Pedro Costa (2006, 155 mn)
Mardi 27/9 à 20h

PATHE MADELEINE
36, Avenue du Maréchal Foch - 13004 MARSEILLE
Tarif : 6 €

 

Qu’ils reposent en révolte

" Tournée pendant trois ans, à partir de juillet 2007, à Calais, aux côtés des migrants qui transitent dans cette ville et y stagnent, traqués, cette fresque de deux heures et demie frappe par son souffle et son acuité politique. L’image numérique est d’un noir et blanc charbonneux, magnifique.
Le film, construit comme une succession de blocs d’action, fait l’effet d’une improvisation de jazz filmique, sur ce que serait la vie de ces gens à Calais. "Pas tout à fait vivant, pas tout à fait mort, pas tout à fait humain, pas tout à fait animal... Entre les deux", commente un de ces migrants, en riant. C’est l’intelligence de l’auteur, que d’avoir restitué aux hommes filmés l’humanité dont les politiques d’immigration oeuvrent à les déposséder.
(...) Le point de vue de Sylvain George résulte de sa démarche : il passe peut-être plus de temps la caméra éteinte qu’allumée. "Je suis persuadé qu’un grand film se mesure aussi à l’aune des images qu’on n’a pas tournées", soutient-il. C’est de cette proximité acquise avec ses personnages, de la confiance qu’il a obtenue, que vient la richesse de son film, sa vérité, sa densité. A partir de là, il peut construire des rimes, monter ses séquences, au fond, comme on mixe des samples de musique. Il peut confronter la douceur d’une douche de rosée sous des feuillages ensoleillés - qui pourrait figurer dans Une partie de campagne, de Renoir - avec un épisode durant lequel des hommes effacent à coup de rasoir et de brûlures leurs propres empreintes digitales. Il fait jaillir de cet effet de contraste la violence du monde actuel. "

Bande-annonce, photos et revue de presse sur le site dédié

 

Frantz Fanon : une vie, un combat, une œuvre

« C’est l’évocation d’une vie aussi brève que dense. Une rencontre avec une pensée fulgurante, celle de Frantz Fanon, médecin psychiatre, d’origine antillaise, qui va penser l’aliénation du peuple noir. C’est l’évocation d’un homme de réflexion, qui refuse de fermer les yeux, de l’homme d’action qui s’est dévoué corps et âme pour la lutte de libération du peuple algérien et qui deviendra par son engagement politique, son combat, et ses écrits, l’une des figures de la lutte anticolonialiste. Avant d’être emporté à l’âge de 36 ans par une grave maladie, loin de sa Martinique natale. »

Projection jeudi 22 décembre 2011 à 18h00 suivie d’un débat avec Cheikh DJEMAI
Centre social l’Agora
34 rue de la Busserine 13014 Marseille

Site collaboratif Mémoires Identités Territoire. Vivre ensemble dans le Grand Saint-Barthélémy

Dossier documentaire Lire/Relire Frantz Fanon

 

La machine à expulser

Il y a aujourd’hui en France métropolitaine et en outre-mer 25 centres de rétention administrative (CRA) ; onze d’entre eux sont habilités à enfermer des familles et des enfants. Des dizaines de milliers de personnes y sont enfermées chaque année, en vue d’être expulsées du territoire. Leur seul délit est de ne pas avoir de papiers. Ces lieux de privation de liberté, de plus en plus sécurisés, échappent à notre regard.

Le webdocumentaire est visible en ligne sur lamachineaexpulser.org.

Terra ferma

Une famille unie résidant sur l’île de Linosa, au sud de la Sicile, voit sa cohésion fortement mise à l’épreuve quand un groupe d’immigrants clandestins en provenance d’Afrique fait son apparition parmi eux. Pour cette famille habituée à vivre de la mer, le tourisme et les clandestins sont les voies par lesquelles le monde se met à l’envahir, forçant chacun de ses membres à faire des choix.

Bande-annonce et extraits sur CinEuropa

Entretien vidéo avec le réalisateur
sur Arte.tv

Prix spécial du jury à la Mostra de Venise 2011.

Emmanuele Crialese est également l’auteur de GOLDEN DOOR et de ONCE WE WERE STRANGERS.

 

Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés

Ils s’appellent Abdallah, Ahmou, Mohamed, Ramdane, Salah, Sebti, Tahar. Ils sont venus d’Algérie, entre 1951 et 1971, seuls, pour travailler en France. Ils prévoyaient, un jour, de repartir au Pays. Les années se sont écoulées, ils sont maintenant retraités. Ils sont toujours là.

Ils ont migré d’une rive à l’autre de la Méditerranée sans mesurer vraiment la rupture que cela allait provoquer. Pas complètement d’ici, plus vraiment de là-bas, après une vie professionnelle décousue, une vie familiale déchirée, ils viennent finir leurs vieux jours à Marseille, seuls. D’ici, le pays natal n’est pas loin, la nostalgie disparaît peu à peu.

À travers leurs témoignages, on comprend pourquoi « le retour au Bled » n’a pas pu se faire comme ils l’avaient, initialement, prévu.

Filmés avec douceur et tendresse, ces Chibanis sont à la fois lumineux et beaux, drôles et attachants.

Film documentaire de Rachid Oujdi (France / 2014-52’)
Une Coproduction Comic Strip Production et France Télévisions
Musique originale : « Origines Contrôlées », Mouss et Hakim (du groupe Zebda)

Séance-débat en présence de l’équipe du film et de Mouss et Hakim du groupe Zebda accompagnés de Serge Lopez (à la Guitare) et de Rachid Benallaoua (à la Mandole) pour un Mini-Concert A.O.C* à l’issue de la séance (*Apéro Origines Contrôlées)


14 novembre 2014 à 21h
Cinéma Les Variétés
37, rue Vincent Scotto - Marseille 1er
Tél. : 0892 68 05 97

Tarif unique pour la séance + le mini concert : 10€
Places en vente actuellement en caisse du cinéma de 13h30 à 22h00

Penser critique

 

Thomas Lacoste a tourné et rassemblé ces 47 films-entretiens pour comprendre notre temps et retrouver des raisons d’agir :

  • Travail, crise et luttes sociales (3 DVD)
  • Enseignement et recherche (1 DVD)
  • Des hommes et des frontières (3 DVD)
  • Justice et libertés (2 DVD)

"Il faut penser le monde autrement, réfuter la logique du néolibéralisme – sa violence au quotidien, la marchandisation des rapports humains."

Penser critique
9 disques, 50€

Présentation et commande sur le site des éditions Montparnasse.

 

Disparaissez les ouvriers !

Durant plus de 150 jours, les ouvriers de Legre-Mante, ont occupé « leur » usine leader sur le marché mondial d’acides tartriques pour dénoncer une liquidation frauduleuse, manifester leur colère et réclamer justice. Ils n’ont rien obtenu de ce qu’ils demandaient et ont perdu aussi le procès en appel de la décision du tribunal de commerce qui avait prononcé la liquidation judiciaire. Pourtant, quand on voit l’état d’abandon des bâtiments et des ateliers, pas besoin de beaucoup d’explications pour comprendre dans quelles conditions travaillaient les ouvriers de Legre-Mante. Pas besoin non plus de beaucoup de preuves pour penser que cette fermeture était planifiée depuis longtemps et cela pour des questions de profit à court terme (en l’occurrence la vente du terrain idéalement situé face à la mer au pied du futur parc des calanques à Marseille).

Présentation et bande-annonce sur le site de France Inter.

Reportages autour de la lutte sur le site de Regards.

Disparaissez les ouvriers !
Film de Christine Thépenier et Jean-François Priester
Production déléguée : Iskra Films
Coproduction : Garantisanspigeon
Durée : 1h19
Sortie en salle : 9 mai 2012

Le film sera projeté à Marseille au cinéma Les Variétés.
 

Stigmatisés. Paroles de Roumains

Pendant les cinq années de présidence de Nicolas Sarkozy, les étrangers ont été stigmatisés de manière grandissante. De 2007 à 2012, un lien systématique entre immigration et délinquance a été trop souvent fait, dans les discours politiques et les médias. Entre les expulsions massives de Roms, la montée du Front national et la radicalisation du discours du gouvernement Fillon (remise en cause de l’immigration légale, proposition de ficher les binationaux…), les temps sont devenus durs pour les « étrangers ».

Les deux auteurs ont suivi huit parcours d’immigrés venus vivre en France : des anciens, qui sont bien intégrés, mais aussi des nouveaux, qui cherchent encore leur place. Certains sont connus – comme l’actrice Rona Hartner ou l’ancienne nageuse Roxana Maracineanu -, d’autres pas du tout. Ils racontent leur ressenti de Roumains en France, à une époque où leur nationalité est particulièrement montrée du doigt.

Leurs témoignages sont éclairés par quatre spécialistes qui apportent leur regard de sociologue, d’écrivain, d’ancien ministre ou de cardiologue.

Le webdocumentaire est en ligne sur stigmatises.com.

« Stigmatisés » est webdocumentaire participatif : en parallèle de ces huit histoires, les internautes peuvent enregistrer leur témoignage via Dailymotion, face à une webcam. Les contributions sont intégrées au webdocumentaire au fur et à mesure pour lui donner plus de force. Pour contribuer, rendez-vous sur la page du documentaire. Cliquez sur "envoyer une vidéo dans ce groupe", inscrivez-vous, choisissez "depuis un webcam", et enregistrez la vidéo.

La caravane en région

 

Du 6 au 13 juillet 2012, Aflam-Diffusion des cinémas arabes présente La Caravane en Région pour la cinquième année avec la Régie Culturelle Régionale.

Cette année la Caravane fera halte à Gap, Arles, Apt, Les Mées, Le Luc-en-Provence et Marseille, pour des projections en plein air.

A la programmation deux films du patrimoine : "La Momie" (1969), un film mythique dans la filmographie égyptienne, œuvre unique de Shadi Abd El Salam, il évoque l’Egypte pharaonique finalement rarement abordée dans ce cinéma, et "Transes" de Ahmad El Maanouni (1981) qui retrace l’itinéraire du groupe légendaire marocain Nass El Ghiwane ! Les copies 35mm de ces films ont été restaurées par la World Cinema Foundation et la Cineteca di Bologna. 

Mais aussi des films actuels "Un-Zéro" de Kamla Abou Zekri : un portrait de la société cairote à travers des personnages très contrastés un soir de finale de football et le célèbre "Caramel" de Nadine Labaki : portrait de la société beyrouthine à travers 4 femmes travaillant dans un salon de beauté. Grâce au travail de sensibilisation réalisé avec le réseau associatif de chacun des lieux et les mairies des villes concernées, ces projections sous les étoiles seront des moments de fête et de plaisir partagés par tous.

La Caravane en région
Du 6 au 13 juillet dans plusieurs villes de la région PACA

Présentation sur le site d’AFLAM.

Programme :

6 juillet à Gap

9 Juillet à Arles

10 juillet à Apt

11 juillet aux Mées

12 juillet au Luc-en-Provence

13 juillet à Marseille
 

Prix jeunesse pour l’égalité

 

L’Observatoire des inégalités lance son concours de clips vidéo "Prix jeunesse pour l’égalité" du 2 mai au 14 décembre 2012. Tous les jeunes de 12 à 18 ans peuvent y participer. Moteur !

A vos caméras !

Collégiennes, collégiens, lycéennes, lycéens… A vos caméras ! Mettez en image les inégalités. Réalisez votre clip vidéo, dans un style direct, créatif et personnel et devenez acteurs du débat sur les inégalités. Que trouvez-vous juste ou injuste ? Quels sont les écarts qui vous choquent ? Témoignez, racontez, imaginez…

Comment ça marche ?

Le but du concours est de présenter un film de trois minutes maximum sur les inégalités. La forme est totalement libre : fiction, documentaire, portrait, film d’animation, etc. L’objectif n’est pas nécessairement de dénoncer la grande misère mais de mettre en scène un aspect, quel qu’il soit, des inégalités. Des revenus à la famille, en passant par les discriminations, les inégalités entre filles et garçons, entre les habitants des pays riches et des pays pauvres, les sujets sont nombreux.

Qui peut participer ?

Le concours est ouvert à tous les jeunes de 12 à 18 ans. Les films doivent être présentés par équipe. Les participants peuvent solliciter l’aide technique d’adultes pour la réalisation de leurs films, mais garantissent aux organisateurs en être les auteurs exclusifs. Tous ceux qui disposent d’une caméra peuvent postuler, il suffit de constituer une équipe. Nul n’est besoin de faire de la vidéo depuis des années. Le jury attend de vous une approche personnelle et ne récompensera pas nécessairement le clip le plus « pro », réalisé à la manière d’un grand documentariste.

Concours de clips vidéo "Prix jeunesse pour l’égalité"
Observatoire des inégalités

Contact et inscriptions : 
Nina Schmidt
01 40 36 76 51 
concoursvideo@inegalites.fr

Détails du concours et règlement sur le site de l’Observatoire des inégalités.

Marseille-Manarade A/R

Le temps d’un voyage en train, Costel se souvient d’un été passé auprès des siens à Manarade en Roumanie et évoque la situation de Roms à Marseille.

Regarder le film sur Vimeo.

Marseille-Manarade A/R
Un court-métrage de Pilar Arcila,
Super-huit couleur, 5 min, 2011, Ab Joy Productions

 

Indépendances algériennes

5 juillet 1962, cent-trente-deux ans jour pour jour après la prise d’Alger, l’Indépendance de l’Algérie est officiellement proclamée.

Neuf témoins racontent leur été 1962 à l’occasion du cinquantième anniversaire du 5 juillet.

Indépendances algériennes
Webdocumentaire de l’INA, El Watan et Le Monde

Visuel intéractif à voir sur LeMonde.fr.

Le bateau en carton

 

"C’est en passant sur l’autoroute que j’ai découvert cet étrange camp de réfugiés peuplés de Roms de Roumanie. Un bidonville au milieu des arbres, coincé au milieu des voies de l’A10. Un instant, j’ai cru voir un flash back. Mais ce n’était que l’actualité d’une histoire qui n’en finit pas, celle de gens obligés de tout quitter pour conjurer la pauvreté. Je voulais comprendre quel était cet exode, d’où venaient les gens qui habitaient là, qui étaient ces "Etranges étrangers" comme l’étaient jadis les Portugais et les Algériens dans les taudis autour de Paris.

Dans la Roumanie libérale et européenne, les Roms sont devenus plus que jamais des parias. Il n’y a jamais eu si peu de place pour les plus faibles. La misère est devenue une terrible oppression. En les filmant, je voulais les rendre familiers pour détruire les préjugés que nous avons à leur égard et raconter un peu de leur histoire d’immigrés à la recherche d’une vie meilleure."

Le bateau en carton
Documentaire
Réalisation : José Vieira
Production : Zeugma Films
2010 - Durée : 90 min

Présentation dans le catalogue 2010 de Zeugma.

Un coin de paradis (Une histoire tsigane)

En clôture d’une résidence d’écriture sur le territoire de Ouest provence, La FÉMIS (École Nationale Supérieure des métiers de l’image et du son) en collaboration avec Scènes et Cinés proposent une soirée autour du film documentaire Un coin de paradis (une histoire tsigane) en présence de son réalisateur Nicolas Hansmartin.

Un coin de paradis
(Une histoire tsigane)

Vendredi 21 septembre 2012 à 19h
Espace Robert Hossein, Grans
Projection gratuite en avant-première en présence du réalisateur et de , François Niney, philosophe et critique de cinéma. Suivie d’un cocktail dînatoire.

Réservation conseillée : 04.90.55.71.53, scenesetcines.fr

Dans un village à l’extrême Est de la Roumanie, vivent Gheorghe et Firica, un vieux couple de paysans tsiganes. Au fil des saisons, leur quotidien est rythmé par leurs engueulades, leur rire, les travaux nécessaires à la survie, et l’attente sans cesse reconduite d’un retour des enfants partis chercher une vie meilleure à l’étranger.

Nicolas Hansmartin est né à Dijon le 21 février 1969. Il vit à Marseille. En 2008, entre France et Roumanie, où il voyage pour y rencontrer la communauté tsigane, il tourne Mamaliga, son premier long-métrage documentaire, dont les personnages se retrouvent dans ce nouveau film.

Tempête sous un crâne

" C’est le genre de documentaire surprenant, qu’on aimerait voir plus souvent, sur grands écrans, comme dans la petite lucarne. Surprenant parce qu’il ne respecte pas le code en vigueur selon lequel les protagonistes d’un film doivent obligatoirement être traités comme des personnages à enjeux pour recueillir l’attention du spectateur. Ici, au sein du collège Joséphine Baker de Saint Ouen point d’enjeux narratifs individuels, mais une double mission, collective : transmettre le savoir, permettre aux élèves d’exprimer leurs capacités, leurs intelligences. Surprenant aussi par le regard porté sur le collège en tant que bâtiment autonome, doté de sa propre énergie, de sa propre inertie, un bel et grand paquebot qui, grâce à l’ensemble d’un corps éducatif en éveil constant, tient son cap, au gré de la météo fluctuante des élèves qu’il accueille. "

Tempête sous un crane
Documentaire de Clara Bouffartigue
Au cinéma le 24 octobre

Site du film

Critique sur le site du mensuel Regards

 

Noirs de France

Cette série documentaire retrace la construction de l’identité noire française et donne la parole aux acteurs et héritiers de cette histoire. Celle-ci, pourtant ancienne, devient visible à partir de l’exposition universelle de 1889. Le récit traverse deux conflits mondiaux, la colonisation, les indépendances et les migrations venues des Antilles, d’Afrique, de l’océan Indien ou encore de Nouvelle-Calédonie, et évoque l’influence afro-américaine depuis l’entre-deux-guerres. Cette histoire, à peine évoquée dans les livres, est celle de plus de 3 à 4 millions de nos concitoyens.

Noirs de France
Documentaires de Pascal Blanchard et Juan Gelas
3 x 52 min
France Télévisions / Cie des Phares & Balises / INA
2012

Documentaires visibles sur le site de Public Sénat :

1889 - 1940 : Le temps des pionniers

1940 - 1974 : Le temps des migrations

De 1975 à nos jours : Le temps des passions

La vie à sac

Quatre destins abimés, racontés au travers de ce qu’il reste à ceux qui n’ont plus grand chose : le contenu de leur sac. Un passeport, un sachet de biscuits, une vieille photo, un souvenir "d’avant"... Une collection d’objets à la fois dérisoire et inestimable.



Augmentation de 17% de la fréquentation des centres d’accueil, doublement du recours aux soins avec retard, bond du nombre de patients enfants et adolescents dans les consultations... Le rapport 2009-2010 de Médecins du Monde est sans appel. Alors que le système de santé français est présenté à l’étranger comme l’un des plus protecteurs, l’exclusion de soins progresse dans l’hexagone, inéluctablement... Migrants, SDF, mères célibataires, sans papiers, roms... La misère sanitaire ne fait pas de détails, face à des politiques de plus en plus répressives...

C’est par un webdocumentaire que Médecins du Monde a souhaité prendre la parole pour parler de ses actions en France, des films forts et sensibles aux regards croisés du cinéma, du journalisme et du photoreportage, une narration interactive autour des objets du sac, enfin, une diffusion pérenne auprès des millions de visiteurs des sites partenaires.

« La vie à sac », ce sont quatre trajectoires fracturées qui viennent dire la solitude, la maladie et l’exclusion au quotidien, avec toujours le sursaut et les petites joies de vivre. Quatre portraits dressés à partir de ce qu’il reste à ceux qui n’ont plus grand chose : le contenu de leur sac. Papiers d’identité, vêtements ou couverture, paquet de biscuits ou bouteille d’eau, photos et souvenirs de « la vie d’avant » pour certains, de « la vie ailleurs » pour d’autres... Chaque élément du sac devient le fil à partir duquel se déroule la vie des quatre personnes qui ont ainsi accepté de témoigner à visage découvert.

La vie à sac
Webdocumentaire de Médecins du Monde
Réalisé par Sólveig Anspach, Karima Hamzaoui et Diane Grimonet

Documentaire visible sur le site www.lavieasac.com.

Les roses noires


Farida, Claudie, Coralie, Kahina, Moufida sont des adolescentes âgées de 13 à 18 ans. Elles vivent en banlieue parisienne, au Blanc Mesnil, Stains, Clichy-sous-Bois ou dans les quartiers nord de Marseille, et toutes disent les mots des garçons.

Elles ont la parole et interrogent leur langue et leur rapport au langage. Elles parlent de leur langue maternelle, de la langue de cité, de l’école, de leurs difficultés face au langage normé. Elles expriment leurs contradictions ; elles revendiquent leur particularité et l’attachement à l’identité d’un groupe qui s’affirme dans la langue. Elles disent aussi la blessure liée au sentiment d’exclusion, au manque.

Et puis au sein de leur quartier, au-delà des mots des garçons qu’elles disent comme un masque qui les protège, elles dévoilent les enjeux intimes de cette stratégie langagière. Traversant la mutation de l’adolescence, c’est la construction fragile de leur vie de femme qu’elles protègent et inventent.

Les roses noires
Documentaire d’Hélène Milano (1h14)
Sortie le 28 novembre 2012

Projection en présence de la réalisatrice
Mardi 15 janvier à 19h

Espace culturel Busserine
​Rue Mahboubi Tir - Marseille 14e

Présentation sur le site de Comic Strip

Fiche sur Allociné

Entretien avec la réalisatrice sur Zibeline

 

De l’autre côté

Plus de 4 millions de kilomètres carrés, presque un demi milliard d’habitants, une trentaine de langues officielles et une grande peur : être au milieu de milliers de migrants qui cherchent une vie plus digne, un espoir, ou bien tout simplement à voyager. C’est l’Europe. Plus encore, c’est la Forteresse Europe.

De l’autre coté est un web documentaire qui a pour volonté d’enquêter sur la situation à Lampedusa suite aux révolutions arabes de 2011 (Episode 1), sur l’externalisation des politiques migratoires des pays Européens aux pays d’accueil ou de transit (Episode 2), sur la pensée d’Etat produite sur l’immigration (Episode 3) ; et enfin sur la perspective d’un monde sans frontière annoncée par l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme (Episode 4).

De l’autre côté
Webdocumentaire d’Osons savoir (2012)
Auteurs : Jeremy Cheong Chi Mo, Andrea Coccia, Erika Moleti, Astrid Berthet, Laureline Deloingce

À voir sur osons-savoir.com/webdoc

Le premier épisode :  


Lampedusa, symbole d’une démesure par Osons_Savoir

Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord

Sao Maria, Ismaïl, Alysson, Jimmy, Manon et Ramsès sont lycéen-ne-s, bientôt étudiant-e-s. Des jeunes gens singuliers « comme tous les adolescents », à ceci-près qu’ils ont fait leur scolarité en zone d’éducation prioritaire à Marseille et vivent à la Granière, au Plan d’Aou, aux Aygalades, à la Viste, l’Estaque, la Solidarité. Parcours, famille, quartier, convictions, foi, avenir... Ce documentaire leur donne la parole.

Mardi 24 février 2015 à 19h30
Équitable Café
54, cours Julien 13006 Marseille

Projection suivie d’un débat

Le DVD du film est en vente au prix de 12 €, frais de port inclus (France métropolitaine) et peut être acheté en ligne :





ou par chèque : à l’ordre de « Approches Cultures & Territoires »
adressé à ACT - 98, rue de l’Évêché - 13002 Marseille


Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : diffusion(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 20 décembre 2012 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 30 janvier 2013 - Ville-Ecole-Intégration/CNDP
  • 14 février 2013 - Bassin de formation Marseille Littoral Nord (Assistantes sociales scolaires)
  • 8 mars 2013 - Plateforme DESR du Rectorat
  • 8 mars 2013 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 16 mars 2013 - Association Phénix/Euromed (Assemblée générale)
  • 14 mai 2013 - Bassin de formation Marseille Littoral Nord (Conseillers principaux d’éducation)
  • 22 mai 2013 - Maison de la Région
  • Date non communiquée - Association Capacité
  • 2 octobre 2013 - Maison de la Région
  • 14 au 16 novembre 2013 - Images & Paroles Engagées / Rencontres régionales des vidéos urbaines
  • 11 décembre 2013 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 14 janvier 2014 - Maison des Familles et des Associations (MFA)
  • 27 janvier 2014 - Lycée Honoré Daumier (les Rendez-vous)
  • 27 février 2014 - Maison des sciences de l’homme en Bretagne (séminaire Filmer et photographier la recherche en sciences humaines)
  • 8 novembre 2014 - BMVR Alcazar (festival Le mois du doc)
  • 24 février 2015 - Équitable Café

Mémoire Industrielle des quartiers, de la Vieille Chapelle à Callelongue d’hier et d’aujourd’hui

Images et Paroles Engagées présente dans le cadre des Projections documentaires citoyennes : 

Mémoire Industrielle des quartiers, de la Vieille Chapelle à Callelongue d’hier et d’aujourd’hui
Témoignages recueillis de 2009 à 2012
Documentaire d’Evelyne Villeroy

Samedi 12 janvier à 15h
A la bibliothèque municipale de Saint-André
6, boulevard Salducci - 13016 Marseille

Entrée libre


Contre-histoire de la France Outremer

L’intention est de revisiter l’Outremer français de manière différente et proposer un regard documentaire de référence sur les DOM-TOM. Parce que l’histoire la plus lointaine dessine encore l’aujourd’hui des dernières miettes de ce que fut l’Empire colonial de la France. Ce qui reste de son orgueil mais aussi de sa part d’ombre.

Une grève en Guadeloupe tourne à l’émeute. Un simple accident de la route entre un blanc et un noir, place de la Savane à Fort-de-France, enflamme la Martinique. Un musulman de la vallée des Arabes, en Nouvelle-Calédonie, se tourne vers l’Ouest pour regarder la Mecque. Mahomet en terre kanake ! L’Outremer français semble vivre son passé au quotidien. Il le vit à fleur de peau, quand le racisme et le souvenir de l’esclavage pourrissent les rapports sociaux aux Antilles. Il le vit dans les entrailles de l’histoire, quand les descendants des forçats kabyles nous parlent d’une immense entreprise de déportation, le bagne.

L’histoire de l’Outremer français est souvent filmée sur le mode de la repentance ; un scénario en noir et blanc qui oublie les zones grises. C’est pourtant hors des contrastes faciles que l’histoire se fait humaine.

Première diffusion du premier épisode
Mardi 16 avril 2013 à 22h50 sur France Ô


Présentation sur le site de Bonne Compagnie.

La traversée

Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie, entre Marseille et Alger. Des voitures chargées jusqu’au capot… des paquetages de toutes sortes… des hommes chargés de sacs et d’histoires. En mer, nous ne sommes plus en France et pas encore en Algérie, et vice-versa.

Depuis le huis clos singulier du bateau, dans le va-et-vient et la parenthèse du voyage, la traversée replace au cœur du passage ces femmes et ces hommes bringuebalés.

L’association AFLAM propose en ce début d’année quatre nouvelles séances pour La Traversée :

- Jeudi 8 janvier 2015 : 9h30 et 14h (groupes sur réservation) puis 19h (tout public)
- Mardi 13 janvier 2015 : 9h30 (groupes sur réservation)

Maison de la Région
61 La Canebière
13001 Marseille

Renseignements : contact@aflam.fr / Tel : 04 91 01 65 05
Réservation obligatoire pour les groupes.
Entrée libre dans la limite des places disponibles


Présentation sur le site du producteur.

La traversée
Un film de Elisabeth Leuvrey
Sortie nationale le 17 avril 2013

Prix découverte - SCAM
Nomination - Prix Albert Londres
FID - Marseille
Cinéma du réel - Paris
Rencontres cinématographiques - Béjaïa
Les écrans documentaires - Arcueil

Projections-rencontres passées :

- les 13 et 14 juin 2013 à Port de Bouc au cinéma Le Mélies le jeudi à 19h30 (+buffet à partir de 21h30) ainsi qu’au centre Social Brel le vendredi à 19h30, dans le cadre de la fête de quartier des Amarantes

- le 25 juin à 20h30 à Istres au cinéma Le Coluche

- le 5 juillet 2013 à Vitrolles au cinéma Les Lumière à 19h30 (+collation orientale après le débat)

Notre monde

Rassemblant plus de 35 intervenants, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivains, Notre Monde propose un espace d’expression pour travailler, comme nous y enjoint Jean-Luc Nancy à « une pensée commune ».
S’appuyant sur un ensemble foisonnant de propositions concrètes, et plus encore qu’un libre espace de parole, Notre Monde agit comme un rappel essentiel, individuel et collectif : « faites de la politique » et de préférence autrement. Thomas Lacoste, intiateur de "l’Autre campagne" parallèle à la campagne présidentielle de 2007, auteur des entretiens "Penser critique", nous offre ici une grande respiration, comme un temps de pause, face au rythme haletant de la vie politique.


Notre Monde
Un film de Thomas Lacoste
Sortie le 13 mars 2013

Bande-annonce et présentation sur le site dédié au film.

Article sur LeMonde.fr.

Công Binh la longue nuit indochinoise

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient recrutés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer dans les usines d’armement les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, bloqués en France après la défaite de 1940, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos, ces ouvriers civils appelés Cong Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation. Ils étaient les pionniers de la culture du riz en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient pourtant tous derrière Ho Chi Minh pour l’Indépendance du pays en 1945.

Le film a retrouvé une vingtaine de survivants au Viet Nam et en France. Cinq sont décédés pendant le montage du film. Ils racontent aujourd’hui le colonialisme vécu au quotidien et témoignent de opprobre qui a touché même leurs enfants. Une page de l’histoire entre la France et le Viet Nam honteusement occultée de la mémoire collective.


Công Binh la longue nuit indochinoise
​Documentaire de Lam Lê
1h56min

Projection suivi d’un débat avec le réalisateur et cocktail
Jeudi 4 avril 2013
Cinéma le Chambord
Réservation : zaoky [a] aol.com

Présentation sur Allocine.

Le film est inspiré du livre de Pierre Daum, Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952)

Marseille est mon langage

À l’instigation de Marseille-Provence 2013, la Criée, théâtre national, et le cinéma l’Alhambra accueillent une rétrospective complète de l’œuvre du cinéaste marseillais : dix sept films qui racontent la ville, ses quartiers et ses villages, les calanques de la côte bleue. A travers la vie de ces Marseillais, leurs rêves et leurs engagements, le réalisateur et sa « bande » de comédiens et techniciens complices depuis trente ans parlent du monde.

Pendant douze jours, le public est invité à découvrir tout le cinéma de Robert Guédiguian, dans sa ville natale, celle qu’il a filmée à de nombreuses reprises, construisant sur la durée une œuvre unique. Cette rétrospective investit différents lieux du centre ville à l’Estaque, propose des films rares, révèle des portraits du cinéaste par ses proches et la découverte des lieux mêmes où les films ont été tournés.


Trois films sont projetés en plein air : A l’attaque sur l’escalier de la gare Saint Charles, Marius et Jeannette au port de l’Estaque-Espace Mistral, et L’argent fait le bonheur au Plan d’Aou où a été tourné en compagnie de l’équipe du film.

Parallèlement, sont également présentés trois documentaires consacrés au cinéaste, ainsi qu’un livre d’art publié aux éditions Le Chêne.

Du 19 au 30 juin à la Criée et à l’Alhambra
Marseille

Détail et présentation sur le site de Marseille-Provence 2013.

Avoir 20 ans dans les Aurès

Un groupe de Bretons réfractaires et pacifistes est envoyé en Algérie. Ces êtres confrontés aux horreurs de la guerre deviennent peu à peu des machines à tuer. L’un d’eux ne l’acceptera pas et désertera en emmenant avec lui un prisonnier du fln qui devait être exécuté le lendemain.
Ce film polémique, dénonçant la torture, fut censuré par les autorités de l’époque.


Jeudi 6 juin 2013
Cinéma Le Méjan - Actes Sud
Arles

19h30 : « apéro-ciné »
20h : projection suivie d’un débat avec Pierre Daum, auteur du livre « Ni valise ni cercueil. Les Pieds-Noirs restés en Algérie après l’indépendance ».

Entrée 5 €

Ciné Plein Air 2013

18ème édition : 28 projections gratuites à la tombée de la nuit. Cette année encore, tous les films de fiction seront projetés en pellicule 35mm. Merci à Messieurs Louis et Auguste Lumière, Messieurs Buisse et Bottazzi. Pour plus de confort, amenez vos chaises et vos coussins !

Programme sur le site de l’association TILT


Tilt, en partenariat avec les Archives et Bibliothèque Départementales Gaston Defferre, la Mairie des 2e/3e arrdts, la Mairie des 13e/14e arrdts, les musées de Marseille, le Centre Social de la Capelette, le Centre Social les Lierres-Bois Lemaître, le Centre Social Sainte-Elisabeth, le Centre Social La Garde, le Centre d’animation du Parc de Font-Obscure, l’Addap 13 et la SCMJ, avec le soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône et de la ville de Marseille.

PriMed 2013

Une sélection qui a la mémoire de la Guerre d’Algérie, qui oppose les enjeux des révolutions ou des luttes des femmes pour leurs droits et leur dignité, qui raconte l’Histoire et la vie quotidienne en Egypte, qui expose les religions, les migrations, qui dénonce la pollution de notre Mare Nostrum

Documents vidéo et multimédia d’une qualité exceptionnelle, pour une année 2013 qui ne le sera pas moins pour Marseille, Capitale européenne de la Culture.

Et parce que la télévision, les documentaires et les reportages font aussi partie de la culture, même populaire, le PriMed 2013 contribuera grâce à tous ces diffuseurs, producteurs, réalisateurs et journalistes, à cette célébration de la Méditerranée.


Prix international du documentaire et du reportage méditerranéen
17 au 22 juin 2013
Marseille

Lieux et programmation sur le site du PriMed.

Le pendule de Costel

Issus de la communauté rom de Roumanie, Costel et sa famille se déplacent entre la France, la Suisse et leur pays à la recherche d’un moyen de gagner leur vie. Ce film leur donne la parole au fil d’un quotidien fait de débrouilles, de croyances et de survie. Le parcours pendulaire de Costel nous parle d’une Europe mise à l’épreuve de ses rêves communautaires et de sa capacité à soutenir ses minorités les plus démunies.

Projection le dimanche 25 mai à 14h30 en présence de la réalisatrice 
Gyptis
Place Caffo - Marseille 3e

Dans le cadre de Ciné Dimanche.

Extrait sur le site Viméo d’Ab Joy

Court-métrage Marseille - Manarade A/R

Présentation et entretien sur le site du producteur

Le pendule de Costel
Film documentaire de Pilar Arcila
Super8 – DVCam, 68’, 2013

Pourquoi Camus ?

« Vivre dans et pour la vérité, la vérité de ce qu’on est d’abord. Renoncer à composer avec les êtres. La vérité de ce qui est. Ne pas ruser avec la réalité. Accepter son originalité et son impuissance. Vivre selon cette originalité jusqu’à cette impuissance ». Albert Camus

Pourquoi aimons-nous Camus ? Qu’aimons-nous vraiment ? L’homme ? L’intellectuel ? L’œuvre ? Ses engagements, voire ses contradictions ? « La liberté est un bagne aussi longtemps qu’un seul homme est asservi sur terre » nous rappelle Camus. Eveilleur des consciences, libre penseur attaché à aucune paroisse ni aucune chapelle. Alors : qu’est ce qui nous attire chez lui, chez cet homme aux multiples visages et aux multiples facettes ? Son combat contre l’injustice et les totalitarismes, tous les totalitarismes ? Sa soif de liberté ? Le philosophe pour « classes terminales » et ses questions sur l’homme et la société d’hier et d’aujourd’hui ?

Pourquoi Camus ?
Cycle de rencontres, projections et débats
Vendredi 5 et samedi 6 juillet 2013
MuCEM (J4 et Fort Saint-Jean - Marseille)

Rencontres conçues par Eduardo Castillo. Sélection cinématographique, Antonia Naïm.

Programme détaillé sur le site du MuCEM.

La valse des Roms

Ce webdocumentaire nous fait plonger dans la vie d’Adela, Georges, Daniela et Dragomir, des Roms de Roumanie, présents en France depuis dix ans. À travers cinq chapitres, nous abordons leur quotidien et leurs efforts, souvent vains, pour s’intégrer.

Des photos et des témoignages illustrent les obstacles qui se posent à eux pour trouver un travail, accéder à un logement décent, scolariser leurs enfants ou tout simplement se soigner.

Cette vie déjà extrêmement difficile est, de plus, ponctuée d’expulsions régulières, sans solutions de relogement, ce qui les oblige à chaque fois à repartir de zéro et accroît leur misère.


À voir sur valsedesroms.djehouti.com.

La jaula de oro / Rêves d’or

« Je crois que, individuellement, nous ne sommes pas très importants – d’une certaine façon, nous sommes tous remplaçables. Ce qui importe, c’est notre raison d’être. En ce qui me concerne, j’essaie d’être le passeur des histoires des autres. L’objet fondamental de ce projet est de transmettre le drame des migrants, qu’autrui le ressente de manière intuitive. (...)
Il semble que, dans de nombreux villages pauvres d’Amérique centrale et du Mexique, le fait de risquer sa vie en allant aux États-Unis s’apparente à un rite initiatique. Pour de nombreux jeunes, c’est comme si un courant les entraînait vers le Nord. Ils imitent leurs parents et leurs proches qui ont fait la même chose.
Je voulais aussi remettre en question les barrières sociales, nationales et raciales. Nous sommes tous égaux, nous avons les mêmes besoins, nous rêvons tous d’une vie meilleure. La migration est naturelle mais les frontières sont artificielles et ont été créées il y a peu. »

Interview du réalisateur et dossier de presse en téléchargement


Le prêtre et la solidarité

André Pinatel, petit homme discret soutenant par sa présence et ses conseils, acteurs et actrices de la solidarité au Secours populaire.

Né en 1917 à Marseille il raconte ses souvenirs, la guerre, comment il est devenu prêtre et pourquoi il a quitté l’Église traditionnelle.

Fondateur d’Emmaüs à Marseille il fait le choix de vivre dans les bidonvilles auprès des plus déshérités. Engagé tout au long de sa vie il raconte ses missions au Kosovo, sa vision de la société actuelle et parle de sa foi...


28 novembre à 18h30
Cité des associations
93, la Canebière - Marseille 1er

Douce France

À l’occasion des trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, le collectif « Mémoires en marche » vous invite à la projection du film Douce France de Moghniss H. Abdallah :

3 décembre 2013
L’Alhambra
2, rue du Cinéma - Marseille 16e

18h30 : accueil. 19h : buffet.

La projection sera suivie d’un débat.

Réservation auprès de l’Alhambra : 04 91 46 02 83.

Sur les sentiers de l’intégration

Les Points d’Appui et d’accès aux droits des étrangers des Bouches-du-Rhône organise la projection du film Sur les sentiers de l’intégration de Valérie Casalta

Jeudi 12 décembre à 18h30
à Ancrages
42, boulevard d’Annam - Marseille 16e

Cette projection sera suivie d’un échange avec les acteurs de ce réseau sur cette expérience d’une politique territoriale en faveur de l’intégration et de la cohésion sociale.

Merci de bien vouloir confirmer votre participation auprès de Marie-Agnès Chaleas par mail : communication@ancrages.org ou par tél : 09 50 74 04 67.

Photo de classe

Photo de Classe débute à la rentrée 2012 à l’école Gustave Rouanet : dans la classe de Julie Noël, la plupart des élèves ont des parents ou grands-parents qui ne sont pas nés en France. (...)
Au début, les élèves ne savent pas grand-chose sur leurs origines ni sur les raisons de la venue de leur famille en France. Julie Noël met en place des ateliers pédagogiques : des séances d’enquête autour des drapeaux, des albums et des objets de famille... Dans les « débats philo », ils échangent sur le racisme, l’immigration, les symboles de la France. Au cours de l’atelier « langue », les enfants réalisent que leurs camarades parlent eux aussi une autre langue que le français à la maison.

Pour la pédopsychiatre Marie Rose Moro, qui signe ici pour la diversité à l’école, « faire enquêter les enfants sur les origines, leur histoire individuelle et leurs liens avec la grande histoire est un moyen de restaurer de la dignité, de la connaissance et de la reconnaissance. Cela permet aux enfants d’être fiers d’eux et crée un lien formidable dans l’école ».

Photo de classe
Webdocumentaire à voir sur photo-de-classe.org


La langue de Zahra

« J’ai vu, fascinée, une femme arrimée à sa langue de façon indéfectible. Une femme dévoilant une oralité transmise de génération en génération. Une langue charriant éloquence et poésie pour dire l’enfance bucolique, l’exil, la pauvreté… Cette langue, c’est l’ultime bagage que des milliers d’émigrants kabyles ont emporté avec eux… Une langue pour se construire un ailleurs qui ne soit pas que l’exil… »

Présentation et bande-annonce du film sur le site dédié

Projection suivie d’un débat avec la réalisatrice
Jeudi 27 mars 2014 à 18h00
Centre social Estaque Séon
323, rue Rabelais - Marseille 16e
Tél. : 04.91.09.17.80

Une projection-débat aura également lieu l’après-midi avec des classes du lycée Saint-Exupéry.


Cette rencontre s’inscrit dans le cycle LYCEE NORD, QUARTIERS NORD, HISTOIRE(S) ET AVENIR. Depuis l’année scolaire 2010/2011, le lycée Saint-Exupéry et ACT proposent de parler ensemble d’histoire, de culture, de réussite, de construction personnelle et collective dans les Quartiers Nord de Marseille.

A la mémoire d’Ibrahim Ali / Fruitvale Station

Le 21 février 1995, Ibrahim Ali, 17 ans, était assassiné par des colleurs d’affiches du Front national, aux Aygalades dans le 15e arrondissement de Marseille.

Ses proches et la Ligue des Droits de l’Homme seront présents pour évoquer sa mémoire avant la projection d’un film américain qui raconte une histoire inspirée de faits réels qui fait écho à la mort de Ibrahim Ali.

Fruitvale Station
Un film de Ryan Coogler (États-Unis. 2013. 1h25)
avec Michael B. Jordan, Mélonie Diaz
Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, San Francisco. Le film raconte les vingt quatre heures qui ont précédé cette rencontre.

Projection le vendredi 21 février à 20h30
L’Alhambra
2, rue du Cinéma - Marseille 16e

Tiers-paysage

Réalisé avec une famille tsigane vivant dans un bidonville à Montpellier, Tiers-paysage interroge le lieu des marges et ses habitants. Au travers des saisons se déroule le quotidien de cette famille, entre la ferraille, la mendicité, les allers-retours en Roumanie, les moments d’inquiétude et les moments de joie. Trois générations de femmes qui cohabitent dans ces cabanes précaires tissent le fil de leurs histoires alors que, derrière elles, les grues étendent l’emprise de la ville.

« Tiers paysage renvoie à tiers-état (et non à tiers-monde). Espace n’exprimant ni le pouvoir ni la soumission au pouvoir. »
— Gilles Clément, Manifeste du tiers paysage. 

Tiers-paysage
Documentaire de Naïs Van Laer
Les films de l’arrosoir
2012

Dossier de présentation en téléchargement


J’ai une gueule d’industrie… et alors !?

« Plus Belles les Luttes » termine son travail sur la popularisation des luttes sociales dans les Bouches du Rhône et partout en France par la création d’un Festival du film documentaire sur les luttes et par extension sur la mémoire ouvrière.

Télécharger le programme complet


MARDI 6 MAI AU CINÉMA JEAN RENOIR

- 18h : projection du documentaire « Les Quais » de Denis Gherrbrant issu de la collection « République Marseille », qui évoque l’histoire d’un docker, en présence du réalisateur. Débat et buffet.

- 20h30 : « De mémoires d’ouvriers » de Gilles Perret.

MERCREDI 7 : SOIRÉE INAUGURALE, SALLE DU GRÈS

- 18h : inauguration officielle.

- 19h : documentaire « Le port autonome en construction » de Daniel Absil.

- 19h45 : apéritif dînatoire.

- 21h : carte blanche à l’association Ciné-Archives.

1936 de Jacques Lemare

1968 du collectif Dynadia

LIP réalisé par la lutte

1973 d’Alain Dhouailly

JEUDI 8 : JOURNÉE CNR

- 13h : apéritif hommage au CNR et repas républicain (participation : 10 euros).

- 16h30 : conférence de Michel Etievent sur Ambroise Croizat.

- 20h : conférence-film autour du CNR avec « Les jours heureux » de Gilles Perret.

VENDREDI 9 : JOURNÉE DE LA NAVALE

- 10h : conférence autour du livre « Deux siècles de réparation navale à Marseille » de Xavier Daumalin et Jean Domenichino.

- 14h30 : films sur la construction navale à Port-de-Bouc avec débat sur les chantiers en présence de René Giorgetti et d’anciens des chantiers.

- 18h30 : spectacle avec la chanteuse Cathy Lecoq sur des textes des femmes des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer.

- 19h15 : documentaire « De barres de fer, nos hommes ont fait des navires » de Bernard Boespflug.

- 21h : documentaire « L’ascenseur » de Lucien Bagnoli et Jean-Paul Leroy évoquant la bataille des chantiers navals de La Ciotat.

SAMEDI 10 : SPÉCIALE SIDÉRURGIE

- 9h30 : rencontre radiophonique autour des archives de la radio « Lorraine cœur d’acier ». Avec Pierre Baron, Raphaël Mouterde et Frédéric Rouziès, réalisateurs.

- 14h : documentaire « Lorraine cœur d’acier » en présence d’Alban Poirier, co-réalisateur.

- 17h : « Des hommes de fer » en présence d’Anais et Olivier Spiro, réalisateurs.

- 21h : « Florange dernier carré » avec le réalisateur Tristan Thill et des salariés de Florange.

- 22h30 : en avant-première « La désindustrialisation n’aura pas lieu » de Tristan Thill.

DIMANCHE 11 : CONVERGENCE DES LUTTES

- 9h30 : spéciale Fralib en présence notamment d’Hélène Lecacheux, co-auteure du livre « Avec les Fralib, de la résistance à l’alternative ». Inédit : deux petits films de Claude Hirsch sur la fabrication de 5000 boîtes d’infusion.

- 14h30 : « La stratégie des anchois » de Bernard Boesplug sur la lutte des Nestlé.

- 17h : « Misère 104 » de Plus Belles les Luttes sur la fermeture d’Azur Chimie, dernière usine de Port-de-Bouc.

- 20h30 : « La saga des Contis » en présence du réalisateur Jérôme Palteau et de Xavier Mathieu, syndicaliste.

Ciné plein air 2014

19e édition et 32 projections gratuites à la tombée de la nuit, avec notamment Né quelque part, Wadjda, 30° couleur, mais aussi des courts-métrages inédits.

Programme sur le site de l’association Tilt


Ciné plein air est produit par Tilt, en partenariat avec les Archives et Bibliothèque départementales Gaston-Defferre, la mairie des 2e/3e arrondissements de Marseille, les musées de Marseille, le Château Borély, le musée des Arts décoratifs et de la mode, le musée d’Histoire de Marseille, le centre social La Capelette, la mairie des 13e/14e arrondissements, l’Association de Promotion de l’Espace culturel Busserine, le centre social Bois Lemaître-Les Lierres, le Centre social Sainte-Élisabeth et l’ADDAP 13.

Chroniques d’une cour de récré

L’association Aflam propose depuis février 2012 « les écrans d’AFLAM » : une séance mensuelle, projection d’oeuvres récentes, fictions ou documentaires afin de montrer la vivacité des cinémas arabes.

Mardi 15 juillet 2014
Théâtre Silvain - Marseille

20h30 : concert de Bambara Groove

22h : projection de Chroniques d’une cour de récré de Brahim Fritah


Présentation sur le site de l’AFLAM.

De mémoire d’eux… expériences d’éducation populaire

La Maison des jeunes et de la culture de Martigues présentait en 2009 un premier double DVD intitulé « De mémoire d’eux… une histoire de l’éducation populaire », deux documentaires retrançant l’histoire de l’éducation populaire et de la MJC de Martigues en deux périodes 1940-1964 et 1964-1984. Voici aujourd’hui la suite « De mémoire d’eux… expériences d’éducation populaire ».

DVD disponibles auprès de la MJC de Martigues (10€ le double DVD, 15€ les deux double DVD)
Boulevard Émile Zola - 13500 Martigues
04 42 07 05 36 - mjc.martigues@wanadoo.fr

Extraits disponibles sur le site de la MJC.


Mohammad sauvé des eaux

Mohammad Fathy a vécu toute sa vie près du Nil. Il était aussi malade que le fleuve est pollué. Il souffrait comme beaucoup d’autres Égyptiens d’insuffisance rénale. Ce film raconte l’histoire de Mohammad, de son vivant et après sa mort, et de son refus d’acheter un rein à un pauvre « donneur ». Il questionne le rapport au corps, à la tradition, à la famille, à la religion. Il parle aussi de la cicatrisation et de la survie, dans le contexte d’une Égypte qui mène sa révolution précisément au nom du respect de la dignité humaine.

Mohammad sauvé des eaux
Le film de la rentrée d’AFLAM
Jeudi 11 septembre à 9h30, 14h et 19h
Maison de la Région - la Canebière
Marseille 1er


Safaa Fathy est née à Al Minya en Égypte en 1958. Elle a obtenu un doctorat de l’université de Paris IV Sorbonne en 1993. Elle est actuellement directrice de programme au Collège International de Philosophie. Elle est poète, cinéaste et essayiste. Ses principaux films sont : D’ailleurs Derrida (2000), un film-poème, Nom à la mer (2004) et un film in progress Tahrir lève, lève la voix (2012).

Vivre au paradis

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement, avec femmes et enfants, à Paris contre le couvre feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, préfet de police de Paris. Ils défendaient par cette action leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit fondamental des peuples à disposer d’eux‐mêmes. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrême des forces de police.

La France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans les guerres coloniales qu’elle a menées — en particulier la Guerre d’Algérie — pas plus que dans le cortège de drames et d’horreurs qu’elles ont entraînés, comme ce crime d’État que constitue le 17 octobre 1961. Il y a une continuité évidente dans les luttes anti-coloniales de cette époque là et les luttes actuelles de l’immigration : c’est le combat pour l’égalité des droits dans tous les domaines.

17 octobre 2014 à l’Alhambra (2, rue du Cinéma - Marseille 16e), projection de
Vivre au paradis
Un film de Bourlem Guerdjou, avec Roschdy Zem, Fadila Belkebla, Farida Rahouadj
Accueil/apéro à partir de 18h30

Réservation : 04 91 03 84 66.

La force noire

Le 18 octobre sera projeté La force noire de Éric Deroo et Antoine Champeaux avec la voix de Jacques Perrin. Un hommage solennel rendu aux milliers de soldats africains qui ont combattu pour le drapeau tricolore. Plus d’un siècle d’une histoire de gloire, de sang, d’abnégation et de fraternité.

La force noire
Samedi 18 octobre 2014 à 15h
Maison de la région - 61, la Canebière - Marseille 1er

Suivi d’une rencontre-débat avec Grégoire Georges-Picot, historien et membre du groupe Marat.


Les Poilus d’ailleurs

Le film documentaire de Mehdi Lallaoui restitue à l’aide d’archives audiovisuelles l’histoire et le rôle majeur des dizaines de milliers de coloniaux issus de l’Empire et de volontaires étrangers venus combattre sous le drapeau français pendant la Grande guerre. Au travers d’interviews, il explique les conditions de leur recrutement et leur arrivée, qu’ils soient soldats ou travailleurs.

Il y a les célèbres tirailleurs, davantage africains qu’uniquement sénégalais, les Algériens, Marocains et autres Tunisiens, les Indochinois, les Somalis, les Malgaches et les travailleurs chinois. Mehdi Lallaoui n’oublie pas les Réunionnais, Antillais, Guyanais, Kanaks et Tahitiens qui furent aussi mobilisés. En tout, près de 700 000 noirs, jaunes, basanés et autres « gueules de métèque », sans compter les « non coloniaux » : Juifs, Arméniens, Portugais, Espagnols, Italiens… qui participèrent aux combats.

Le film les recense de manière quasi exhaustive et nous fait découvrir des témoignages filmés encore jamais utilisés que Mehdi Lallaoui a réalisés en 1998, avant que les anciens combattants concernés ne quittent ce monde.

Plus qu’un hommage, cette oeuvre constitue une riche contribution à la connaissance que nous n’avons pas de ces hommes venus de tous les coins du monde, de gré ou de force, pour soutenir, contre la Triple Alliance de 1914 le pays qui les avait colonisés.



Mardi 18 novembre 2014 à 18h30

Cité des Associations
93, la Canebière
13001 Marseille


Mercredi 19 novembre 2014 de 14h à 17h

Archives et Bibliothèque Départementales Gaston Defferre
20, rue Mirès
13003 Marseille

Projections suivies d’une rencontre avec le réalisateur

En savoir plus sur Mehdi Lallaoui

Entrée libre sous réserve des places disponibles

Manifestation proposée par Approches Cultures et Territoires, le Réseau pour l’Immigration et la Mémoire des Immigrations et des Territoires et l’association Au Nom de la Mémoire

Bulles d’exil

La bande dessinée, art séquentiel, se nourrit d’histoires : celles d’artistes d’origine libanaise, vietnamienne, italienne, algérienne ou argentine venus vivre et travailler en France ou celles d’auteurs témoins de l’Histoire planétaire des migrations. Entre les cases s’esquissent les récits intimes, universels et poétiques de leurs trajectoires humaines et créatrices.

Leurs dessins sont plus que des traits, ils dévoilent les portraits sensibles d’hommes et de femmes qui parviennent encore à s’étonner, à s’interroger et à nous entraîner vers l’essentiel : les mouvements de la vie…

Un film de Vincent Marie et Antoine Chosso.
Avec Enki Bilal, Zeina Abirached, Shaun Tan, Aurelia Aurita, Halim Mahmoudi, Farid Boudjellal, Baru, Clement Baloup, Jose Muñoz, Baudoin.


 

Vendredi 21 novembre à 20h30
Entrée libre

Maison des Jeunes et de la Culture de Martigues
Boulevard Emile Zola
13500 Martigues

Projection (52’) suivie d’un débat-dessiné avec Vincent Marie, et les dessinateurs Clément Baloup et Halim Mahmoudi.

Une soirée en partenariat avec RESF Ouest Étang de Berre et L’Alinéa, en introduction à l’atelier « La BD d’ailleurs » du samedi 22 novembre à 14h30.

Retrouvez la bande-annonce du film sur le site de Bulles d’exil

Se battre

Ce n’est pas un film sur la précarité ou la pauvreté. Le film Se Battre de Jean Pierre Duret et Andrea Santana est un film fait avec des êtres qui traversent cette précarité dans la banalité du quotidien, du chômage, de la survie ou du travail mal payé. Ils sont le paysage à découvrir avec leur vitalité, leur détermination à vivre, leur culture de résistance. En effet, ce n’est pas parce qu’on est pauvre, qu’on est dénué de parole, de rêves, de sentiments, ou qu’on n’est pas dépositaire de mémoire et d’envie de transmettre à ses enfants l’idée d’un monde meilleur.

Nous sommes en train d’accepter petit à petit en France l’idée d’une société à deux vitesses, entre ceux qui ont plus au moins, et ceux qui n’ont plus. Mais être pauvre aujourd’hui chez nous, c’est aussi ne plus être entendu, ne plus être vu ou regardé, c’est se cacher, se taire, et subir un vrai racisme social. Tous ces mots par lesquels on les stigmatise, assistés, déclassés, et tant d’autres qui font mal, provoquent ainsi chez eux un sentiment de culpabilité, tout en les séparant de plus en plus de nous.

Filmer, c’est prendre soin de l’autre. Chacun de nous construit sa vie en se confrontant aux regards des autres. Si ce regard n’existe plus, la vie s’arrête.


Projection-débat
Amis de l’Humanité avec l’Union locale CGT et le Secours Populaire

Mardi 2 décembre 2014 à 20h

Cercle de l’Harmonie
12, cours Beaumont - Aubagne

Retrouvez toutes les infos sur le site officiel du film.

Un film de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana
Production AGAT Films & Cie -2014 – documentaire – 1h30

La République à l’école des quartiers populaires - Parents entre relégation, lutte et dignité

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Prochaine projection jeudi 12 février 2015 à 20h00
Association Changer d’Ère
4, rue du Soldat Bellon - 83400 HYERES LES PALMIERS

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : soraya.arab(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat (Marseille)
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine (Marseille)
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA (Marseille)
  • 27 février 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug (Marseille)
  • 26 février 2015 - Maison de la Région (Marseille)
  • 21 avril 2015 - Equitable café (Marseille)


Bébé Tigre

Bébé Tigre, c’est Many, 17 ans. Il vit en France depuis deux ans et mène la vie d’un adolescent comme les autres, partageant son temps entre les cours, ses copains et sa petite amie. Mais les responsabilités que ses parents restés en Inde et qui se sont lourdement endettés pour le faire venir dans l’Hexagone, via un réseau plus ou moins légal, lui ont confiées vont l’obliger à se mettre en danger…

A partir du 14 janvier 2015 au cinéma


Cyprien Vial est diplômé de la section réalisation de La fémis.
Il a réalisé quatre courts métrages parmi lesquels Dans le rang, primé à la Quinzaine des Réalisateurs en 2006.
Bébé Tigre est son premier long métrage.

Bande-annonce sur le site de Haut & Court

Page Facebook du film

Dossier de presse en téléchargement

Le film Bébé Tigre a reçu le Prix du Jury - Meilleur Film au Festival international du Film de St-Jean-de-Luz.

Au seuil du commun

Dans le cadre d’une tournée organisée par l’Union Peuple & Culture, Peuple & Culture Marseille propose deux soirées de projections, co-construites avec Federico Rossin, critique et historien du cinéma.

 

Au Polygone Étoilé (1, rue Massabo - Marseille 2e) :

Vendredi 6 février 2015 à 19h00 

La Reprise du Travail aux Usines Wonder
Par les Élèves de l’IDHEC (France,1968, 9’) 
Torre Bela
De Thomas Harlan (Portugal, 1977, 87’) 

Samedi 7 février 2015 18h00

Iranien
De Mehran Tamadon (France, Iran, Suisse, 2014, 105’) 
21h30 : Le coeur battant
De Roberto Minervini (États-unis, Belgique, Italie, 2013, 101’) 

Restauration proposée sur place entre les deux films le samedi. Entrée libre.

Ces soirées seront suivies par un rendez-vous informel le dimanche 8 février à 11h30 dans les bureaux de l’association pour échanger sur cette programmation.

Plus d’informations sur le site de Peuple & Culture Marseille.

La République à l’école des quartiers populaires - Parents entre relégation, lutte et dignité

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Vendredi 13 mars 2015 à 18h00
Association Passerelle Tey ak euleug
La Bengale 29, rue Farinière - 13009 Marseille

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : soraya.arab(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA
  • 26 février 2015 - Maison de la Région
  • 13 mars 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 21 avril 2015 - Equitable café


La République à l’école des quartiers populaires - Parents entre relégation, lutte et dignité

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Lundi 16 février 2015 à 14h00
Maison des Familles et des
Associations
Avenue Salvador Allende
13014 Marseille

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : soraya.arab(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA
  • 26 février 2015 - Maison de la Région
  • 13 mars 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 21 avril 2015 - Equitable café


La République à l’école des quartiers populaires - Parents entre relégation, lutte et dignité

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Jeudi 26 février 2015 à 18h30
Maison de la Région

61, la Canebière
13001 Marseille

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : soraya.arab(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA
  • 26 février 2015 - Maison de la Région
  • 13 mars 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 21 avril 2015 - Equitable café


Paroles d’égalité - La République à l’école des quartiers populaires

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Mardi 21 avril 2015 à 19h30
L’Équitable Café

54, Cours Julien
13006 Marseille

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : soraya.arab(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA
  • 26 février 2015 - Maison de la Région
  • 13 mars 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 31 mars 2015 - Théâtre de la Mer
  • 21 avril 2015 - Equitable café


C’est ici que je vis

Catalogne, Pays Basque, Bretagne, Écosse, Irlande du Nord, Italie du Sud… Roms, Pomaks, Sames, Occitans, Corses… Partout en Europe, des minorités manifestent leur volonté de défendre leur spécificité. Plus ou moins farouchement. Dans les urnes ou dans la rue.

Mais cela se traduit-il sur les écrans ? Et comment ? Le cinéma est-il lui-même tenté de jouer un rôle actif dans ces mouvements, en produisant, par exemple, des films dans des langues « régionales » ? Prend-il parti lorsqu’il évoque les grands conflits des cultures minoritaires avec les pouvoirs centraux ? Se préoccupe-t-il de rendre compte des menaces et de la stigmatisation qui pèsent sur certaines cultures marginalisées ? Toutes ces questions sont centrales aux treize films projetés du 14 au 29 mars au Mucem.


C’est ici que je vis : le cinéma face aux minorités nationales et linguistiques en Europe
Du 14 au 29 mars 2015

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
(Auditorium Germaine-Tillon)
Esplanade du J4 - Marseille 2e

Télécharger le programme.

Mémoires tsiganes, l’autre génocide

Ce documentaire raconte l’histoire de la persécution des Tsiganes par les nazis et leurs alliés, d’un bout à l’autre de l’Europe. À partir du témoignage des derniers survivants et d’images d’archives, pour la plupart inédites, le film identifie les architectes du génocide, parcourt les territoires de l’extermination et décrypte le long processus d’anéantissement de l’une des plus vieilles nations d’Europe et ses répercutions aujourd’hui.

Projection suivie d’un débat-table ronde, avec la co-réalisatrice Idit Bloch, Gigi Bonin, président de l’association des Fils et Filles d’Internés du Camp de Saliers, Alain Fourest de l’association Rencontres tsiganes, Caroline Godard, responsable du Centre de ressources et de documentation de Rencontres Tsiganes.


Mémoires tsiganes, l’autre génocide
Réalisé par Juliette Jourdan et Idit Bloch (70 mn, 2011)

Samedi 28 mars à 14h30
Maison de la Région
61, la Canebière
13001 Marseille

Dans le cadre de l’exposition en mars « Mémoire pour demain. Génocides, mécanismes du pire et résistances au XXème siècle. Comprendre hier pour mieux vivre ensemble demain »

Les gracieuses

Les Gracieuses : Myriam, Sihem, Khadija, Kenza, Rokia et Leïla. Six copines qui se connaissent depuis l’enfance et ne se sont jamais quittées. Elles vivent dans la même cité HLM de la région parisienne qui les a vues grandir. Six jeunes femmes entre 21 et 28 ans, fières et indépendantes, qui veulent qu’on les accepte avec leurs paradoxes et revendiquent le droit à la singularité.

Filmant au quotidien leur amitié aussi généreuse qu’exigeante, la réalisatrice – qui est aussi la tante de l’une d’entre elles – nous fait partager leur vision de la religion, des relations hommes/femmes, de la politique, du travail, de la sexualité. Et dès que l’on croit tenir un stéréotype, elles le font voler en éclats.

Un regard sur la banlieue. Avec le sourire.


Vendredi 3 avril 2015 à 18h30
Cinéma le Bourguet
7 Place du Bourguet
04300 Forcalquier

Fatima Sissani

C’est en Algérie qu’elle est née et en France qu’elle vit depuis l’âge de 6 ans. Après avoir obtenu un DEA de droit, elle bifurque vers le journalisme. Elle débute avec Radio Zinzine, une radio libre qui vient de fêter ses quarante ans ; d’abord une émission régulière avec le magazine Que Choisir, ensuite avec Le Monde diplomatique. Entre les deux, de nombreuses interviews, des reportages…

Elle réalise ensuite quelques documentaires et portraits pour France culture. Parallèlement et depuis huit ans, elle est journaliste pour un magazine municipal. Elle réalise en 2011 son premier documentaire La langue de Zahra.

Fatima Sissani travaille beaucoup autour de l’exil : “Finalement, l’essentiel de mon travail tourne au­tour de l’immigration, de l’exil. L’exil en réalité m’obsède, me fascine, pour tout dire me colle à la peau et finit toujours par revenir par une petite porte. Cette fois c’est ma mère qui l’a poussée. Je l’ai laissée s’y engouffrer car je savais que le moment était venu de l’interroger sur ces morceaux de vie que je n’ai pas trouvé le moment ou peut-être l’audace de questionner.”

Rencontre organisée par l’association féministe Agathe, Armoise et Salmandre.

Réalisation Fatima Sissani / Image Olga Widmer / Son Maissoun Zeineddine, Marie-Clotilde Chery / Montage Giuliano Papacchioli / Coproduction 24 Images, Girelle Production, BIP TV et TV Tours Val de Loire.

Soirée en l’honneur des Chibaniates et Chibanis

Le Collectif Mémoires en Marche organise une soirée en l’honneur des « Chibaniates » et des « Chibanis » :


Samedi 18 avril 2015 à 16h30
Cinéma L’Alhambra
2, rue du Cinéma - Marseille 16e

Au programme : 

  • Projection du film Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés
  • Débat avec le public et des témoignages en présence du réalisateur Rachid Oujdi
  • Une exposition de photographies d’Abed Abidat (Images plurielles)
  • Une intervention musicale et théâtrale
  • Une assiette composée

Ils s’appellent Abdallah, Ahmou, Mohamed, Ramdane, Salah, Sebti, Tahar. Ils sont venus d’Algérie, entre 1951 et 1971, seuls, pour travailler en France. Ils prévoyaient, un jour, de repartir au Pays. Les années se sont écoulées, ils sont maintenant retraités. Ils sont toujours là.

Ils ont migré d’une rive à l’autre de la Méditerranée sans mesurer vraiment la rupture que cela allait provoquer. Pas complètement d’ici, plus vraiment de là-bas, après une vie professionnelle décousue, une vie familiale déchirée, ils viennent finir leurs vieux jours à Marseille, seuls. D’ici, le pays natal n’est pas loin, la nostalgie disparaît peu à peu.

À travers leurs témoignages, on comprend pourquoi « le retour au Bled » n’a pas pu se faire comme ils l’avaient, initialement, prévu.

Filmés avec douceur et tendresse, ces Chibanis sont à la fois lumineux et beaux, drôles et attachants.

Film documentaire de Rachid Oujdi (France / 2014-52’)
Une Coproduction Comic Strip Production et France Télévisions
Musique originale : « Origines Contrôlées », Mouss et Hakim (du groupe Zebda)

Tarif : 8,00 Euros
Réservation fortement conseillée
Tél. : 09 80 65 76 33 ou mail : memoiresenmarche[@]gmail.com

La ville est tranquille

Il fait beau sur Marseille, on est en l’an 2000, la ville a l’air tranquille… mais c’est loin d’être le cas. L’histoire démarre sur l’assassinat haineux d’Ibrahim Ali par des colleurs d’affiches du FN, donnant ainsi toute la mesure de ce film sombre et violent. Une violence sociale prégnante où les personnages qui vivent des histoires singulières et enchevêtrés nous éloignent des clichés habituels de notre ville et dévoilent de nombreuses frontières sociales : Michèle l’ouvrière à la criée qui cherchent à sauver sa fille de la toxicomanie ; Paul qui trahit ses camarades dockers ; Abderamane transformé par la prison qui veut aider ses frères ; Claude qui se rapproche des militants Front National ; Viviane, la musicienne qui évolue dans le milieu bourgeois socialiste … une suite de portraits forts et vibrants qui font tomber les masques et les lieux communs marseillais. Magnifique !

Projection débat dans le cadre du Ciné Solidaires : La ville est tranquille, un film de Robert Guédiguian, 2001.

Vendredi 17 avril à 19h
Solidaires 13
29 bd Longchamp

13001 Marseille

Cette rencontre a lieu dans le cadre du cycle MarseilleS, des frontières dans la ville organisé par Solidaires 13.

La projection est suivie d’un débat et d’un apéro dînatoire.

Riz Amer

Pointe Sud Productions avec la participation de France Télévisions vous présentent Riz Amer, documentaire réalisé par Alain Lewkowicz et Pierre Daum.

Entre 1939 et 1940, 20 000 travailleurs indochinois furent enrôlés de force par l’administration coloniale pour aider la « Mère Patrie » en danger. En 1941, alors que le risque de pénurie alimentaire gagnait la France, plusieurs centaines d’entre eux furent envoyés en Camargue pour produire « l’or blanc », le riz qui devait nourrir la France et faire la fortune des grandes familles arlésiennes. Pourquoi cet épisode de l’Histoire est-il tombé dans l’oubli ? Le film de Pierre Daum et Alain Lewkowicz exhume ce passé avec les témoins d’aujourd’hui, des archives inédites, et lève un voile sur ce dossier enterré de l’époque vichyste.

Le film sera aussi diffusé sur France 3 Languedoc-Roussillon le samedi 16 mai 2015 à 15h20.


Avant-Première du documentaire "Riz Amer"

Mardi 12 mai 2015 à 19h30
Cinéma Le Méjan
Place Nina-Berberova
13200 Arles
Contact & Inscription : Danièle Mutel / 04 67 20 30 65 ou daniele.mutel[@]francetv.fr

Toutes les infos sur le site du PRIMI, pôle transmédia Méditerranée

Projection plein air : Paroles d’égalité - La République à l’école des quartiers populaires

Égalité, ségrégation, ghetto, stigmatisation, parentalité, éducation
prioritaire... Partagés entre l’auto-censure et l’ouverture du champ des possibles, des parents d’élèves des quartiers Nord de Marseille prennent la parole et nous confient leurs espoirs, craintes, désillusions et attentes vis à vis de l’école de la république.

Projection en plein air, précédée d’un repas collectif le :

Jeudi 23 juillet 2015 à partir de 20h
Stade de football de la Rouguière
28 Allée de la Rouguière
13011 Marseille

La projection sera suivie d’un débat.

Ce film est le second volet documentaire d’ACT en matière d’éducation après Le chant des possibles. Vivre et grandir au lycée Nord.

Pour toute projection publique ou dans le cadre d’une formation, merci de nous contacter :

Approches Cultures & Territoires (ACT)
Tél : 04 91 63 59 88 Mél : formations(at)approches.fr

Calendrier des projections du film :

  • 21 novembre 2014 - Lycée Saint-Exupéry (1ère projection publique)
  • 29 janvier 2015 - Ciné-club Casa Consolat
  • 30 janvier 2015 - Centre social du Grand Saint-Antoine
  • 12 février 2015 - Association Changer d’ère (Hyères)
  • 16 février 2015 - Maison des Familles et des Associations MFA
  • 26 février 2015 - Maison de la Région
  • 13 mars 2015 - Association Passerelle Tey ak euleug
  • 31 mars 2015 - Théâtre de la Mer
  • 21 avril 2015 - Equitable café
  • 19 juin 2015 - Solidaires 13
  • 23 juillet 2015 - CS Rouguière


Souvenirs d’un futur radieux

"Souvenirs d’un futur radieux" est l’histoire croisée de deux bidonvilles qui se sont construits, à 40 ans d’intervalle, sur un même territoire, hors la ville. À Massy, dans la banlieue sud de Paris, nous habitions un bidonville par temps de croissance, de plein emploi et d’avenir prometteur. C’étaient les années 60. Ils vivent dans un taudis dans un climat de crise, de chômage et d’exclusion. Nous sommes au début des années 2000. Ils viennent d’une région rurale où il n’y pas de travail, où ils n’ont pas de terre. Pour la plupart ce sont des Roms, ils portent une lourde histoire. Ils fuient un pays où ils sont rejetés. Nous avions fui une société quasi-féodale, une dictature héritée de l’inquisition. Notre bidonville était peuplé de paysans pour la plupart analphabètes qui venaient de villages enclavés depuis des siècles. Nous venions du Portugal, ils viennent de Roumanie.
Les regards croisés sur ces deux immigrations, traversés par des actualités des Trente Glorieuses et des années 2000, nous interrogent sur notre hospitalité, sur le traitement infligé par la France à ses étrangers, esquissent une mémoire commune des bidonvilles et témoignent que l’immigration est une histoire. L’histoire de gens luttant pour sortir de la misère, et persévérant, malgré les discriminations, dans leur combat pour la reconnaissance.

Vendredi 26 juin 2015 à 19h
Maison de la Région
61, la Canebière
13001 Marseille
Projection organisée par Rencontres Tsiganes


Souvenirs d’un futur radieux
Un film de José Vieira Martins
2014 - France - 90 minutes - /


Auteur-Réalisateur : José Vieira Martins


Production / Diffusion : Zeugma films



Distinction(s) :

2014 : États généraux du film documentaire - Lussas (France) - Sélection Expériences du regard

Le prêtre et la solidarité

André Pinatel, prêtre-ouvrier, petit homme discret, soutient pendant des années, par sa présence et ses conseils, acteurs et actrices de la solidarité au Secours populaire. Né en 1917 à Marseille, il raconte ses souvenirs, la guerre, comment il est devenu prêtre et pourquoi il a quitté l’Église traditionnelle. Fondateur d’Emmaüs à Marseille il fait le choix de vivre dans les bidonvilles auprès des plus déshérités. Engagé tout au long de sa vie il parle de sa vision de la société et de sa foi...

Projection du film-documentaire de Charlotte Ramette - 2013 - France - durée : 1h07 - VOF.

Débat animé par l’association ACT.









Jeudi 12 novembre 2015 à 18h30

Cinéma Les Variétés
37, rue Vincent Scotto
13001 Marseille

+ d’infos sur le site du cinéma les Variétés

1965-2015 - 50° anniversaire de la reprise des prêtres-ouvriers


C’est un vote unanime des évêques français, avec l’accord du pape Paul VI, le 28 octobre 1965, lors de la dernière session du concile de Vatican II (1962-1966), qui a relancé des prêtres au travail salarié après le coup d’arrêt imposé par le pape Pie XII, le 1er mars 1954. Rapidement leur nombre dépassa toutes les prévisions et approcha le millier. Du fait de l’évolution récente des entreprises et de l’économie, les prêtres-ouvriers ont dû diversifier leurs insertions professionnelles, et ils ont cessé d’exercer uniquement des métiers manuels. Syndiqués pour la très grande majorité, ils assument souvent des responsabilités au sein de leurs entreprises ou de leur profession. Du fait de leur âge, la majorité d’entre eux ont dû cesser leur activité professionnelle pour s’investir dans des associations. Les prêtres plus jeunes, bien moins nombreux, tendent à orienter leur action en faveur des victimes de l’exclusion sociale. Tous continuent à partager les conditions de vie de la classe ouvrière et des gens du peuple.

Dans le cadre de la 3e biennale du Réseau HMIT, deux événements sont organisés au Cinéma les Variétés pour faire mémoire de cette histoire souvent mal connue du grand public :


Exposition : Les Invisibles, portraits de prêtres-ouvriers

Vernissage et débat : Mardi 10 novembre à 18h30
Ouverte du 10 au 15 novembre 2015 de 13h00 à minuit
Entrée libre


Projection du film : Le prêtre et la solidarité

Témoignage d’André Pinatel
Le jeudi 12 novembre 2015 à 18h30
Entrée libre dans la limite des 125 places disponibles

Qui a tué Ali Ziri ?

Le 11 juin 2009, Ali Ziri, 69 ans, est interpellé par la police nationale d’Argenteuil, lors d’un contrôle routier. Il quitte le commissariat dans le coma et décède à l’hôpital deux jours plus tard. L’explication donnée par la police et le procureur est : « décès suite à une malformation cardiaque ». Le juge d’instruction classe l’affaire sans suite. Un collectif d’habitants d’Argenteuil, Vérité et justice pour Ali Ziri exige une contre expertise. L’autopsie révèle 27 hématomes et la mort par asphyxie suite à l’utilisation de la technique du pliage, interdite depuis 2003. Malheureusement un tel cas n’est pas isolé en France. Chaque année, on relève 10 à 15 cas de décès à la suite de violences policières.

Comme dans le cas d’Ali Ziri, la justice balaye ces affaires en prononçant des non-lieux, innocentant les policiers qui restent en fonction. La sortie du film documentaire de Luc Decaster permettra au collectif « Justice et Vérité pour Ali Ziri » de relancer l’affaire afin de faire éclater la vérité et créer ainsi un précédent qui permettra à d’autres affaires de crimes racistes et sécuritaires de revenir devant les juridictions. C’est dans cette optique que le Front Uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP – Sud) vous convie à une projection du film suivie d’un débat en présence du réalisateur et de Omar Slaouti, porte parole du Collectif.


Vendredi 22 janvier 2016 à 18h30
CRDP
31, boulevard d’Athènes
13001 Marseille

« Qui à tué Ali Ziri ? », film de Luc Decaster en présence du réalisateur et de Omar Slaouti, porte-parole du Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri

Séance le lendemain samedi 23 janvier à Port-de-Bouc

Les Gracieuses

Six jeunes femmes. Proches de la trentaine. Elles sont nées dans le même immeuble de la cité des Mordacs à Champigny-sur-Marne, banlieue ouest. Elles ne se sont pas quittées depuis l’enfance. Une relation fusionnelle. Elles racontent, joyeuses et à toute vitesse, cette amitié presque amoureuse et aussi l’identité, les rapports de classe, la relégation spatiale, sociale… À travers le portrait d’une bande de copines, drôles, joyeuses, énergiques mais aussi lucides et émouvantes, voici un regard juste sur la banlieue qui s’éloigne des clichés habituels.

Les Gracieuses
Un film documentaire de Fatima Sissani (France/2014-1h19)
2e long métrage documentaire de la réalisatrice après La langue de Zahra.
Production : 24 images, Girelle Production / Image : Olga Widmer /
Montage : Giuliano Papacchioli / Son : M-C. Chery & M. Zeineddine


Séance spéciale suivie d’un débat en présence de la réalisatrice

Jeudi 3 mars 2016 à 17h
Bibliothèque de l’Alcazar
58, cours Belsunce
13001 Marseille

Entrèe libre

Fatima Sissani

Née en Algérie en 1970 et vivant en France depuis l’âge de 6 ans, Fatima Sissani s’oriente vers le journalisme après un DEA de droit. Elle fait ses armes à Radio Zinzine, au magazine Que Choisir, puis au Monde Diplomatique, en réalisant de nombreux reportages. Elle tourne ensuite plusieurs documentaires et portraits radiographiques pour France Culture. La Langue de Zahra, son premier long métrage, s’intéresse à l’immigration et l’exil, à travers le portrait de sa mère. En 2014, elle signe avec Les Gracieuses son second long métrage documentaire.

Rue Pass Pass

Cette projection-débat est programmée dans le cadre du projet Des traces au patrimoine : travailler, habiter à l’Estaque, exposition-dossier visible jusqu’au 31 janvier 2016 au musée d’Histoire de Marseille.

Le film est une rencontre avec les habitants de l’ancien îlot Pasteur à l’Estaque. Ils vont être relogés et expriment leur sentiment général : "On ne regrette pas... Ça nous arrache le cœur."

Projection du film documentaire « Rue Pass Pass  » d’Olivier Lucas et Nasser Amri
, au cinéma l’Alhambra. 


Vendredi 15 janvier 2016 à 20h00

L’Alhambra 

2, rue du cinéma

13016 Marseille

Avec le soutien de la Mairie des 15°/16° arrondissements de Marseille. 


Les Gracieuses, projection et débat avec la réalisatrice Fatima Sissani

Six jeunes femmes. Proches de la trentaine. Elles sont nées dans le même immeuble de la cité des Mordacs à Champigny-sur-Marne, banlieue ouest. Elles ne se sont pas quittées depuis l’enfance. Une relation fusionnelle. Elles racontent, joyeuses et à toute vitesse, cette amitié presque amoureuse et aussi l’identité, les rapports de classe, la relégation spatiale, sociale… À travers le portrait d’une bande de copines, drôles, joyeuses, énergiques mais aussi lucides et émouvantes, voici un regard juste sur la banlieue qui s’éloigne des clichés habituels.

Fatima Sissani
Née en Algérie en 1970 et vivant en France depuis l’âge de 6 ans, Fatima Sissani s’oriente vers le journalisme après un DEA de droit. Elle fait ses armes à Radio Zinzine, au magazine Que Choisir, puis au Monde Diplomatique, en réalisant de nombreux reportages. Elle tourne ensuite plusieurs documentaires et portraits radiographiques pour France Culture. La Langue de Zahra, son premier long métrage, s’intéresse à l’immigration et l’exil, à travers le portrait de sa mère. En 2014, elle signe avec Les Gracieuses son second long métrage documentaire.


Séance organisée par ACT et la librairie Transit, suivie d’un débat en présence de la réalisatrice :

Lundi 18 janvier 2016 à 18h30
Solidaires 13
29, bd Longchamp
13001 Marseille

Entrée libre

Les Gracieuses
Un film documentaire de Fatima Sissani (France/2014-1h19)
2e long métrage documentaire de la réalisatrice après La langue de Zahra.
Production : 24 images, Girelle Production / Image : Olga Widmer /
Montage : Giuliano Papacchioli / Son : M-C. Chery & M. Zeineddine

Le film a été sélectionné :
Festival Strasbourg Méditerranée
Festival ciné-junior
Festival international du film oriental de Genève
Festival des films des panoramas du Maghreb
Festival Itinérances Ales
Festival Visions sociales
Festival international du film de Ouidah au Bénin : mention spéciale du jury

Adieu Berthe !

La Compagnie des Embruns et Natacha Cyrulnik sont heureuses de vous annoncer la projection du dernier volet sur l’évolution urbaine et humaine de la cité Berthe de La Seyne-sur-mer.

Ce documentaire clôture 15 années de travail audiovisuel au sein de cette cité. Nous organisons ces premières projections pour le présenter aux habitants de la cité Berthe et de l’agglomération dans un premier temps.


Elles auront lieu :

 • le 11 février 2016 à 14h30 au Centre Social Nelson Mandela, au coeur de la cité Berthe de La Seyne-sur-mer.

 • le 12 février 2016 à 18h au bibliothèque du Clos saint-Louis, à La Seyne-sur-mer.

 • le 13 février 2016 à 14h30 à la médiathèque André Chédid, au coeur de la cité Berthe de La Seyne-sur-mer.

« Ce film est le dernier volet, après 14 ans de films tournés au sein de cette cité. L’idée de départ était de suivre l’ensemble des travaux et de voir comment les habitants les vivaient. Alors que le troisième volet -Les ouvriers, la zermi et la médiathèque- montrait enfin l’émergence de nouveaux bâtiments (comme la médiathèque citée dans le titre) et la nouvelle dynamique qui naissait, nous avons dû terminer notre travail documentaire avec les habitants en témoignant de la fin du quartier le Germinal : cela nous emmène de la fête de fin de quartier organisée par ces habitants jusqu’au début de la destruction des tours (…) »

+ d’infos sur le site de la Compagnie des Embruns

Merci Patron !

Attac fait son cinéma avec Le Ravi et CQFD : 

Merci Patron !  en présence du réalisateur François Ruffin, fondateur et rédacteur en chef du Journal Fakir, Journaliste au Monde Diplomatique et ancien reporter pour l’Émission Là-Bas si j’y suis sur France inter)

Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a délocalisé en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, et qui risque désormais de perdre sa maison.


C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d’exvendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault.


Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ?
 Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picard réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

Débat animé par Boris Henry


Jeudi 4 février 2016 à 19h30
Cinéma Les Variétés
Rue Vincent Scotto, 13001 Marseille

Une production FAKIR / Sortie Nationale le 24/02
Tarifs habituels du cinéma

Pascal Posado : la passion du Marseille populaire

Pascal Posado, la passion d’un Marseille populaire, un film documentaire de Jean-Christophe Besset le jeudi 3 mars à l’Alhambra à Marseille

Témoignages de personnalités, d’habitants des 15-16e, et de militants sur l’ancien maire du 8e secteur en sa présence suivi d’une rencontre autour d’un verre.

Restauration possible sur réservation
Projection organisée par l’association Mémoires Vivantes

 

Jeudi 3 mars 2016 à 17h30
2 rue du Cinéma
13016 Marseille

Inscrivez-vous 48h à l’avance : cinema.alhambra13@orange.fr

En savoir plus sur le livre qui accompagne le film

Homeland, Irak année zéro

Une fresque puissante qui nous plonge pendant deux ans dans le quotidien de sa famille peu avant la chute de Saddam Hussein, puis au lendemain de l’invasion américaine de 2003. Ce documentaire est découpé en deux parties – l’avant et l’après. Nous partageons les joies et les craintes de cette famille irakienne qui nous montre à quel point toutes les familles du monde ont les mêmes aspirations : travailler, éduquer leurs enfants, rire, aimer, s’impliquer dans leur société…

Abbas Fahdel nous montre également qu’au coeur de la guerre il existe des hommes, des femmes et des enfants exceptionnels, des héros du quotidien, « des gens qui sont nos frères humains et que l’on quitte le coeur brisé quand le film prend brutalement fin ».


Samedi 27 Février 2016
Partie 1 à 16h15 et Partie 2 à 20h30

Séance spéciale – Homeland, Irak année zéro Part. 1 et 2
Film de Abbas Fahdel. Irak. 2015.

En présence d’Édouard Méténier, agrégé d’histoire, rattaché à la chaire d’histoire contemporaine du Moyen-Orient arabe du Collège de France.

Restauration possible à partir de 19h.
Inscrivez-vous 48h à l’avance : cinema.alhambra13@orange.fr
 

//

Partie 1 – Avant la chute

La première partie décrit les instants de vie d’une famille qui se prépare à la guerre. Elle va être terrible, mais il y a quand même l’espoir de voir une démocratie s’installer après la chute de la dictature. Que peut-il leur arriver de pire ?
 
Partie 2 – Après la bataille
La deuxième partie, après la chute du régime, est exclusivement tournée en extérieur. Les langues se délient et on découvre un peuple anéanti, un pays mis à feu et à sang où dans les rues, les incidents éclatent, les bandes rivales s’affrontent.
 
 

Parmi les migrants, des Roms

La programmation « Parmi les migrants, des Roms », ouvrira le festival Latcho Divano à des films qui s’attachent à raconter des récits et des parcours de vie de migrants de tous horizons, de différentes époques et générations, avec sensibilité, par des œuvres documentaires et de fiction. Soutenu par la Fondation Abbé Pierre, l’événement sera accueilli au Cinéma Le Gyptis, en présence de Caroline Godard de Rencontres Tsiganes et des réalisateurs.

Samedi 26 et dimanche 27 mars 2016
Cinéma Le Gyptis - Marseille 3e


PROGRAMME

SAMEDI 26 MARS

À partir de 17h :

- Les suppliantes, fiction d’Amélie Derlon Cordina
 France, 2013, 30’
- La pendule de Costel, documentaire de Pilar Arcila
 France, 2013, 1h08

À 19h30 :

- Qu’ils reposent en révolte (Des figures de guerre I), documentaire de Sylvain George, France, 2011, 2h30

DIMANCHE 27 MARS

À partir de 16h30 :

- La maison, le violon et le sac Tati, documentaire de Dominique Idir, France 2013, 52’

17h30 - rencontre-débat :

- Les Roms à Marseille, 10 ans, quel bilan ? Avec les réalisateurs présents, les protagonistes du film de Dominique Idir, Caroline Godart de Rencontres Tsiganes et les associations concernées.

19h : Buffet Tsigane

20h : Souvenirs d’un futur radieux, documentaire de José Vieira, France 2014, 1h18

Harlan County, U.S.A

Projection du film Harlan County, U.S.A de Barbara Kopple – 1974
Dans le cadre du Ciné Solidaires - Cycle La lutte c’est classe !

En 1973, les mineurs de Brookside, dans le comté de Harlan (Kentucky), adhèrent au syndicatUMWA. Leurs patrons refusent de signer une convention collective.
Débute alors une grève de treize mois, qui s’achève sur une victoire fragile des ouvriers-mineurs. Pendant la durée du conflit, Barbara Kopple a filmé les grévistes, l’entrée des femmes dans la lutte, les vieux mineurs atteints de silicose.
« Ce documentaire exceptionnel donne une image de l’Amérique fort différente de celle, médiatisée, mythifiée à laquelle nous sommes habitués. ». Mais, on y découvre aussi « une authentique culture populaire, dans ses chansons, sa mémoire collective, son invention de formes nouvelles du « vivre ensemble ». »

Projection organisée par Solidaires 13 où la librairie Transit tiendra un stand.


Vendredi 25 mars 2016 à 19h
Solidaires 13
29, bd Longchamp
13001 Marseille

Capitalism, a love story de Michael Moore

Attac fait son cinéma : « Capitalism, a love story », film de Michael Moore

Sorti en 2009, ce film documentaire reprend les thèmes chers à Moore avec brio : 
la dénonciation du système capitaliste et de ses dérives à travers le portrait de personnages attachants et de situations concrétes . Le rêve américain a vécu selon le cinéaste qui se demande si le capitalisme est compatible avec le christianisme . Dans un pays aussi religieux que les USA, cette interrogation n’est pas que rhétorique et peut constituer un levier politique important dans une période pré- électorale

Cette projection sera suivie d’un débat et précédée d’un apéro participatif. 



Mardi 19 avril 2016 à 18h30
Local Attac/Solidaires 13
29 bd Lonchamp
13001 Marseille
(Station métro Réformés
 ou tramway arrêt National)

600 Euros, de Adnane Tragha

600 Euros de Adnane Tragha (France/2016/1h26) 


Alors que la campagne présidentielle bat son plein, Marco, qui a longtemps milité, a décidé de ne pas voter. A la fois déçu par la politique et embourbé dans des problèmes d’argent, il tourne peu à peu le dos à notre société. A l’approche de la quarantaine, Marco fait un premier bilan de sa vie. Il sent qu’elle lui échappe et considère qu’il a échoué. Alors qu’il se voyait vivre de sa musique, il se retrouve endetté, survivant grâce aux prestations sociales et seul au monde. Marco fait la connaissance de Leïla, une jeune étudiante pour qui ces élections sont porteuses d’espoir. Elle vote pour la 1ère fois et vit cette campagne intensément. Elle encourage Marco et lui redonne confiance. 
Jacques, un voisin de Marco, est au chômage depuis de nombreuses années. Il vient de perdre sa femme et se renferme sur lui-même. Il refuse de revoir sa fille, Cynthia, qui a choisi Moussa, un homme trop différent de lui. Tuant l’ennui devant sa télévision, il se laisse séduire par le discours de l’extrême droite. Touchée par ce solitaire, Leïla se rapproche petit à petit de lui et le pousse à renouer avec sa fille. 
Pendant que le résultat du second tour est proclamé et qu’une grande partie des Français fête la victoire du nouveau président, chacun des protagonistes vit une soirée qui changera le cours de sa vie.

« 600 euros fait écho aux difficultés sociales et politiques que traverse notre pays depuis quelques années. Avec ce premier long métrage, j’ai avant tout souhaité mettre l’accent sur des sujets de société qui me semblaient et qui me semblent toujours essentiels : l’espoir que représente une élection, le sens du vote, l’élection vue d’en bas, la désillusion et la défiance du peuple envers la politique et les politiciens, la montée de l’extrême droite, la situation d’un étranger n’ayant pas le droit de vote.mais aussi la solitude, le désert affectif, le sentiment d’exclusion de la société et par opposition le vivre ensemble. Les différents personnages du film oscillent entre espoir et découragement...
La façon de faire ce film a été inédite pour moi. Tournage, écriture et montage ont eu lieu en même temps : au moment où les premières scènes du film étaient tournées, les dernières n’étaient pas encore écrites. 
Le cinéma est, et doit être aussi, un moyen de témoigner d’une époque, de montrer notre société telle qu‘elle est ou telle que certains, qui ont moins la parole que d’autres, la perçoivent...  » Le réalisateur


Jusqu’au 29 juin 2016
Cinéma les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille

Voir la bande-annonce

Tarif : 6euros / places en vente actuellement en caisse du cinéma

Marseille filmée, formes et histoires

Projection de films singuliers, au-delà des clichés que sont les films de gangsters, les pagnolades et les films galéjades...

Cycle proposé avec Katharina Bellan (doctorat et chargée d’enseignement à l’Université d’Aix Marseille en études cinématographiques et histoire)

mar. 26 avril : La Fête est finie
mer. 27 avril : Les Ateliers de la Savine
mer. 27 avril : La Trilogie du port de Paul Carpita
jeu. 28 avril : French Connection 2 (V.O.)
ven. 29 avril : La Vieille Dame indigne
ven. 29 avril : I Giorni Contati (Les Jours comptés) (V.O.)
sam. 30 avril : Balade autour de French Connection 2
sam. 30 avril : Marseille entre deux tours
dim. 1 mai : Les Grands Criminels sous l’occupation à Marseille

Tout le programme de Marseille filmée, formes et histoires en cliquant ici



Du mardi 26 avril au dimanche 1er mai 2016

Vidéodrome 2
49 cours Julien
13006 Marseille

Tarifs : 4/5 € (+ adhésion annuelle : 5 €)
Renseignements au 04 91 42 75 41

+ d’infos sur le site du Vidéodrome 2

Merci Patron !

Les lumières de l’Eden & Attac La Ciotat présentent Merci Patron !

Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a délocalisé en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, et qui risque désormais de perdre sa maison.


C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault.


Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ?
 Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picard réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

Projection suivie d’un débat animé par Dany Bruet, correspondant des amis du Monde diplomatique à Aix en Provence, coordinateur des rencontres des déconnomiques.


Jeudi 9 juin 2016 à 20h30
Cinéma Eden-Théâtre
25, boulevard Georges Clemenceau
13600 La Ciotat

Une production FAKIR / Sortie Nationale le 24/02
Tarifs habituels du cinéma

Je suis le peuple

Les Lumières de l’Eden proposent

JE SUIS LE PEUPLE 
de Anna Roussillon
En présence de la réalisatrice

« La révolution ? T’as qu’à la regarder à la télé ! », lance Farraj à Anna quand les premières manifestations éclatent en Egypte en janvier 2011. Alors qu’un grand chant révolutionnaire s’élève de la place Tahrir, à 700km de là, au village de la Jezira, rien ne semble bouger. C’est par la lucarne de sa télévision que, Farraj va suivre les bouleversements qui secouent son pays. Pendant trois ans, un dialogue complice se dessine entre la réalisatrice et ce paysan égyptien : lui, pioche sur l’épaule, elle, caméra à la main. Leurs échanges témoignent du ballottement des consciences et des espoirs de changement : un cheminement politique lent, profond et plein de promesses…


Samedi 11 juin 2016 à 20h30
Cinéma Eden-Théâtre
La Ciotat
Séances également mercredi 15 - 18h30, jeudi 23 - 18h30

Pour voir la bande-annonce

Prix :
* Festival international du film documentaire de Jihlava, République Tchèque, 2014
- Grand Prix de la Compétition Internationale
- Prix du Premier Film
* Entrevues Belfort, Compétition Internationale Longs Métrages, France, 2014
- Grand Prix du Jury
- Prix du public
* Festival International de cinéma de San Cristobal, Mexique, 2015
- Prix de la Compétition Documentaire
* Doxa Documentary Film Festival, Canada, 2015
- Grand Prix
* Fidadoc Agadir, Maroc, 2015
- Grand Prix

À propos des migrations, des réfugiés et des exils

Le Café associatif Le Rallumeur d’Étoiles débarque à Port de Bouc présente :

On pose nos valises de café nomade en quête de local chez les copains du Cinéma Le Méliès le temps d’une soirée spéciale autour de la question des migrations, des réfugiés et des exils.

Exilés ailleurs, exilés dans leur propre pays, cette soirée permettra de mettre en lumière ces questions à travers la projection de deux documentaires, de rencontres et débats, d’un concert et d’un repas...


Samedi 11 juin 2016 à partir de 18h
Cinéma Le Méliès
Rue Denis Papin
13110 Port-de-Bouc

AU PROGRAMME :


18h00 : Ouverture des portes

Exposition « Calais, des vies en sursis » du photographe militant Ben Art Core 


19h00 : Projection du documentaire "Nulle part en France" de Yollande Moreau


19h45 : Repas et apéritif 


20h30 : Projection du film "Gazateam Story" puis échanges et débats


21h50 : Ftour dans la cour, Plat Palestinien (3 euros)


22h30 : Petit concert de Naili et Nour du groupe GAZATEAM

En présence du RESF Ouest Étang de Berre

Le temps d’un Rêve

Le temps d’un Rêve (33min, 2016) est le 4e film-documentaire produit par Approches Cultures & Territoires.

Le temps d’un Rêve retrace l’aventure d’un groupe de jeunes femmes et hommes issus des quartiers Nord de Marseille, quelques mois après la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » en 1983, moment de ruptures historiques majeures en termes de mobilisation, d’investissement et de renouveau d’espoir pour toute une génération issue des quartiers populaires.

Engagé-e-s dans cet élan, Raïb, Souad, Zohra, Rabia… ont créé en 1984 à Marseille, une coopérative de création de mode, l’Association pour la Recherche et la Promotion du Travail dans le Textile.

Entre images d’archives du grand témoin de cette époque - le photo-reporter Pierre Ciot - et entretiens synchroniques avec les acteurs de cette coopérative, le documentaire livre un regard plus que jamais d’actualité sur la recherche d’une utilité collective. 


Auteurs :

  • Éric Pinoy, réalisateur / eProdvidéos
  • Ramzi Tadros, référent du projet et chargé des entretiens

Roméo et Kristina

Un documentaire de Nicolas Hans Martin
France / 2016 / Durée : 1h37 / VO

Roméo et Kristina raconte l’histoire d’amour de deux jeunes Tsiganes. Entre leur installation de fortune sous le pont de la gare Saint-Charles et leurs allers-retours contraints dans leur village des Carpates, ils inventent au jour le jour les moyens de leur survie. Comment continuer à s’aimer quand on n’a pas de lieu à soi ? 

La familiarité de Nicolas Hans Martin avec la langue romani, l’affection qu’il porte au jeune couple et la durée du tournage confèrent au film une ampleur émotionnelle inédite.

Suivi d’une rencontre avec le réalisateur et les protagonistes du film.


Vendredi 9 septembre 2016 à 20h
Cinéma Le Gyptis (Friche la Belle de mai)
136 Rue Loubon
13003 Marseille

Tarifs de 2,5€ à 5,5€

Voir la bande-annonce en cliquant ici

Les migrants ne savent pas nager

Projection du film « Les migrants ne savent pas nager » (2016) de Jean-Paul Mari, journaliste, Prix Albert-Londres

Dans le cadre de Septembre en Mer, SOS Méditerranée vous invite à venir visionner le documentaire de Jean Paul Mari « Les migrants ne savent pas nager – À bord de l’Aquarius sur l’opération SOS Méditerranée », réalisé en mars 2016 à bord de son navire de sauvetage, l’Aquarius. Cette projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur. Ce sera aussi l’occasion de vous donner des nouvelles du bateau et de son équipe, de faire un point sur la situation actuelle en Méditerranée et de vous présenter nos actions pour la suite.


Vendredi 23 septembre à 20h
Salle Léo Ferré du Théâtre Toursky
16 Promenade Léo Ferré
13003 Marseille

Entrée libre
Réservation à l’adresse suivante : c.carvin@sosmediterranee.org

Petite restauration possible sur place
Parking gratuit

Profs à Marseille : la réussite d’un collège difficile

Le cinéma l’Alhambra et le collège Jean Moulin organisent une projection-débat sur l’éducation prioritaire.

En septembre 2015, la chaine M6 dans l’émission « Zone interdite » a diffusé un reportage sur le collège Jean Moulin. Ce film ambitionnait de montrer le travail des équipes en éducation prioritaire. En septembre 2016 il a été primé par le prix « Média Enfance Majuscule » couronnant ainsi le travail de la journaliste-réalisatrice d’Upside Télévision Florie Martin.


Jeudi 12 janvier 2017 à 20h00
Cinéma l’Alhambra
2 Rue du Cinéma
13016 Marseille

La projection du reportage « Profs à Marseille : la réussite d’un collège difficile » sera suivie d’un débat avec les intervenants suivants :
M. Dalmaso, DASEN adjoint des Bouches du Rhône en charge de l’Education Prioritaire
Mme Turin, IA IPR déléguée Education Prioritaire auprès de Monsieur le Recteur d’Aix-Marseille
Mme Florie Martin, journaliste et réalisatrice du reportage
Mme Di Pascale, professeure au collège Jean Moulin

Une histoire oubliée, Les Indochinois en Lorraine après la Seconde Guerre mondiale

De 1945 à 1950, plus d’un millier d’ouvriers vietnamiens ont été envoyés en Lorraine par le gouvernement français, afin de répondre à la demande de main d’œuvre des nombreuses entreprises de la région. Ces « travailleurs indochinois » disposaient d’un statut différent de celui des ouvriers européens (italiens, polonais, français), celui d’ « indigène », encadré par l’Etat comme dans les colonies. Arrivés en France en 1939, ils avaient été recrutés comme ouvriers pour les usines d’armement de la France en guerre.

Dès 1945, des centaines d’ouvriers vietnamiens furent envoyés en Lorraine, dans les usines du nord-est de la France. On les retrouve dans de nombreux bassins industriels de Moselle, Meurthe-et-Moselle et des Vosges : Longwy, Knutange, Ars sur Moselle, Hagondange, Fontoy, Nilvange, Hayange, Hagondange, Maizières-lès-Metz, Gandrange, Uckange, Florange, Merlebach, Creutzwald, Forbach, Nancy, Longuyon, Mirecourt, Thaon-les-Vosges, St Etienne les Remiremont, Epinal, Bitche, etc.

En Moselle, ces hommes ont été « logés » au Fort de Queuleu à Metz. Ils ont travaillés à l’UCPMI d’Hagondange, aux Forges et Boulonnerie à Ars-sur-Moselle, à Knutange, Thionville, etc.

A Nancy, la 55ème compagnie de travailleurs indochinois était logée au 31, rue de Villiers (le bâtiment existe encore, non loin du Conseil départemental). La 67ème compagnie a été envoyée à Longlaville (logement gare Mont Saint Martin), puis à Longuyon (ancienne caserne de Lamy). Les hommes travaillaient aux hauts-fourneaux de la Chiers et aux aciéries Mont saint Martin, près de Longwy.

Dans les Vosges, ces hommes ont été « logés » (plus ou moins internés) à la caserne Charlet de Remiremont, à la gare de Pouxeux, à la caserne Souhet à Saint Dié, puis dans les baraquements de la Cidreries à Thaon-les-Vosges. Puis leur histoire a sombré dans l’oubli.

Aujourd’hui, les descendants lorrains de ces hommes découvrent le passé de leurs parents. A travers des témoignages d’anciens « travailleurs indochinois » presque centenaires, de leurs épouses et surtout de leurs enfants, et grâce à la découverte d’un fonds d’archives inédites, le film d’Ysé Tran dévoile enfin cette page longtemps oubliée de l’histoire ouvrière en Lorraine.
 
Ysé TRAN

Réalisatrice de trois films de fiction courts, sélectionnés dans des festivals français et étrangers. Les deux premiers ont été montrés au Jeu de Paume, le dernier a été préacheté par France 2. Co-éditrice avec Raymond Bellour des Œuvres Complètes d’Henri Michaux dans la Bibliothèque de la Pléiade pour les éditions Gallimard. Auteure de quelques articles et notules journalistiques pour Trafic, La lettre du cinéma, Mediapart, le Magazine littéraire, après diverses collaborations (iconographie du catalogue Jean-Luc Godard : son+image pour le MOMA, co-auteur pour France-Culture ...), elle participe à diverses installations d’artistes. La dernière est une performance imaginée par Tania Mouraud (sur un manuscrit trouvé à Auschwitz Birkenau au Théâtre d’Auxerre en 2011, au Mac Val en 2014, à l’Unesco et au Centre Pompidou Metz en 2015).
 
Pierre DAUM
Journaliste, ancien correspondant de Libération en Autriche, Pierre Daum, a aussi collaboré à plusieurs journaux européens : Le Monde, L’Express, La Libre Belgique, La Tribune de Genève, etc. De retour en France en 2003, il devient correspondant de Libération en Languedoc-Roussillon, qu’il quitte en 2005. Pierre Daum effectue depuis de grands reportages pour Le Monde diplomatique. Parallèlement à ses enquêtes journalistiques, il poursuit des recherches sur le passé colonial de la France, toutes publiées aux Editions Actes Sud, dans la collection “Archives du colonialisme”. En 2009, il publie Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), qui révèle cette page d’histoire totalement enfouie.


Une histoire oubliée, Les Indochinois en Lorraine après la Seconde Guerre mondiale (52’)
Réalisatrice : Ysé TRAN
Conseiller historique : Pierre DAUM
Une coproduction France Télévisions et Mélisande Films.
Diffusion sur France 3 Lorraine : lundi 23 janvier 2017

+ d’infos sur le site Immigrés de force

"Retour à Forbach", de Régis Sauder

Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette ville pour se construire contre la violence et dans la honte de son milieu. Entre démons de l’extrémisme et déterminisme social, comment vivent ceux qui sont restés ? Ensemble, ils tissent mémoires individuelles et collectives pour interroger l’avenir à l’heure où la peur semble plus forte que jamais.


Première pojection au Cinéma Variétés lundi 7 mai 2017 à 17h35,
Séance spéciale mardi 9 mai à 20h, en partenariat avec Image de ville, Pensons le matin et la Maison de l’Architecture et de la Ville.

Cinéma Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
0 892 68 05 97

+ d’informations sur le site de Retour à Forbach
L’actu des projections sur la page FB du film

Derrière les Fronts : Résistance et Résilience en Palestine

Le documentaire « Derrière les fronts : résistance et résilience en Palestine » terminé en novembre dernier, est un film sur les conséquences invisibles de la colonisation : l’occupation intime, celle de l’espace mental.

« Derrière les fronts, propose un cheminement dans nos esprits et sur les routes de Palestine, en compagnie de la psychiatre psychothérapeute et écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Dans l’héritage du Dr. Frantz Fanon, psychiatre anticolonialiste, elle témoigne des stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation et des outils des palestinien-nes pour y faire face. Dans ce film à plusieurs voix, des extraits de chroniques, d’interviews et d’échappées poétiques dansent aux corps-à-corps avec l’invisible des rues et paysages palestiniens. De cette Palestine fragmentée, des femmes et des hommes aux multiples identités partagent leurs résistances et résiliences. Parce que la colonisation au quotidien n’est pas seulement celle des terres, du ciel des logements et de l’eau, elle ne cherche pas simplement à s’imposer par les armes, mais travaille aussi les esprits, derrière les fronts !  »

Le Dr. Samah Jabr est née à Jérusalem-Est, elle y vit et travaille dans plusieurs villes de Cisjordanie. Elle a dirigé le Centre Médico-Psychiatrique de Ramallah et aujourd’hui est à la tête de l’unité de service de santé mentale en Palestine.

Son champ d’activités inclut également la formation aux professionnels de la santé mentale palestiniens et internationaux et participe, avec l’association israélienne PCATI – Comité public contre la torture en Israël – à un travail de collecte de témoignages de personnes qui ont été torturées.

Parallèlement, elle écrit depuis la fin des années 90 et contribue actuellement au Washington Report on Middle East Affairs et au Middle East Monitor. Ses chroniques traduites en français, bénéficient d’une large diffusion par des sites internet journalistiques, politiques, confessionnels, académiques ou scientifiques et transcendent les clivages habituels.



Mardi 16 mai 2017 à 20h
Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille

La séance sera suivie par un débat en présence de la réalisatrice Alexandra Dols, du personnage principal du documentaire, le docteur Samah Jabr, et d’une partie de l’équipe du film.

Je ne suis pas votre nègre

Je ne suis pas votre nègre / I am not your negro
Un film documentaire de Raoul Peck
[1h33, Velvet Film (France), 2017]

À travers les propos et les écrits de l’écrivain noir américain James Baldwin, Raoul Peck propose un film qui revisite les luttes sociales et politiques des Afro-Américains au cours de ces dernières décennies. Une réflexion intime sur la société américaine, en écho à la réalité française. Les mots de James Baldwin sont lus par JoeyStarr dans la version française et par Samuel L. Jackson dans la version américaine.


Samedi 22 juillet 2017
15h - 16h45

Bibliothèque de l’Alcazar
58, Cours Belsunce
13001 Marseille

Espace : Salle de conférence
Public : Tout public 
Proposé par : le département Société

+ d’infos et bande-annonce du film sur le site de la BMVR Alcazar

Loro di Napoli

Loro di Napoli
Un film de Pierfrancesco Li donni, 69 minutes (2015)

À Naples, l’équipe de football Afro Napoli United est passée au niveau national, un rêve pour ses joueurs qui, par ailleurs sans papiers pour la plupart, se débattent dans la jungle des lois italiennes sur l’immigration, aidés par leur coach, Antonio.

Projection dans le cadre de MP 2017 Capitale du Sport, en partenariat avec Sports en Méditerranée, le Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle (CMCA) et la Bibliothèque de l’Alcazar.


Mercredi 5 Juillet 2017
17h - 19h

Bibliothèque de l’Alcazar
Salle de conférences
58 Cours Belsunce
13001 Marseille

Public : Tout public
Proposé par : le département Société
En partenariat avec : CMCA

+ d’infos sur ce film et le reste du cycle "Sports en Méditerranée" sur le site du CMCA

Le prêtre & la solidarité, André Pinatel

Mémoire d’un prêtre ouvrier marseillais, André Pinatel, 95 ans, fondateur d’Emmaüs à Marseille et bénévole au Secours Populaire depuis 33 ans. Il revient sur son enfance à Marseille, la guerre, la vie des dockers. Il fait un bilan de son engagement social et humanitaire et livre ses réflexions sur la société actuelle.

A travers ce témoignage, André Pinatel nous propose une réflexion sur les véritables valeurs de la République Française. A la fois croyant mais adepte des principes de laïcité, il place la solidarité au cœur de la vie sociale.

André Pinatel, né en 1917 raconte ses souvenirs d’enfance et la Seconde Guerre Mondiale qu’il a fait en Tunisie et à Strasbourg auprès des tirailleurs. Il rend hommage à ceux qui se sont battus pour la libération de la France. Animé par la foi, et ayant pourtant quitté l’Eglise traditionnelle dont il obtient carte blanche pour vivre avec les pauvres dans les bidonvilles, il crée la première communauté d’ Emmaüs à Marseille en 1954. Docker syndicaliste, il défend les droits des dockers noirs. Touché par les injustices, André s’engage également pendant plus de trente ans comme bénévole au Secours Populaire. Divers voyages dans les Balkans, pendant la guerre de Yougoslavie l’ont marqué à vie. Il parle d’époques révolues et du présent en décryptant certains faits sociétaux actuels. Lecture sur une société animée par l’argent qui semble avoir pris le pouvoir sur l’humain.


Le prêtre et la solidarité, André Pinatel
Film-documentaire de Charlotte Ramette - 2013 - France - durée : 1h07
Versions française, arabe, anglaise et espagnole

Ce film est disponible gratuitement sur la chaîne Vimeo de TudoBom

Au sommet d’une colline, la Savine

Sur le territoire du XV° à Marseille, trois mille habitants sont concernés par les nouvelles politiques mises en place par Jean-Louis Borloo, dans le cadre de la loi de cohésion sociale. La Savine, cité stigmatisée, où l’on voudrait favoriser la mixité sociale et l’égalité des chances, doit avant d’être réhabilitée, détruite. Ses habitants doivent partir et accepter des re-logements.

Ce film a pour but de donner la parole aux habitants du quartier, tout en tentant de rassembler une certaine mémoire collective, puisque la thématique principale en est la réhabilitation imminente. Au travers d’un grand nombre de témoignages des habitants de la cité, libres d’exprimer leur opinion et de poser leur regard sur la politique de Rénovation Urbaine, le film tente de se poser la question des moyens que notre pays met en place pour parer à la crise sociale.

La caméra stylo suit plus particulièrement les composantes des enjeux fonciers et immobiliers du quartier, tout en proposant, par touches impressionnistes, d’aborder la crise de l’emploi, de l’éducation, de la jeunesse et du logement.

Intentions :
Nous partons du ghetto, comme réalité sociale : naître, vivre et mourir dans le même périmètre définit le ghetto comme agencement urbain de l’exclusion sociale. Nous partons de la rupture, d’une certaine idée de la barbarie sociale, pour une meilleure compréhension des phénomènes d’exclusion sociale. Articulation entre les niveaux locaux et nationaux.
Les institutions urbanistiques mènent-elles bien les objectifs assignés ? Réponses à peser, évaluer, face à l’attitude et le vécu de cette population, d’une zone « économiquement sinistrée », concernée par le délogement. Penser l’espace et l’exclusion, partir du début d’un constat de ce qu’est la société française actuelle. De quel point de vue ? Économique, social, éducatif, laïcité, mixité, sécurité, logement. Quels sont les futurs espaces de vie possible ?


Au sommet d’une colline, la Savine
Film-documentaire de Charlotte Ramette - 55’ - 2007

Ce film est disponible gratuitement sur la chaîne Vimeo de TudoBom

Tounkannata L’aventurier

Dans la quête d’un avenir meilleur, trois jeunes originaires d’Afrique se rencontrent à Marseille. Les adolescents se trouvent confrontés à des difficultés pour s’insérer. Ils devront faire des choix qui les mèneront vers leur destinée.

Foyer Calendal – Atelier de réalisation
Le foyer Calendal, a convié et réfléchi avec Charlotte Ramette, auteur-réalisateur, à l’implication et la participation des adolescents du foyer Calendal pour participer au festival de cinéma social de Tanger. Cet échange se fait en plusieurs langues et dialectes (le peul, le bambara, le français) où nous nous enrichissons mutuellement.


Film documentaire de Charlotte Ramette, 14’, réalisé au sein d’un foyer de mineurs en insertion.La thématique du film est l’insertion sociale (d’un jeune mineur isolé en France).

Film disponible gratuitement sur la chaîne Vimeo de TudoBom

L’école

Ce film s’inscrit dans un plus large projet « Quartier(s) Dream », démarré en 2016 avec la réalisation d’une quarantaine de courts documentaires réalisés à partir d’ateliers de recueils de paroles sur la question de la jeunesse des quartiers populaires à Aulnay-sous-bois et à Dakar. Pour, en quelque sorte, élargir le champ et questionner ce que c’est que d’avoir 20 ans aujourd’hui dans ces quartiers, que l’on soit d’un coté ou de l’autre de la Méditerranée.


Liens des films « L’école vue par des jeunes des quartiers populaires » :

En France : https://www.youtube.com/watch?v=2GBAcIJVtmI
Au Sénégal : https://www.youtube.com/watch?v=w3RSGxLd_MU

Pour visionner les films à venir, abonnez-vous à la page Facebook du KYGEL Théâtre : https://www.facebook.com/kygeltheatre.fr/

Poursuite du projet en 2017 avec des projections - débats, des ateliers de théâtre et de vidéo en France et au Sénégal. Tout ce matériel participera à production d’une création théâtre - vidéo originale dont la tournée en France et au Sénégal est prévue à partir de 2018.

Le Temps d’un Rêve - Festival OQP

En clôture du Festival Opérations Quartiers Populaires (OQP), organisé par la Cie Mémoires Vives et le Théâtre de l’Oeuvre, ACT vous propose la projection de son film documentaire "Le temps d’un rêve" au Polygone étoilé. La projection suivie d’une discussion autour de la production cinématographique et des quartiers populaires, avec Fatima Sissani, Nawyr Haoussi Jones et Ramzi Tadros.

"Le temps d’un rêve" retrace l’aventure d’un groupe de jeunes femmes et hommes issus des quartiers Nord de Marseille quelques mois après "la Marche pour l’égalité et contre le racisme" en 1983. Engagé-e-s dans cet élan, Raïb, Souad, Zohra, Rabia... ont créé en 1984 une coopérative de création de mode, l’Association pour la Recherche et la Promotion du Travail dans le Textile. Le temps d’un rêve (33 min, 2016) est le 4e film documentaire produit par Approches Cultures & Territoires.


Crédits photo : Pierre Ciot

INFOS PRATIQUES

Samedi 4 novembre 2017 à 16h

Polygone Etoilé
1, Rue François Massabo
13002 Marseille

Ce dernier après-midi du Festival OQP sera prolongé par une soirée de clôture au Théâtre de l’Oeuvre, à partir de 19h.

Deyra Manana (Merci beaucoup en afghan)

Marseille, été 2017 : dans une ville en pleine effervescence, deux flics mènent une enquête qui les confrontera à une réalité sociale difficile où même l’amour se réduit à une chimère : mal-être dans un monde du travail qui renie l’humain, pression psychologique au point de pousser un homme à devenir un autre, mépris à l’égard des petites gens, des « miséreux »… Ils découvriront ce que la gentrification peut produire de pire…
« Deyra manana » (Merci beaucoup en afghan), fiction, drame social, policier, 53min, 2017

Yes We Cannes Production
est un collectif d’artistes. L’activité principale est la production cinématographique de fiction et occasionnellement l’organisation d’événements culturels. Le partage ainsi que la rencontre sont les principaux moteurs de nos projets et autres initiatives.


Vendredi 19 janvier 2018 à 19h00

Théâtre de l’Oeuvre
1, rue Mission de France
13001 Marseille

Prix libre
Réservations : reservation@theatre-oeuvre.com

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans

Eveline, Zoulikha, Alice. C’est le regard croisé de trois femmes engagées au côté du FLN sur la colonisation et la guerre d’indépendance algérienne. Elles connaîtront la clandestinité, la prison, la torture, l’hôpital psychiatrique. C’est au crépuscule de leur vie qu’elles choisissent de témoigner, après des décennies de silence.

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans, un film documentaire de Fatima Sissani, 2017

Le film sera projeté au cinéma Les Variétés mardi 13 février, et suivi d’un débat en présence de la réalisatrice, animé par Soraya Guendouz-Arab, directrice adjointe de l’association Approches Cultures & Territoires.


Mardi 13 février 2018 à 20h

Cinéma Les Variétés
37 Rue Vincent Scotto
13001 Marseille

Voir la bande-annonce du film

On se la raconte

« On se la raconte » donne la parole au public pour s’exprimer et témoigner de son expérience des discriminations ou même proposer des solutions à la lutte contre les inégalités. Recueillis à Nanterre, Paris, Saint-Denis, ou encore Toulouse, les témoignages reflètent la nécessité et la volonté d’habitant(e)s, de conter des bribes de leur vie et des expériences liées au racisme et à la discrimination. En toute liberté, Alassane, Mariam, Lamia, Valérie, Kamel et bien d’autres se prêtent au jeu et se racontent dans ce huis clos qui pousse à la confidence. Qu’ils s’agissent de racisme, de communautarisme, d’antisémitisme ou de ghettoïsation, toutes générations, toutes catégories sociales, hommes et femmes confondus sont représentés. Il en sort un web documentaire original et percutant grâce à des personnalités surprenantes faisant émerger des réflexions passionnantes sur des thématiques qui sclérosent beaucoup trop encore la société française.

En savoir +


On se la raconte, un web documentaire réalisé par l’association Remembeur, lancement prévu début 2018

+ d’infos sur les projets de l’association Remembeur à travers leur site

La journée d’Eros

Quotidiennement des milliers d’humains appellent l’amour de tous leurs voeux. L’amour, mais quel amour ? Marseille, un matin parmi tant d’autres. Eros est chez lui quand soudain il entend le chant lointain de jeunes enfants. Intrigué, il décide de partir à leur rencontre. Il ne sait pas encore que ce périple va le mener jusqu’au bout de la nuit.

Marseille, du 14 février au 8 septembre 2018 sera une nouvelle fois capitale culturelle avec pour thème des festivités « Quel amour ! ». Thème inspirant qui méritait, à notre sens, d’être aussi abordé par des cinéastes « underground », hors de tout label. En marge de l’événement, il s’agit donc d’un projet participatif et convivial pendant lequel "Marseille capitale des cultures" sera fêté !

Le film « La journée d’Eros » est un long métrage de fiction regroupant 11 courts-métrages de réalisateurs et réalisatrices marseillais sur la thématique de l’Amour, et ses multiples facettes.


Mercredi 14 février à 20h00

Cinéma Les Variétés
37, rue Vincent Scotto
13001 Marseille

+ d’infos sur la page de Yes We Cannes Production

Swagger

Aflam fait découvrir ou redécouvrir des films fondateurs de l’histoire des cinémas arabes mais également les cinémas portés par de nouvelles générations d’auteurs. Vous sont proposées au Polygone étoilé trois séances de ses Écrans au cours du premier trimestre.

Deuxième rendez-vous ce jeudi 15 février avec Swagger d’Olivier Babinet (2016, 84’).
Swagger nous transporte dans la tête de onze enfants et adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent en France à Aulnay et Sevran. En déployant une mosaïque de rencontres et en mélangeant les genres, du clip musical à la science-fiction, Swagger donne vie aux propos de ces jeunes.


Les Ecrans d’Aflam : Swagger, d’Olivier Babinet

Jeudi 15 février 2018 à 20h00

Film flamme / Polygone étoilé
1, Rue François Massabo
13002 Marseille

Bande-annonce à ce lien
+ d’infos sur www.aflam.fr
Entrée à prix libre

Les Gracieuses

Six jeunes femmes. Proches de la trentaine. Elles sont nées dans le même immeuble de la cité des Mordacs à Champigny-sur-Marne, banlieue ouest. Elles ne se sont pas quittées depuis l’enfance. Une relation fusionnelle. Elles racontent, joyeuses et à toute vitesse, cette amitié presque amoureuse et aussi l’identité, les rapports de classe, la relégation spatiale, sociale… À travers le portrait d’une bande de copines, drôles, joyeuses, énergiques mais aussi lucides et émouvantes, voici un regard juste sur la banlieue qui s’éloigne des clichés habituels.

Dans le cadre de la semaine nationale d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, le centre de ressources ACT, l’association L’Embobineuse et le cinéma le Gyptis organisent la projection du film les Gracieuses réalisé par Fatima Sissani.

La projection sera suivie d’un débat avec :
- Fatima Sissani, réalisatrice du film et journaliste
- Magdi Réjichi, metteur en scène et comédien de la compagnie Peanuts qui travaille à explorer les mécanismes de violences et d’exclusions au travers de spectacles, de lectures théâtralisées et de projets culturels dans le quartier de la Belle de mai
- Fatou Siby, militante, association Sur la Piste / Par la Bande


Les Gracieuses
Un film documentaire de Fatima Sissani (France/2014-1h19)

2e long métrage documentaire de la réalisatrice après La langue de Zahra.
Production : 24 images, Girelle Production / Image : Olga Widmer /
Montage : Giuliano Papacchioli / Son : M-C. Chery & M. Zeineddine

LES GRACIEUSES from 24images on Vimeo.

Samedi 24 mars 2018 à 17h30

Cinéma Le Gyptis
136, rue Loubon
13003 Marseille

Français d’origine contrôlée // 1ère partie

Trente ans après la Marche de l’égalité de 1983, Jean-Thomas Ceccaldi et Mustapha Kessous questionnent ceux qui avaient vingt ans alors sur le sentiment d’exclusion et sur les rendez-vous manqués qui ont suivi cet évènement. Pionniers d’un combat pour l’intégration, les témoins parlent du silence qui a succédé à leurs espérances. Dans ce pays qui se revendique terre historique d’immigration et d’intégration, ces Français ont aujourd’hui encore souvent l’impression d’être toujours renvoyés à leurs origines. En cherchant à comprendre, à entendre, en partant de l’intime et du vécu des témoins interrogés, le film fait émerger une parole rare, souvent inédite et parfois violente qui donne à découvrir cette histoire racontée “de l’intérieur“ en redonnant la parole à ceux qui se sont battus, écouter leur histoire qui est aussi une histoire de France, en cherchant à comprendre pourquoi depuis tant d’années, ils ont le sentiment d’être encore et toujours des Français pas comme les autres. Ce documentaire est en deux parties.

Un film documentaire de Jean-Thomas Ceccaldi et Mustapha Kessous, 2x52min, 2014, Infrarouge/France Télévision

Voir la bande-annonce du film

La projection de la première partie de ce film sera suivie d’une discussion animée par Soraya Guendouz-Arab avec :
- Hanifa Taguelmint, militante et membre du collectif Mémoires en marche
- Yamina Benchenni, travailleuse sociale et militante
- Rachida Brahim, sociologue, LAMES


Projection du film Français d’origine contrôlée

Mardi 27 mars 2018 à 18h00

Centre Social / MPT du Grand Saint Antoine
12, Boulevard du Commandant Thollon
13015 Marseille

Se rendre au CS du Grand St Antoine : Bus n°26, arrêt Gare de Saint Antoine

L’intégration des migrants dans la vie de la cité

Aux côtés des structures sociales spécialisées, quelles possibilités d’implication de la société civile ?

Projection du film "Après le voyage" de Giovanni Privitera

Ils ont entre 16 et 25 ans. Certains d’entre eux sont étudiants à Sciences Po Aix, membres de l’association CASA. D’autres sont demandeurs d’asile accueillis au sein du Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) de l’Association d’Aide aux Jeunes Travailleurs (AAJT). Depuis plus d’un an, ces jeunes se côtoient trois fois par semaine lors d’ateliers de conversation et de théâtre. Parcours, rencontres, vie quotidienne, découverte des cultures et des langues de chacun... En retraçant ces moments de vie, ce documentaire tente de prendre à contrepied la vision monolithique et homogène que l’on a de ces "migrants", trop souvent réduits à des chiffres, dépossédés de leur trajectoire individuelle et déshumanisés.


Projection-débat

Mardi 27 mars 2018 à 17h30
- Accueil à 17h30
- Projection à 18h00
- Table-ronde à 19h00
- Cocktail à 20h00

Bibliothèque Alcazar
58, cours Belsunce
13001 Marseille

Entrée libre, sur inscription : evenement@aajt.asso.fr ou 04 91 07 80 00

Printemps du Film Engagé - Lettres de Marseille

N’deye, Tayeb, Nacira, Mohamad, Luisa et Mounir sont venu.e.s vivre en France pour des raisons politiques, économiques ou personnelles. Ils parlent de leur trajectoire, de leur combat, des difficultés rencontrées, des réussites aussi. Ils sont pour la plupart devenus français.es et interrogent la France sur ses choix. Ils parlent de l’avenir de la France, de notre avenir à tous.

Lettres de Marseille au cher pays de mon enfance
, un film documentaire d’Alain Barlatier, 100% local, autoproduit, autofinancé !
58mn / 2018 / Avant-première à Marseille

En présence du réalisateur Alain Barlatier


La projection sera suivi d’un débat sur le thème : "Être d’ici et d’ailleurs, l’apport des migrations à Marseille et en France
" avec :
Juliette Honvault, historienne

Samia Chabani, directrice d’ Ancrages

et avec le témoignage de personnes réfugiées

Projection également du court-métrage de Primi Tivi : Noailles le nid d’abeilles (17 minutes)
 :
Butinage de paroles à Noailles alors que le marché des Capucins vient d’être déplacé…


Samedi 7 avril 2018 à 17h30

BMVR Alcazar
58, Cours Belsunce
13001 Marseille

+ d’infos sur la page de l’événement

Soirée organisée par le Printemps du Film Engagé, Solidaires 13, Ancrages, Repaire d’Aubagne et l’équipe du film Lettres de Marseille au cher pays de mon enfance.

Le Bleu Blanc Rouge de mes cheveux

À dix-sept ans, Seyna, une adolescente d’origine camerounaise, se passionne pour l’histoire de la France, le pays qui l’a vue naître et dont elle est profondément amoureuse. Son baccalauréat en poche et sa majorité approchant, Seyna n’aspire qu’à une chose : acquérir la nationalité française. Mais son père, Amidou, s’y oppose farouchement.

Dans ce premier film de fiction, Josza Anjembe, journaliste et documentariste qui se présente comme une « accidentée du cinéma », aborde le thème de l’identité. Le court-métrage a reçu 37 récompenses et est nommé aux Césars 2018.


+ d’infos sur le film sur le site d’UniFrance

Entretien vidéo autour du film sur le site du journal Le Monde

Dear White People

 

L’Équitable Café diffusera le 4 avril 2018 dans le cadre de son ciné-club le film « Dear white people » (USA, 2014)

Le 4 avril 1968 était perpétré l’assassinat de Martin Luther King. 50 ans plus tard jour pour jour, après deux mandats de Barack Obama, où en est-on de la place de la communauté noire américaine, de ses droits civiques, démocratiques et sociaux ?
Le film sera suivi d’un débat autour de ces questions en présence de Régis Dubois, critique de cinéma, réalisateur, enseignant à l’Atelier de l’image et du son de Marseille et auteur de nombreux livres sur le traitement de la question noire dans le cinéma français et américains.

Synopsis

Sur un campus universitaire, une émission radio provocatrice et controversée « Dear White People » dénonce les stéréotypes et les discriminations dont sont encore parfois victimes les Afro-américains. Un jour, elle met au défi ses auditeurs blancs : « Chers Blancs, le nombre d’amis noirs nécessaire pour ne pas avoir l’air raciste vient d’être élevé à deux »...


Mercredi 4 avril à 19h30

L’Équitable Café
54, Cours Julien
13006 Marseille

Voir la bande-annonce du film

+ d’infos sur le site de L’Equitable Café

Paul Carpita : Marseille en cinéma

Le musée d’Histoire de Marseille, Image de ville et l’Agam s’invitent au Mucem et présentent trois films de Paul Carpita en lien avec la thématique « Marseille en cinéma » et offrant un regard singulier et engagé sur le port de Marseille. Programmée dans le cadre de l’ évènement « Marseille en cinéma ».

Le rendez-vous des quais de Paul Carpita
Fiction – France – 1950-1953 – 75 mn
Dans le Marseille des années cinquante, sur fond de guerre d’Indochine, l’histoire d’un jeune couple confronté aux difficultés économiques et à la crise sociale qui secoue le port. Sur les quais, on décharge les blessés et les cercueils venant d’Indochine, on embarque des canons et des chars. Les grèves éclatent sur le port, durement réprimées par la police.

Le film sera précédé de deux courts métrages de Paul Carpita :

Graines au vent
Fiction – France – 1964 – 17 mn
Le petit Alain, 12 ans, incompris, rejeté par tous, fait l’école buissonnière et passe toute une journée sur le port de Marseille. Il est fasciné par ses découvertes, les paquebots en cale sèche, le travail des hommes... Nous faisons un brin de chemin en compagnie de ce gosse, intelligent, curieux, sensible. Sera-t-il, comme ces graines que le vent emporte, gaspillé ?

Adieu Jésus
Fiction – France – 1970 – 8 mn
Point de départ, un fait divers authentique : Sur le port de Marseille, la nuit de Noël, un immigré portugais sans domicile fixe dort. Pour se protéger du froid, il s’est recouvert de carton d’emballage. Un camion passe. L’homme s’appelait Jésus. Qui a tué Jésus ?

En présence de Katharina Bellan, docteure et chercheuse en études cinématographiques et histoire à l’Université d’Aix-Marseille, auteure de la thèse « Marseille filmée, images, histoire, mémoire » et de Jean-Pierre Daniel, cinéaste et collaborateur de Paul Carpita.


Dimanche 8 avril à 15h00

Auditorium du Mucem
7, Promenade Robert Laffont
13002 Marseille

Tous publics. Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du musée.

+ d’infos sur le site du Musée d’Histoire de Marseille

Les Roms, des citoyens comme les autres ?

En partenariat entre l’association Latcho Divano, l’association Rencontres Tsiganes et le Comité départemental des collectifs de soutien aux Roms, cette soirée documentaire au cinéma Les Variétés sera suivie par un débat avec le sociologue Jean-Pierre Liégeois, professeur honoraire à l’université Paris-Descartes, fondateur en 1979 du Centre de recherche tsiganes du département de sciences sociales de cette université, dont il reste le directeur jusqu’en 2003. Il travaille aujourd’hui en tant qu’expert auprès du Conseil de l’Europe et travaille en collaboration avec la Commission européenne pour les questions sur les roms.

Pourquoi les Roms suscitent-ils le rejet en Europe ? Aux quatre coins de l’UE, cette enquête fouillée sur les raisons de cette stigmatisation déconstruit au passage des préjugés tenaces. En République tchèque, 28 % des enfants roms sont toujours scolarisés dans des écoles pour déficients mentaux, malgré la condamnation de la Cour européenne des droits de l’homme. Aujourd’hui, la situation des Roms est pire dans les États membres que sous le communisme. L’Union européenne a pourtant investi des milliards d’euros pour faciliter l’intégration de cette minorité, sans changement notable. Alors qu’en France on l’expulse et on lui dénie toute possibilité d’intégration, à Berlin, la communauté rom – aussi nombreuse que sur le territoire français – semble trouver une place dans la société allemande. Comment expliquer une telle différence ? Entre aberrations politiques et montée des populismes, cette population stigmatisée symbolise l’histoire d’une Europe qui se fissure.

Un film documentaire de Samuel Lajus, Marion Lièvre et Olivia Barlier (Arte France, 2017)


Mercredi 4 avril à 20h00

Cinéma Les Variétés
37, rue Vincent Scotto
13001 Marseille

Tarif plein : 8 € - Enfant (-14 ans) : 4,00 € - Moins de 18 ans : 4,80 € - Réduit : 6 € (seniors/chômeurs/Rmistes/étudiants) - Tarif groupe (minimum 10 personnes) : 4,50 €

+ d’infos sur le site de Latcho Divano

Des Figues en avril

 

Le film « Des Figues en Avril » dessine le portrait drôle et bouleversant de Messaouda Dendoune, filmé par son fils Nadir. Au delà de la personnalité attachante, malicieuse, déterminée et passionnée de la vieille dame de 82 ans, on la découvre au quotidien dans son deux pièces de l’Ile Saint Denis, ponctué par la présence invisible de l’absent. Elle apprend désormais à vivre seule depuis que son mari Mohand, atteint de la maladie d’Alzheimer, a été placé en maison médicalisée. Messaouda, bercée par ses chanteurs kabyles emblématiques, comme Slimane Azem, raconte avec fierté, sa France des quartiers populaires et le devenir de ses enfants.


Un film documentaire de Nadir Dendoune
Durée : 58 mn
Nationalité : France
Production : Mémère Productions
Année : 2018

Entretien autour du film et bande-annonce sur le site de TV5Monde

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans

 

Eveline, Zoulikha, Alice. C’est le regard croisé de trois femmes engagées au côté du FLN sur la colonisation et la guerre d’indépendance algérienne. Elles connaîtront la clandestinité, la prison, la torture, l’hôpital psychiatrique. C’est au crépuscule de leur vie qu’elles choisissent de témoigner, après des décennies de silence. Avec clarté et pudeur, elles racontent l’Algérie coloniale, la ségrégation, le racisme, l’antisémitisme, la prison, la torture, les solidarités, la liberté et aussi la nature qui ressource, les paysages qui apaisent, la musique et la poésie qui permettent l’échappée … On entre dans l’Histoire et la singularité de leur histoire. Autant que document historique, ce qu’il est de manière rigoureuse, ce film donne à toucher l’humanité dans son foisonnement, la vie dans sa beauté et sa violence."

La projection suivie d’un repas, et d’une table-ronde : « La continuité de l’ordre colonial de la guerre d’Algérie à nos jours » en présence de la réalisatrice Fatima Sissani et de la sociologue Rachida Brahim. Celui-ci sera animé par Soraya Guendouz-Arab, directrice adjointe de l’association Approches Cultures & Territoires (ACT). 

Nous discuterons de la façon dont l’ordre colonial et la guerre d’Algérie imprègnent nos imaginaires à partir des travaux de Rachida Brahim sur les crimes racistes commis contre les migrants maghrébins puis leurs descendants entre 1970 et 2003. L’étude de ces crimes montre clairement qu’ils trouvent leur fondement dans la guerre d’Algérie qui a mis fin à 132 ans de colonialisme français. C’est également par ce « détour » historique que l’on peut comprendre comment la figure du garçon arabe et le foulard sont devenus des obsessions de la société française, générant un climat violent et nauséabond.

Concert de Petra Pied de Biche, French Cold Groove féministe et antiraciste. Atelier d’écriture…et autres surprises.

Dans le cadre du Festival 3 Jours Décoloniales et Féministes à Forcalquier.


Jeudi 17 Mai à 18h30

Cinéma le Bourget
7 place du Bourget
04300 Forcalquier

+ d’infos sur la soirée de projection et le Festival "3 jours décoloniales et féministes" à Forcalquier

Vincennes, l’université perdue

Ouverte à tous, l’université de Vincennes, créée à l’automne 1968 et détruite en 1980, incarnait la possibilité d’un autre système d’enseignement. Entre nostalgie et réflexion, ce brillant documentaire rend hommage à une histoire oubliée.

Dans le bois de Vincennes, jadis, il existait une université révolutionnaire. Là-bas, les fils de bonne famille pouvaient s’instruire aux côtés d’étudiants venus du monde entier, le bachelier studieux côtoyait des femmes et des hommes aux parcours sinueux. Là-bas, on expérimentait : suppression des cours magistraux, des limites d’âge, ouverture aux paysans, aux ouvriers et aux non diplômés, naissance d’un département de psychanalyse, de cinéma, création de cours du soir pour les salariés, d’un souk, d’une crèche… Autant de choses impensables pour un pouvoir gaulliste à bout de souffle, protecteur d’un monde ancien. Mai-68 est passé par là et pendant douze ans, Vincennes vit, s’agite, dérange, attirant les meilleurs professeurs du pays, marqués (très) à gauche : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Hélène Cixous, François Châtelet, Jean-François Lyotard, Madeleine Rebérioux, Jacques Rancière ou encore Robert Castel. "La forêt pensante" devient le lieu de référence mélangeant militantisme et savoir. Les luttes sont quotidiennes. La castagne aussi, entre gauchistes et communistes, étudiants et policiers, anarchistes et démocrates… Mais ce joyeux chaos se trouve notamment miné par des affaires de drogue. Le prétexte idéal pour détruire Vincennes à l’été 1980.

Vincennes vit toujours
Que reste-t-il de ces douze années bouillonnantes ? Physiquement, rien, pas même une plaque. Vincennes a tout simplement été effacée de la surface de la terre. Mais Vincennes reste vivante dans les esprits de ceux qui la fréquentèrent. Leurs souvenirs, associés à des images d’archives rares, nourrissent ce superbe documentaire tout à la fois touchant et politique. À travers son film, la réalisatrice Virginie Linhart – fille de Robert, qui enseigna la philosophie à Vincennes – rappelle qu’une autre façon d’enseigner, moins compétitive, moins discriminante, a existé en France. Et que ce modèle a fonctionné.

Disponible en direct sur Arte jusqu’au 20/07/2018

Les Caméras ont la parole - CARTE BLANCHE CINÉ-SOLIDAIRES : REGARDS DE JEUNES SUR MARSEILLE

Depuis sa création le collectif mène des ateliers vidéo avec un public jeune, dans une volonté de transmettre un savoir faire ancré dans une approche documentaire. 

Dans le cadre de ces ateliers sont privilégiés l’écoute et le sens critique tout en valorisant l’importance de se situer.
Cette rencontre sera l’occasion de présenter plusieurs films courts issus de ces ateliers, des films rares qui permettent de découvrir le regard et les paroles de jeunes de Marseille sur le monde qui les entoure.

Projection suivie d’une rencontre avec des participant.e.s aux ateliers (sous-réserve).

La discussion sera suivie d’un apéro dînatoire.

Vendredi 8 juin à 19h
Local de Solidaires 13
29, bd Longchamp
13001 Marseille

Entrée libre

Plus d’infos sur le site : http://www.360etmemeplus.org/
Pour visionner des films des années précédentes c’est ici : http://vimeo.com/ateliers360

Des Figues en Avril

 

Le film « Des Figues en Avril » dessine le portrait drôle et bouleversant de Messaouda Dendoune, filmé par son fils Nadir. Au delà de la personnalité attachante, malicieuse, déterminée et passionnée de la vieille dame de 82 ans, on la découvre au quotidien dans son deux pièces de l’Ile Saint Denis, ponctué par la présence invisible de l’absent. Elle apprend désormais à vivre seule depuis que son mari Mohand, atteint de la maladie d’Alzheimer, a été placé en maison médicalisée. Messaouda, bercée par ses chanteurs kabyles emblématiques, comme Slimane Azem, raconte avec fierté, sa France des quartiers populaires et le devenir de ses enfants.

Ce film fait sa tournée dans le sud pour notre plus grand plaisir :

13 Juin : 2 séances à 15h00 et 18H15 au Cinéma CGR Manosque
14 Juin : 18H30 Cinéma CGR Apt
16 Juin : Marseille : 19H00 Cinéma l’Alhambra
17 juin : Cucuron : 19H00 Cinéma le Cigalon
18 Juin : Port de Bouc : 20H30 Cinéma le Mélies

Un film documentaire de Nadir Dendoune
Durée : 58 mn
Nationalité : France
Production : Mémère Productions
Année : 2018
Entretien autour du film et bande-annonce sur le site de TV5Monde

Méduse cheveux afro et autres mythes

Pour la quinzaine féministe et en partenariat avec le planning familial de Marseille, l’association Baham Arts propose la projection du documentaire "Méduse, cheveux afros et autres mythes" de Johanna Makabi et d’Adèle Albrespy suivi des "Gracieuses" de Fatima Sissani.
Deux documentaires en présence des réalisatrices :

"Méduse, cheveux afros et autres mythes" de Johanna Makabi et d’Adèle Albrespy

De​ ​Londres​ ​à​ ​Paris,​ ​pour​ ​finir​ ​à​ ​Marseille,​ ​nous​ ​partons​ ​à​ ​la​ ​recherche​ de​ ​divers​ ​quartiers afin​ ​d’y​ ​filmer​ ​différents​ ​types​ ​et​ ​techniques​ ​de​ ​coiffure​ ​ :​ ​tresses​ ​collées,​ ​tresses​ ​plates, tresses​ ​plaquées,​ ​tissage,​ ​défrisage,​ ​afro...​ ​Au​ ​détour​ ​de​ ​rencontres​ ​et​ ​de​ ​conversations avec​ ​des​ ​passants​ ​et​ ​coiffeurs,​ ​nous​ ​nous​ ​interrogeons​ ​sur​ ​l’importance​ ​du​ ​traitement​ ​et​ ​de l’entretien​ ​des​ ​cheveux​ ​dans​ ​les​ ​cultures​ ​africaines.​ ​A​ ​travers​ ​les​ ​récits​ ​de​ ​Romy,​ ​Cyn,​ ​Kami et​ ​Louise​ ​nous​ ​suivons​ ​leur​ ​évolution​ ​« ​ ​capillaire​ ​ »​ ​qui​ ​se​ ​révèle​ ​finalement​ ​plus​ ​politique qu’esthétique.

"Les gracieuses" de Fatima Sissani (France/2014-1h19)

Six jeunes femmes. Proches de la trentaine. Elles sont nées dans le même immeuble de la cité des Mordacs à Champigny-sur-Marne, banlieue ouest. Elles ne se sont pas quittées depuis l’enfance. Une relation fusionnelle. Elles racontent, joyeuses et à toute vitesse, cette amitié presque amoureuse et aussi l’identité, les rapports de classe, la relégation spatiale, sociale… À travers le portrait d’une bande de copines, drôles, joyeuses, énergiques mais aussi lucides et émouvantes, voici un regard juste sur la banlieue qui s’éloigne des clichés habituels. Production : 24 images, Girelle Production / Image : Olga Widmer / Montage : Giuliano Papacchioli / Son : M-C. Chery & M. Zeineddine

La soirée se poursuivra par un after au Kaloum pour une soirée afrobeat !

Vendredi 07 Juin 19h00
Vidéodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Partenaires : Planning Familial 13, Quinzaine féministe
Réservation par mail : rap3lles@gmail.com

Plus d’infos :
https://www.facebook.com/events/1831924053539148/
http://baham-sedition.com/interview-johanna-makabi-et-adele-albrespy

FILMS PARTAGÉS À BELSUNCE

BELSUNCE TOUT AMOUR en film ! – Durée 25 minutes

Captation vidéo des 17 et 18 février : Déambulation amoureuse aux terrasses des cafés de Belsunce et paroles d’amour sur la scène ! De terrasses en terrasses, le Commando Poétique… dit et danse des histoires d’amour récoltées auprès des habitant.es de Belsunce. C’est qui ton grand amour, ça fait comment l’amour, c’est quoi ton amour rêvé, ton amour réalité, ton amour perdu, retrouvé, tes amours d’amant.es, d’ami.es, d’enfants, de familles en tout genre, amours d’ici et d’ailleurs, du pays quitté, du quartier habité ? Chacun.e est invité.e à venir dire sur scène des dialogues d’amour, ainsi que les paroles récoltées auprès des habitants de Belsunce ! Un pont d’amour entre le Théâtre et le quartier.
Commando Poétique : Sarah Champion-Schreiber, Mélusine de Maillé, Marien Guillé, Emma Bester et les membres de la Commission Projets participatifs du Théâtre de l’Œuvre. Captation vidéo et montage : Laurence Joachim.

Projet MP2018 Quel Amour, mené par le Collectif Transbordeur et le Théâtre de l’Œuvre en partenariat avec Acam13.
Une proposition du Commando poétique du Théâtre de l’Œuvre à partir de Paroles d’Amour récoltées auprès des habitants de Belsunce.

HAMLET DE BELSUNCE – Durée 50 minutes

Qui est Hamlet de Belsunce ? « Etre ou ne pas être… » avec le fameux monologue en main, nous partons à la recherche de Hamlet dans le quartier. De rencontre en rencontre, on partage cette histoire mythique de Shakespeare, on entre dans les tragédies, les folies, les utopies de habitants… chacun interprète l’histoire à sa manière et nous met sur les traces d’un Hamlet aux visages multiples. Et la poésie du théâtre s’incarne, chez le couturier, le coiffeur, au hammam et dans les cafés…jusqu’à la dernière rencontre…
Avec la participation des habitants et commerçants de Belsunce. Réalisation : Amine Boukraa et Sarah Champion-Schreiber / Théâtre de l’Œuvre

Crédits image : Sarah Champion Schreiber – Hamlet de Belsunce.

Mercredi 13 juin 18.00
Théâtre de l’Oeuvre
1, rue Mission de France
13001 Marseille

Participation libre.

+ d’infos sur le site du théâtre de l’Oeuvre

FILMS D’ATELIER

Depuis 2007, le collectif 360° et même plus anime un atelier vidéo documentaire au lycée Victor Hugo à Marseille. Cet atelier est ensuite devenu une option facultative cinéma-audiovisuel.

Cette rencontre sera l’occasion de découvrir les réalisations des lycéens au sein de cette option durant l’année scolaire 2017-2018.

Liste des films :

« En attendant la belle vie » de M’houssini Ahamada, Moudjibou Bourahima, Abdillah Ridjali et Nassib Said - 10 min

« Le fantôme du lycée » de Andréa Mensah Bonsu et Farah Zemal - 10 min

« Le Phylm » de Djanamema Al-Amini, Kalathoumy Antoy, Aliza Ben Ibrahim et Samira Brai - 9 min

« Les îles oubliées » de Noura Athoumani, Loubna Karani et Nada Raïs - 8 min 30

« Les oubliés de la reconnaissance » de Jérôme Gerbon - 8 min 30

« Les préjugés de notre lycée » de Narimen Attallah, Mohamed Hammadi etOurfani Mohamed Ali - 6 min

« Notre bonne mère » de Doriana Belhouchat, Shainez Mahiedine et Berfin Ucrak - 7 min

« Pas seulement un simple goûter » de Sarah Aitelcadi, Nihel Farroudj et Riziki Moundje - 7 min 30

Mercredi 27 juin à 19h
Au Polygone étoilé
1, rue François Massabo 13002 Marseille

Tram / Métro Joliette
Entrée libre

Un pot sera offert à l’issue de la projection

Plus d’infos sur le site : http://www.360etmemeplus.org/
Pour visionner des films des années précédentes c’est ici : http://vimeo.com/ateliers360

Le Chanteur de Gaza de Hany Abu-Assad

Le Centre d’Animation et de Loisirs de la Busserade, (Marseille 3e) propose la projection en plein air du film "le Chanteur de Gaza" de Hany Habu-Assad le mardi 10 juillet à 21h45. 

Dès 18h il y aura des animations sportives et culturelles, de la petite restauration et une buvette, des jeux pour enfants et la possibilité d’apporter son pique nique.

Mardi 10 Juillet 2018 21h45
CAL de la Busserade
58 rue Cavaignac
13003 Marseille

 

 

OU EST L’AMOUR DANS LA PALMERAIE ?

Documentaire
85 minutes, 2006
Réalisation : Jérôme LE MAIRE
Production : Iota Production


Jérôme Le Maire a fait le choix de quitter la Belgique et depuis un an et demi vit avec sa femme et leurs deux filles dans une palmeraie du sud du Maroc.

Une question le hante : Où est l’amour dans cette palmeraie ? Il semble caché, voilé, enfoui… Mais si Jérôme s’interroge, tente de comprendre et de s’intégrer dans une autre culture qui le bouscule un peu, son nouvel ami, Mansour, cherche l’amour d’une manière bien concrète : il veut trouver une femme et prochainement se marier. Leurs deux enquêtes vont s’éclairer et se nourrir mutuellement.

Mercredi 8 août 2018 17h00
Salle de conférence – BMVR Alcazar
58 cours Belsunce
13001 Marseille

Plus d’informations : http://cmca-med.org/projections-cmca-alcazar-juillet-aout/

Citoyenneté et immigration : six vidéos pour comprendre l’histoire de l’immigration

Génériques propose une série de six vidéos inédites mêlant documents d’archives et infographies animées sur le thème de la citoyenneté et de l’immigration.

La question de la citoyenneté est souvent abordée sous l’angle de la nationalité. Être citoyen c’est exercer son droit de vote, oui, mais pas seulement !

A travers six vidéos mêlant documents d’archives et infographie, Génériques propose de découvrir une histoire de l’immigration par le prisme de la question de la citoyenneté au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

L’exercice de la citoyenneté est un enjeu central des luttes pour l’égalité des droits : droit de vote des immigrés aux élections locales, droit à la régularisation pour les sans-papiers ou encore droit d’association pour les étrangers.

En replaçant ainsi l’histoire des luttes de l’immigration pour l’exercice des droits civiques dans l’histoire de la République française, Génériques œuvre, dans ses vidéos, à interroger certaines idées reçues et ainsi replacer la question de la citoyenneté dans une acception plus large que celle de la nationalité.

Par une approche historique, Génériques propose un dispositif pédagogique à la fois participatif et numérique à l’attention des professionnels de l’enseignement et de la médiation culturelle et sociale afin d’initier un débat auprès du jeune public autour de la thématique « citoyenneté et immigration ». Le cœur de ce dispositif est matérialisé par une vidéo d’une durée de trois minutes, créée en infographie animée, ayant pour vocation à expliciter des notions-clés, à valoriser un corpus d’archives en lien avec l’histoire de l’immigration et à introduire un débat au sein d’un groupe de participants pour d’appréhender cette notion par le prisme de l’histoire et d’aborder plus largement la question des luttes de l’immigration.

La première vidéo de la série est une vidéo introductive qui s’attache à éclairer la notion de citoyenneté et à expliciter le lexique de l’immigration : immigré, étranger ou encore émigré. Elle ouvre alors sur cinq autres vidéos, chacune explorant une thématique à la fois liée à la citoyenneté et à l’histoire de l’immigration :
– Participation à la vie politique
– Habitats, logements et espaces de revendication
– Les luttes au travail
– Femmes immigrées et citoyenneté
– Descendants d’immigrés et nouvelles revendications citoyennes

Retrouvez les vidéos :

http://www.generiques.org/citoyennete-et-immigration/

 

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Attention Travail d’arabe

Exposition, 25 Septembre - 12 Octobre 2018, ACT-CIMADE, Centre social Grand Saint Antoine, Marseille à suivre

Migrations et Créations : vers une inclusion solidaire

Formation ouverte à tous les professionnels avec Pascale Lassabliere, ACT, 26 Septembre 2018, Marseille à suivre

Racisme et discrimination raciale, de l’école à l’université

Colloque International et interdisciplinaire, Université Paris Diderot, du 27 au 29 septembre 2018 à suivre

Autres actualités

DE LA MANUFACTURE DES TABACS À LA FRICHE DE LA BELLE MAI, LIEUX À MÉMOIRES MULTIPLES

Balade patrimoniale, 13 octobre 2018, Marseille, Ancrages à suivre

BELSUNCE NOAILLES, DANS LES COULISSES DE LA VILLE

Balade patrimoniale, 29 octobre 2018, Marseille, Migrantour -Ancrages à suivre

10ÈME JOURNÉE D’ÉTUDE : LES HAMEAUX DE FORESTAGE DE PROVENCE

Journée de témoignages et d’échanges, 22 septembre 2018, Ongles, MHeMO à suivre

EXPOSITION : « DERRIÈRE LA BOURSE », ARCHÉOLOGIE D’UN QUARTIER : 1860-2017

Exposition, jusqu’au 30 septembre 2018, Marseille, Musée d’Histoire de Marseille à suivre

Karaoké Méditerranéen

Karaoké, 20 Septembre 2018, Marseille, Ancrages et Pangée Network à suivre

Exil – Etre ici aujourd’hui

Exposition- tables rondes-spectacles, 26 Septembre au 30 Septembre 2018, Ongles, Manifeste Rien MHeMO à suivre

La Domination Masculine : par le collectif Manifeste Rien de Pierre Bourdieu et les textes de Tassadit Yacine

Pièce de théâtre, 22 Septembre 2018, Ongles, Manifeste Rien MHeMO à suivre

Ressources

Kaoutar Harchi, sociologue de la littérature à suivre
Une vie non fasciste à suivre
Théâtre Public N° 229 – Etats de la scène actuelle 2016-2017 à suivre
Les violences sexistes à l’école - Une oppression viriliste à suivre
Citoyenneté et immigration : six vidéos pour comprendre l’histoire de l’immigration à suivre

Mise à jour : mardi 11 septembre 2018 | Mentions légales | Plan du site |