Revues

L’interculturel

Consulter l’intégralité de la revue ou accder aux différents articles par les liens ci-dessous

Sommaire

Bienvenue en interculturalie
David D’HONDT
Nous sommes le 14 février. Je donne cours en dernière heure dans une école bruxelloise dont la réputation n’est plus à faire. Trois mois plus tôt, un enseignant, d’origine juive, avait essuyé une attaque antisémite.

Les leçons de la comparaison
Marie VERHOEVEN
Si la plupart des pays d’Europe occidentale de « vieille immigration » sont multiculturels de facto, les politiques éducatives nationales de « traitement de la diversité culturelle » sont extrêmement diverses et reposent sur des philosophies de l’intégration différentes.

Un gant de boxe pour un ring social
Miguel LLOREDA
Je travaille dans le département pédagogique d’une haute école. Je suis chargé du cours de maitrise de la langue orale et écrite. Si, en français, le taux d’échec reste dans la « moyenne » (+/- 50 %), en maitrise de la langue, il est impressionnant et décourageant (+ /- 75 %). Pourtant, ce dernier cours vise à remédier aux carences éventuelles que nos étudiants ont en français au sortir du secondaire.

Passages avec passeurs
Jean-Michel ZAKARTCHOUCK
Il y a ceux qui croient à la table rase : les élèves doivent laisser au vestiaire leurs représentations, notamment culturelles pour pouvoir religieusement accéder à la « grande Culture » ; oublier le rap et la pub pour aller vers les sommets de la musique ou de la littérature. Il y a, à l’inverse, ceux qui pensent impossible au fond ce cheminement vers les grandes œuvres, qui estiment indispensable de s’appuyer sur ce qui est familier aux élèves, ce qui leur parle vraiment et qui vont organiser une sortie à Eurodisney avec un vague prétexte d’ouverture à la culture anglo-saxonne.

Une Escale pour s’en sortir
Jean-Paul LANG
Dans le nouveau Contrat pour l’école, un des maitres mots qui permettra de combattre les inégalités sociales devant l’école, le dispositif qui fera que promis-juré, on ne reproduira plus les erreurs pédagogiques du passé, c’est « remédiation ». Quelles pratiques peuvent se loger dans pareils mots ? Une équipe pédagogique française s’y est collée. Histoire d’un parcours.

Des classes pour les élèves primo-arrivants
Alain CLIGNET
Situé à la frontière des communes d’Anderlecht et de Koekelberg, à proximité de la gare du Midi et du « Petit Château », le quartier où se situe notre établissement est mêlé depuis plus de cinquante ans à l’histoire des diverses migrations.

Puisqu’ils sont Belges, ils ne posent plus de problèmes
Miguel LLOREDA
Ce qui fut d’abord un hasard lié aux réaffectations, est devenu un choix : sociologue devenue institutrice primaire, Stéphanie Saintenois travaille dans les quartiers populaires de Bruxelles depuis une dizaine d’années.

L’autorité du sarrasin face au sanglier
Louis-Michel LIBERIQUE
À l’usine ou au bureau, en famille comme à l’école, il y a des règles. À l’usine comme à la maison, celles-ci peuvent être rigides : on ne regarde pas la télévision en semaine après 19 heures c’est comme ça et ce sera toujours comme ça. Elles peuvent aussi être faibles : parfois on regarde la télé jusqu’à 22 heures sans problème et parfois à 20 heures on se fait engueuler. Elles peuvent enfin être souples : normalement on ne regarde pas la télé après 19 heures, mais s’il y a une émission intéressante ou un beau film, alors on peut négocier. Je regarde aujourd’hui, je vais au lit plus tôt demain. Il y a des règles, elles sont connues et en plus je peux participer à leur négociation. Elles encouragent l’anticipation et l’autonomie. Question centrale : comment favoriser un rapport souple aux normes dans les milieux populaires ?

Cachez ces immigrés que nous ne voulons toujours pas voir
Andréa REA
Quand on parle d’école « en milieu multiculturel », on a en tête des images de jeunes d’origine marocaine ou turque. Comme si cette focalisation sur nos immigrés d’hier servait à faire écran sur ceux d’aujourd’hui. Avons-nous su réellement tirer les leçons du passé ? Quels futurs problèmes nous prépare notre aveuglement d’aujourd’hui ?

Un itinéraire de découverte

Jean-Michel ZAKARTCHOUCK
Les itinéraires de découverte (IDD) en collège sont des dispositifs qui reprennent en gros les grands principes de l’éducation nouvelle : interdisciplinarité, pédagogie de projet, travail sur un temps long (une douzaine de semaines), choix relatif des élèves, travail de groupes. Ils donnent la possibilité de travailler sur l’axe culturel, en permettant justement de relier passé et présent, d’ancrer des phénomènes culturels dans une expérience vécue par les élèves.


Égalité des chances ou école démocratique ?

Les mots sont des pièges. L’égalité des chances est inscrite au cœur des valeurs démocratiques mais c’est une expression ambiguë, slogan politique justifiant la méritocratie et “label” appliqué à des actions disparates et sans cohérence. Elle se fonde sur un libéralisme prônant l’individualisme et niant les déterminismes sociaux à l’œuvre qui transforment les victimes en coupables. (…)
Peut-être faut-il préférer au concept ambigu d’égalité des chances celui d’égalité effective d’accès à l’éducation, à la formation, à la culture et à la qualification  ? Choisir la réussite de tous plutôt que la seule méritocratie. Se mettre dans cette perspective nécessite de réfléchir aux conditions de la réelle démocratisation du système éducatif, de promouvoir le travail souvent méconnu des enseignants et des équipes qui s’efforcent, au quotidien, de rendre l’école un peu plus égalitaire. Tout en sachant aussi que l’action de l’école est freinée par les inégalités fortes existant dans la société.

Présentation, sommaire, articles en ligne et bon de commande sur le site du CRAP - Cahiers pédagogiques

Education et religion


Sommaire

Consulter

Articles en ligne

Éditorial

Marie Raynal

Entretien
 avec Marcel Gauchet

Interview de Dominique Borne, président de l’Institut européen en sciences des religions
 
Bibliographie

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.
L’abonnement à la revue (4 numéros par an) est de 28 € seulement, port compris.

 

L’immigration en France

  • Le point : Venus d’ailleurs
  • Décryptage : Le trait xénophobe
  • Droit : Dans le maquis juridique
  • Histoire : Un passé colonial qui ne passe pas
  • Interview : « Voir la différence culturelle comme une chance »
  • Sociologie : Les trois âges de l’intégration
  • Poster : Les Chinois de France fêtent le Nouvel An
  • Hors champ : Comment enseigner l’histoire de l’immigration ?
  • Ressources
  • Abonnement
  • TDC en ligne école / collège / lycée : pistes pédagogiques à consulter et à télécharger
  • Fiche de documentation
  • Place dans les programmes


Lire la présentation détaillée de la revue sur le site du CNDP

La revue TDC coûte 4 € et peut être commandée en ligne ou dans toutes les librairies du réseau SCEREN-CNDP.

L’école et les cultures

Sommaire

Consulter

Articles disponibles en ligne

Minorités culturelles, rapport au savoir dans l’école française et impact de l’héritage colonial
Halima Belhandouz

 
Interculturalité, laïcité : comment préserver les valeurs démocratiques ? Leçons d’une démarche de formation
Chahla Beski-Chafiq
 
L’éducation interculturelle et l’éducation à la citoyenneté.
Quelques pistes pour s’orienter dans la diversité des conceptions

Fernand Ouellet
 
Éducation interculturelle : état des lieux
Françoise Lorcerie
 
Diversité culturelle et pratiques pédagogiques. Opinions et attitudes des professeurs des écoles de l’académie de Créteil
Florence Legendre
 
Les formations à l’interculturel en IUFM : sous les pavés, la plage
Maryse Hedibel

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.
L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 € seulement, port compris.

 

La discrimination ethnique, réalités et paradoxes


Sommaire

Consulter

Articles en ligne

Éditorial
Marie Raynal

Entretien avec Jean Baubérot

Fortune et infortune d’un mot : l’intégration. Jalons d’une discussion entre sociologues et politiques
Nacira Guénif-Souilamas

Ethnicité, relations interethniques ou ethnicisation des relations sociales
Les champs de la recherche en France

Ahmed Boubeker
  
Discrimination et mixité.
Ingénierie sociale ou art des mélanges ?

Jean-Manuel de Queiroz

Interview de Blandine Kriegel,
présidente du Haut Conseil à l’intégration
  
Bibliographie sélective

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.
L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 €seulement, port compris.

La scolarisation des enfants du voyage


Sommaire

Consulter

Articles disponibles en ligne

La population dont on parle : caractéristiques, rapport à l’école
Alain Reyniers
 
Scolarisation, obligation scolaire : approches réglementaires.
Frédéric Carré
 
Les temporalités et les spécificités d’intervention
Michel Delsouc

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande.
L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 €, port compris.

Formation des élites et ségrégation scolaire

Stratégies d’évitement et choix de l’établissement scolaire

L’orientation : un autre facteur d’élitisme

La notion de marché scolaire

Ségrégation scolaire et ségrégation sociale

Lettre de la VST n°14 - janvier 2006

"formation des élites et ségrégation scolaire"
Lire le dossier complet


L’école et la pluralité ethnique


Lire la présentation de la revue coordonnée par Françoise LORCERIE

Vous pouvez également commander ce numéro sur le site des Cahiers pédagogiques

Sommaire

Comprendre la situation
Maryse Hédibel : À quoi reconnaît-on un élève musulman ?
Mohamed Keskas : « Pour sauver l’honneur ! »
Abdeljalil Akkari : Enseignants mono-ethniques et classes pluriculturelles
Entretien avec Bertrand Dubreuil : Double figure et double culture
Alexandra Poli : Racisme ou pas ?
Olivier Noël : Lever le voile... sur les pratiques discriminatoires
Bikhu Parekh : Le sentiment de commune appartenance
Christophe Bertossi : Le débat britannique
Anja Rudiger : L’Union européenne et les « cultures de l’égalité »

Agir avec les élèves en classe et dans l’institution
Jacqueline Castany : L’intégration au « quotidien »
Raymonde Ferrandi : Les attitudes xénophobes chez l’enfant
Brigitte Tahhan : Enseigner l’arabe ?
Christine César : La cuisine comme espace interculturel
Montserrat Alava : La scolarisation des enfants du voyage
Vijé Franchi : Former à l’interculturel
Annie Burger-Roussennac : Pourquoi l’école a-t-elle si peur de l’autre ?
Sabine Contrepois : 2001 : Leçon d’humanité
Jean-Michel Zakhartchouk : Culture(s) arabe(s) et prof de français
Chantal de Santis : Des jeux pour éduquer au non-racisme
Daniel Moréno : Rencontres chantées
Nicole Blondeau : À l’Université, dépasser l’ethnocentrisme
Chérifa Benabdessadok et Alain Pellé : L’éducation au non-racisme
Anne Verlaguet et Pierre Étienne Vanpouille : Pour une politique d’établissement

Actualité Ville Ecole Intégration (VEI)

• Intégration : politique de la ville, exclusion, action sociale, santé, identités communautaires et relations interculturelles, témoignages, littérature, médias...

• Éducation : ZEP, lutte contre l’échec scolaire et l’illettrisme, pédagogie, psychologie, outils pédagogiques, littérature de jeunesse, langue d’origine, formation des enseignants et activités périscolaire.

• Formation : organisation et structures de la formation, formation de formateurs et travailleurs sociaux, alphabétisation et lutte contre l’illettrisme des adultes, formation des immigrés.

Consulter le dernier numéro de la revue en ligne

L’ensemble des références signalées dans la revue est consultable au centre de ressources VEI et répertorié dans la base de données documentaire.

Enseigner en milieu ethnicisé, face à la discrimination


Sommaire

Consulter

Articles en ligne

Ethnicisation des rapports entre élèves : une approche identitaire
Vijé Franchi

La coupure et l’éloignement entre le corps enseignant et le quartier, les parents, les élèves... en école maternelle
Odile Sotinel

« L’ethnicité, c’est les autres. »
Formes et enjeux de la relation de l’école aux milieux disqualifiés

Jean-Paul Payet

Le communautarisme en question
Michel Oriol

Qu’entend l’élève à l’école de ses appartenances et de ses indéterminations ?
Olivier Douville

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.

Violence en milieu scolaire - recherches, pratiques exemplaires et formation des maîtres

Sommaire

Consulter

Articles en ligne

Introduction
Catherine Blaya, Claire Beaumont 

La violence à l’école : une mondialisation
Éric Debarbieux 

Prévention des violences en milieu scolaire : quelle formation pour les enseignants ? L’exemple de l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais
Maryse Esterle-Hedibel

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.
L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 € seulement, port compris.

Les chantiers de l’histoire

Lire le sommaire de la revue et les résumés


Articles en texte intégral

L’histoire de l’immigration en France : état des lieux des recherches, perspectives d’avenir, Gérard Noiriel
 
Bibliographie sur l’histoire de l’immigration en France


Accéder au site de la revue Hommes & Migrations

Commander ce numéro par correspondance ou via les points de vente

L’immigration en France au XXe siècle


L’immigration en France au XXe siècle - Première partie

N°383, juillet-août 2003

Les Chemins de l’immigration

L’immigration en France au XXe siècle. Tendance d’ensemble (Ralph Schor)
Les Italiens en France (Eric Vial)
Les Belges en France aux XIXe et XXe siècles (Anne Morelli)
Les Polonais en France aux XIXe et XXe siècles (Janine Ponty)
Les Espagnols en France au XXe siècle (Geneviève Dreyfus-Armand)
La France et les Européens de l’Est : un courant migratoire hier privilégié, aujourd’hui marginal (Anne de Tinguy)
L’immigration hongroise en France au XXe siècle. Vie politique et associative (Benjamin Janicaud)
Mouvements migratoires et présence des populations tsiganes en France (Alain Reyniers)
L’immigration maghrébine et le poids colonial (Claude Liauzu)
Un siècle de présence africaine en France (Philippe Dewitte)
Présence arménienne en France : une migration en exil, la diaspora du XXe siècle (Martine Hovanessian)
Les Chinois en France : anciennes et nouvelles migrations (Michèle Guillon)

L’immigration en France au XXe siècle - Deuxième partie
N°384, octobre-novembre 2003

II - Des régions d’immigration
Etrangers et immigrés en région parisienne (XIXe et XXe siècles) (Marie-Claude Blanc-Chaleard)
La Lorraine : modèle d’intégration ? (Didier Francfort)
Les étrangers dans le Sud-Ouest (Pierre Guillaume)
L’immigration à Marseille au XXe siècle (Emile Temime)
La figure de l’immigré dans les Alpes-Maritimes : le spectre du clandestin (1980-2000) (Yvan Gastaut)

III - Les immigrés dans les grands débats du XXe siècle
"Immigrés malgré eux" : soldats et travailleurs coloniaux en France pendant la Première Guerre mondiale (Marc Michel)
Les étrangers en France pendant la Seconde Guerre mondiale (Jean-Marie Guillon)
Les jeunes de l’immigration algérienne et les représentations de la guerre d’Algérie. Ecrits, processus identificatoires (Benjamin Stora)


L’immigration en France au XXe siècle - Troisième partie

N° 385, janvier 2004

III - Les immigrés dans les grands débats du XXe siècle (suite)
"A Nanterre, ça bouge" : immigrés et gauchistes en banlieue, 1968 à 1971 (Daniel Gordon)
L’immigration, entre politiques publiques et opinion (1945-1990) (Yvan Gastaut)
L’Extrême-Droite en mots. Des années 1930 aux années 1980 (Ralph Schor)
L’Eglise de France et les immigrés au XXe siècle (Ralph Schor)
Faut-il revoir la politique européenne de l’immigration ? (Catherine Wihtol de Wenden)

IV - Vivre en France : les avatars de l’intégration
De l’intégration (Ralph Schor)
Sociologie des migrations : bilan et perspectives (Marie-Antoinnette Hily)
Familles et immigration (Jocelyne Streiff-Fénart)
Le logement des migrants en France du milieu du 19e siècle à nos jours (Claire Lévy-Vroelant)
A l’école, l’immigration. Evolutions des politiques scolaires d’intégration (Marie Lazaridis et Alain Seksig)
La scolarisation des enfants issus de l’immigration : les avatars d’une question disputée (Jean-Pierre Zirotti)
Le racisme en France à l’aune des sondages (Nonna Mayer, Guy Michelat)
Le "seuil de tolérance", une justification du racisme (Yvan Gastaut)
"L’affaire du foulard" : la laïcité à l’épreuve de l’immigration (1989) (Yvan Gastaut)
France de l’immigration : à la découverte d’un patrimoine (Laure Teulières)
Des cartes pour voir et chercher à comprendre (Sandrine Alinat, Christian Carrié, Georges Roques)

La revue Historiens & Géographes est éditée par L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (quatre numéros par an). Elle met aussi à la disposition des étudiants, des professeurs, des chercheurs, du grand public, un ensemble de rubriques scientifiques (histoire, géographie), pédagogiques et culturelles.

Etrangers, immigrés, français

UN SIÈCLE D’IMMIGRATION ÉTRANGÈRE EN FRANCE
Pierre Milza 

LIEUX ET METIERS DES ETRANGERS EN FRANCE DEPUIS 1851
Hervé Le Bras

MARSEILLE, VILLE DE MIGRATIONS
Emile Témime 

L’IMMIGRATION MAGHRÉBINE EN FRANCE
Charles-Robert Ageron

L’ÉVOLUTION DES ATTITUDES POLITIQUES DES IMMIGRÉS MAGHRÉBINS
Rémy Leveau, Catherine Withold De Wenden 

LES HISPANO-AMÉRICAINS. SUCCÈS ET LIMITES D’UN AUTRE CREUSET
Marie-France et Marilene Toinet 

LE FACTEUR RELIGIEUX ET L’INTÉGRATION DES ÉTRANGERS EN FRANCE, 1919-1939

Ralph Schor 

DU BON USAGE DES IMMIGRÉS EN TEMPS DE CRISE ET DE GUERRE, 1932-1940
Pierre Guillaume 

LA GAUCHE, LA CRISE ET L’IMMIGRATION
Olivier Milza

IMMIGRATION : LE FIN MOT DE L’HISTOIRE
Gérard Noiriel 

Vingtième Siècle, revue d’histoire est publiée trimestriellement par les Presses de Sciences Po dans le cadre d’une convention avec l’Association pour l’histoire du vingtième siècle

La scolarisation des élèves nouvellement arrivés en France. Programme national de pilotage de la direction de l’enseignement scolaire


Sommaire

Consulter

Articles en ligne

Discours d’ouverture
Jack Lang

« Le Français langue seconde » présentation du document d’accompagnement pour l’enseignement du français en classe d’accueil
Denis Bertrand, Catherine Marcus, Gérard Vigner, Jean-Louis Chiss

Atelier 1 : Modalités d’accueil des élèves ; modes et outils d’évaluation

Atelier 2 : Modules de scolarisation : quels enseignements, quels fonctionnements ?

Atelier 3 : formation, contenus de formation, recrutement et accompagnement des enseignants

Les élèves nouveaux arrivants : obstacles linguistiques et motivation scolaire

Claire Schiff

Les enjeux de l’enseignement professionnel pour les nouveaux arrivants
Nicolas Voisin

Annexe : Convention MEN-DPM-FAS

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande.
L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 € seulement, port compris.

Discrimination : perspectives de la psychologie sociale et de la sociologie

« La discrimination est un objet particulièrement propice à la pluralité des approches. Elle est observée ou éprouvée dans les expériences les plus communes de la vie quotidienne. Mais elle est en même temps connotée par les inégalités historiquement constituées entre groupes et cultures. De là l’indéniable pertinence de faire dialoguer sur ce thème psychologues sociaux et sociologues »

Présentation de la revue et articles en ligne sur le site de la revue

Préjugés et stéréotypes

“They” are Less Human than “We” are : Modern Prejudice in Human Terms - Jeroen Vaes
La fonction sociale des préjugés ethniques - Serge Guimond
Valeurs et perception stéréotypée des groupes - Pascal Morchain
De la naissance d’un stéréotype à son internalisation - Georges Schadron

Lutte contre les discriminations : politiques et pratiques

The Contributions of Organizational Justice Theory to Combating Discrimination - Dirk D. Steiner et Marilena Bertolino
Perceptions of Discrimination and Need for Affirmative Action Among Asian Americans : Is It Need or Self-Interest ? - Vaunne Ma Weathers et Donald M. Truxillo
Positions libérales, positions radicales dans la lutte contre les inégalités racistes - François Vourc’h et Véronique De Rudder
Pratiques syndicales de lutte contre les discriminations : une étude de cas - Philippe Poutignat

La discrimination, de l’école au lieu de travail

Les jugements des élèves issus de l’immigration sur les décisions d’orientation scolaire et les conditions de leur scolarisation - Jean-Pierre Zirotti
Insertion professionnelle et discriminations : l’accès à l’emploi des étudiants issus de l’immigration en région Provence - Alpes - Côte d’Azur - Alain Frickey et Jean-Luc Primon
Modéliser la discrimination à l’embauche - Victor Borgogno et Lise Vollenweider-Andresen
L’attribution de paranoïa comme délégitimation de la parole des minoritaires : l’exemple d’une entreprise de transports publics - Jocelyne Streiff-Fénart
La discrimination systémique dans le système éducatif français - Philippe Perrot

L’enseignement des « questions vives » : lien vivant, lien vital, entre école et société ?

(...) Enseigner des questions vives est en effet une entreprise à risques multiples, pour l’école elle-même, pour les enseignants mais aussi pour les élèves. Mais c’est aussi un puissant vecteur de rénovation et de progrès pour chacun des acteurs, tant sont essentiels les enjeux à la clé.

Lire l’intégralité de la lettre sur le site de l’INRP

Sommaire

Enfants et jeunes nouvellement arrivés : guide de l’accompagnement éducatif

L’accompagnement éducatif de ces enfants n’est pas qu’une affaire de spécialistes. Tous, enseignants, étudiants, parents, travailleurs sociaux, simples voisins… ont leur rôle à y jouer ; tous ont à apprendre de telles rencontres, et d’un regard neuf et questionnant sur notre environnement et nos pratiques. Responsabilité partagée, l’accompagnement de ces enfants est aussi un acte de solidarité et ce rapport à l’altérité une chance pour notre société.

Ce guide, riche des points de vue de chercheurs et professionnels et de l’expérience capitalisée par les étudiants bénévoles de l’AFEV et d’autres associations en matière d’accompagnement éducatif, s’adresse à toute personne susceptible d’intervenir auprès de ce public et en demande de réflexion et d’outil.

Lire la présentation de l’ouvrage et le sommaire sur le site de l’INJEP

Enseigner l’histoire de l’immigration

Sommaire

Voir la présentation et le sommaire sur le site du centre de ressources Ville Ecole Intégration.

Articles en ligne

Entretien avec Nancy Green, historienne, directrice d’études à l’EHESS (pdf, 221 ko)

L’enseignement des histoires de l’immigration et de la colonisation
Interview de Françoise Lantheaume (pdf, 339 ko)

Bibliographie (pdf, 100 ko)

La revue VEI est disponible dans les librairies des CRDP et CDDP ainsi que sur commande auprès de VEI.

L’abonnement annuel à la revue (4 numéros) est de 28 €, port compris.

Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée

 Sommaire

Lire le sommaire et les résumés des articles sur le site de la revue

Articles en ligne

Les petits entrepreneurs d’origine maghrébine
Mohamed Madaoui

Le “hrague” ou comment les Marocains brûlent les frontières
Arab Chadia

Abonnement

L’abonnement annuel Découverte coûte 29 € pour 6 numéros

Figures du ghetto. Penser, classer, administrer la pauvreté

"Il est paradoxal que, bien qu’elles aient fait un large usage du « ghetto » comme terme descriptif, les sciences sociales ne soient pas parvenues à en forger un concept analytique robuste.
Dans l’historiographie de la diaspora juive aux débuts de l’Europe moderne et sous le nazisme, dans la sociologie de l’expérience noire américaine au sein des métropoles du XXe siècle, et dans l’anthropologie des parias ethniques en Afrique et en Asie orientale, ses trois domaines traditionnels d’application, le terme de « ghetto » renvoie tantôt à un secteur urbain borné, tantôt à un canevas d’institutions spécifiques à un groupe donné, tantôt à une constellation culturelle et cognitive (valeurs, symboles, façons de penser ou mentalité) impliquant l’isolement socio-moral d’une catégorie stigmatisée ainsi que l’amputation systématique de l’espace et des chances de vie de ses membres.
Mais aucun de ces courants de recherche n’a pris la peine de spécifier ce qui fait un ghetto en tant que forme sociale, lesquels de ses traits sont constitutifs et lesquels sont dérivatifs.
Ils se sont contentés, à chaque époque, de prendre comme allant de soi et d’adopter le concept indigène en cours dans la société considérée - ce qui explique que la notion, semblant transparente, ne figure point dans la plupart des dictionnaires de sciences sociales.

Lire le résumé des articles sur le site CAIRN voire acquérir la revue

La revue Actes de la recherche en sciences sociales sélectionne la production d’un vaste réseau international de chercheurs de sciences humaines et sociales, dans la perspective d’une sociologie critique des modes de domination. Ce numéro a été coordonné par Franck Poupeau, Sylvie Tissot et Loïc Wacquant.

L’éducation prioritaire en France et dans le monde anglo saxon

La Cellule de veille scientifique et technologique (VST) de l’Iinstitut national pour la recherche pédagogique (INRP) propose, en partenariat avec le Centre Alain Savary, un dossier thématique sur l’éducation prioritaire.

Ce dossier s’est construit suivant deux éclairages. Un premier faisceau cible, dans une note de synthèse, la recherche sur l’éducation prioritaire en France. Un second faisceau permet de comparer l’éducation prioritaire en France et dans le monde anglo saxon.

Consulter le dossier en ligne sur le site de la VST.

Visiter le site du centre Alain Savary, centre national de ressources sur les pratiques éducatives et sociales en "milieux difficiles".

Fragmentations territoriales et inégalités scolaires : des relations complexes entre la distribution spatiale, les conditions de scolarisation et la réussite scolaire des élèves

Comment varie la réussite scolaire selon le lieu de scolarisation, notamment à l’entrée et au sortir du collège ? Comment comprendre les différences constatées ? Ces questions ont été travaillées en se fondant conjointement sur des comparaisons statistiques et des enquêtes de terrain.

La mesure des écarts entre les résultats observés et attendus, compte tenu des caractéristiques sociales des familles des élèves, et selon divers découpages géographiques atteint une amplitude digne d’intérêt dans deux groupes minoritaires de départements. Les départements où les résultats sont nettement inférieurs à l’attendu sont beaucoup plus urbanisés et ségrégués. Les disparités entre collèges et les inégalités de réussite selon l’origine sociale y sont exacerbées, tandis qu’elles sont considérablement réduites dans les territoires en surréussite, peu urbanisés. Les variations de réussite scolaire, selon le lieu de scolarisation, sont plus marquées pour les publics d’élèves socialement défavorisés. Elles résultent d’inégales fréquences de « perturbations » et d’inégales ressources des familles pour s’en prémunir.
Toutefois, les enquêtes indiquent la possibilité de surréussite dans des secteurs très populaires quand des coopérations durables favorisent la construction de réponses ajustées aux besoins des élèves.

Télécharger l’intégralité de la revue (505 ko, pdf) depuis le site de l’Education nationale.

La communauté éducative

La notion de communauté suscite un grand intérêt aussi bien dans la sphère des chercheurs que dans celle des décideurs politiques.
Cependant, le mot renvoie de façon souvent assez floue à des situations sociales très diverses : au pays d’origine, à la religion, à une activité artistique ou scientifique, à des catégories administratives (communautés urbaines par exemple), à un groupe d’amis, à une langue commune, au genre… ou encore à des modes de communication informels, sur Internet ; toutes communautés, donc, qui n’ont pas grand-chose à voir les unes avec les autres.
Pour trouver un point commun, on pourrait dire que faire partie d’une communauté désignerait donc à la fois une appartenance et une organisation plus ou moins structurée en fonction d’objectifs ou d’intérêts communs.

Présentation sur le site du CNDP

Editorial de Marie Raynal (Pdf 89 ko)

Entretien Joël Roman (Pdf 122 Ko)

Interview de Dominique Schnapper (Pdf 117 Ko)

Rétrospective
L’universel républicain revisité
Dominique Schnapper (Pdf 107 ko)

Entretien avec Chris Laroche
Proviseure du lycée Robert-Doisneau, à Vaulx-en-Velin (Pdf 105 ko)

Bibliographie (PDF, 83 ko)



 

 

Les parents et l’école

Les recherches ont abordé les relations parents-école de multiples façons. Certaines s’efforcent d’identifier les styles d’éducation familiale les plus favorables à la réussite scolaire et se posent même la question d’éduquer les parents.

D’autres s’attachent plutôt aux relations entre l’école et la maison, en soulignant combien le dialogue parents-enseignants peut être contrarié par de nombreux décalages mais en montrant aussi que des partenariats plus fructueux peuvent être expérimentés. Des programmes institutionnels en ce sens sont développés par plusieurs gouvernements.
La participation collective des parents dans l’école est aussi parfois scrutée comme facteur d’encouragement à une implication plus « citoyenne », non sans tensions quand les parents pénètrent dans le domaine implicitement réservé aux professionnels. Si l’on parle facilement de « parentocratie » dans certains pays, l’expression est peut-être encore trop forte pour la France.
Pour autant, des analyses constatent que les stratégies de choix et d’évitement des parents sont déjà constitutives de quasi-marchés scolaires dans de nombreuses régions et agglomérations, où l’offre scolaire devient l’un des critères prépondérants de certaines catégories sociales pour choisir leur lieu de résidence !
La cellule de Veille Scientifique et Technologique (VST) de l’INRP propose ici un aperçu de ces différentes approches à partir de quelques résultats des recherches françaises et internationales récentes.

•  Le rôle des parents dans la réussite scolaire

•  Du parent usager au parent partenaire de l’école

•  Stratégies parentales et marchés scolaires

• Bibliographie

Lire ou télécharger le dossier complet (pdf, 11 pages) sur le site de l’INRP

Ecole et familles populaires

Ecole, famille : deux institutions rivales ou complémentaires ? Alliées ou ennemies ? Les relations entre ces deux écosystèmes dans lesquels grandissent les enfants sont, structurellement, difficiles. Entre l’école et les familles populaires c’est souvent encore plus pénible. Pourquoi ?

Dans ce dossier, Pierre Périer et Daniel Thin, sociologues, exposent les résultats de leurs enquêtes et proposent leurs analyses.
Leurs textes sont issus de conférences données à l’INRP en octobre 2006 dans le cadre de journées d’études organisées par le centre Alain Savary sur la question des dispositifs relais et des familles.

Télécharger le dossier (8 pages, pdf) depuis le site de l’INRP

 

Les mots de l’immigration


Ce numéro voudrait contribuer à la déconstruction nécessaire de ces usages en rendant aux mots qui disent l’immigration leurs capacités à symboliser le « faire société » les uns avec les autres, contre les maniements diabolisant les uns en soudoyant quelques « autres ». Il se veut un outil pratique (de réflexion et de pédagogie pratiques) aussi bien contre les illusions que les prédictions créatrices qui gangrènent le vécu et l’imaginaire des rapports sociaux.

Face à l’aveuglement de la raison (aveuglement pour lequel la force et le calcul font office de politique) et à ses effets violents sur la société, cette déconstruction est plus qu’indispensable.

La diversité, la complémentarité et le croisement des approches, des disciplines et des styles des auteurs qui ont collaboré à ce numéro y contribuent. Ils appellent tous à une distanciation critique comme riposte adéquate au maniement confusionnel qui règne dans les usages actuels des mots de l’immigration. ( Editorial de Abdellatif Chaouite).

Sommaire

Les enjeux de l’apprentissage de la langue française


Parler de l’apprentissage de la langue consiste-t-il à répéter toujours les mêmes évidences ou platitudes sur la nécessité de maîtriser la langue commune et son importance dans la réussite scolaire, sociale et professionnelle des enfants ? S’agit-il de pointer également les mêmes divergences ou polémiques enfermantes qui présentent les enjeux de façon antagoniste et ponctuent le débat entre déni des difficultés et lamento nostalgique sur le passé, à la recherche de la langue parfaite, pour plagier un titre d’Umberto Eco ?
Opposer une « langue libre » à celle qui serait « corsetée » (Alain Rey), une parole ancrée dans l’existence concrète à une autre, fixée par l’histoire, prôner une rigueur académique en dépit de tout ou militer au contraire pour une ouverture insoucieuse soulignent surtout, sur fond de querelles d’écoles et idéologiques, une forme d’inquiétude et d’impuissance à résoudre les difficultés rencontrées par certains jeunes.
Tout le monde converge sur le fait que la langue est un outil de sélection sociale et que des inégalités existent dès le plus jeune âge entre les élèves : certains possèdent déjà « le bon usage », c’est-à-dire la variété linguistique légitime, d’autres, qui pourtant viennent à l’école pour l’apprendre, sont mis à l’épreuve et vivent souvent l’échec.

Sommaire

Fumigène. Diversité – Cultures - Politique

" C’est notre vision de « la rue » que nous voulions poser sur papier : populaire, animée, riche de toutes ses différences ; des pavés et du béton au kilomètre, en blocks, en barres, des îlots d’espaces verts, des bouffées d’oxygène polluées, du son, des scratchs, des beats, des images, des scènes, des luttes, vécus par des gens de tous horizons, de toutes origines et de tous âges. (…)
A chaque numéro, des idées, un dossier, des débats, des reportages, des rencontres, des chroniques, toutes les cultures et tout ce qui fait la diversité des quartiers. Du rap à la danse, du jazz aux musiques du monde, en passant par le théâtre citoyen, le cinéma et médias engagés, les collectifs solidaires, les initiatives pluriculturelles, Fumigène n’a que les limites de son nombre de pages. La preuve que nos quartiers n’ont pas besoin d’être passés au Kärsher pour se réveiller. Par les temps qui courent, il n’est question que de ça, « créer » et « résister ». Et c’est déjà pas mal. Alors que la maxime du système actuel semble être « Marche ou crève », Fumigène écrit « Flâne et rêve » … "

Music

Images

Scènes

Livres

Luttes

Vidéos

L’abonnement (8 numéros par an) coûte 20 €

Respect mag

« A Respect Magazine, on trouve des éducateurs qui parlent musique, des rappeurs qui ne s’enferment pas dans le rap, des danseurs qui écrivent sur la boxe, des pratiquants qui réfléchissent sur la laïcité, des sans confessions qui échangent avec les religions, des chefs d’entreprise qui font du social, des associatifs qui parlent économie, des étudiants qui n’oublient pas leur quartier. Une championne de triple-saut, un retraité hypermotivé, des psys, des calli-graffeurs, des poètes engagés dans la prévention du sida, des pros de la presse venus tant pour apprendre que pour donner... Respect Magazine, c’est avant tout une rencontre : celle qui "n’est jamais un hasard mais une nécessité" (Jacques Monod) »

Thématiques présentées sur le site
Cultures
Questions de jeunes
Garçons / filles
Diversité - discriminations
Mémoires
Religions
Emploi
Banlieue
Sport
Société
Musique
Politique
Avoir vingt ans à...
Médias
Vidéos
Humeurs

Le site de Respect magazine

L’abonnement (4 numéros) coûte 12 euros

Insertion scolaire et insertion sociale des nouveaux arrivants

Ce numéro rassemble, pour l’essentiel, des contributions présentées lors d’une journée d’étude organisée à l’université François Rabelais le 17 novembre 2006, en partenariat avec le CASNAV de l’académie d’Orléans-Tours (...).
L’objectif, à travers cette publication, est de réfléchir à la façon dont la société peut faire une place aux personnes venant d’ailleurs, et comment celles-ci peuvent la prendre, c’est-à-dire aux moyens que peut mettre en œuvre la société (et plus particulièrement l’école pour ce qui concerne les enfants) pour se construire avec eux, dans un processus de co-évolution mutuel.
 
Présentation et sommaire du numéro

Résumés et téléchargements des articles

Vers la construction d’une école et d’une société plurielles : des notions en débat, des orientations à construire
Véronique Castellotti

Migration, pluralité, intégration

Catherine Wihtol de Wenden

Pour une approche sociologique de l’insertion des nouveaux venus
Hélène Bertheleu

D’une généalogie à une méthodologie - le fl2 dans les programmes du ministère de l’Education nationale
Gérard Vigner

Une didactique croisée du français langue maternelle et du français langue seconde en milieu ordinaire pour faciliter l’insertion des nouveaux arrivants
Marie Madeleine Bertucci

Cultures d’apprentissage et modes d’appropriation des langues chez des adolescents alloglottes
Fabienne Leconte, Clara Mortamet

Interroger le sens et les enjeux des projets d’appropriation du français langue d’insertion : ouverture d’un champ de recherches interventions

Aude Bretegnier

Médiateurs culturels et insertion de nouveaux arrivants francophones africains : parcours de migration et perception des rôles
Marianne Jacquet, Danièle Moore et Cécile Sabatier

L’accueil scolaire d’élèves nouvellement arrivés en Suisse : tensions entre séparation et inclusion
Christiane Perregaux, Nilima Changkakoti, Valérie Hutter & Myriam Gremion

Solliciter pour mieux intégrer ? Stratégies enseignantes et mobilisation du répertoire pluriel d’adolescents nouveaux arrivants

Céline Peigné

Favoriser le plurilinguisme pour aider à l’insertion scolaire et sociale des élèves nouvellement arrivés (ENA)
Nathalie Auger

De "comparons nos langues" à "mobilisons nos ressources" : approche par scénario et insertion scolaire et sociale des enfants allophones
Emmanuelle Huver

Est-ce que ce n’est pas trop dur ? Enjeux et expériences de l’alphabétisation dans un projet de double immersion
Gabriele Budach et Helen Bardtenschlager

GLOTTOPOL, revue sociolinguistique en ligne, a été créée en janvier 2003 par des membres du laboratoire LIDIFra (Université de Rouen / CNRS).

Diaspora arménienne et territorialités

Dossier coordonné Martine Hovanessian, anthropologue et chercheur
au CNRS-Urmis, chargée d’enseignement à l’Inalco

 

Sommaire

Sommaire et résumés des articles
sur le site de la revue

Articles en ligne

Les Arméniens à Marseille. Des années vingt à aujourd’hui

Émile Temime

Les Arméniens et la mémoire
Dialogue entre Martine Hovanessian et Gérard Chaliand

Abonnement

L’abonnement annuel Découverte coûte 29 € pour 6 numéros

Enfants Nouvellement Arrivés en France. Le rendez-vous avec l’école

Les enfants nouvellement arrivés (ENA), les élèves étrangers, les enfants et adolescents migrants, les enfants « issus de parents immigrés », les enfants des squats, etc. Toutes ces appellations, institutionnellement contrôlées ou non, déclinent un même enjeu, crucial pour l’école comme pour son public : l’hétérogénéité – sociale, culturelle, linguistique, statutaire, de parcours et de capital scolaire – du public scolarisé dans le cadre de la loi sur l’obligation scolaire.
Pour ce public comme pour l’école, le défi est de réussir ou de rater leur rendez-vous.

Sommaire

Sommaire du numéro sur le site de la revue

Articles en ligne

Editorial
Paul Bron

La course des jeunes migrants contre les effets de seuil scolaires et législatifs
Claire Schiff

Abonnement

L’abonnement à la revue - 2 numéros par an - coût 16 euros


 


 

L’Accueil des "enfants nouveaux arrivants" à l’école

Ce numéro de la revue trimestrielle du Service Social d’Aide aux Emigrants fait suite au premier colloque organisé par le SSAE sur ce thème le 28 mars 2007 à la Mairie de Paris.
Les enfants étrangers nouvellement arrivés en France ont subi de nombreuses ruptures et perdu la plupart de leurs repères. L’école est un lieu important d’intégration et de stabilité pour ces enfants qui se retrouvent parfois en difficultés scolaires. Cela implique une nécessaire prise en charge des questions psychologiques et sociales, afin de mieux comprendre et traiter ces problèmes scolaires. Les dispositifs d’accueil sont encore peu connus des parents ou trop complexes à comprendre. Ce numéro fait le point sur ces dispositifs et les expériences innovantes.

Présentation du numéro sur le site Revues plurielles

Sommaire

  • L’accueil à l’école / Hervé Lefeuvre
  • Les conditions d’accueil des " élèves nouveaux arrivants " / Marie-Jocelyne Kantarcy, Claude Beaudoin
  • L’association Hui Ji / Richard Beraha, Flavie Brugalé
  • L’accueil des ENA à Belleville / Marie Landreau
  • Construire des ponts entre ses deux cultures / Jacqueline Cervantès, Michèle Lespinasse, France Verrier
  • Identité, filiation, généalogie : des références nécessaires pour apprendre / Jacqueline Cervantès, Michèle Lespinasse, France Verrier
  • La scolarité des " enfants nouveaux arrivants " / Fanny Cohen-Herlem
  • La classe de français intensif / Magali Ravel
  • Enjeux de l’apprentissage de la langue française / Marie Cerati
  • Quelle politique scolaire de l’accueil ? / Françoise Lorcerie

La revue Accueillir est une publication du Service Social d’Aide aux Emigrants (SSAE).
L’abonnement annuel coûte 16 euros.

Lieux de ségrégation sociale et urbaine : tensions linguistiques et didactiques ?

Ce numéro s’est donné pour objet de contribuer à l’étude des lieux de ségrégation sociale et urbaine, à travers les tensions linguistiques et didactiques qui s’y manifestent. En effet, si les effets de la ségrégation en termes d’inégalités spatiales et sociales sont bien connus et ont été le sujet de nombreuses études scientifiques et d’écrits de vulgarisation, les conséquences linguistiques et didactiques de ces processus de minoration ont été moins diffusées, ce qui les rend peut-être moins perceptibles et de ce fait plus insidieuses.
Les auteurs des articles figurant dans ce numéro visent donc à mettre en lumière les mécanismes de ségrégation linguistiques et didactiques à l’œuvre dans différents terrains, comme le montrent les contributions réunies dans la première partie intitulée : « Manifestations sociolinguistiques de la ségrégation sociale et urbaine » ; et leurs effets sur les langues en présence dans le champ scolaire, lesquels constituent le cœur même de la seconde partie « Impact scolaire de la ségrégation linguistique et inégalité des langues ».


Présentation détaillée, sommaire, téléchargement et résumés des articles sur le site du laboratoire DYALANG de l’université de Rouen.

Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée

Ce dossier propose une analyse des relations croisées entre les transformations de toute nature que connaissent les villes et les jeux de pouvoir dont elles sont le cadre et l’enjeu dans l’espace méditerranéen, de l’époque médiévale aux mutations les plus récentes. L’approche pluridisciplinaire retenue et l’ouverture du champ chronologique et géographique permettent de saisir la multiplicité des acteurs des villes et de leurs stratégies ainsi que la complexité des transformations des villes, dans leurs traits matériels (infrastructures, architecture…) comme dans leurs aspects socio-culturels (démographie, géographie sociale…).

Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée
Rives méditerranéennes n°42, 2012
Sous la direction deAntoine Grandclément et Julien Saint-Roman


Présentation sur le site revues.org.

Sommaire : 

Antoine Grandclement et Saint-Roman, Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée
De nouveaux regards sur des objets complexes

François Otchakovsky-Laurens, 1348, Marseille s’unifie, son assemblée s’affirme

Fleur Beauvieux, Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille

Filippo Fiorito, Réformes de police et pratiques gouvernementales à Palerme sous les Bourbons dans la première moitié du XIXe siècle

Konstantin Kastrissianakis, Transformations urbaines et affirmation de nouvelles souverainetés : le cas de Beyrouth

Inès Castaldo, Une opération politique d’urbanisme à Aix-en-Provence
Mutations de l’habitat et de l’habitant au quartier Mazarin (XVIIe-XVIIIe siècles)

Guilhem Boulay, Assurer et rassurer le marché : géographie de l’incertitude économique et dispositifs de marché

Gwenaëlle Audren, Dynamiques scolaires et recompositions socio-territoriales à Marseille
L’exemple des collèges de Château-Gombert (13e arrondissement)

Claire Bullen, Marseille, ville méditerranéenne ?
Enjeux de pouvoir dans la construction des identités urbaines

Diversité des langues et plurilinguisme

La pluralité des langues est de mieux en mieux perçue comme une donnée essentielle à la compréhension du fait humain. La recherche sur le plurilinguisme et ses modalités connaît en conséquence un fort développement : les évolutions de la recherche sont toujours l’écho des transformations de la société. En cinq parties, ce dossier traite de la diversité des langues et du plurilinguisme :
I- Recherche et politique des langues ;
II- Plurilinguisme et dialogue interculturel ;
III- Langues et patrimoine ;
IV- Langue et création ;
V- Multilinguisme et accès aux contenus.

Dossier complet en téléchargement sur le site du ministère de la Culture

Sommaire

L’orthographe du français, études en cours, Claude Gruaz
Introduction, Michel Alessio et Olivier Baude

Recherche et politique des langues

L’Unesco et les langues, Mauro Rosi
La Francophonie et le plurilinguisme, entretien avec Philippe Blanchet
La politique du multilinguisme en Europe, entretien avec Pedro Chaves
Organiser la coexistence des langues, entretien avec Xavier North

Plurilinguisme et dialogue interculturel

Diversité et pluralité linguistiques : les chantiers de la sociolinguistique,
Henri Boyer
Orléans et ses langues,
Jean-Louis Rougé
La linguistique de terrain en Guyane, Françoise Grenand
Intégration et formation linguistiques des migrants adultes,
Hervé Adami

Les langues dans les politiques éducatives au Conseil de l’Europe, Astrid Guillaume
L’intercompréhension entre langues apparentées, Pierre Janin
Penser une politique euroméditerranéenne de traduction, Ghislaine Glasson Deschaumes
Traduxio, Any Freitas et Philippe Lacour
Traduction et recherche technique, Annie Gentès
Traduction et extraduction en France : chiffres clés
Traduction et diversité culturelle, Gisèle Sapiro

Langues et patrimoine

L’action de la DGLFLF en faveur de la recherche, Michel Alessio et Jean Sibille
Langues en danger, idéologies et revitalisation, Michel Bert et Colette Grinevald
Enjeux sociaux et culturels de la diversité linguistique, Laurent Sébastien Fournier
MAAYA, réseau mondial pour la diversité linguistique
Les Archives de la parole, Pascal Cordereix
L’évolution des dictionnaires, Camille Martinez
FranceTerme, Étienne Quillot
Lexicographie, dictionnairique et métalexicographie, Jean Pruvost
Voyage au cœur du langage : le TLF et la base Frantext, Pascale Bernard et Véronique Montémont

Langue et création

D’un art à l’autre, entre complicités, détournements et renouvellement des pratiques, Caroline Cros
Retour sur la sonde 04#10 Code-Traduction,Franck Bauchard
Un art de la conversation, Florence Gendrier
Langues de France en chanson, Serge Hureau s’entretient avec Guillaume Veillet

Multilinguisme et accès aux contenus

Les recherches en technologies de la langue pour soutenir le multilinguisme, Joseph Mariani
L’AILF et la normalisation des ressources linguistiques numériques, Alain Vaucelle
Technologies linguistiques et contenus multilingues, Stéphane Chaudiron
Le programme Quaero, Édouard Geoffrois
Le multilinguisme dans les projets européens, Marie-Véronique Leroi
Ressources lexicales libres pour le français, Benoît Sagot
Elix, le premier dictionnaire vidéo de la langue des signes, Simon Houriez
Museo, projet multimédia de mise en accessibilité, Simon Houriez

 

Expressions artistiques de l’immigration. Un patrimoine culturel et politique

La Revue Origines Contrôlées, disponible en téléchargement, poursuit avec son troisième numéro et, suite à la réflexion engagée sur les musiques de l’immigration depuis le festival 2005, parait cette fois, sur le thème des expressions artistiques et culturelles de l’immigration et des quartiers populaires.
(...) Des plus grands artistes de l’immigration au Hip Hop, de la première génération d’immigrés à celles qui ont suivi, de l’Angleterre à l’Allemagne, observez en dehors hors de toute folklorisation ou d’exotisme, comment ces pratiques artistiques sont toujours le creuset d’un expression sociale, d’un mouvement de société.
 
Présentation de la revue sur le site du Tactikollectif

Téléchargement (44 pages, pdf)

Discriminations

Dans le domaine social, la discrimination consiste à distinguer un groupe de personnes des autres, et à lui appliquer un traitement spécifique. Dans le champ scolaire, on peut tout de suite évoquer la discrimination positive.
Au sein de notre institution, celle-ci se décline essentiellement selon le principe d’« éducation prioritaire ». Ce thème a été développé dans le premier numéro de Quoi de neuf ?, paru il y un an ; nous n’y reviendrons pas ici.
Depuis quelque temps, la discrimination positive à l’école prend de nouvelles formes, plus méritocratiques. Le Sgen-CFDT ne considère pas que la réussite d’une poignée d’élèves issus de milieux défavorisés suffit à garantir la bonne santé de l’école.
L’objet de ce numéro est la discrimination au sensusuel, celle qui consiste à traiter inférieurement un groupe d’individus en raison de leur couleur, de leur sexe, leur préférence sexuelle, de leur origine sociale…

La revue Quoi de neuf ? en téléchargement sur le site du SGEN-CFDT


Discriminations, ségrégation, ghettoïsation : quel avenir pour les quartiers populaires ?

Les quartiers populaires – « zones urbaines sensibles » dans la vocabulaire officiel – ne sont certes pas les seuls territoires en grande difficulté dans la société française. Et les processus que l’on y observe n’y sont pas toujours spécifiques. A certains égards, ils sont seulement un « miroir grossissant » de problèmes qui concernent toute la société. Reste que ne pas analyser ces problèmes est doublement dramatique. D’abord parce que, une fois de plus, cela risque de conduire le futur gouvernement à développer des politiques publiques qui, quelles que soient leurs intentions, ne seront pas au niveau des problèmes et conduiront à constater au final leur incapacité à changer la donne. L’histoire de la politique de la ville devrait tout de même nous servir de leçon ! Ensuite parce que, en sous-estimant gravement la nature comme l’ampleur des processus de ghettoïsation, on finit toujours d’une façon ou d’une autre par accuser les habitants de ces quartiers d’être des « assistés » et de ne pas faire ce qu’il faut pour « s’en sortir ». Et, en fin de compte, comme ces habitants ont notamment pour caractéristique d’être souvent « issus de l’immigration », on risque fort de renforcer encore davantage la peur, la suspicion et la xénophobie dont ils sont de plus en plus victimes.
Sortir de ce cercle vicieux suppose non seulement que nos dirigeants soient capables de transformer notre regard sur ces quartiers et sur leurs habitants, mais encore qu’ils soient en mesure d’identifier les véritables causes des problèmes. Faute de quoi, ils continueront à creuser les tranchées qui séparent de plus en plus les conditions de vie des uns et des autres, ils continueront à nous dresser de plus en plus les uns contre les autres.

La revue en texte intégral (format pdf)

Sommaire

Editorial
L’emploi : des discriminations qui persistent malgré les beaux discours
Le processus de ghettoïsation : éléments d’introduction, par Laurent Mucchielli
Les discriminations à l’embauche, par Michel Luci
Des discriminations plus légitimes que d’autres ? Les emplois fermés aux étrangers, par Christophe Daadouch
L’école : une ségrégation qui contredit tous les jours l’idéal républicain
Les mécanismes de la ségrégation scolaire, par Agnès Van Zanten
La carte scolaire face à la ségrégation urbaine, par Marco Oberti
L’annonce de la désectorisation comme d’un progrès : prémisse à une solitude éducative totale ?, par Laurent Ott
Le logement social : une situation critique et des réponses politiques hypocrites
Les enjeux du logement social, par Eric Pélisson
La gestion du risque socio-ethnique dans le logement social, par Mohamed Belqasmi

Le site du groupe Claris

Archives privées de l’immigration : préservation et usages France – Europe

Ce hors-série numérique a été co-édité par l’association Génériques en partenariat avec Matériaux pour l’Histoire de notre temps, la revue de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Les articles sont en téléchargement au format pdf depuis le site de Génériques.

Les archives pour l’histoire de l’émigration italienne
Michele Colucci, Scuola Superiore di Storia Contemporanea, et Matteo Sanfilippo, Università della Tuscia

Les archives privées sur l’immigration en Belgique
Anne Morelli, Directeur-Adjoint du CIERL, Bruxelles

Les sources de l’histoire de l’immigration en France dans les fonds de la BDIC
Mireille Le Van Ho, conservateur

Private archives on migration in the Netherlands
Nadia Bouras and Mostafa Hilali, History department Leiden University

De l’exposition aux archives : Lusitanie en Italie
Zeina Habet, Centre de documentation sur les migrations humaines (Luxembourg)

Le Réseau des archives publiques en France et la collecte des archives privées
Magali Lacousse, Conservateur en chef (Archives nationales, Paris)

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration
Hélène Lafont-Couturier, Directrice du Musée (CNHI, Paris)

Pourquoi des archives intégrées à une organisation syndicale ?
Kuhnmunch, Conservateur des archives conéfédérales

 

Relations Famille - Ecole : peut mieux faire

Pour l’année 2006, le rapport du médiateur de l’Éducation nationale fait état de 6000 réclamations adressées à son service et aux médiateurs académiques, dont plus de la moitié concernent des conflits entre les usagers et l’institution scolaire. En forte augmentation, ces conflits dénotent la perte de confiance entre ceux que l’on est prompt à qualifier de « consommateurs de l’école » et les enseignants. Inquiets pour l’avenir de leur enfant, les parents veulent être respectés, consultés, entendus, informés, impliqués. Peut-on leur reprocher ? Les enseignants n’ont pas toujours la formation nécessaire pour remettre en cause leur pratique, négocier avec les familles et sortir de leur rôle de pourvoyeurs de connaissances pour devenir des médiateurs.

Présentation du numéro
sur le site de l’Ecole des Parents et des Educateurs

Articles en texte intégral

Méfiance. Malaise réciproque, incompréhension, parents jugés trop impliqués ou au contraire démissionnaires, les relations restent tendues entre l’école et les familles
Eclairage sur les études de la sociologue Agnès Van Zanten et des chercheurs Daniel Verba et Patrick Rayou.
La place des enfants
Entretien avec François Dubet, professeur de sociologie à Bordeaux
Quelle Ecole ? La référence au service public et à l’intérêt général s’effrite. L’école devient de plus en plus une valeur marchande à évaluer
Point de vue - Jacqueline Costa-Lascoux, présidente de la Fnepe
Approches transculturelles - Les stratégies d’évitement de certaines familles immigrées
Extrait de l’article de J. Barou

Parents, des liens à réinventer

Présentation du numéro de la revue sur le site du GFEN (Groupe Français d’Education Nouvelle)

Edito
La coopération entre enseignants et parents. Pourquoi ? Jusqu’où ? (Jacques Bernardin)

Pratiques
L’entrée en maternelle : entre parents et enseignants, une tension forte (Michèle Libratti, Christine Passerieux)
Réunion de parents… Une réunion de famille ? (Sylviane Maillet)  
Informer ou former des parents ? (Sylvie Chevillard)  
Ouvrir une fenêtre sur l’école (François Biichlé, Marie-Ange Perdrizet)
Quand les enfants sont nos meilleurs alliés auprès des parents : la bonne volonté ne suffit pas ! (Colette Charlet)  
Babel Chorale (Florence Caillis-Bonnet)  
Réfléchir entre parents pour mieux comprendre les enfants (Odette et Michel Neumayer)
Blog de classe : un lien virtuel bien réel avec les parents (Marie-Pierre Dubernet)  
 
Analyses
Les figures du père dans la culture contemporaine (Josette Marty)
Entre école et famille : interdépendance et intersignification (Jean-Yves Rochex)  
La division organisée des parents et enseignants à de l’avenir (Laurent Ott)  

Témoignages
Un parent devant l’école : regards (Entretien réalisé par Patrick Raymond)  
Se construire une famille élargie. La Cool Douche, une crèche parentale associative (Léna Grigoriadou) 

Passages entre la famille et l’école (Sylvie Chevillard)
  
Notes de lecture
L’influence du milieu familial sur l’enfant (Michel Huber)
« Parentalité » dites-vous ? Etrange « parentalité » caduvéo (Patrick Raymond)

Bon de commande
de la revue (7 €)

L’action sociale et la fonction parentale. Héritage et renouveau

Depuis une dizaine d’années, la parentalité est devenue un référentiel fort des politiques publiques. Phénomène de mode ? Signe de mutations plus profondes ? Valorisation ou stigmatisation ? Accompagnement ou normalisation ? Cette préoccupation émergente interroge les institutions dans leur culture et les professionnels dans leur pratique.
D’où l’intérêt de ce travail engagé en 1998-1999 à l’initiative de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF) et réactualisé depuis : essai de clarification théorique, analyse de pratiques d’acteurs, pistes pour l’action. Une incitation à la réflexion, un outil pour l’action.

Sommaire du numéro et bon de commande sur le site de l’INJEP (Institut national pour la Jeunesse et l’Education Populaire)

L’invention de l’immigration

Présentation de la revue sur le site de la maison d’édition Agone

Sommaire

Introduction, Choukri Hmed et Sylvain Laurens
« L’immigration : naissance d’un “problème” (1881–1883) », Gérard Noiriel
« Organiser l’immigration. Sociogenèse d’une politique publique (1910–1930) », Benoît Larbiou
« Des Maliens invités à l’Elysée », Sylvain Laurens
« La construction du problème de l’émigration. L’élite étatique portugaise et l’émigration portugaise vers la France de 1957 à 1974 », Victor Pereira
« La grève de loyer dans les foyers d’immigrés (1968–1981) », Choukri Hmed
« Mise en image du “problème des banlieues” au prisme de la division du travail journalistique », Jérôme Berthaut
« Qu’est-ce que “mériter d’être français” ? de l’usage administratif de la notion de mérite dans la construction des catégories de naturalisable et de naturalisé à son sens existentiel dans l’expérience de la naturalisation », Sarah Mazouz
« Entre “visibilisation” et “invisibilisation”, comment acquérir une représentation sociale légitime dans l’espace public. Le cas des réfugiés et des demandeurs d’asile au Maroc », Anaïk Pian
« A l’ombre de la “pénurie de main-d’oeuvre” : les immigrés dans le bâtiment », Nicolas Jounin

Parution : 12/09/2008
ISBN : 978-2-7489-0092-7
240 pages
12 x 21 cm
20,00 €

École et familles

Si la place des familles à l’école a connu une importante évolution, si les textes ont levé les entraves institutionnelles, il existe toujours des tensions entre les attentes des enseignants et l’implication des parents. Comment mettre en place une relation qui ne soit vécue ni comme une intrusion, ni comme une absence des parents ?
On explore dans ce dossier les malentendus historiques, les ambiguïtés et limites des liens entre école et familles. On distingue bien sûr les situations : il y a peu à voir entre l’accueil ritualisé en maternelle et la place des parents dans un lycée, ou encore dans une structure pour décrocheurs ou un institut thérapeutique. Et l’on voit comment des établissements ou collectivités mettent en place des projets particuliers pour favoriser la rencontre. Celle-ci devient possible quand il y a des gens pour y croire, pour sortir des routines et des méfiances, pour imaginer des modes de dialogue qui ne soient pas réservés aux classes moyennes consommatrices d’école, mais s’adressent à tous, et parfois particulièrement aux familles étrangères. »

Sommaire, articles à lire en ligne et bon de commande sur le site des Cahiers pédagogiques

Radicalisation des frontières et promotion de la diversité. Les figures d’un paradoxe

La période actuelle est marquée par la simultanéité et la jonction dans les discours et les politiques publics entre, d’une part, la valorisation de la « diversité » et de la « mixité » et, d’autre part, la stigmatisation de l’Autre, notamment incarné dans la figure du migrant et de l’exilé. Ce sont les lignes de cette articulation paradoxale ainsi que les ambiguïtés de ses usages politiques, dans leurs formes historiques et actuelles, que nous souhaitons interroger ici à partir de communications portant sur la construction sociale et politique et sur la structure des discours et des pratiques concernant les discriminations et leur requalification récente en France en « ouverture à la diversité » et, simultanément, le durcissement des frontières tant politiques que sociales et symboliques à l’œuvre dans les sociétés européennes, et dans la société française en particulier.

Revue en ligne sur lesite du Réseau TERRA

Sommaire

Introduction du n°8 d’Asylon(s) - Marc Bernardot et Milena Doytcheva

Promouvoir la diversité en entreprise : genèse et ambiguïtés d’une initiative patronale - Milena Doytcheva et Myriam Hachimi Alaoui

Contrôle des frontières, campagnes d’information et crédibilité des politiques d’immigration - Antoine Pécoud

L’émergence d’une figure obsessionnelle : comment le « communautarisme » a envahi les discours médiatico-politiques français - Fabrice Dhume

Mobilisations et identité chez les Antillais en France : le choix de la différentiation - Audrey Célestine

Les « villages d’insertion » : un tournant dans les politiques en direction des migrants roms en région parisienne ? - Olivier Legros

Les descendants d’une immigration « communautaire » en France : l’exemple turc - Maïtena Armagnague

Lutte contre les discriminations et lutte contre l’insécurité : genèse et ancrage républicain d’une imbrication ambiguë - Mireille Eberhard

Traitement de la question nationale en France et en Espagne et expressions politiques (à propos) des « sans-papiers » - Flora Burchianti et Cécile Frank

Histoire des immigrations. Panorama régional

Ce nouveau dossier communique, sous forme de récits historiques, les premiers résultats du programme de recherche initié par l’Acsé en 2005 sur le thème de l’Histoire et mémoires des immigrations en région aux XIXe et XXe siècles.

Présentation et bon de commande sur le site de la revue

Sommaire

  • Histoire et mémoires des immigrations en régions aux XIXe et XXe siècles, par Anne-Sophie Bruno, Gérard Noiriel, Laure Pitti, Philippe Rygiel, Yann Scioldo-Zürcher, Alexis Spire, Claire Zalc
  • Le Nord - Pas-de-Calais, une région frontalière au cœur de l’Europe, par Judith Rainhorn
  • La Picardie, région ouvrière, agricole et industrielle, par Alain Maillard et Michaël Ruse
  • Les Alsaciens venus d’ailleurs, par Yves Frey
  • Histoire des immigrations en Lorraine, par Ahmed Boubeker et Piero-D. Galloro
  • La Normandie immigrée. Des Anglais aux “gens du Fleuve”, pPar John Barzman
  • Histoire et mémoires des immigrations dans les Pays de la Loire, par Stéphane Beaud
  • Histoire et mémoires de l’immigration en Bretagne, pPar Anne Morillon et Angélina Étiemble
  • Aquitaine, terres d’immigrations, par Christophe Drot
  • Histoire des immigrations en région Midi-Pyrénées, par Laure Teulières et Fabienne Souchet

Regards croisés sur les politiques françaises d’immigration

La revue bimestrielle du CIEMI (Centre d’information et d’études sur les migrations internationales), a consacré son dossier thématique au colloque organisé par le comité scientifique du SSAE en septembre 2007 au Toit Citoyen de la Grande Arche de la Défense : Regards croisés sur les politiques françaises d’immigration.
Ce colloque a réuni des acteurs français et européens de l’immigration, institutionnels, politiques et associatifs, chercheurs universitaires spécialistes des politiques migratoires.

Ce dossier de 190 pages, coordonné par le Ssaé veut se situer dans la droite continuité du colloque dont il est issu. Il représente un capital de connaissances qui mérite d’être mieux connu, mais surtout exploité.

Sommaire et bon de commande sur le site de Revues plurielles

Textes et interventions de  : Yvain Corradi, Catherine Wihtol de Wenden, Stéphane Hessel, Jacqueline Costa-Lascoux, Sami Naïr, Jean-Marie Delarue, Étienne Pinte, Jean-Pierre Duport, Ali El Baz, Anicet Le Pors, Emmanuel Rivière, Jean-Michel Belorgey, Yves Chassard, Simon Tonelli, Sandra Pratt, Dominique Wolton, Emmanuel Decaux, Pierre Lyon-Caen, Patrick Gonin, Frédéric Tiberghien et Christine Pelloquin.

Migrations : quand les préjugés s’en mêlent

L’immigration, enjeu de débat public et électoral, nourrit des idées fausses qui provoquent des attitudes et des comportements bien réels.

Préjugés ou stéréotypes — mais aussi amalgames, clichés, idées reçues, rumeurs, fantasmes — les termes ne manquent pas pour désigner raccourcis, phrases toutes faites ou généralisations dans la manière d’appréhender l’Autre à différentes périodes de l’histoire.
Derrière les préjugés, entre portraits-types nationaux et mécanisme du bouc émissaire échafaudé plus ou moins consciemment, la discrimination est une constante, l’ignorance aussi.
Il s’agit de tenir l’étranger à l’écart, en marge d’une société qui ne consent à le voir qu’à travers les stigmates dans lesquels on l’a enfermé : l’Arabe est violent et fanatique, le Noir indolent et naïf, l’Asiatique discret mais inquiétant, le Portugais travailleur, etc.

Étudier les préjugés invite le chercheur à s’engager dans une approche à deux étages, entre la réalité d’une situation migratoire et sa représentation qui apparaît comme une donnée certes irrationnelle, mais primordiale. De sorte que le préjugé, bien relayé par les médias, apparaît comme un moteur de la question de l’immigration.

Sommaire et bon de commande de la revue sur le site Revues-Plurielles.

Institutionnalisation de la xénophobie en France

L’institutionnalisation de la xénophobie, à la fin du XXème siècle est liée à des transferts de différents dispositifs juridiques, politiques, éducatifs, médicaux, sociaux ou urbanistiques, élaborés et mis en oeuvre dans les colonies puis appliqués en métropole aux "colonisés immigrés" puis, après les indépendances, aux immigrés. (...)
En relation avec des phobies antimigratoires qui s’amplifient, les identités sociales de certaines catégories de personnes, perçues comme immigrées, sont de plus en plus stigmatisées tant par les acteurs gouvernementaux que par les citoyens ordinaires, comme à l’origine d’un problème public, qui est moins celui de l’identité nationale que de l’altérité sociale.

Revue intégralement en ligne (plus de 30 articles) sur le site du réseau Terra

PARTIE 1 : Cultures colonialistes et antimigratoires

Black History Month et Journée de Célébration. L’institutionnalisation de la mémoire de la Traite Négrière, de l’esclavage et de son abolition aux Etats-Unis et en France à partir du calendrier
Amzat Boukari-Yabara

Quelle conscience postcoloniale française ? L’exemple du débat politique et intellectuel autour de la mémoire coloniale
Noemi Michel

Droit de vote : de l’exclusion des indigènes colonisés à celle des immigrés
Hervé Andres

Colonisés-immigrés et “périls migratoires” : origines et permanence du racisme et d’une xénophobie d’Etat
Olivier Le Cour Grandmaison

L’immigration organisée. Construction et inflexions d’une matrice de politique publique (1910-1930)
Benoît Larbiou

Purifier le territoire. De la lutte antimigratoire comme laboratoire sécuritaire (1968-1974)
Mathieu Rigouste

La Corse, une figure rhétorique du racisme
Marie Peretti-Ndiaye

Politique migratoire et instrumentalisation de la question du genre en contexte post-colonial. Le cas des ’’mariages forcés’’
Sandrine Durand

PARTIE 2 : L’altérité immigrée constituée en problème

Le paria politique : constructions cinématographiques d’une altérité apyre et anthropologie différentialiste aux Etats-Unis
Younes Abouyoub

La question de la langue comme instrument de la violence institutionnelle
Ludmila Acone

Le problème de l’origine étrangère. Entre nature et culture - Catégorisation et problématisation de la question de l’origine étrangère dans les discours publics
Benoît Larbiou

L’immigration étrangère en Guyane : entre stigmatisation et stratégie de récupération
Isabelle Hidair

Les Roms de Seine-Saint-Denis. Un éternel provisoire
Jean-Baptiste Duez

Les savants « héritiers de l’immigration » : un problème ? Controverses autour de la mobilisation pour un « collège Abdelmalek Sayad »
Victor Collet

Quelle place pour qui dans les entreprises françaises ? - La « diversité » : un cache-sexe pour des représentations raciales
Aurélie Jeantet, Pierre Lenel et Emmanuelle Savignac

PARTIE 3 : Des pensées limitées par la crainte de l’autre

Images de l’Autre dans les manuels scolaires d’Histoire et de Géographie des années 1950 au début des années 1980 - Vision d’une génération ?
Alexandre Blanc

L’école et l’altérité : crispation identitaire et crispation institutionnelle
Audric Vitiello

La « mauvaise langue » des « ghettos linguistiques » : la glottophobie française, une xénophobie qui s’ignore
Jo Arditty et Philippe Blanchet

Traduire les frontières. Langue maternelle et langue nationale
Rada Iveković

L’Ecole de Copenhague en Relations Internationales et la notion de « sécurité sociétale ». Une théorie à la manière d’Huntington
Salim Chena

De l’application professionnelle des routines journalistiques à la production du racisme ordinaire La couverture de l’affaire du foulard islamique par les médias d’élite français (avril 2003- mars 2004)
Mathilde Bereni

La candidature Turque et la construction subjective d’un « autre » à la communauté des européens : une analyse systématique des discours de la presse en France, en Belgique et en Grande-Bretagne.
Mathieu Petithomme

Circulations entre catégories du sens commun, catégories administratives, catégories statistiques : à propos du débat sur les statistiques ethniques
Maryse Tripier

PARTIE 4 : Des politiques de mise à l’écart des étrangers

La situation juridique de l’étranger en France ou l’insécurité juridique comme moyen de régulation de l’immigration
Lionel Galliano

La catégorie en droit des étrangers : une technique au service d’une politique de contrôle des étrangers
Ségolène Barbou des Places

Politique de diversité ou politique de diversion ? Du paradigme public de lutte contre les discriminations à sa déqualification juridique
Olivier Noël

De SONACOTRA à ADOMA (1992-2006). Eléments de cartographie des nouvelles institutions de gestion de l’immigration et de l’intégration
Marc Bernardot

Flexi-insécurité dans un secteur en tension : processus de segmentation statutaire et ethnique du marché des saisonniers étrangers dans l’agriculture
Béatrice Mesini

La négociation de la politique européenne en matière d’asile. Enjeux, luttes et dynamiques institutionnelles
Nikolas Kountouris

L’« européanisation » des politiques d’asile en Amérique du nord
Caroline Lantero

L’étranger rendu visible au Maghreb - La voie ouverte à la transposition des politiques juridiques migratoires européennes
Delphine Perrin

Xénophobie de gouvernement, nationalisme d’Etat

La création d’un ministère de l’identité nationale et de l’immigration, en 2007, a fait franchir à la France un seuil symbolique dans la transformation de sa culture politique. L’événement puise cependant ses racines dans une histoire déjà longue : celle du fait colonial et de la relation à l’indigène, des effets politique de la décolonisation sur la métropole, de la genèse des politiques anti-migratoires, du retournement des politiques du droit d’asile contre les exilés, des recompositions du champ politique et des consensus construits au sein des élites...

Au cours de cette histoire, se forme une xénophobie de gouvernement exprimée par les actes et discours d’autorités publiques qui désignent l’étranger comme un problème, un risque ou une menace et activent ainsi d’autres formes de xénophobie.

Le nationalisme d’Etat incarné par le nouveau ministère apparaît comme un résultat de cette histoire au long cours.

Tous les articles sont en ligne sur le site de la revue Cultures & Conflits

Commander le numéro (19 euros) sur le site des éditions L’Harmattan

L’immigration en France

 

Support
Revue

Résumé :
Un numéro de la revue TDC (Textes et documents pour la classe) qui paraît peu après l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et remet en perspective le rôle des migrants et de l’immigration en France longtemps évacué de l’histoire. La revue permet une interrogation indispensable au débat public à l’heure où immigration et identité nationale sont rapprochées au sein d’un ministère commun et où le modèle français d’intégration est mis en question. Enfin, un retour sur « la fracture coloniale » qui semble être au cœur des conflits de mémoires actuels…

Descriptif technique
54 pages illustrées

Auteur
Collectif

Editeur
CNDP

Date
15 mai 2007

Public
Ecoliers, collégiens, lycéens

Disciplines
Vivre ensemble (cycle 2) ; Education civique (cycle 3 ; 5ème ; 4ème, 2nde, terminale) ;
Histoire-géographie (cycle 3 ; 3ème, 1ère, terminale) ; SES (1ère)

Accès
CDDP 13 (Centre départemental de documentation pédagogique des Bouches du Rhône) PYTHEAS 19 rue des Gardians BP 10405 13312 Marseille Cedex 14 Tél : 04 91 67 90 56 Fax : 04 91 67 55 00 Mail : cddp13@crdp-aix-marseille.fr Contact : Sabine Dosière (prêt)
Librairie du CRDP (achat) : 4,40 €

Retour au sommaire

Minorités et migrations en Bulgarie - L’interculturalité à l’Île de la Réunion

La revue a choisi d’explorer deux sociétés différentes par leurs particularités propres, leur histoire nationale ou régionale singulière où se confrontent des systèmes d’organisation et d’interprétation de la société (...)
La première partie, réalisée en collaboration avec le Courrier des Balkans et la revue Etudes Tsiganes, porte un regard particulier aux situations des minorités en Bulgarie et montre la complexité des migrations qui ont émergé après l’éclatement de l’Empire ottoman et celui du bloc soviétique.
La deuxième partie du dossier a été réalisée à l’initiative du Conseil général de la Réunion à l’occasion de l’inauguration du Lazaret de la Grande Chaloupe en novembre dernier. Un des sites les plus chargés d’histoire de l’Ile de la Réunion, témoin de son peuplement.

Sommaire et bon de commande sur le site de Hommes & Migrations

Les conditions de travail des salariés immigrés en France en 2005 : plus de monotonie, moins de coopération

À métier et secteur d’activité comparable, les salariés immigrés, et plus particulièrement les étrangers, ont des conditions de travail spécifiques. Les immigrés sont davantage exposés à des postures « pénibles ou fatigantes à la longue ». Ils déclarent plus souvent que leur travail est monotone, qu’il ne permet pas d’apprendre des choses nouvelles, qu’il leur laisse peu de marges d’autonomie. Ils ont moins souvent accès à l’informatique et sont moins concernés par les modes d’organisation innovants. Ils travaillent plus souvent de façon isolée et rencontrent aussi plus souvent des difficultés dans leurs rapports avec leurs collègues.

Publication en téléchargement (8 pages, pdf) sur le site du ministère du Travail

La DARES est la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.

Cultures populaires : populisme et émancipation sociale

L’explosion de nouvelles formes artistiques inspirées par la rue, la ville, les espaces collectifs et les modes de vie ainsi que celle d’une « communication de l’intime » promulguée par les blogs et la téléréalité nous placent devant une configuration culturelle renouant avec des codes et des valeurs populaires. Pourtant dans ce paysage redessiné d’innovations, les formes d’engagement les plus radicales côtoient les mythologies du star system ou les valeurs régressives liées au culte de la performance, au risque de vouer leur vocation émancipatrice première à l’ uniformisation par le cliché puis à l’atomisation culturelle. Ces modes contemporains de création, de circulation et d’échange sont-ils symbole d’un désir accru d’émancipation sociale ou masquent-ils au contraire le basculement de leurs rituels de célébration populaire dans le populisme ? Sans prétendre trancher dans les ambivalences de la modernité culturelle, ce dossier se propose de tenter de les comprendre en en questionnant différents aspects.

Sommaire, éditorial, sommaire et résumé des articles sur Cairn

Présentation sur le site des éditions La Découverte

 

Sans-papier

Sans-papiers, illégaux, clandestins, migrants, centres fermés, ordre de quitter le territoire... Ce numéro de la revue périodique TRACeS - dont tous les articles sont accessibles en ligne - aborde le thème de la scolarité des sans-papiers et explicite, développe, présente de manière ouverte et interrogative les questions s’y rapportant.

Sommaire et articles sur le site du mouvement sociopédagogique ChanGements pour l’égalité (CGé)

 

Articles

Respire, tu viens d’arriver à l’école de François CORBIAU, d’après les propos recueillis auprès de Zarah, Elena, Martin et de Mme LADNER

Cela reste du bricolage de Pierre WAAUB, d’après les propos recueillis auprès d’Ilir STRATZIMIRI

Des nouveaux arrivants et d’anciens réflexes de Noëlle DE SMET, d’après les propos recueillis auprès de Didier VANHEUVERZWIJN

Nous ne voulons pas donner un prêt-à-penser... de François CORBIAU, d’après les propos recueillis auprès de Nathalie de WERGIFOSSE

Difficultés scolaires et immigration récente de Delphine JOURET et Benoît DEMONTY

Il faut prendre en compte les attaches durables... de Pierre WAAUB, d’après les propos recueillis auprès de Malou GAY

Quelle éducation pour les enfants dans les centres fermés ? de Valérie SILBERBERG

Les maux, les mots, les primos, les primaux... de Noëlle DE SMET, d’après les propos recueillis auprès de Virginie MAINGAIN

Derrière les mots, des histoires... de François CORBIAUX

Passerelle-kes... ! de Noëlle DE SMET

Ils sont si gentils de Noëlle DE SMET

Les MENA

Les classes-passerelles - Lexique

Inscrits dans une histoire de Marie GODIN et Andrea REA

Se necessitan locos de Thérèse DIEZ

Au coeur de l’humain d’Ayi AYAYI

 

Rapports ethniques et éducation : perspectives nationales et internationales

En ce début du 21e siècle, la question des rapports entre groupes ethniques définis par leur origine commune ou diverses différences culturelles, linguistiques ou religieuses s’impose plus que jamais, notamment au sein des sociétés occidentales. (…)
Le numéro thématique proposé vise à présenter les réflexions et les travaux de plus de 25 experts canadiens ou internationaux, qui nous paraissent susceptibles d’éclairer deux questions théoriques et pratiques communes :
• l’impact des déterminismes sociaux sur les interventions éducatives en milieu pluriethnique et les résistances qu’elles suscitent ;
• l’apport potentiel du monde de l’éducation à la production et à la réduction des inégalités interethniques et des frontières identitaires.

Ces contributions – toutes disponibles en ligne - sont réparties en trois sections :
• La dimension linguistique des enjeux interculturels
• Culture, socialisation, curriculum
• Inclusion, égalité des chances, réussite scolaire

Numéro complet et articles en téléchargement sur le site de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF)

Sommaire

  • Les relations entre communautés linguistiques en contexte scolaire et communautaire : regards croisés sur Montréal et Bruxelles
  • Regards croisés sur l’inclusion des minorités en contexte scolaire francophone minoritaire au Canada
  • La dimension linguistique des enjeux interculturels : de l’Éveil aux langues à l’éducation plurilingue
  • L’enseignement au Québec et en France des questions controversées en histoire : tensions entre politique du passé et politique de la reconnaissance dans les curricula
  • La prise en compte de la diversité religieuse dans l’enseignement scolaire en France et au Québec
  • L’éducation à la citoyenneté dans des contextes de division : les défis au Québec et en Irlande du Nord
  • Diversité culturelle, enseignement des mathématiques et rapports ethniques : expériences scolaires sud-africaine et états-unienne
  • Relever le défi de la diversité : une comparaison des idéologies en éducation en contexte minoritaire et majoritaire au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan
  • Les relations école - familles immigrées au Québec et en Catalogne
  • La réussite scolaire des élèves issus de l’immigration : une question de classe sociale, de langue ou de culture ?
  • La « valeur ajoutée » de l’éducation antiraciste : conceptualisation et mise en oeuvre au Québec et en Ontario

 

L’éducation & ses contraires

« Les médias convertis aux évangiles du marché ne cessent d’expliquer que la « crise de l’école » est liée à sa rigidité et son inadaptation face aux exigences du monde de l’entreprise, dans le cadre d’une « économie de la connaissance » et d’une « société cognitive » appelées à rentabiliser les investissements en « capital humain ». Face à ce point de vue de décideurs économiques, des tracts syndicaux ou des pamphlets vengeurs mettent l’accent sur le péril de la privatisation de l’enseignement, dont la dévaluation des savoirs constituerait une première étape. Ce discours militant, qui repose bien souvent sur les mêmes catégories d’analyse et les mêmes présupposés indiscutés, tend à n’être que l’envers du discours managérial. Ces deux points de vue enferment la réflexion sur l’école dans une alternative qui ne se justifie que par leur circularité. Une interrogation sur les catégories d’analyse utilisées pour penser les transformations en cours s’avère ainsi indispensable.  »

Revue intégralement en ligne sur le site de la revue Agone

Agone n°29-30, 2003
Sous la direction de Franck Poupeau et Sandrine Garcia
304 pages
22 €

Sommaire

  • Rapport sur l’instruction publique - Condorcet
  • L’égalité d’éducation - Jules Ferry
  • L’université et la république ont les mêmes ennemis. - Jules Ferry
  • Rationalisme humanitaire - Francisco Ferrer
  • Pour le relèvement de l’enseignement public - Jean Jaurès
  • La morale prolétarienne & humaine - Jean Jaurès
  • L’école de la remédiation - Franck Poupeau et Sandrine Garcia
  • « A Bruxelles… » - Pierre Bourdieu
  • Les politiques européennes d’éducation & de formation à travers les textes - Jean-Luc de Meulemeester et Denis Rochat
  • La marchandisation en route - Richard Hatcher
  • La politique d’accès à l’enseignement supérieur - Cécile Deer
  • Éducation & « capital humain » - Jean-Luc de Meulemeester
  • Rien de neuf, rien de changé - Trica D. Keaton
  • L’École émancipée - Franck Poupeau et Olivier Vanhee
  • Transformer l’école & la société - Franck Poupeau et Olivier Vinay
  • « Il y a une re-définition du cycle universitaire… » Pierre Bourdieu
  • La « professionnalisation » des enseignements universitaires - Christian de Montlibert
  • Dualisme scolaire & dualisme social - ARESER
  • Le dehors & le dedans - Alain Accardo

Site des éditions Agone

Enfants d’ailleurs, élèves en France

« L’accueil des élèves nouvellement arrivés en France dans l’école est une question à la fois grave et sensible, pour ne pas dire vive. Grave parce que l’on touche ici à des situations complexes, dépassant largement le seul cadre de la classe et de l’école ; sensible parce que l’on rencontre des histoires parfois difficiles, des situations souvent délicates, des enfants en très grande fragilité.
Le plus souvent, les collègues et les établissements se sentent concernés par ces enfants, mais aussi parfois dépassés ou, impuissants face aux multiples difficultés à relever. L’arrivée de tels élèves va forcément bousculer le cours normal de la classe, interroger nos propres pratiques. Surtout nous pensons tous, consciemment ou pas, que derrière l’obstacle linguistique se cache une difficulté scolaire, alors que finalement, ces élèves se révèlent comme les autres, pas forcément doués, même parfois en réelle difficulté, mais aussi en réussite, brillants, d’une grande maturité et déterminés à réussir.
Ce dossier souhaite refléter les réalités très variées des élèves Énaf, « étrangers » à des titres très différents, éloignés ou pas des attentes et habitudes scolaires, avec des situations personnelles et familiales elles aussi très variées, génératrices de confiance ou d’angoisse. »

Présentation, sommaire, de nombreux articles en ligne et bon de commande sur le site des Cahiers pédagogiques

 

Les archives de l’immigration : collecte, usages, valorisation

Les articles de ce numéro de Migrance, coordonné par Driss el Yazami, reprennent les communications présentées lors de la Journée d’études sur les archives de l’immigration, qui s’est tenue le 26 septembre 2008 aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Cette journée était organisée par la direction des Archives de France, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Génériques. Elle était labellisée Année européenne du dialogue interculturel.

Télécharger ou commander le Migrance N°33

Sommaire :

Penser et organiser la collecte : des responsabilités partagées

- Sauvegarder et mettre en valeur les archives de l’immigration : une priorité des Archives de France
par Pascal Even

- Étrangers : hisroire de dossiers, histoire(s) en dossiers dans les Hautes-Pyrénées
par François Giustiniani

- Promouvoir la collecte d’archives sur l’immigration dans les Bouches-du-Rhône
par François Gasnault

- Archives et immigration dans les Bouches-du-Rhône : à la recherche des synergies entre institutions publiques, acteurs économiques et mouvement social
par Samia Chabani

- Archives privées de l ’immigration à la BDIC : ancienneté et diversité de la collecte
par Geneviève Dreyfus-Armand

Des outils pour la recherche

- Archives et historiographie de l’immigration
par Philippe Rygiel

- La base Natnum et les sources relatives aux naturalisations conservées aux Archives nationales
par Annie Poinsot

- Calames, un outil de alorisation des archives de la BDIC
par Bassirou Barry

- Catalogues et images numérisées en ligne : nouvelles perspectives de recherche pour l’histoire de l’immigration. L’expérience de l’association Génériques
par Delphine Folliet

- Archives privées de l ’immigration à la BDIC : ancienneté et diversité de la collecte
par Geneviève Dreyfus-Armand

La valorisation des archives de l’immigration

- La mise en exposition des documents d’archives à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)
par Hélène Lafont-Couturier

- Histoire et mémoires de migrations en Val-de-Marne : collecte et valorisation. Le projet des Archives départementales du Val-de-Marne
par Annie Poinsot

Questions sensibles et sujets tabous

Problèmes existentiels longtemps tabous à l’école (la mort, la sexualité), contestation de certains sujets « sensibles » (l’évolution des espèces, le conflit israélo-palestinien), comportements sexistes, racistes, homophobes : comment réagir face à ces élèves qui veulent être reconnus comme des personnes et pas seulement comme des « apprenants » ? Comment pouvons-nous répondre en tant que professionnels qui faisons la part de ce qui nous touche personnellement ?
Ce dossier s’appuie sur de nombreux témoignages ; il s’intéresse à la façon dont on peut analyser et anticiper les difficultés. Il montre comment donner la priorité, dans ces situations délicates, à l’éducatif sur le moralisme ou l’argument d’autorité.

Présentation, articles en ligne et bon de commande sur le site de la revue

Sommaire du dossier

Éditorial : L’école n’est pas dans une bulle, assumons son ouverture au monde

1- Quand le tumulte du monde s’invite en classe

- Fabrice Dhume  : Travailler le racisme en classe  : du discours à la parole
- Monique Ferrerons, Lise Golomb et Françoise Lorcerie : Racisme, religion, sexisme : petites anecdotes, grandes questions
- Philippe Watrelot : Faire avec ou contre l’homophobie ?
- Sylvie Floc’hlay : Une étoile jaune, ça vous dit quoi  ?
- Bruno Robbes : Violence : savoir analyser pour agir
- Marie-Laure Gérin : L’école à l’épreuve des heurts identitaires
- Valérie Renault : Du banal à l’odieux  : entre racisme et élitisme mal assumé au lycée
- Michèle Amiel : Un foulard, un lycée en crise
- Bruno Robbes : Violence : savoir analyser pour agir (version longue)

2- Du rififi dans les savoirs

- Sylvain Connac : Savoir que croire n’est pas savoir
- Saïda Aroua : Enseigner l’évolution en Tunisie
- Michèle Coppens : Faire de l’éducation morale sans moraliser
- Roland Le Clézio : Parlons des sujets qui fâchent
- Jean Simonneaux : Au croisement des progrès scientifiques et des choix sociopolitiques
- Joël Mak dit Mack : L’actualité du monde comme « histoire immédiate » dans la classe
- Raoul Pantanella : Une histoire d’humour
- Gilles Boyer : Questions sensibles en histoire-géographie, quelle formation  ?
- Michèle Coppens : Faire de l’éducation morale sans moraliser (version longue)

3- Mettre en mots les questions existentielles

- Régis Guyon : Un tsunami de paroles
- Anne-Marie Lauria : Oser dire sa vie personnelle ?
- Dominique Seghetchian Shomali : Qui êtes-vous madame la professeure ?
- Sylvie Pansu : Un arbre généalogique pour passer de l’intime à l’universel
- Chantal Picarda et Richard Étienne : Faire une place au deuil, même dans la classe
- Florent Amella : Peut-on discuter de la mort  ?
- Jean-Michel Wavelet : L’impensable à l’école

4- Des réponses, mais nécessairement ouvertes et nuancées

- Alain Jean : Face à l’imprévu : formation, improvisation ou bricolage  ?
- Élisabeth Bussienne et Michel Tozzi : Assumer, oser les sujets sensibles
- Alain Jean : Face à l’imprévu : formation, improvisation ou bricolage ? (version longue)

Bibliographie

Travailler aux marges. Un cordon sanitaire pour la société ?

Délinquants et toxicomanes, squatteurs et sans-papiers, SDF et RMIstes, handicapés et « inemployables » : tous perturbent à leur manière la tranquillité de l’espace public. Leurs différences pèsent parfois peu au regard de ce trait qui les unit, celui d’être indésirables. Pour venir en aide aux personnes en difficulté et tenir à l’écart les plus gênantes pour l’ordre public, un cordon sanitaire s’est progressivement constitué, composé d’une multitude de professionnels chargés de désigner pour aider, séparer pour mieux intégrer, isoler pour soigner, enfermer pour éduquer, éloigner pour punir...

Quelles sont aujourd’hui les populations auxquelles ce cordon sanitaire s’adresse ? Comment se manifestent la marginalité et les troubles de l’ordre public qu’elles suscitent ? Quels professionnels ont désormais pour mission de maintenir la cohésion sociale par l’accompagnement de certaines catégories de populations et leur invisibilisation dans l’espace public ? Comment la formation de ces professionnels prend-elle en compte les ambiguïtés de leur activité et comment peut-elle les armer pour en déjouer les pièges, les accompagner dans leurs missions paradoxales ? Telles sont les questions que ce dossier propose de mettre au cœur de la réflexion..

 

Sommaire et bon de commande sur le site de la revue

 

Justice. Le souci de l’Autre

Notre rapport avec le juste passe par les autres. Ou bien nous allons au juste avec eux, ou ce n’est pas au juste que nous allons. (M. Merleau-Ponty). Avant de donner lieu à un « code » ou à un « contrat », avant d’être une « identité », tous aussi légitimes soient-ils, avant de se prêter à calcul dans des seuils rentables d’expulsions (d’un territoire ou d’une entreprise), le rapport à l’Autre est d’abord de justice. A vouloir être juste « sans » l’Autre, on cesse de l’être. La justice n’est pas la raison d’Etat. Elle est exigence collective, sans cesse ré-inventée. Elle traverse morale, éthique, droits de l’Homme, politiques et lois locales. C’est en son nom que la société civile exprime, de plus en plus ces derniers temps, son indignation face à des discours, des législations, des comportements administratifs et économiques qui trahissent cette exigence.

Editorial d’Abdellatif Chaouite sur le site de la revue

Présentation et sommaire sur le site Revues plurielles

Site de la revue Ecarts d’identité

 

Marseille quartiers Nord, capitale de la jeunesse

Dans ce numéro, un entretien avec Yohanne La moulèle : Marseille quartiers nord, capitale de la jeunesse


L’Impossible
n°10
5 €

Téléchargeable sur le site de la revue.

Marseille

  • Séquence : Serrage de villes et boulons de culture
  • Une histoire passionnelle de Marseille
    De la Canebière à l’Estaque, dérive avec Alèssi Dell’Umbria, 
auteur de l’Histoire universelle de Marseille
  • L’art de faire place nette
    Une critique des politiques de la ville
  • "J’y suis, j’y reste, j’y vis !" (ACTION)
    Histoire de la réappropriation d’un terrain vague en centre-ville
  • Un jour Euromed
    Déplacement entre les lignes barbares des plans urbanistiques
  • "Vous allez gicler !"
    Z est allé à la rencontre des habitants de la République qui se battent pour rester chez eux ou pour obtenir un relogement décent. Témoignages.
  • Momo, au carrefour des cultures
    Dans les quartiers Nord, Momo, syndicaliste dans la grande distribution, cause de sa culture kabyle, ouvrière, etc.
  • Cultures mineures et floutopies
    A la recherche de la culture populaire  :
pensées vagabondes dans les rues de la cité phocéenne

Présentation du numéro sur le site de la revue

Z, numéro 2
Marseille
Automne 2009
184 pages, 10 euros

Les intellectuels, la critique & le pouvoir

L’« intellectuel » serait forcément « de gauche » ; il œuvrerait « naturellement » au seul service des dominés ; surtout, son action serait désintéressée. Quelques rappels historiques écornent vite cette belle image ; surtout ils montrent comment ont changé les valeurs au nom desquelles on s’« engage » pour quelles « nobles causes ». Un peu d’actualité montre combien les fonctions remplies sont toujours plus publiquement rentables.
Ce recueil revient sur les rôles qui ont porté certains intellectuels au cœur de mouvements de libération, qui n’ont parfois libéré qu’eux-mêmes, au sein d’une lutte des classes dans laquelle ils n’ont souvent jamais que changé de camp.

Présentation et sommaire sur le site de l’éditeur

Les intellectuels, la critique & le pouvoir
Revue Agone n°41 et 42, octobre 2009
Coordination Thierry Discepolo, Charles Jacquier & Philippe Olivera
288 pages, 22 euros

Sommaire

  • Orwell et la dictature des intellectuels, James Conant
  • Le rôle de l’intelligentsia au sein des partis politiques marxistes. Introductions aux analyses de Makhaïski, Jean-Pierre Garnier
  • Ante Ciliga & la nouvelle classe dirigeante soviétique
  • Une critique prolétarienne de la bureaucratie révolutionnaire. Les analyses de Bruno Rizzi
  • Régis Debray, « Maître ès renégats ». Exercice d’admiration, Thomas Didot (et Guy Hocquenghem)
  • Sollers tel quel, Pierre Bourdieu
    Suivi de Faits & gestes. Cursus honorum sollersien (1957–2007), Philippe Olivera & Thierry Discepolo
  • François Furet entre histoire & journalisme (1958–1965), Michael Scott Christofferson
  • Genèse sociale de Pierre Rosanvallon en « intellectuel de proposition », Christophe Gaubert
  • Radical, chic, et médiatique, Adam Garuet
  • Sur la fonction de deuxième et de troisième couteau (de poche). À propos de l’« intellectuel de Région » Thierry Fabre, de Jérôme Vidal et de sa « puissance d’agir », de Pascal Blanchard en « free lance researcher », Camille Trabendi
  • Sur la responsabilité sociale du savant, Alexandre Grothendieck
  • « Dire la vérité au pouvoir au nom des opprimés », Gérard Noiriel
  • Le philosophe, les médias et les intellectuels, Jacques Bouveresse
  • Le constructivisme comme outil de pouvoir aux mains des intellectuels, Jean-Jacques Rosat
  • Vous avez dit « anti-intellectualisme » ?, Philippe Olivera
  • (Auto-)dérision, Alain Accardo

Roms, Tsiganes, Gens du voyage

Sommaire, articles en ligne et bon de commande sur le site de VEI / CNDP


Éditorial de Marie Raynal
Entretien avec Patrick Williams

I - Complexité du champ

La situation des Roms en Europe et le rôle de l’Union européenne
Jan Figel’ - Entretien
Le fond - le noeud ? - du problème
Alain Montaclair
Une histoire des Roms en Europe de l’Est
Alain Reyniers
« SMUMBMT » et rromani ou Les implications, exigences et atouts d’une sociolinguistique de la complémentarité
Marcel Courthiade
Les Roms migrants et la santé
Alexandra Nacu
Du droit à l’éducation pour les Tsiganes et Gens du voyage
Lanna Hollo

II - Scolarisation

La formation des enseignants
Jean-Pierre Liégeois
La non-scolarisation des enfants roms migrants
Samuel Delépine, Alexia Veriter
La voie professionnelle, une trop longue route pour les enfants du Voyage
Boumédiene Sid-Lakhdar
L’école et les enfants roms : un fossé à combler
Michael Rigolot
Scolarisation des enfants roms du Kosovo - Troyes
Régis Guyon
De l’habitat à la scolarisation en région parisienne
Valérie Gourlet, Josiane Michon-Agueff
La Cité des Roms
Entretien : Frédéric Castaignède
Scolarisation, éducation et familles gitanes - Perpignan
Jean-Paul Carrère
Projet expérimental « La Miranda » : trois ans déjà...
Christine Normand, Elsa Piou
Des élèves non-lecteurs dans une classe ordinaire
Aline Beaudou
Une famille yéniche de l’est de la France - l’histoire et l’école
Alain Montaclair
Dispositif de scolarisation des enfants du Voyage - Haute Saône
Jean-Pierre Pheulpin
Le droit et l’accès à l’instruction des enfants du Voyage
Elisabeth Clanet dit Lamanit
Scolarisation des enfants du Voyage et non-sédentaires - Haute-Garonne
Benoît Raffara
Histoires de voyageurs
Marie Chartier
Rétrospective : La population dont on parle : caractéristiques, rapport à l’école (VEI Enjeux, Hors série n° ;4 juillet 2002)
Alain Reyniers
Sédentaires et nomades – l’Europe et les Roms
Alexandros Tsolakis - Entretien
Hongrie : comment mettre fin aux classes ségrégatives ?
Ivàn Bajomi
En regardant l’école avec des yeux gitans
Begona Garcia Pastor
Une travailleuse sociale à Budapest
Mária Szabó

III - Ville et société

Les Roms migrants en France – Une réalité qui dérange
Martin Olivera
Le CLIVE ou Comment lutter contre les carences institutionnelles
Christian Bachmann
Un mouvement d’éducation au service d’un projet social
Isabelle Palanchon
Statuts des Roms originaires de l’ex-Yougoslavie
Régis Mermet
« L’interminable errance des caravanes »
Alain Quéval
Les mythes d’une construction universelle dominante
Christine Marchand
La Halde et les discriminations envers les Gens du voyage
Laurent El Ghozy
« On n’est plus en Europe ! » Le témoignage d’une photographe
Sara Jabbar-Allen
« Un peu de calcul, un peu de français et on verra… »
Alexandre Romanès - Entretien
L’Éco-formation – ou Un village d’Astérix au Portugal
Mirna Montenegro
C’est comme à la foire ! – Un voyage dans le colloque
Tania Magy
La médiation interculturelle avec les Roms et les Gens du voyage
Vincent Ritz Nara
La diversité du vécu des cours d’alphabétisation à Toulouse et à Barcelone
Carole Viché
Chronique d’un colloque
Daniel Verdier
L’intervention de l’AMPIL auprès des Roms
Marion Bonnet
Téléphone et cordon ombilical dans les centres de vacances d’enfants
Jean Houssaye

DVD

Les discriminations des Gens du voyage : quels droits, quels recours ?
Halde

Bibliographie

Fiche documentaire

 

École ségrégative, école reproductive

« La reproduction sociale par l’École (...) prend deux voies. Tout d’abord, les conditions de reproduction du capital scolaire passent en partie par l’établissement qui tend à jouer le rôle que jouaient précédemment les filières. La reproduction sociale passe ensuite par les habitus sociaux dont l’école est devenue un des modes privilégiés de conservation et de reproduction. Dans un tel contexte, la reproduction des habitus passe en partie par les établissements scolaires qui jouent un rôle central dans la constitution des groupes de pairs, des rencontres et des relations d’adolescents eux-mêmes au principe de la formation et de la reproduction des habitus sociaux. »

Présentation et résumés des articles sur le site de la revue

Sommaire

  • École ségrégative, école reproductive - Ben Ayed Choukri - Poupeau Franck
  • La mixité sociale dans l’espace scolaire : une non-politique publique - Ben Ayed Choukri
  • Le choix des autres. Jugements, stratégies et ségrégations scolaires - Van Zanten Agnès
  • Écrire pour contourner - Barrault Lorenzo
  • Sectorisation des collèges et prix des logements à Paris - Fack Gabrielle - Grenet Julien
  • Des « esprits d’État » face à la ségrégation scolaire - Laforgue Denis
  • L’espace des inégalités. Une analyse des variations socio-spatiales d’acquis scolaires dégagée des optiques évaluatives - Broccolichi Sylvain
  • Grandir entre pairs à l’école. Ségrégation ethnique et reproduction sociale dans le système éducatif français - Felouzis Georges - Perroton Joëlle
  • Ce que Sciences Po fait aux lycéens et à leurs parents : entre méritocratie et perception d’inégalités. Enquête dans quatre lycées de la Seine-Saint-Denis - Oberti Marco - Sanselme Franck - Voisin Agathe

 La revue est disponible sur abonnement ou en ligne

Artistes / Politiques

" L’idée de travailler sur les rapports de l’art et du politique était née d’une recherche à propos des metteurs en scène de théâtre de ce que l’on appelle, dans les années Soixante, la décentralisation en banlieue. Cette première étude avait fait apparaître un paradoxe : ces metteurs en scène avaient subverti à la fois certaines règles du jeu politique et certaines « règles de l’art ».
Au-delà de ce repérage des logiques professionnelles qui, monde de l’art par monde de l’art, organisent des relations finalement multiples entre les artistes et le politique, cette dernière piste mériterait peut-être d’être prolongée. Si les artistes sans œuvre et sans capital symbolique peuvent au même titre que les représentants de l’avant-garde faire le choix du politique, ne ce serait-ce pas d’abord parce que l’action collective est pour les uns comme pour les autres, productrice de certitude ? "

Revue intégralement en ligne sur Cairn

Sommaire

I. Études : 1. Logiques professionnelles et positions politiques

  • Présentation
  • Pierre Bourdieu : Bref impromptu sur Beethoven, artiste entrepreneur
  • Gisèle Sapiro : De l’usage des catégories de « droite » et de « gauche » dans le champ littéraire
  • Ioana Popa : « L’impureté » consentie. Entre esthétique et politique : critiques littéraires à Radio Free Europe
  • Annie Collovald et Erik Neveu : Le « néo-polar ». Du gauchisme politique au gauchisme littéraire
  • Yasmine Siblot : La mémoire entravée. Une trajectoire de libraire et de communiste sous tension
  • Anne Simonin : Le droit a l’innocence. Le discours litteraire face a l’epuration (1944-1953)
  • Éric Fassin : Le double « je » de Christine Angot : sociologie du pacte littéraire

I. Études : 2. Ambiguïtés et incertitudes des politiques publiques

  • Pierre-Michel Menger : Art, politisation et action publique
  • Gilles Malandain : Quel théâtre pour la République ? Victor Hugo et ses pairs devant le conseil d’État en 1849
  • Vincent Dubois Le ministère des arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée d’une politique artistique républicaine
  • Christel Sniter : La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914
  • Alice Blondel : « Poser du Tricostéril sur la fracture sociale ». L’inscription des établissements de la décentralisation théâtrale dans des projets relevant de la politique de la ville
  • Ce que la sociologie fait à l’art contemporain
  • Morgan Jouvenet : Le style du commissaire. Aperçus sur la construction des expositions d’art contemporain

II. Dossier : 1. Pistes : La construction politique de l’identité esthétique

  • Isabelle Coutant : Les réalisateurs communistes à la télévision. L’engagement politique : ressource ou stigmate ?
  • Benoît Lambert et Frédérique Matonti : Un théâtre de contrebande. Quelques hypothèses sur Vitez et le communisme
  • Olivier Roueff : Bohème militante, radicalité musicale : un « air de famille ». La sensibilité des musiques improvisées au militantisme radical
  • Martina Avanza : Des artistes pour la Padanie. L’art identitaire de la Ligue du Nord
  • Boris Gobille : Être écrivain en mai-68. Quelques cas d’« écrivains d’aspiration »

II. Dossier : 2. Lectures

II. Dossier : 3. Bibliographie

Monde ouvrier et culture

" La notion de « culture » ne recouvrait pas ici le champ que lui a attribué, en particulier, l’ethnologie américaine, comme un ensemble de comportements, proche de « mode de vie ». Ce sont les aspects dits intellectuels, au sein desquels les divers Arts et Beaux-Arts tiennent traditionnellement une grande place, qui étaient concernés. Cette distinction ne signifie pas que soit à négliger l’influence de cette culture sur la vie quotidienne. Par ailleurs on sait aussi, depuis Gramsci, qu’il existe des « intellectuels organiques » de la classe ouvrière, issus de celle-ci.
Même ainsi circonscrit, le sujet est immense. (...) Notre préoccupation était d’aborder le thème des relations entre le monde ouvrier et la culture à la lumière, autant que faire se pouvait, de quelques expériences ancrées dans la réalité régionale. Celles-ci, bien souvent méconnues, ont montré tout leur intérêt dans le cadre de débats plus généraux et, de ce point de vue, la moisson a été riche : les papiers de ce Bulletin de Promemo en témoignent.

Présentation et téléchargement de la revue (64 pages, pdf) sur le site du Maitron

Présentation de l’association Provence, mémoire et monde ouvrier (PROMEMO) sur Maitron.org, site d’histoire sociale

L’usine en pièces : du travail ouvrier au travail théâtral

Il faut d’abord rappeler que la France des années 2000 compte 6 millions d’ouvriers, soit 25% de la population active. Le rappeler, donc, et prendre aussitôt la mesure d’un écart entre l’importance toujours considérable du monde ouvrier dans le champ social et sa bien faible visibilité dans le champ de la représentation, qu’elle soit politique, médiatique, artistique ou culturelle.

Cet écart nous invite aujourd’hui à considérer plusieurs spectacles qui se sont attachés à redonner des visages, des corps et des voix à ceux que la logique comptable du capitalisme réduit à une variable d’ajustement, l’enjeu étant ici de valoriser un geste commun mais aussi de souligner la diversité de ses incarnations esthétiques et politiques.

Présentation et bon de commande sur le site de la revue

  • La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras / Publication inédite du spectacle du Théâtre de l’Aquarium en 1976 accompagnée du DVD de la captation
  • Entre l’ancien et le nouveau / travailleurs en lutte et comédiens porte-parole par Philippe Ivernel
  • L’ouvrier et le comédien : comment jouer les ouvriers sans se jouer d’eux ? par Bernard Faivre
  • De la chaîne à la scène / La représentation du travail dans La Jeune Lune par Armelle Talbot
  • La capacité politique ouvrière par Olivier Neveux
  • Table ronde autour de La Jeune Lune… avec Martine Bertrand, Patrice Besnard, Thierry Bosc, Nicole Derlon, Bernard Faivre, Philippe Ivernel et Alain Macé
  • Des corps intermédiaires ? par Bérénice Hamidi-Kim
  • Mémoires ouvrières dans 501 Blues et Politique qualité par Marine Bachelot
  • Entre figure du mineur et évocation de l’ouvrier contemporain par Sandra Trigano
  • La poétique du réel par Guy Alloucherie
  • Table ronde avec Dominique Boulert, Yvonne Bounif, Maela Cariou, Patricia Hugot, Lionel Jaffrès, François Rodinson
  • Huit pages, un photographe - 7
  • Stéphane Dubromel

 

À l’école avec les élèves roms, tsiganes et voyageurs

" Un dossier des Cahiers pédagogiques consacré à la scolarisation des enfants du voyage français et des élèves roms migrants était prévu depuis plusieurs mois. Mais les évènements de cet été, au cours desquels amalgames et prises de position les plus caricaturales se sont manifestés, nous poussent à en proposer dès à présent une première mouture, la parution du numéro final étant prévue pour janvier 2011. Nous espérons que les six contributions choisies permettront de donner des clés de compréhension, de montrer que les élèves voyageurs ou roms allophones ne sont pas si différents des autres, qu’ils n’aspirent souvent qu’à réussir, même si toutes les conditions nécessaires pour y parvenir ne dépendent pas uniquement de l’école. Il s’agit de montrer ce qui se fait concrètement avec eux, dans le cadre de dispositifs spécifiques comme dans celui de la scolarité ordinaire. "

Dossier en téléchargement sur le site des Cahiers pédagogiques

 

Transmettre

 Que ce soit en Europe ou dans des sociétés plus lointaines, les discours « de crise » sur la disparition des sociétés, des valeurs, des identités, des racines ou des langues abondent aujourd’hui, poussant les ethnologues à développer leurs analyses de la notion de transmission et d’apprentissage (qu’il s’agisse de pratiques, de représentations ou d’émotions). Et, ce faisant, à penser les mécanismes complexes qui lient les individus et rendent possible la perpétuation du culturel

Présentation et bon de commande sur le site de la revue

Sommaire

  • Anthropologie et transmission - David Berliner (texte intégral)
  • Pourquoi les enfants ont-ils des traditions ? - Olivier Morin
  • « Chez nous, le sang règne ! » L’apprentissage religieux dans le culte Xangô de Recife (Brésil) - Arnaud Halloy
  • Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale - Laurent Legrain
  • Le vieil homme et le livre. La crise de la transmission chez les vieux-croyants (Roumanie) - Vlad Naumescu
  • Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) - David Berliner
  • L’esprit de patrimoine - Jean-Louis Tornatore

 

Musulmans de France. Loin des clichés

Ce numéro de Respect mag, média créé pour « décoloniser les imaginaires » et « apprendre à vivre ensemble »*, veut restituer leurs vrais visages. Multiples, divers et, très majoritairement, éloignés des ostracismes rétrogrades médiatiquement surexposés.
S’ils restent, pour beaucoup, encore relégués dans l’espace social (habitat, emploi...), ils refusent une fatalité qui les enfermerait dans cette réalité. Peu à peu une classe moyenne émerge et, timidement certes, leur présence se dessine au sein des élites françaises, malgré cette fermeture consanguine qui en est la marque de fabrique.
Sans nier les problèmes et les questions (d’ailleurs inhérents à chaque spécificité), ce numéro affirme l’énergie portée par quatre à cinq millions d’individus. Malgré le poids d’une société française si rétive à assumer, donc à valoriser, les diversités issues de son histoire et résolument tournées vers un avenir commun.

Présentation édito et bon de commande sur le site de la revue

Sommaire du dossier

  • L’islam au cœur d’une intimité
  • Conversions et apostasies : l’un croit, l’autre pas
  • L’islam est dans le pré
  • Ne plus lier l’islam à un destin social
  • Le sexe, best-seller insoupçonné des librairies musulmanes
  • Homos et musulmans : soif de dialogue
  • Féminisme et Islam
  • Juifs - musulmans : l’effet miroir
  • Finance islamique : une alternative à la spéculation
  • L’explosion du marché halal
  • Rap et Islam : la longue marche
  • Naif Al-Mutawa et les 99

 

Difficulté scolaire. Comment retourner la peau du destin ?

Les élèves en difficulté seraient-ils définitivement rétifs à toute action éducative ? Quelles attentes professorales ? Du regard sur la difficulté à l’action transformatrice, quels retours sur l’ordinaire des pratiques ?
Le lecteur pourra trouver dans ce numéro analyses, points de vue et constats sur les politiques publiques françaises et européennes en matière d’éducation ainsi que des comptes rendus d’expériences menées sur le terrain de la grande difficulté scolaire.

Présentation, sommaire et bon de commande sur le site du GFEN

Sommaire

  • Editorial : Grande difficulté scolaire : comment « retourner la peau du destin » ? Jacques BERNARDIN Lire
  • Ouverture des rencontres. David PROULT

Du regard sur la difficulté...

  • Quels constats pédagogiques en éducation prioritaire ? Anne ARMAND
  • Le rôle des attentes dans la construction de l’image de soi : « l’effet Pygmalion ». Jean BERNARDIN
  • Devoirs du soir, travail du soir : attentes et malentendus. Jean-Louis AUDUC

... à l’action transformatrice

  • Le dispositif « Auto-école » de Saint-Denis. Madame BEN HAZMA-BONDUE
  • Élèves en grande difficulté : aider ou changer de pratiques ? Philippe LAHIANI
  • Accompagnement scolaire : faire de la sous-traitance ou mettre en projet(s). Michel HUBER
  • Compétence. Michel HUBER
  • Les politiques d’éducation prioritaires en Europe d’un âge à l’autre. Jean-Yves ROCHEX
  • L’accompagnement scolaire, l’aide individualisée : des mythes aux réalités. Pierre FRACKOWIAK

Quel retour sur l’ordinaire des pratiques ?

  • Des pratiques de médiation culturelle : réconcilier culture et langage. Pascale BILLEREY, Khoulfia LÉONARD
  • Projet, moteur de réussite : les Centres Académiques de Lecture et d’Écriture à la Réunion. Sylvie CHEVILLARD
  • « Le triomphe par le ratage même », dans les parages d’Henri Michaux. Odette et Michel NEUMAYER
  • Pour un service public d’éducation « élitaire pour tous » Bernard BIER

Appel à soutien pour que vive le GFEN

Racismes ordinaires ?

Il n’y a pas un racisme, mais des racismes. Ancien et toujours actuel, ils ne cessent de s’actualiser. Parce que certains tabous ont sauté, le racisme s’autorise même à revêtir les figures du bien-pensant et de la nécessité.
La gestion des places et des espaces – du scolaire aux espaces dits publics – obéit à des règles racialisantes ; ce processus de catégorisation tendant à légitimer une dynamique dangereuse.
Les tensions communautaires, les modalités de gestion politique du racisme « classique » ne doivent pas masquer que la diffusion de la pensée racialisante est plus profonde, plus rampante, plus ambivalente.
Ici, quelques tentatives pour démonter ces processus de « racialisations », pour déshabiller un racisme parfois « normalisé » tant ses formes sont ordinaires, tant le racisme peut paraître finalement banal.

Présentation, sommaire, édito et premières pages sur le site de l’IRTS du Languedoc-Roussillon

  • Histoire d’un racisme au long cours. Quelques pistes pour un travailleur social
  • Ambiguïtés de l’antiracisme. Retour sur quelques associations militantes
  • Des flics et des "jeunes". Tensions entre deux groupes socialement et politiquement construits
  • "Interdit aux enfants et aux chiens". Le silence des discriminations infantiles
  • Le racisme est-il soluble dans la politique de la ville ? Un défi pour le travail social
  • Discriminations : l’éducation, un espace à haut risque ?
  • Rue Mohamed V, un collège comme les autres. Témoignage d’une professeur d’arabe, analyse d’une sociologue
  • Photographiquement : V.N.I ? (Villes non identifiables ?)
  • Notes de lectures
  • Vieillir, mourir, naître. Indigences sociales au travers de la science-fiction

 

Le métier de photographe : deux reporters en équipe

 

Titre : Le métier de photographe : deux reporters en équipe

Support : Revue

Resumé : Approche d’un photographe et d’une sociologue. Reportages sur les différentes communautés ethniques qui composent Marseille.

Lieux : Marseille

Auteur(s) : Yves JEANMOUGIN, Chantal BALEZ

Editeur(s) : Photo-Work ( Edira Sarl )

Date : 4ème trimestre 1981

La Méditerranée

À la même époque que la traite atlantique, et surtout au cours du XVIIe siècle, le destin d’esclave en Méditerranée fut souvent celui de galériens et la galère reste l’un des symboles de la servitude au sein du monde méditerranéen.
Cependant il n’y eut pas que des galériens et, depuis l’Antiquité, diverses formes de travail servile ont contribué par leur importance au développement de brillantes civilisations qui bordaient et bordent encore la mer Méditerranée, interface géographique et historique entre l’Europe, le Proche-Orient, l’Afrique et l’Atlantique.
Cette nouvelle édition des Cahiers des Anneaux de la Mémoire propose de mettre en valeur la recherche sur les formes de servitude et d’esclavage du monde méditerranéen, qui ont précédé et inspiré les traites et les esclavages du monde atlantique et qui en furent aussi contemporaines.

Présentation et bon de commande sur le site de l’association Les Anneaux de la Mémoire

Sommaire

  • Sandrine Duval - Une sépulture d’esclave en terre gauloise à la fin de l’âge du Fer.
  • Salah Trabelsi - Traites et esclavages en Tunisie. VIIe-Xe siècles
  • Bernard Vincent - L’esclavage en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIIe siècles)
  • Alessandro Stella - Les galères dans la Méditerranée (XVe-XVIIIe siècles). Miroir des mises en servitude.
  • Luca Lo Basso - La rame et le croissant. Galères génoises et esclaves musulmans, XVIe-XVIIIe siècles
  • Philippe Rigaud - Aux bancs des galères de Provence. Les galiots de forsa (milieu XVe-milieu XVIe siècle).
  • Laurent Pavlidis - Saint-Tropez, une communauté provençale confrontée à l’esclavage de ses habitants XVIe-XIXe siècles.
  • Jean-Pierre Farganel - La navigation vers le Levant à l’Epoque moderne (1545-1715) vue à travers l’exemple de quelques voyageurs français.
  • Sadok Boubaker - Réseaux et techniques de rachat des captifs de la course à Tunis au XVIIe siècle.
  • José Antonio Martinez Torres - Après la bataille de Lépante : L’Europe et la « problématique du rachat » de captifs chrétiens sur les côtes barbaresques durant l’époque moderne.
  • Wolfgang Kaiser - Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIe siècles)
  • Aurelia Martin Casares - Esclavage et mentalité : la population esclave de Grenade au fil du XVIe siècle.
  • Bernard Vincent - Esclavages et dépendances.
  • Giovanna Fiume - Le roi Congo en Sicile : une piste de lecture
  • Antonio de Almeida Mendes - De la Méditerranée à l’Atlantique : les traites modernes en perspective.
  • Gilbert Buti - Gens de couleur et esclaves en Provence au XVIIIe siècle.

Langues et migrations

Ce dossier explore les réalités de la pluralité linguistique, qu’elle soit pratiquée dans les familles immigrées ou bien encouragée à travers des programmes d’enseignement, des actions sociales et culturelles, et dans les créations littéraires. La dimension comparative permet de comprendre comment se combinent les usages des langues dans plusieurs contextes géographiques, en Europe et aussi au Québec.

Présentation complète sur le site de la revue

  •  Le jeu des langues, par Marie Poinsot
  •  Introduction, par Xavier North
  •  Apprendre la langue du pays d’accueil, par Claire Extramania et Piet Van Avermaet
  •  Compétences linguistiques, par Christine Blaser
  •  “Je veux apprendre la France”, par Claire Verdier et Marion Aguilar
  •  Héritage et pratiques linguistiques des descendants d’immigrés en France, par Stéphanie Condon et Corinne Régnard
  •  Petits-enfants de migrants italiens et espagnols en Suisse. Modèles d’intégration et pratiques langagières, par Michel Alessio, Olivier Baude et Jean Sibille
  •  Éloge de Babel, par Philippe Lazar
  •  Du bilinguisme familial chez les enfants, par Claire Extramania
  •  L’interprétariat en milieu social en France, par Ali Ben Ameur
  •  L’enseignement de l’arabe en France, par Yahya CheikhYahya
  •  Radiographie sommaire des pratiques de l’arabe maghrébin en France, par Alexandrine Barontini
  •  Écrire en français quand on vient d’ailleurs, par Ursula Mathis-Moser et Birgit Mertz-Baumgartner
  •  Langue maternelle et langue d’écriture, par Martine Paulin
  •  Les mots migrateurs, par Marie Poinsot
  •  D’un exil à l’autre, les lieux disloqués, par Krikor Beledian

 

La mer au milieu

La Méditerranée, البحر الأبيض المتوسط : une mer ? Une terre ? Une histoire, faite de séparations comme de rapprochements, de coupures et d’aller-retour, de conflits et d’espoirs de paix. Et des peuples bien sûr, qui, de part et d’autre de l’eau, se répondent dans un dialogue souvent douloureux mais continu. Des langues, donc, qui disent la subtilité des échanges humains, des cultures respectives et mêlées. Mais aussi, de jeunes migrants clandestins qui s’échappent au péril de leur vie pour un rêve de mieux-être ailleurs.
Dans l’effervescence démocratique nouvelle, on pourrait espérer que s’organise, des deux côtés de la Méditerranée, une circulation de la jeunesse qui ne soit plus fondée sur les craintes ou les préjugés mais qui participe d’un désir commun de liberté.

Sommaire, articles en ligne et bon de commande sur le site de le revue

Éditorial de Marie Raynal - À lire (PDF, 99 ko)
Entretien avec Catherine Wihtol de Wenden - À lire (PDF,120 ko)

I - Allers-retours et entre-deux

  • Ségrégation(s), culture et socialisation - Une comparaison des familles d’origines maghrébine et subsaharienne. Nathalie Kakpo
  • Associations et entreprises : l’armature sociale de l’entre-deux franco-marocain. Thomas Lacroix
  • Musique populaire et imaginaire migratoire en Algérie. Farida Souiah
  • Les frontières de l’Europe au long des côtes du Maroc. Francesco Madrisotti
  • La transplantation immobile et l’exil – entretiens avec Belkacem Bensmaïl, Sadri Bensmaïl, Salwa Boughaba
  • Tunisie janvier 2011 : les aspirations scolaires de jeunes lycéens. Amina Ghannouchi, Rekaya Hayouni
  • Le sans-culotte et le burnous – Histoire tunisienne. Hédi Saïdi
  • L’identité méditerranéenne et l’espace maghrébin. Driss Abbassi
  • L’éducation, la formation, la paix autour de la Méditerranée. Michèle Gendreau-Massaloux (Interview) À lire (PDF, 165 ko)

II - Langues et histoires croisées

  • L’enseignement du français et de l’arabe à l’ère de la mondialisation
  • Abdelhamid Belhadj Hacen, Denis Legros
  • La langue vecteur d’accès à la modernité - L’exemple de la Tunisie de la deuxième moitié du XIXe siècle. Brahim Belgacem
  • Un français pour les jeunes Algériens. Souheila Hedid
  • Les écrivains maghrébins de langue française dans un entre-deux culturel. Hervé Sanson
  • La langue française en Algérie entre passion et révulsion. Rabeh Sebaa
  • « Nous sommes en train de perdre la langue française ». Ahmed Mahiou (Interview) À lire (PDF, 113 ko)
  • Transmettre sa langue, ne pas renier ses origines - l’arabe et le berbère en France. Alexandra Filhon
  • Le malaise de l’enseignement de l’arabe - Le cas de l’Elco tunisien. Amel Boughnim
  • Les élèves nouvellement arrivés d’Afrique francophone et le français. Claudine Nicolas
  • Jeunes d’origine portugaise : une stigmatisation subtile. Sylvie de Amorim Alves
  • Les effets de représentation dans l’enseignement et l’apprentissage du français. Salima El Karouni-Lazrak
  • Les manuels scolaires au temps de la colonisation (1830-1962). Pierre Boutan
  • Enseignement de langues et cultures d’origine – le cas de l’arabe. Rachida Dumas
  • Langue & Culture arabes – un nouveau site national.
  • Enseigner la variation – l’exemple de tamazight en Algérie. Dalila Morsly

III - Échanges, actions, engagements

  • Jeunes de là-bas... Europe improbable - Jeunes et sociétés en Europe et autour de la Méditerranée. Yves Doazan, Henri Eckert
  • Les migrants, passeurs de mémoire. Samia Chabani
  • Un exemple de coopération éducative au Maroc. Sylvie Lamy
  • Ana ! Frères d’armes marocains dans les deux guerres mondiales. Christophe Touron
  • Moitié Moitié - un documentaire dans une classe d’accueil. Charlotte Quinette
  • Perspectives des migrations Internationales. OCDE 2010
  • Ce ne sont pas des chansons françaises, ce sont des chansons de France. Salah Amokrane
  • Métamorphoses de l’humanisme méditerranéen. Jean-Robert Henry

Climat
L’expérience collective de la douleur corporelle peut-elle être éducative ? Omar Zanna - À lire (PDF, 127 ko)

Retour sur
Lille : une scolarité « normale » pour les enfants de migrants. Marie-Christine Blayac - À lire (PDF, 145 ko)

Rétrospective (Migrants Formation N°63, décembre 1985)
Questions sur le bilinguisme d’enfants de migrants. Claire Calogirou - À lire (PDF, 131 ko)

Bibliographie
À lire (PDF, 93 ko)

Fiche documentaire
À lire (PDF, 83 ko)
 

L’exemple des Roms / Les Roms, pour l’exemple

L’histoire des Roms est exemplaire de l’histoire européenne elle-même, le plus souvent pour leur malheur. De même qu’est hélas exemplaire l’actuelle politique du gouvernement français qui ne s’en prend pas à eux sans en rappeler les pires moments. S’indigner, protester, soit ! Mais penser aussi pour agir.
Depuis l’été 2010, en France, à la faveur d’un fait divers aussitôt érigé en symptôme d’une situation générale, les Roms font l’objet d’une politique de stigmatisation qui semble ne pas pouvoir connaître de limites. Ils en forment en quelque sorte une figure malheureusement exemplaire. Désignations, dénonciations, expulsions  : une parole honteuse s’est libérée au plus haut sommet de l’État, marquant une acception nouvelle de la politique de segmentation des populations dites indésirables. (...)
Ce numéro de Lignes, ouvert à des penseurs impliqués de manières très diverses dans cette réflexion par le biais de la philosophie, de l’anthropologie, de la politique, de la littérature, de la géographie, de la sociologue ou de la linguistique, ou encore impliqués par l’expérience sur le terrain, ouvre le débat.

Présentation et bon de commande sur le site de la revue

Sommaire du dossier de Lignes n°34 (février 2011)

  • Cécile Canut, Présentation
  • Cécile Canut & Alain Hobé, Roms et compagnie
  • Jean-Luc Nancy, Roms, Hommes, Gadjos
  • Ivaylo Ditchev, Les Roms comme symptôme, comme miroir, comme front de lutte
  • Jean-Loup Amselle, La « séquence » rom et l’ethnicisation de la société française
  • Alain Pierrot, Mythe nomade et logique migratoire
  • Élisabeth Clanet dit Lamanit, L’objet « origine » et le concept d’un « peuple » dit « rom »
  • Alice Cherki, L’injonction au silence
  • Nando Sigona et Nidhi Trehan, Néolibéralisme et antitsiganisme : le suspens du rêve européen
  • Martin Olivera, La fabrique experte de la « question rom »
  • Jacques Rancière, Une passion d’en-haut
  • Sophie Wahnich, Contre le racisme d’État
  • Étienne Balibar, Racisme et politique communautaire : les Roms
  • Pierre Sauvêtre, Minoriser l’Europe pour sortir du postcolonialisme intérieur
  • Olivier Legros, Réguler la société par l’espace ?
  • Sébastien Thiéry, Pour une architecture de résistance face à l’irraison d’État

Suite et fin du dossier dans Lignes n°35 (mai 2011)

  • Éric Fassin, Pourquoi les Roms ?
  • Jean-Pierre Dacheux, Nous sommes tous des Roms européens
  • Emmanuel Filhol, L’investissement du thème tsigane dans la culture de l’Europe
  • Cécile Kovacshazy, Littératures tsiganes : un événement politique
  • Claire Cossée, « Les-Roms-migrants-et-gens-du-voyage »
  • Guillaume Sibertin-Blanc, Les Indiens d’Europe

L’universel républicain à l’épreuve. Discrimination, ethnicisation, ségrégation

Sommaire et articles en ligne sur le site de la revue

Éditorial de Bernard Bier

I - La république et ses frontières : la construction de l’universel

L’universel républicain revisité. Dominique Schnapper
Les jeunes de l’immigration se cachent pour vieillir. Représentations sociales et catégories de l’action publique. Patrick Simon
La mise en scène républicaine de l’ethnicité maghrébine : discours d’État, discours d’acteurs ? Vincent Geisser
Catégorisation de la population pénale et discriminations. Mikhaël Faure
La lutte contre les discriminations ou l’intégration requalifiée. Françoise Lorcerie

II - Ségrégation dans la ville

Les jeunes des cités : une communauté juste. Sébastien Peyrat
L’association pour l’action : alliances et dissociations de groupes sociaux dans un quartier en DSQ. Leila Wolf

III - Ségrégation dans l’entreprise

La face cachée de l’intégration : les discriminations à l’embauche. Olivier Noël
Mécanismes psychosociaux à l’œuvre dans la discrimination raciale à l’embauche. Mohamed Rebzani

IV - Ségrégation et ethnicisation dans l’école

Les ambiguïtés de l’ethnicisation des relations scolaires : l’exemple des relations école-familles à travers la mise en place d’un dispositif de médiation. Joëlle Perroton
La construction de l’altérité à l’école de la République. Christian Poiret
Violence à l’école : la dimension « ethnique » du problème. Bernard Charlot
Violence à l’école et ethnicité. Les « raisons pratiques » d’un amalgame. Jean-Paul Payet
Pour une clinique et une éthique de l’altérité et de la rencontre, de l’indétermination et de l’élaboration de soi. Jean-Yves Rochex

Bibliographie sélective

 

Les mouvements migratoires entre réalité et représentation (Italie, XIXe-XXIe siècles)

Les actes du colloque "Les mouvements migratoires entre réalité et représentation (Italie, XIXe-XXIe siècles)" viennnent de paraître sous la forme d’un numéro spécial de la revue Italies, Revue d’études italiennes (14/2010) du CAER/Université de Provence.

Sommaire

  • Carmela Lettieri : Présentation 
  • Enrico Pugliese : Le modèle méditerranéen de l’immigration. Contexte, espace, caractéristiques, stabilité.

Les cadres d’interprétation

  • Raffaele Rauty : Il sogno americano. Rappresentazione dell’emigrazione italiana nei classici della sociologia statunitense.
  • Sonia Floriani : Qui e Altrove ? Per una tipologia di migranti fra sociologia e biografia.
  • Anna Maria Zaccaria : Naples-Piazza Garibaldi. Les images, les couleurs et les histoires de la mixité.

Aspects socio-économiques

  • Federica Dolente, Il lavoro gravemente sfruttato degli immigrati. Una ricerca condotta a Roma e nell’Agro Pontino.
  • Mara Tognetti Bordogna et Annalisa Ornaghi, Le phénomène des badanti en Italie : carcatéristiques et spécificités.
  • Lorenzo Ferrante, Newcomers, fiducia e frammentazione sociale nelle comunità a forte differenziazione culturale.

Aspects générationnels

  • Grazia Tatarella, Verso la società multiculturale : l’integrazione delle seconde generazioni di immigrati.
  • Paola Rebughini, Les jeunes descendants d’immigrés à Milan : identifications et vie quotidienne.
  • Simone Maddanu, La deuxième génération de musulmans en Italie : nouvelles pratiques quotidiennes de la religiosité.

Les politiques migratoires

  • Jean-Pierre Darnis, L’immigration, enjeu de politique intérieure et de politique étrangère pour l’Italie contemporaine.
  • Mattia Vitiello, Les politiques d’entrée en Europe et la frontière méditerranéenne.
  • Giovanni Bonato, La libertà di circolazione e soggiorno nell’Unione europea e la tutela dell’ordine pubblico.
  • Caroline Savi, Le regroupement familial en Italie.
  • Fabio Corbisiero, La gouvernance des flux migratoires. L’accès des immigrés aux services territoriaux à partir de l’application de la loi Turco-Napolitano. 
  • Rosalia Donnici, Teoria e pratica della mediazione culturale : il caso della città di Bologna.

Figures de migrants à l’époque de la grande migration

  • Michela Toppano, Émigration et fierté nationale ou le mythe du bon retour chez Luigi Capuana et Enrico Corradini.
  • Adriana Coelho Florent, “A sociedade” d’Antonio de Alcântara Machado.
  • Isabelle Felici, La ‘petite patrie’ de Gigi Damiani, entre exil et émigration.

La littérature de l’immigration

  • Daniele Comberiati, Lo sguardo obliquo : la tematica dell’emigrazione italiana nelle opere di scrittori immigrati.
  • Chiara Mengozzi, Strategie e forme di rappresentazione di sé nella letteratura italiana della migrazione.
  • Lucia Quaquarelli, Rappresentazione del conflitto nella letteratura italiana dell’immigrazione.
  • Emma Bond, “Verde di migrazione” : l’estetica perturbante dello straniamento ne La mano che non mordi di O. Vorpsi.
  • Anna Proto Pisani, Igiaba Scego, scrittrice post coloniale in Italia.
  • Paola Checcoli, Harragas e nuovi cittadini : il migrante nella letteratura marocchina di espressione francese tradotta in Italia.

Médias, cinéma et migrations

  • Nicolas Violle, Admirer l’Italie fasciste, stigmatiser son immigration.
  • Domenico Guzzo, “Pane e cioccolata”. Cronaca ordinaria di una straordinaria emigrazione.
  • Marcello Maneri, Les médias dans le racisme consensuel.
  • Eugénie Saitta, « Metropoli », un exemple de média pour les migrants en Italie.
  • Gianluca Gatta, La production du ‘clandestin’. Ethnographie des débarquements à Lampedusa.

 

Pourquoi on apprend. Ça te regarde !?

Un nouveau look pour TRACeS, mais toujours un engagement fort pour la réussite de tous. Dans ce n°, des regards neufs et approfondis sur ce qui fait moteur, ou frein, ou désir, dans l’acte d’apprendre. Avant de foncer dans les comment apprendre, on oublie souvent de se poser la question : « Oui, mais pourquoi ? ». Une question au centre, qui marie toujours histoire individuelle et collective.

Présentation, édito et bon de commande sur le site de CGé

Édito

Dossier : Pourquoi on apprend

- Motoriser… M’autoriser
De l’huile sur les mains et des mots dans la tête pour apprendre les résistances. (Dino CALA)
- D’enfant à élève
Une classe d’accueil en maternelle, comme si on y était, à apprendre l’école et son pourquoi. (Jocelyne COPPIN)
- Pour Mourad et les autres
Un enfant questionne par sa présence inhabituelle. Les enseignants répondent en se posant des questions et en devenant équipe. (Jocelyne COPPIN)
- Quand on est empêché d’aller à l’école
Baliser des chemins pour rencontrer et susciter des raisons d’apprendre chez des jeunes en institution psychiatrique. (Michèle NAPLES)
- Partager son trousseau
Apprendre du nouveau, encore et toujours, pour voir palpiter de nouvelles maitrises. (Alain DESMARETS)
- Pour le bonheur des exigences - Créer un requiem avec 250 enfants pour vibrer, grandir, faire du beau. (Julie CHEMIN)
- Même les ânes ont soif de quelque chose
La motivation n’est pas une attitude générale, elle est mouvante et se décline en de nombreuses dimensions. (Benoît GALAND)
- Sacs et ressacs
Une histoire de sac avec lequel et dans lequel une élève et son professeur partent en voyage et allument des feux. (Noëlle DE SMET et Virginio BAIO)
- Quand les langues s’en mêlent
Dans l’apprendre, tout est question de position et de changement de position. (Ekram EL BOUBSI)
- Pour accrocher les élèves
Un cours de méthode de travail explore les pourquoi ça coince quand on apprend pas. (Donatienne FOUREZ et Nathalie MARTIN)
- (ne pas) Apprendre le métier
Apprendre quel rôle on joue comme enseignants dans une société inégale. (Jacques CORNET)
- L’essence des moteurs
Des enfants institués auteurs, pour aller ensemble vers la culture. (Laboratoire de recherche coopérative de l’ICEM-Pédagogie Freinet)

Articles uniquement sur le site

- Pour les conduire à leur hauteur
Le travail en classe selon Freinet : les enfants se (re)mettent à apprendre. (Laboratoire de recherche coopérative de l’ICEM-Pédagogie Freinet)
- La valise à trouvailles
Récolter tous les signes qui feront clés vers les mondes les plus verrouillés d’enfants autistes. (Françoise DE WACHTER)
- Apprendre pour être au monde
Faire des pas pour passer de « hurler au monde sa souffrance » à « se construire ». (Michèle NAPLES)

Rubriques

- SAGA, Une école des arts et de la beauté
La tolérance et l’intolérance revues par des élèves en habillement, coiffure, esthétique et décoration, ça décoiffe ! (Myriam JARDON)

- PIGEONS, Mange ta soupe !
Trop d’élèves « ne sont pas fait pour » l’école. Ils posent la question lancinante de pour qui est faite l’école. (Pierre WAAUB)

Apprendre le travail

– « L’école & la clôture des destins sociaux », éditorial par Sylvain Laurens et Julian Mischi, coordinateurs de la revue
– « L’ordre technique et l’ordre des choses », par Claude Grignon
– « Les politiques de “revalorisation du travail manuel” (1975–1981) », par Sylvain Laurens & Julian Mischi
– « La division “intellectuel/manuel”, ou le recto-verso des rapports de domination », Entretien avec Paul Willis
– « Retour sur le paradoxe de Willis : les destins scolaires des jeunes d’origine populaire dans l’École massifiée », par Ugo Palheta
– « Entre lycée professionnel et travail ouvrier : la “culture anti-école” à l’œuvre ou la formation des destins sociaux », par Audrey Mariette
– « Les enjeux de l’apprentissage du métier d’agriculteur pour la reproduction sociale du groupe », par Lucie Alarcon
– « Se trouver à sa place comme ouvrier ? L’ajustement progressif au travail d’ouvrier qualifié », par Séverine Misset

Présentation sur le site de l’éditeur

Une rencontre-débat aura lieu à Marseille le mardi 17 janvier 2012 avec Sylvain LAURENS et Ugo PALHETA à l’initiative d’Approches Cultures & Territoires et des éditions Agone.

Apprendre le travail
Agone n°46, coordonnée par Sylvain Laurens & Julian Mischi
Parution : 24/10/2011
240 pages, 20 euros

 

Le vieillir-ensemble. Des femmes maghrébines dans la cité

« Ces dernières décennies, le chantier social du vieillissement de la population fut l’objet de bouleversements importants (réformes et luttes pour une reconnaissance plus juste de la place des personnes âgées dans la société). Dans ce cadre, les conditions du vieillissement d’une partie (dite « immigrée ») de cette population, y révélèrent leurs spécificités. Longtemps, l’attention à ces conditions fut focalisée d’abord par les hommes vieillissant « sans famille » dans les résidences sociales (une réalité toujours d’actualité mais aussi sans doute un des résidus du tropisme de l’« immigration du travail »). Aujourd’hui ce sont les femmes immigrées, vieillissant seules (il en existe) ou en famille qui interrogent. (…)
A l’heure de la cohésion sociale et de la promotion de la diversité, des luttes contre les discriminations ethniques, genre et âge, et pour la dignité des uns et des autres où que leurs trajectoires les aient conduites et fait vieillir, ce n’est que justice que d’accorder à ce chantier non seulement l’attention qu’il mérite mais le volontarisme qu’il appelle. Les générations d’aujourd’hui y sont sensibles : elles s’y reflètent comme l’aune de leur propre place dans les sociétés d’immigration et d’émigration. »

Présentation du numéro, éditorial et sommaire sur le site de la revue

  • Editorial Abdellatif Chaouite (PDF)
  • Ouverture. Michel Destot, Christine Criffo, Saâd Bendourou, Abderrahmane Errabaï
  • Vieillesse et et migration... Amina Aouchar
  • Le vieillissement des femmes maghrébines en France... Fatima Mesdali (PDF)
  • Où vivre sa vieillesse ? Jacques Barou
  • La condition de la femme maghrébine vieillissante... Zouhair Aboudahab
  • Autogestion et recohabitation... Rémi Gallou, Stéphanie Vermeersch
  • Les femmes maghrébines âgées : dispositifs de prise en charge sanitaire. Marie-laure Mathieu
  • Des usages peu visibles des services. Elias Bouanani
  • Le rôle essentiel des associations... Claude jacquier
  • A la rencontre de migrantes marocaines âgées... Fatima Aït Ben Lmadani
  • La tradition n’est plus ce qu’elle était … Nasima Moujoud
  • Synthèse du colloque. Michel Rousset

Frantz Fanon 50 ans après ... une vie, une pensée de révolutionnaire

Prenant ses distances avec l’immédiate actualité, ce numéro consacre son dossier à Frantz Fanon. Ce révolutionnaire disparu il y a 50 ans, dont l’œuvre a connu une éclipse, mérite aujourd’hui un retour et une réflexion approfondie, pour en redécouvrir toute la force.

Présentation sur le site de l’éditeur

Site de la Fondation Frantz Fanon

 

C’est le temps des turbulences

l est temps de réarmer la critique. À l’ère de « l’économie des savoirs », de la gestion néolibérale et autoritaire des organismes d’enseignement et de recherche et de la concentration dans le monde de l’édition et de la presse, la production et la circulation de la pensée est profondément affectée. Les pensées critiques se disent aujourd’hui dans toutes les langues. Elles ne sont pas toujours à même de se faire entendre, ni non plus de s’entendre entre elles, et pourtant elles indiquent que le temps de la résignation intellectuelle, à laquelle n’échappaient que quelques travaux isolés, est terminé. (...)

C’est dans ces circonstances singulières que l’équipe qui animait La Revue internationale des livres et des idées lance, avec un collectif éditorial élargi, RdL, la Revue des Livres. Venus d’horizons politiques, sociaux et intellectuels variés, nous voulons ainsi créer, au carrefour des gauches critiques, une revue exigeante, en rupture avec le prêt-à-penser, la pensée rapide, et les anciennes certitudes ; une revue visant à diffuser et à discuter les pratiques politiques et les productions des différents champs de savoir les plus stimulantes, qui remettent en question les routines intellectuelles et les imaginaires sociaux et politiques établis ; une revue, surtout, qui ne s’adresse pas qu’à des spécialistes et des initiés, mais, autant que possible, une revue pour tous et une revue ouverte.

Présentation et articles en ligne sur le site de la revue

Travail social et puissances précaires

Dans un monde où l’efficacité est le but ultime, et l’abondance le mythe régulateur, il y a une place assignée pour s’occuper de l’humanité que l’économie a rendue superflue : c’est le travail social. Z a voulu comprendre ce qui animait ces bénévoles ou ces professionnels dans leurs bricolages quotidiens – luttant pour éviter que leur pratique ne devienne, selon la tendance actuelle, une industrie de gestion de la misère humaine. Face aux assauts continus des fanatiques de la croissance, des travailleurs sociaux ou des «  indignés  » se mobilisent pour éviter que ce qui fait société ne cède sous les coups du «  chacun-pour-soi, et sauve qui peut  ». Mais au cours de nos enquêtes, un paradoxe nous a vite sauté aux yeux. Pourquoi persister à vouloir réinsérer les «  exclus  » à l’intérieur d’une société qui génère mécaniquement de l’exclusion  ? Pourquoi dépense-t-on autant d’énergie pour aménager le capitalisme, et si peu pour transformer la structure même de notre organisation sociale, vers plus de dignité et d’autonomie  ?
(...) Bref, un numéro consacré à celles et ceux qui pensent la question sociale dans une langue étrangère à la tyrannie du management et de la gestion informatique. Dans le timbre de toutes ces voix, il nous semble avoir entendu le cri des solidarités à venir.

Présentation, sommaire et articles en ligne sur le site de la revue

Travail social et puissances précaires
Z n°5, Automne 2011
204 pages + une carte bonus
10 euros

Réseaux et porteurs de projets sur l’histoire et la mémoire de l’immigration

Alors que le monde associatif connaît actuellement une mutation profonde, la revue Migrance s’est intéressée aux différents réseaux qui, depuis les années 80, ont développé des projets autour de l’histoire et des mémoires de l’immigration. Sous la forme de réseaux constitués, d’associations fédératrices, de festivals ou d’initiatives des collectivités territoriales, ces acteurs déploient à côté de la recherche universitaire, des actions dans les champs culturel, scientifique et artistique et suscitent, dans plusieurs régions, des dynamiques innovantes autour de l’histoire et des mémoires de l’immigration.
Cette publication vise à mettre en lumière l’activité de ces réseaux et leurs apports en terme de mobilisation sociale, de connaissance scientifique et de production culturelle et intellectuelle. Elle documente l’émergence et les difficultés que rencontrent ces acteurs afin de mutualiser les expériences et d’identifier les bonnes pratiques.
Ce numéro de Migrance est dédié à deux grandes figures qui ont consacré leurs vies au combat militant et associatif : Claire Villiers et Saïd Bouziri.

Présentation et sommaire sur le site des Revues plurielles

Site de Génériques

Migrance n°36
Numéro coordonné par Sarah Clément
Octobre 2011
80 pages, 12,90 €

 

Famille et Ecole. Qui est le monstre de l’autre ?

Longtemps l’école a été, à tort ou à raison, synonyme de progrès individuel ou collectif. Aujourd’hui on lit que les suicides d’enfants s’accroissent dans les pays où l’école est synonyme de pression. Une pression qui ne produit pas que des drames, mais aussi du mal-être ordinaire, de l’anomie ou de l’absentéisme.
Les familles sont, comme les personnels, à la fois victimes et acteurs de ce stress permanent : on pousse les enfants mais sans savoir les aider, on leur dit de travailler encore et encore, sans pourquoi ni comment. Pour les familles populaires s’ajoute la honte : on ne sait pas expliquer, on n’y comprend rien, on aimerait bien que nos enfants fassent mieux que nous mais eux ne veulent pas. On n’est pas présentable dans la société des bacs +.
Comment en sortir alors que l’on sait que le mal est ailleurs, dans la compétition forcenée et dans l’espoir vain d’une promotion par l’école, dans la structure sociale, dans le mépris de l’humain ?
En évitant, pour les enseignants, d’externaliser le travail scolaire (les fameux « devoirs ») et de juger « ces familles-là » : la frontière n’est pas entre elles et nous.
En créant des rencontres dignes avec ces familles (les mères, 9 fois sur 10), qui savent éviter et le déni et la soumission. En se battant avec elles pour le maintien d’une classe ou pour un encadrement humain acceptable.

Pour peu qu’on les incite, pour peu qu’on les invite au lieu de les convoquer, on peut être en alliance.
Ce numéro de N’AUTRE ECOLE, qui additionne à son habitude éclairages variés voire contradictoires et signes d’inventivité, se situe dans cette démarche concrète et ambitieuse.
Révolutionnaire ?

Version consultable en ligne (ni imprimable ni téléchargeable)

La revue au format papier : 4€ ou au format pdf : 2€

Sommaire du numéro

Témoigner
► Parents de la Goutte d’Or
► Devoirs au noir
► Le Sou des écoles laïques
► L’école et les pauvres, une histoire de famille
► Le Marché du soutien scolaire
► Lycée de quartier à Grenoble
► Quelques lectures sur le sujet...

Résister
► Base élèves et fichage social
► Base élèves, dates clés
► Absentéisme, vers le contrôle permanent ?
► L’instruction, une affaire de famille ?
► SOS éducation ?
► Entretien Alain Serres et les éditions Rue du Monde

Changer
► Pédagogie sociale. Alliance commune parents/professionnels
► Le Kit collégien
► Une expérience d’école franco-danoise
► Un outil à l’essai
► Reconstruire avec et dans la famille
► À la rencontre d’une école du troisième type
► Pédagogie institutionnelle
► Notes de lecture

Géographie, musique et postcolonialisme

L’ethnomusicologie, en s’intéressant aux musiques populaires d’une part, aux musiques extra occidentales d’autre part a ouvert la recherche vers d’autres objets, mais souvent au prix de leur réduction aux territoires de leurs observations. Ce qui aurait pu être considéré comme une ouverture, l’écoute de l’Autre, s’est trouvé dans de nombreux cas biaisé par le point de vue d’un auditeur urbain et occidental.
La recherche de l’authentique en est un de ses principaux travers : l’auditeur occidental est fasciné par la pureté « originelle » des musiques populaires ou ethniques car il est souvent à la recherche d’une altérité radicale, associant paysages, sociétés et cultures. 

Tout un pan de la géographie se fonde également sur cette ambiguïté. Le géographe, c’est d’abord le réalisateur des cartes impériales, celui qui nomme (débaptise) villes, fleuves et peuples, qui classe et organise les pays, les régions, les ethnies, qui propose et invente au final des lois « naturelles » expliquant les différences, justifiant les hégémonies et légitimant de façon implicite l’asservissement de certaines régions du monde aux autres.

Articles en ligne sur revues.org

Sommaire du dossier

Yves Raibaud, Introduction. Les Musiques du monde à l’épreuve des études postcoloniales

Émilie da Lage, Politiques de l’authenticité

Anthony Goreau-Ponceaud, Bhangrâ et imaginaire de diaspora

Mylenn Zobda-Zebina, Dancehall aux Antilles, rap en France hexagonale ou la quête d’un idéal républicain de citoyenneté

Laurent Béru, Le rap français, un produit musical postcolonial ?

Rachid Mendjeli et Yves Raibaud, Politique de la ville et construction de nouvelles images ethniques. Peut-on parler de postcolonialisme ?

Nadia Belalimat, La guitare des ishumar. Émergence, circulations et évolutions

Thierry Rougier, Actualité d’une expression traditionnelle : la cantoria. Enjeux sociospatiaux de la poésie improvisée au Brésil

Eric Boutouyrie, Goa aux portes des métropoles. Communautés transnationales et musique techno

Les inégalités devant l’éducation

Personne ne conteste plus le fait que ‘l’école passe par une crise majeure qui, sous des formes différentes, touche tous les niveaux de la scolarité. Malgré les critiques justifiées qui peuvent en être faites, les classements internationaux, et notamment le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Non seulement l’école française n’y occupe qu’une place moyenne mais, de plus, elle recule depuis les débuts de cette évaluation, contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne ou les États-Unis, qui ont semble-t-il mieux réagi, tout au moins au regard des critères retenus par l’enquête.
(...) Ces phénomènes d’inégalité de la répartition et même de polarisation du capital scolaire ont été mis en évidence de façon systématique par les travaux de la sociologie il y a une quarantaine d’années (Bourdieu et Passeron dès 1964 avec Les Héritiers, puis La Reproduction en 1970, Baudelot et Establet avec L’École capitaliste en France en 1971). L’unité supposée de l’école républicaine y était contestée de façon radicale, ce qui a provoqué à l’époque une réaction de méfiance pour ne pas dire de rejet dans le milieu enseignant.
Qu’en est-il aujourd’hui ?

Sommaire et bon de commande sur le site des éditions du croquant

Revue Savoir/agir n°17
Parution : 09/09/2011
15 euros (papier) 7 euros (ebook)

Sommaire du numéro

  • Éditorial
  • Austérité perpétuelle  ? Frédéric Lebaron
  • Dossier
  • Les inégalités devant l’éducation. Romuald Bodin et Louis Weber
  • D’hier à aujourd’hui, les enjeux d’une sociologie de la pédagogie. Stéphane Bonnéry
  • Les Héritiers et La Reproduction dans les débats des années 60-70. Louis Weber
  • Sur «  l’idéologie du don  ». Gérard Mauger
  • Repenser le curriculum commun. Bertrand Geay
  • L’appréhension des inégalités de scolarisation. Choukri Ben Ayed et Sylvain Broccolichi
  • La question de l’«  abandon  » et des inégalités dans les premiers cycles à l’université. Romuald Bodin et Mathias Millet
  • La construction des habitudes de lecture. Fanny Renard
  • Grand entretien avec Stéphane Beaud : lLes sociologues doivent intervenir dans l’espace public
  • Paroles
  • Officiers de police et commissaires  : domination ou corps unique  ? Adélaïde Bargeau
  • Rhétorique réactionnaire
  • Racisme de classe. Gérard Mauger
  • Chronique de la gauche de gauche
  • La gauche de gauche en Europe (suite). Louis Weber
  • Actualités
  • Le mouvement du 15-M  : social et «  libéral  », générationnel et «  assembléiste  ».José Luis Moreno Pestaña
  • Idées
  • Le grand partage philosophique. Louis Pinto

 

Koinai

La Koinè, la langue com­mune. Au plu­riel : Koinai.
S’il existe une ville en France qui tout au long de son his­toire a vu ses lan­gues se conju­guer au plu­riel, c’est cer­tai­ne­ment Marseille. Multiples lan­ga­ges et donc mul­ti­ples cultu­res.
Notre revue se veut le témoin de cette diver­sité sin­gu­lière. Laissant traî­ner ses oreilles dans la ville, tou­jours à hau­teur d’hommes, elle glane, ça et là, des témoi­gna­ges. Ces paro­les de mar­seillais sont retrans­cri­tes au plus près de l’authen­ti­cité du moment parlé, de leur musi­ca­lité propre, vivan­tes.
Marseille a com­mencé sa mue. Comment la ville et ses trans­for­ma­tions modi­fient l’homme et ses habi­tu­des ? Comment l’homme ins­crit-il son récit indi­vi­duel dans celui, col­lec­tif, de la ville ? Cette période de tran­si­tion convo­que dans l’écho de ses voix à la fois les ombres du passé, et l’esquisse de l’avenir.
Koinai recueille ces voix qui façon­nent la ville.

  

Revue en ligne disponible sur koinai.net

Trois cent six articles répartis en sept rubriques et vingt-huit dossiers :
- Inventaires
- Femme aujourd’hui
- Sur le vif
- Au travail !
- Sur la route
- Vis ma ville
- Mutations urbaines

 

L’interculturel en actes

Aujourd’hui, l’interculturel se construit en actes. Ce numéro de Culture et Recherche donne la parole à des professionnels de la culture, des membres d’associations, des chercheurs, des artistes, tous porteurs de démarches originales :

  •  dans les bibliothèques ou les musées, notamment de société, pour constituer des collections et des fonds qui fassent place au contemporain et au quotidien ;
  •  pour reconnaitre le rôle d’acteur des publics, notamment grâce aux potentiels du numérique ;
  •  pour favoriser de nouvelles dynamiques de territoires avec des associations et des artistes ;
  •  pour expérimenter des recherches citoyennes et participatives…


Les interactions entre la réflexivité propre aux institutions culturelles, la recherche universitaire, la création artistique et l’inventivité associative questionnent les modes de pensée et de faire de chacun dans un monde en mutation. Dans cette confrontation d’expériences et de regards, c’est aussi le renouvellement des métiers qui est en jeu.

Revue à télécharger sur le site du Ministère de la Culture et de la Communication.

Inégalités sociales et orientation

 

Dans ce numéro de l’Orientation sociale et professionnelle :

Inégalités sociales et orientation
Coordination : Emanuelle Vignoli

Introduction
Emmanuelle Vignoli

Marie Duru-Bellat
Les dilemmes d’une orientation juste…

Vincent Dupriez, Christian Monseur & Maud Van Campenhoudt
Le poids de l’origine socioculturelle des élèves et de leur environnement scolaire sur leurs aspirations d’études supérieures : les bases d’une comparaison internationale

Yoan Mieyaa, Véronique Rouyer & Alexis le Blanc
La socialisation de genre et l’émergence des inégalités à l’école maternelle : le rôle de l’identité sexuée dans l’expérience scolaire des filles et des garçons

Virginie Bonnot
Stéréotypes d’incompétence : les conséquences professionnelles d’une menace sociale

Philippe Cordazzo & Nicolas Sembel
Du Master à l’aide sociale : déclassement immédiat, « piège statutaire », nouvelles trajectoires de précarisation

Sarah Galdiolo, Frédéric Nils & Gil Vertongen
Influences indirectes de l’origine sociale sur la réussite académique à l’Université

Élisabeth Doutre
Inégalités et discrimination en Recherche & Développement : analyse de l’effet des stéréotypes de genre dans les représentations sociales et les attitudes des élèves ingénieurs 

À retrouver sur Revues.org.

Dans et hors de l’école : engagé(e)s

 

Le militantisme n’en finit pas d’être « nouveau ». Mais derrière ces annonces, il y a de la lassitude : les mouvements pédagogiques sont peu connus notamment des jeunes collègues, et sur la scène sociale, du syndicat au parti en passant par les groupuscules, on patine. Est-ce la fin des haricots ? Une fin d’hiver un peu maussade, une veille de printemps ? Toujours est-il que jamais on ne s’est posé autant de questions : d’où ce numéro, construit sur des points d’interrogation et fait surtout d’entretiens.

C’est que nous devons être plein de ressources, dans un monde très dur, mais souvent inattendu ; car dans notre univers scolaire les blessures quotidiennes viennent de la décomposition sociale, pas directement du capital et pas seulement des restrictions budgétaires (quoique ça compte) : quand des gamins agités défilent dans le bureau d’une directrice d’école l’ordure à la bouche, quand d’autres, en cinquième, agressent des SDF (deux événements vécus la même journée), quelle doctrine tient ? Quel tract ne frise pas le ridicule, avec ses beaux enchaînements logiques, quand trois collègues éclatent en sanglots dans une salle des profs ? De cela la prose militante ne parle guère.

À nous donc d’être plus pertinents, plus modestes aussi. Quitte à faire le deuil d’un certain ton et de certaines croyances. Est-on pour autant plus faible parce qu’on ne croit plus dans des lendemains radieux, mais toujours dans l’effort du mieux ? Car être plus conscient est une force.

Et s’interroger ne signifie pas renoncer. Comme nos adversaires sont toujours là, nous restons engagés joyeusement (les photos de notre invité en témoignent) : en classe, dans le quartier, dans nos vies solidaires.

Revue N’Autre École
Revue de la fédération CNT des travailleurs de l’éducation
n°31, mars 2012

Lire l’édito sur le site de la revue.
 

Nègres, sauvages, bougnoules. Quand l’art bat en brèche les relents colonialistes et racistes

 

Sur 48 pages, le dossier de la nouvelle livraison de Mouvement propose de « défaire le colonialisme ». Cinquante ans après la mort de Frantz Fanon, l’auteur des Damnés de la terre, cinquante ans après les indépendances algérienne et africaines, la question coloniale reste agissante. Elle sous-tend une perception négative de l’immigration et des « banlieues », et continue d’abonder l’ethnocentrisme de certains (ir)responsables politiques qui clament l’inégalité des civilisations.

Qu’il s’agisse de scruter, depuis la Tunisie, l’évolution des « révolutions arabes », de prêter attention aux formes contemporaines issues de l’Afrique noire, ou encore d’examiner comment les spectres de l’Histoire hantent le présent, ici et ailleurs, le temps est (enfin) venu de défaire le colonialisme et ses « gestes de fixation ».

Mouvement, n°68, 228 pages, 12€

Liste des librairies, commande et abonnement sur mouvement.net.

 

Mémoire et travail

 

 

Comment travailler sur la mémoire du travail ? Quels sont les enjeux présents d’un tel objet ? Quel « travail de reconstruction » la mémoire effectue-t-elle sur le travail ? Sur quel mode les temps anciens du travail sont-ils analysés en regard des évolutions récentes ? ….

La revue Conserveries mémorielles a souhaité questionner un certain nombre d’enjeux autour de cette mémoire du travail. Celle-ci apparaît comme un objet aux contours difficiles à définir et mérite un examen méthodologique approfondi des conditions d’énonciation et des représentations du passé. Ainsi, l’absence de travail, ou les modifications du rapport au travail, invitent à une reconstruction de son rapport antérieur au travail, à partir de celui entretenu aujourd’hui. Afin de déconstruire le processus de muséification la revue a tenté de questionner, à travers différentes monographies, les formes de mémorisation, de patrimonialisation mais aussi d’appropriation et de luttes autour de la mémoire. 

Conserverie mémorielle, n°11, décembre 2011

L’ensemble des articles sont disponibles en texte intégral sur revues.org.

 

 

 
 

Mémoire Industrie & Patrimoine en Provence

Constituée en 1995, l’association Mémoire Industrie & Patrimoine en Provence a pour objet l’étude et la valorisation de l’histoire, de la mémoire et du patrimoine industriel en Provence.

L’association regroupe des enseignants de tout le système éducatif, de l’école élémentaire à l’université, des gens de l’industrie – actifs ou retraités – et, d’une façon générale, tous ceux qui éprouvent un intérêt pour l’héritage industriel et les nouvelles dynamiques du territoire provençal, deux éléments parfois sous-estimés dans les évocations de cette région.

L’association publie la revue Industrie en Provence et un lettre électronique dont les archives sont disponibles en ligne.

Plus d’informations sur le site internet de l’association.

Éducation et Politique. Histoire ancienne, enjeux d’avenir

 

La relation entre éducation et politique est une histoire ancienne. De tous temps, les usages sociaux auxquels on a voulu préparer les élèves ont configuré les systèmes éducatifs, la formation des maitres, les pratiques pédagogiques. C’est un des aspects que ce numéro de Dialogue met en évidence et sur lequel plusieurs auteurs apportent un éclairage. 

Ou aujourd’hui, à l’heure du néolibéralisme et des bouleversements profonds du système éducatif que plusieurs auteurs analysent. Mais au-delà de ces analyses et de ce constat, ce numéro veut porter des perspectives qui montrent que nous pouvons construire une école démocratique. 

Dialogue n°144
Avril 2012, 64 pages, 7€
Groupement français d’éducation nouvelle (GFEN)

Sommaire, abonnement et commande sur le site du GFEN.

 

Classes sociales

Aux dernières nouvelles, elles auraient disparu ! Avis de recherche, peine perdue. Bon débarras ! Après tout, on ne va pas s’en plaindre ! C’est pas rigolo les classes sociales. Ça sent la lutte sociale, la misère, la tuberculose, le stupre et l’inculture. La sueur et le mauvais vin. Ça fait même un peu « révolution » comme on disait avant. Y a plus de révolution non plus. On a des « printemps » maintenant. 

Traces de changements
Numéro 205 - avril-mai 2012
Changements pour l’égalité (CGé)

Edito, sommaire, abonnement sur le site de CGé.

Articles uniquement en ligne

« Appropriation de la langue écrite » Zora AKIF. Des différences d’acquis selon l’origine des enfants, la faute aux méthodes pédagogiques ?

« Peut-on encore parler de classes populaires » Thérèse DIEZ et Jacques CORNET. Relecture d’un article d’Olivier Schwartz.

« La métamorphose de l’École de classe : l’exemple français » Ugo PALHETA. L’école, comme les classes sociales, n’est plus ce qu’elle était.

« Que faire ? (LÉNINE, 1902) » Jacques CORNET. Carrefour, Aldi ou Microsoft : l’école a ses logiques marchandes, jugeantes, excluantes.
 

Vieillesse immigrée, vieillesse harcelée

Après avoir été accusés de « voler le travail des Français », voilà les immigrés transformés en fraudeurs une fois la retraite venue. Depuis quelques années, les vieilles et les vieux migrants sont devenus de nouvelles cibles des politiques d’immigration.

La maltraitance institutionnelle envers eux s’effectue par le biais des contrôles, notamment des conditions de résidence pour l’accès aux droits sociaux (retraite, logement, maladie...).

Si la résistance s’organise pour défendre les droits de celles et ceux qui ont passé leur vie professionnelle ici, y ont cotisé, y ont contracté des maladies professionnelles, quelques-uns font le choix d’un retour au pays, auprès des leurs, quitte à se voir déchoir de leurs droits.

Vieillesse immigrée, vieillesse harcelée
Plein droit, n°93, juin 2012
Revue du Gisti, 9€

Sommaire du numéro et abonnement sur le site du Gisti.

Les langues des enfants ‘issus de l’immigration’ dans le champ éducatif français

La revue du Groupe d’études sur le plurilinguisme européen aborde la réflexion sur la place réservée aux migrants, à leurs langues et leurs cultures dans la société d’accueil et s’intéresse aux discours dans et sur l’espace scolaire.

En effet, le terrain scolaire, caractérisé par la diversité linguistique et culturelle de son public, constitue un espace social spécifique où s’articulent les discours de nombreux acteurs : d’un côté, les acteurs politiques (discours officiels, programmes scolaires, etc.), sociaux (syndicats, associations, etc.) et médiatiques (presse, audiovisuel) et, de l’autre, les discours des acteurs à l’école, où se côtoient les élèves (issus de l’immigration ou pas), les enseignants, l’administration scolaire et les parents.

Les langues des enfants ‘issus de l’immigration’ dans le champ éducatif français
Cahiers du GEPE n°4, 2012

Sommaire et articles disponibles en ligne sur le site du GEPE.

 

Dans ce numéro :

Dominique HUCK Avant-propos : Les langues des enfants « issus de l’immigration » dans le champ éducatiffrançais
Jacqueline BILLIEZ Plurilinguismes des descendants de migrants et école : évolution des recherches et des actions didactiques
Gabrielle VARRO Discours officiel français sur les élèves (ex-)étrangers et leur apprentissage de la langue française
Stéphanie GALLIGANI Regards croisés sur les enfants venus d’ailleurs et scolarisés en France
Jeanne GONAC’H De l’effet des pratiques de la langue d’origine en famille sur la compétence dans la langue du pays d’installation
Ann-Birte KRÜGER Le discours sur l’enseignement scolaire des langues : une étude de terrain à partir d’entretiens avec des enfants issus de l’immigration turque en Alsace
Laurent PUREN Les pratiques langagières des familles migrantes vues à travers l’enquête INED de 1953 sur « l’adaptation des Italiens et des Polonais »

Nouveaux fascismes ?

 

« Ainsi le fascisme peut être décrit en une poignée de phrases — net.
Et pourtant non.
Pourtant pas seulement. [...]
Souvent tu frottes tes yeux, pour accommoder, car le fascisme en ses débuts ou en sa fin n’est pas sûr.
 »
Nathalie Quintane, Tomates. P.O.L., 2010.

Ce chantier se loge dans le choc provoqué par la violence mise en œuvre l’été dernier — en actes et mots — à l’encontre des populations roms, par un pouvoir prompt à désigner des boucs émissaires et à livrer à la vindicte des catégories de populations. À cela s’est ajoutée une cohorte d’autres faits inquiétants : débat piégé sur l’identité nationale ou la laïcité, politiques de plus en plus sévères à l’égard des étrangers, stigmatisation des populations issues de l’immigration ou confusion entretenue entre aspiration à la sécurité et besoin d’ordre. Dans ce contexte délétère, les insultes faisant référence aux années les plus sombres de notre histoire ont fusé : années 1930, fascisme rampant, vichysme… Et ce background historique semble devoir nous accompagner au moins jusqu’en 2012, puisque Christian Jacob reproche à Dominique Strauss-Kahn de n’être pas « terroir » ou que le MJS (Mouvement des jeunes socialistes) produit une image travestissant Sarkozy en Hitler.

Plusieurs mises au point d’historiens ont permis de montrer que, certes, comparaison n’est pas raison. Mais l’histoire enseigne aussi qu’il n’existe ni régime, ni territoire, ni époque étanche aux embrigadements totalitaires ou aux idéologies destructrices. Le fascisme — sous une apparence qui justifierait peut-être un nouveau nom de baptême — n’est sans doute pas plus allergique au temps présent qu’il n’a été, dans sa forme historique, allergique à la France.

Nouveaux fascismes ?
Vacarme n°55, printemps 2011

Sommaire et articles en ligne sur le site de Vacarme.

Sommaire de ce numéro :

Joseph Confavreux, Nouveaux fascismes ? 
Avant-propos

Lise Wajeman, Pierre Zaoui, Minority trouble 
L’invention du bouc émissaire flottant

Joseph Confavreux, Après l’indignation 
Propositions pour une politique de l’engagement

Intervention graphique : Amalia Rama 

Portes ouvertes entretien avec Annie Collovald

Yannick Barthélémi, Une révolution de velours réactionnaire 
La décentralisation dévoyée

Claire Rodier, Frontex, la petite muette 
Répression des migrants aux frontières de l’Europe

Mathieu Potte-Bonneville, Hongrie : dissidence et répétition 
Viktor Orbàn contre Agnes Heller

Jérôme Jamin, Vieilles pratiques, nouveaux visages 
Geert Wilders et l’extrême droite en Europe

Lisa Ginzburg, Lettre en souffrance 
Contre Berlusconi, quelle parole ?

Salvatore Palidda, L’Italie : laboratoire de l’État du pire ? 
Un État de droit moribond

Lynda Dematteo, Anthropologie de l’imbroglio 
Formes de la conflictualité politique dans les régimes de l’apparence

Dominique Dupart, Le discours que Nicolas Sarkozy n’a jamais prononcé l
Le Président à cœur ouvert

 

Des différences (im)pertinentes. Retour sur la question ethnique

 

La question raciale ou ethnique est désormais confortablement installée dans l’espace public, et les récents événements tragiques de Toulouse et Montauban n’ont fait que raviver de vieux réflexes pavloviens dans un débat agitant deux pôles a priori inconciliables : le droit et indifférence aux différences. Il est aujourd’hui plus que jamais primordial de dépasser malentendus et amalgames, et de proposer une vision plus nuancée et nécessairement complexe des réalités auxquelles sont confrontés les acteurs sociaux en général, le monde éducatif en particulier.

Des différences (im)pertinentes. Retour sur la question ethnique
Diversité Ville Ecole Intégration (VEI) n°168, avril 2012

Sommaire, articles et bibliographie sur le site de la revue.

Reconstructions identitaires et résistances

Ce numéro d’Asylon (s) réunit des contributions qui interrogent des processus de construction et de déconstruction des identifications collectives et individuelles. A partir de focales différentes et originales, nations sans Etat, collectivités migrantes, camps de réfugiés, les auteurs testent plusieurs hypothèses concernant les capacités des politiques identitaires et des groupes marginalisés ou ethnicisés à innover et réinventer des cadres de citoyenneté et de résistance.

Revue Asylon(s)
Reconstructions identitaires et résistances

Numéro 9, juin 2012
Sous la direction de Marc Bernardot

Sommaire et articles en ligne sur le site de Terra.

Sommaire :

Marc Bernardot
Introduction

Jiména Larroque
Quel modèle d’intégration des migrants pour des « nationalismes périphériques » en Espagne ? Une analyse comparée entre la Catalogne et le Pays Basque

Daniel Veron
La construction politique de la « collectivité Boliviana » en Argentine : Entre assignations identitaires et identifications résistantes

Marie Kortam
Genre, politique et sacré dans les camps des réfugiés palestiniens

Alice Corbet
Femmes réfugiées, un enjeu des camps : L’exemple sahraoui

Elise Pestre
Le réfugié : un sujet en péril psychique et politique (note de recherche)

 

Accès aux droits ou lutte contre les discriminations

 

Construite sur des représentations individuelles et collectives, la discrimination enferme l’autre dans une identité supposée et figée, l’assignant à une catégorie donnée, une identité, une religion, un genre, une orientation sexuelle, etc. ; chacune de ces catégories constituant un critère de différenciation illégal. Le droit français garantit le principe d’égalité, mais sa transcription effective reste contestée dans les faits, comme en témoigne l’incapacité des politiques publiques à endiguer le développement des inégalités.

Dans l’accès aux soins comme dans d’autres domaines, les formes de discrimination sont nombreuses : par les textes ou les pratiques, intentionnelles ou plus structurelles, discriminations dans l’accès aux soins, dans la qualité ou la continuité des soins, ou encore dans l’orientation préférentielle vers tel ou tel dispositif de soins.

Accès aux droits ou lutte contre les discriminations
Maux d’exil n°37, COMEDE
juin 2012

Télécharger ce numéro de Maux d’exil.

Abonnement (gratuit) et anciens numéros sur le site du COMEDE.

Histoires de migrants

Pourquoi plus de 3 % de la population mondiale vit-elle hors du pays dont elle a la nationalité ? Les parcours de migrants que nous narrent ce numéro n°62 de Terra Éco apportent des réponses tout en nuance à cette question.


Ils ont choisi un jour de tout lâcher. Leur famille, leur pays et une grosse valise de certitudes. Plus de 230 millions de personnes cherchent ailleurs ce que leur propre terre n’a pu leur offrir. Ils ont 1 001 bonnes raisons d’oser l’exil, mais la misère, les persécutions ou l’envie furieuse d’autres horizons clignotent en tête des arguments. Qu’importe finalement l’ordre, car il n’est pas ici question de flux économique migratoire, ni de comptabilité nécrologique d’outre-mer. Les histoires que Terra Éco vous invite à lire aujourd’hui sont une réponse vivante à la sempiternelle question suspicieuse de nos sociétés au Nord : pourquoi les migrants ne restent-ils pas chez eux ? Nasreen, Yonas, Salma, Hasan, Sriyani et Ali, dans leurs propres mots, lèvent un coin du voile. Ils sont devenus des migrants par nécessité, en exerçant leur droit à la liberté.

Retrouvez le numéro « Histoires de migrants » sur le site de la revue Terra Éco.

Sommaire

TÉMOIGNAGE « Bientôt, je n’aurai plus honte d’être inutile »
Érythréen, Kibrom a fui son pays il y a deux ans vers Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie.


TÉMOIGNAGE « J’ai pleuré et pleuré. On avait laissé la mort derrière nous »
Nasreen et ses enfants ont quitté la Syrie pour Liban, puis l’Égypte et enfin la Sicile, en Italie.


TÉMOIGNAGE « On court toute la nuit après un camion dans lequel se cacher »
Yonas, 24 ans, est Érythréen. Il a quitté son pays voici quatre mois, et attend, à Calais, de trouver un moyen de traverser la Manche.


TÉMOIGNAGE « Ici, il y a des gens qui tapent des crises, qui se droguent, vomissent »
À Vincennes, Youssef, Tunisien, attend au centre de rétention administrative.


TÉMOIGNAGE « Parfois, je me dis que je devrais aller me dénoncer »
Hasan, Afghan, raconte son histoire à la permanence d’accès aux soins de Calais.


TÉMOIGNAGE « On a appris à raser les murs, baisser la tête et détourner le regard »
Salma, Péruvienne, est rentrée dans son pays après avoir vécu huit ans dans la clandestinité en Suisse.


TÉMOIGNAGE « En dix ans, nous avons déménagé 14 fois »
Il y a dix ans, Sriyani Perera a quitté le Sri Lanka pour la France, pour fuir les attentats terroristes.


TÉMOIGNAGE « Si tu deviens chrétien, on va te tuer »
Seidou, 27 ans, a quitté la Guinée pour la France il y a un an et demi. Il était devenu l’ennemi. La cause ? Sa conversion au christianisme.


INTERVIEW « Les murs érigés par les Etats incarnent l’échec, la faillite et l’impuissance »
Selon Wendy Brown, professeure de science politique, les murs, qui sont partout, sont apparus avec la perte de souveraineté des États face à la mondialisation.


LEXIQUE ET BIBLIOGRAPHIE Lexique de l’exil
Pour éviter confusions et amalgames douteux, chaque mot compte. Voici un dictionnaire pour y voir plus clair.

L’expérience interculturelle de l’intégration

 

"Les différentes figures évoquées de L’Autre, les différentes déconstructions (politiques, juridiques, sociales, etc.) de leurs fabriques, les mémoires et les moments de l’histoire qui ont contribué à forger de telle ou telle manière ces figures (personnalités, luttes historiques, littérature, lois, etc.), et les processus actuels qui déplacent toujours les frontières de ces figures, tout y est."

Pour son vingtième anniversaire, Écarts d’identité consacre son numéro 120 à l’expérience interculturelle de l’intégration.

Écarts d’identité
20 ans Écarts & liens
L’expérience interculturelle de l’intégration

N°120, juin 2012

Sommaire sur le site de la revue.

Familles École Quartier, pour une dynamique éducative

 

Elus, parents, enseignants, quelle part revient à chacun dans l’éducation des jeunes ? Comment se conjuguent leurs actions respectives ? Comment chaque espace, Famille - Ecole - Quartier, peut-il œuvrer à une dynamique éducative propice à l’engagement et à l’émancipation des jeunes, à quelles conditions ?

Ce numéro de la revue, qui rend compte des 5èmes Rencontres nationales sur l’accompagnement, contribue à lever les malentendus, les incompréhensions de part et d’autres, à éclaircir les rôles et actions respectifs par des analyses, comptes-rendus et explicitations de pratiques, expériences et projets menés dans l’école (de la maternelle au secondaire) comme hors l’école (PMI, centres de loisirs, Projets de Réussite Educative, d’éducateurs de quartiers, Confédération syndicale des familles, prévention de l’illettrisme...)

Pierre Perier et Jacques Bernardin nous font part ici de leurs analyses sur les logiques parentales, notamment celles des familles les plus à distance de l’école, donnant ainsi des clés de compréhension pour mieux diriger l’action éducative.

Lien traditionnel s’il en est de l’école-famille : les devoirs. Quels enjeux pour l’élève, pour l’enseignant ? Plusieurs auteurs (J. Bernardin, P. Lahiani, P. Rayou) dressent un état des lieux : leurs contenus et leurs fonctions, les modalités d’accompagnement dans le milieu de l’étude, de la classe, de la maison ou de lieux extérieurs. Etat des lieux sur le sens qui leur est accordé et sur leurs effets du côté des élèves, des familles, des enseignants, des intervenants à l’accompagnement à la scolarité. Ce faisant ils ouvrent des pistes de travail pour faire des devoirs un outil de progrès et amener à l’autonomie intellectuelle.

Le lecteur pourra également trouver dans ce numéro des pratiques et analyses pour clarifier les attendus scolaires, pour concevoir autrement une réunion de rentrée avec les parents d’élèves ; des comptes-rendus d’expériences pour accompagner l’entrée dans la scolarité ; des projets menés avec les familles dans l’école ou dans le quartier, à même de valoriser le pouvoir éducatif des parents.

Enfin, partenaires et acteurs éducatifs, (chercheurs, parents et associations représentant les familles - FCPE, ATD - enseignants et syndicats - SNUipp, SE-Unsa - élus et représentants de l’ANDEV) croisent ici leur point de vue sur une politique éducative où chacun participe à la réussite et à l’émancipation de tous les élèves.

Démocratiser l’école c’est possible, avec tous et par la mobilisation conjointe de tous les acteurs de l’éducation. 

Familles École Quartier, pour une dynamique éducative
Dialogue n°146 - GFEN

Présentation et commande sur le site du GFEN.

École Entreprise ça travaille

« La première entreprise fut, sur le sentier aux frêles et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom ». Rimbaud en témoigne, l’entreprise n’est pas réductible au capitalisme.
Oser, se lever (« et les ailes se levèrent »), risquer, se risquer, c’est le quotidien de l’éducateur (plus encore que de l’enseignant au sens strict), de l’auteur social (au-delà du militant).
N’empêche que l’entreprise capitaliste est là, et bien là !
Plus que jamais présente dans les objets de tous les jours, ne nous laissant plus de marge ; présente comme incontestable paradigme ; tranquillement évidente dans les salles de cours en techno au collège, au lycée pro ou au lycée technique.
Quelles réponses ? (...) Plutôt… entreprendre, mais pas pour le fric : pour la beauté d’un orchestre à l’école, d’une fresque collective, la pertinence d’une recherche mathématique, la nécessité d’une pétition pour un copain sans-papier, la chaleur d’un café des parents, la mise en place de conseils coopératifs – chacun trouvera ses exemples, ses entreprises. Et Rimbaud sera content.

Présentation du numéro et articles en ligne sur le site de la revue


École Entreprise ça travaille
N’Autre école n°34-35, CNT-FTE, avril 2013
4 € (papier) 2 € (téléchargement)

Chantiers de pédagogie sociale

Enfance, couleurs, plein air : les premières impressions au feuilletage de ce numéro. La lecture nous permet d’entrer dans le bouillonnement collectif, et de passer aux attitudes fondamentales, communes à toutes ces expériences : disponibilité, souplesse, confiance.
De notre point de vue de salariés de l’éducation, tenus par des contraintes institutionnelles souvent lourdes et improductives, ça fait rêver… Ça interroge aussi : comment ces expériences peuvent-elles s’articuler avec le commun, le majoritaire ? Ce commun, ce majoritaire inclut la plupart des enseignants du premier et du second degré et des éducateurs (centre de loisirs, clubs sportifs), la majeure partie du temps de la journée et de la semaine, une grande part des préoccupations des familles : on ne peut pas faire comme si cette énorme part n’existait pas. Nous ne pouvons pas tourner le dos. Et nous ne voulons pas non plus : ce serait jouer la carte de l’isolement, alors que nous sommes dans le collectif, avec nos collègues, comme ils sont, avec toute la gamme des positionnements possibles… comme nos élèves.
Alors quelle articulation entre cette « pédagogie sociale », entre cette liberté créatrice des marges, et les épaisseurs qui contribuent à laisser libre cours à l’échec, à la méfiance, à la compétition, à la violence ? Quels liens à tisser ?

Sommaire, extraits et bon de commande sur le site de la CNT-FTE


Chantiers de pédagogie sociale
Revue N’autre école n°33, automne 2012
4 € (papier) 2 € (téléchargement)

Communication et diversité culturelle

Au moins deux acceptions et donc deux champs de recherche concernent le terme culture. Comme le rappelait plaisamment P. Bourdieu, pour bien des gens, il s’agit de la culture « cultivée », objet des musées, célébrations et patrimoines divers, guère prisée des masses populaires qui lui préfèrent les arts mineurs ou ceux de la rue. D’entrée de jeu sur les mots, surgit un problème d’incommunication entre ceux qui produisent, consomment, diffusent la « culture » et ceux qui l’ignorent, la rejettent, se réfèrent à d’autres formes, en d’autres lieux.

Communication et diversité culturelle
Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°2
2013

Textes intégraux disponibles sur revues.org


Lieux de ségrégation sociale et urbaine : tensions linguistiques et didactiques ?

Ce numéro de la revue s’est donné pour objet de contribuer à l’étude des lieux de ségrégation sociale et urbaine, à travers les tensions linguistiques et didactiques qui s’y manifestent. En effet, si les effets de la ségrégation en termes d’inégalités spatiales et sociales sont bien connus et ont été le sujet de nombreuses études scientifiques et d’écrits de vulgarisation, les conséquences linguistiques et didactiques de ces processus de minoration ont été moins diffusées, ce qui les rend peut-être moins perceptibles et de ce fait plus insidieuses.
Les auteurs des articles figurant dans ce numéro visent donc à mettre en lumière les mécanismes de ségrégation linguistiques et didactiques à l’œuvre dans différents terrains, comme le montrent les contributions réunies dans la première partie intitulée : « Manifestations sociolinguistiques de la ségrégation sociale et urbaine » ; et leurs effets sur les langues en présence dans le champ scolaire, lesquels constituent le cœur même de la seconde partie « Impact scolaire de la ségrégation linguistique et inégalité des langues ».

Présentation détaillée, sommaire, téléchargement et résumés des articles sur le site du laboratoire DYALANG de l’université de Rouen

Sommaire
Marie-Madeleine Bertucci : Présentation.

I. Manifestations sociolinguistiques de la ségrégation sociale et urbaine

  • Médéric Gasquet-Cyrus : Perpectives dynamiques sur la ségrégation sociolinguistique en milieu urbain.
  • Mylène Lebon-Eyquem : Débordements et reterritorialisation sociolinguistiques en milieu créole réunionais.
  • Rosa Pugliese, Valeria Villa : Contraintes et tensions sociolinguistiques en Italie, pays d’immigration.
  • Souheila Hedid : Lorsque les représentations sociolinguistiques redessinent la ville. Le cas de Constantine.
  • Isabelle Boyer : Habiter la cité : expériences de ségrégation ou d’ouverture à l’autre ?

II. Impact scolaire de la ségrégation linguistique et inégalité des langues

  • Marie-Madeleine Bertucci : La diversité linguistique et culturelle à l’école de la périphérie : de facteur de ségrégation à instrument de l’inégalité des chances.
  • Cyril Trimaille, Véronique Nantes : A l’école, il y a bilinguisme et bilinguisme.
  • Cécile Goï, Emmanuelle Huver : Accueil des élèves migrants à l’école française : postures, représentations, pratiques ségrégatives et/ou inclusives ?
  • Cécile Sabatier, Danièle Moore, Diane Dagenais : Espaces urbains, compétences littéraciées multimodales en immersion au Canada.

Laïcité et religions à l’école

Dans notre pays ouvert et tolérant, tous les dieux ont leur place et toutes les places scolaires ont un dieu. Catholique, protestant, islamique, israélite, orthodoxe… Même ceux qui n’ont pas de dieu ont une religion, la morale laïque. À quel prix ?

En attendant, certains enseignants font ce qu’ils peuvent dans le cadre du cours de religion ou de morale qui leur est donné. Ils forment au débat convictionnel, distillent la tolérance, font lire les textes fondateurs, combattent le fanatisme, saupoudrent des idées de justice sociale, alimentent la quête existentielle des jeunes et parfois même, ils apprennent à leurs élèves à penser…

Présentation, articles en ligne et bon de commande sur le site de CGé


Sommaire du dossier

Edito

- Libérer les élèves et le cours de religion (David D’Hondt)
Des rues du quartier à la multiplicité des pensées religieuses.
- [Le roi est nu !] (Muriel Deborman)
Le questionnement philosophique en promotion sociale, c’est crucial.
- [À propos des cours philosophiques] (Alain Maingain)
Proposition du politique sur le dossier en piste.
- [Dieu, Allah, Yahvé et le flambeau] (Véronique Beaudrenghien)
Deux heures et des désordres, de la flamme à la flemme...
- [Contextualiser pour décontextualiser] (Adelaziz Bagdad et David D’hondt)
Montrer la voie pour sortir d’une lecture simpliste de l’Islam.
- Le pacte scolaire contre le vivre ensemble (version courte) (Michel Staszewski)
La multiplication des cultes, un miracle ?
- [Enquête de sens], (Marie Jacobs et Marie Verhoeven)
Les inégalités sociales enflamment les tensions entre affirmations religieuses et projet scolaire.
- [L’engueulade réciproque permanente] (David Meyer, David D’Hondt et Miguel Lloreda)
Le principe de Makhloquet : jeu d’adresse plus intellectuel que le bilboquet.
- Neutre et asexué ? (Anne-Marie Roviello)
L’expression libre, c’est bon pour la morale.
- [Saut en hauteur avec perche] (Sylvain Connac)
Pratiquer des ateliers philosophiques à l’école primaire.
- [Pour une école publique inclusive] (Henry Goldman)
Les cours philosophiques, une priorité ?
- [La mort sur le tapis] (Philip Rigo)
La mort fait partie de la vie, mais encore...
- [Le zoo, l’encyclopédie ou le sens ?] (Jean Brunelli)
De multiples ressources pour plus de rationalité.
- [Cultiver des pensées] (Nadia Geerts)
Comme les termites, on ne déserte pas le programme.

Articles uniquement sur le site

- Contre les replis identitaires (Bruno Derbaix)
Quand monsieur Derbaix et monsieur Elboubekri Alaoui travaillent à deux dans la classe.
- Le pacte scolaire contre le vivre ensemble (version longue) (Michel Staszewski)
La multiplication des cultes, un miracle ?

Ne perdez pas le Sud

Après le numéro 5 consacré à la culture dans les quartiers Nord, l’équipe de rédaction — toujours constituée de persévérants illustrateurs, de rédacteurs tenaces, d’experts chevronnés, d’envoyés spéciaux, tous non-journalistes volontaires — s’est exposée au Sud de Marseille. A découvrir tant que les plages sont désertes...

Ne perdez pas le Sud
Esprit de Babel. Culture des cultures à Marseille, n°7, hiver 2012-2013

Lire en ligne sur le site Esprit de Babel.

Conditions de scolarisation et facteurs de réussite scolaire

Rassemblant des contributions issues principalement, mais pas seulement, des travaux de la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), ce numéro 82 de la revue Éducation & formations aborde différents thèmes et questions relatifs au système éducatif français. Il s’intéresse d’abord aux élèves, aux conditions de leur scolarisation et aux facteurs de la réussite scolaire.

Revue et articles en téléchargement sur le site du Ministère de l’Education nationale


Sommaire de la revue

Performances scolaires, orientation et inégalités sociales d’éducation. Évolution en France en quatre décennies
Mathieu Ichou et Louis-André Vallet observent une augmentation historique de l’importance des performances scolaires dans la production des inégalités sociales de parcours, à la fin du collège comme du lycée, entre 1960 et 2000.

La scolarisation à deux ans
L’accueil des tout petits à l’école maternelle a eu tendance à régresser au cours des dernières années. Linda Ben Ali étudie les disparités d’environnement de cette scolarisation et en mesure les effets sur le parcours scolaire des élèves.

Les difficultés de lecture en début de sixième. Évolution à dix ans d’intervalle (1997-2007)
La reprise d’une évaluation des difficultés de lecture en sixième permet à Noémie Le Donné et Thierry Rocher de comparer les performances des élèves à dix ans d’intervalle. Ils constatent une plus grande proportion de lecteurs en difficulté qui ne maîtrisent ni le vocabulaire ni l’orthographe.

Caractéristiques des élèves redoublants et influence du redoublement sur les parcours au lycée général et technologique
La pratique du redoublement comme réponse à la difficulté scolaire tend à diminuer. Comme en témoigne l’observation de Nicolas Miconnet dans l’académie de Clermont-Ferrand, l’influence d’un redoublement au collège est perceptible dans les choix de parcours et d’orientation au lycée.

Les familles monoparentales et l’école : un plus grand risque d’échec au collège ?
Laurette Cretin constate que les enfants vivant avec un parent isolé multiplient les signes d’une moindre réussite scolaire. Entrés en sixième avec des acquis plus faibles, ils progressent moins vite que ceux vivant avec leur père et leur mère et leurs difficultés se renforcent dans l’enseignement secondaire.

Évolution et hétérogénéité académique des conditions d’accueil des collégiens dans leurs établissements
À partir d’une étude des conditions d’accueil dans les collèges, Ghislaine Cormier et Marguerite Rudolf construisent une typologie des académies marquée par le degré d’urbanisation des territoires et le facteur démographique.

L’éducation à la citoyenneté en Europe
Parmi les objectifs stratégiques formulés en 2009, le Conseil européen énonce celui de promouvoir l’équité, la cohésion sociale et la citoyenneté active. Thierry Damour dessine les contours de ces nouvelles exigences européennes et présente les conclusions d’une étude comparative menée en 2011 sur l’éducation à la citoyenneté dans trente et un pays membres du réseau Eurydice.

La territorialisation de la formation professionnelle initiale scolaire
Depuis les années 1980, les politiques publiques sont souvent présentées comme le résultat d’interactions entre les collectivités locales, l’État et l’Europe. Sylvère Chirache analyse plusieurs contrats de plans régionaux de développement de la formation professionnelle (CPRDFP) et constate une autonomie assez limitée des régions dans ce domaine.

Immigrés, ils enrichissent notre région

Loin des lieux communs qui abaissent la qualité du débat politique à l’approche de chaque élection, nous abordons le thème de l’immigration avec l’aide des sciences humaines et sans tabous. Et si nous prenons le temps d’y réfléchir sous l’angle patrimonial, nous sommes assez vite convaincus que l’immigration rime avec enrichissement de notre territoire. Espérons que ce dossier fera aussi méditer ceux qui en douteraient encore. Le patrimoine est un vecteur privilégié d’éducation à la citoyenneté. C’est notre devise ! L’histoire de l’immigration en est une magnifique illustration et peut servir de support au monde de l’éducation. Le niveau d’expertise des contributeurs de ce numéro, associations, universitaires, chercheurs, écrivains, est à la hauteur des enjeux d’un sujet qui rassemble ceux qui défendent le « vivre-ensemble » comme une valeur fondamentale de notre république.


Immigrés, ils enrichissent notre région
Patrimoines en région, n°18
Le Passe-muraille, décembre 2012

Revue en ligne et téléchargement sur le site de l’association Le Passe-muraille

Le décrochage scolaire. Des processus au parcours

La question du décrochage scolaire, et Dominique Glasman nous le rappelle dans l’entretien qui ouvre ce numéro de la revue, pose in fine deux questions : d’une part, celle d’une histoire longue de la massification et de la démocratisation de l’école en direction de nouveaux publics inaugurée dans les années 1960 et, d’autre part, la question de l’évaluation – et des performances – de l’école qui ne se fait plus (seulement) à l’aune de la réussite des élèves mais aussi au dénombrement des élèves perdus en cours de route.

En ce sens, le décrochage est de venu à la fois symptôme du mal-être de l’école face à sa massification réussie et sa démocratisation incomplète et un élément permettant de réévaluer les finalités de la scolarité obligatoire. Cette perspective peut être salutaire si l’école peut assumer pleinement et mener à son terme cette démocratisation et donc l’intégration, y compris à travers ses curricula, d’élèves qui ne répondent pas tout à fait ou pas du tout a priori aux normes canoniques de la réussite scolaire.

Revue accessible gratuitement sur le site du CNDP


Sommaire du hors-série

Éditorial
Régis Guyon

Le décrochage scolaire, le nouveau nom de l’échec scolaire
Entretien avec Dominique Glasman

I - Décrochage, déscolarisation : de quoi parle-t-on ?

  • Le décrochage scolaire : une question sociale et institutionnelle
  • VEI enjeux, n° 122, septembre 2000
  • Dominique Glasman
  • Un programme interministériel de recherche sur les processus de déscolarisation
  • VEI enjeux, n° 122, septembre 2000
  • Dominique Dray, Françoise Oeuvrard
  • L’abandon scolaire chez les adolescents : perspective nordaméricaine
  • VEI enjeux, n° 122, septembre 2000
  • Michel Janosz
  • Quelques acquis d’un programme de recherches sur la déscolarisation
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Dominique Glasman
  • La construction institutionnelle de la « déscolarisation »
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Bertrand Geay
  • De la classification des individus à celle de leurs devenirs dans l’institution scolaire
  • VEI enjeux, n° 126, septembre 2001
  • Gilles Monceau
  • Déscolariser le décrochage
  • Diversité hors-série n°14 – septembre 2012
  • Jacques Pain

2 – De la difficulté à la rupture scolaire

  • Une génération en attente
  • VEI enjeux, n° 122, septembre 2000
  • Patrick Bayou
  • Décrochage scolaire : genèse et logique des parcours
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Élisabeth Bautier
  • La « déscolarisation » comme processus combinatoire
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Mathias Millet, Daniel Thin
  • L’échec scolaire existe-t-il ?
  • Migrants-formation n°104, mars 1996
  • Gérard Chauveau, Éliane Rogovaschauveaubr>
  • Désagrégation des liens pédagogiques et situations de rupture
  • VEI enjeux, n° 122, septembre 2000
  • Sylvain Broccolichi
  • Le détachement scolaire : des parcours chaotiques de scolarisation entre les collèges et ailleurs
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Daniel Frandji, Pierrette Vergès
  • Élèves non affectés par l’école et ruptures scolaires : enseignements d’une recherche sur un dispositif territorial
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Stéphane Bonnéry
  • Les jeunes immigrants défavorisés
  • Diversité n°154 – septembre 2008
  • Diana Reiners

3 – Des parcours et un accompagnement

  • La réception de « 80 % au bac. Et après ?... » Par un lecteur anonyme (extraits d’une correspondance email)
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Olivier Maulini
  • Choix d’un métier et rêves adolescents : l’exemple des lycées professionnels
  • Diversité n°154 – septembre 2008
  • Maryse Esterle-Hédibel
  • Abandons d’études à 17-18 ans ; le cas mal connu des « bacs pro »
  • Diversité n°154 – septembre 2008
  • Audrey Mariette
  • Le raccrochage scolaire : comment des élèves qui ont quitté l’école, décident d’y revenir
  • Les 16-18 ans en France et en Europe – colloque européen, octobre 2008
  • Sylvie Bianco
  • Du décrochage au raccrochage, ou d’un lien en creux à un lien en plein entre sub-cultures différentes et temps différents
  • VEI enjeux, n° 132, mars 2003
  • Jean Biarnès, Cécile Redon, Céline Trocmé
  • Décrochage scolaire et intervention socio-éducative
  • Diversité n°154 – septembre 2008
  • Evelyne Baillergeau
  • L’espoir et le projet : les jeunes dans la province de Pistoia
  • Diversité n°154 – septembre 2008
  • Romina Conti

Bibliographie

La réussite éducative. Enjeux et territoires

Apparue en 2004 dans le volet « Égalité des chances » du Plan de Cohésion Sociale, la notion de réussite éducative a pris, depuis les dernières élections, une nouvelle dimension jusqu’à donner le nom à un ministère. Autant la réussite éducative s’est imposée comme un leitmotiv de l’action publique, basée sur la mobilisation et le maillage des acteurs locaux, autant on ne peut qu’être frappé par la multiplicité des acteurs, le foisonnement des actions et l’hétérogénéité des problématiques soulevées, de la lutte contre les inégalités et les discriminations, au décrochage scolaire, en passant par les rythmes scolaires, l’enseignement artistique et l’action culturelle, les élèves nouvellement arrivés en France, ou encore les partenariats nécessaires avec les collectivités territoriales.

À travers ce numéro de Diversité, le CNDP propose d’explorer les grands axes et de mettre au jour les problématiques que recouvre la notion de « réussite éducative » et les actions qui s’y réfèrent.

La Réussite éducative. Enjeux et territoires
Diversité Ville-École-Intégration Diversité n°172
2e trimestre 2013


Sommaire et entretiens disponibles en ligne.

L’éducation et les politiques de la mémoire

« Nous questionnons à nouveau ici les évolutions de  la culture scolaire. Il s’agit cette fois de saisir les motifs et les effets –observables ou escomptés– de ces récits du passé collectif que l’école a commencé d’intégrer sous l’intitulé de la « mémoire ». De tels récits partagent avec ceux de l’histoire, aussi bien l’histoire scolaire que l’histoire savante, une ambition de vérité ou mieux : de véridicité ; et c’est pourquoi ils ouvrent dans les programmes des rubriques originales. »

Le discours de la mémoire, François Jacquet-Francillon

L’éducation et les politiques de la mémoire
Revue française de pédagogie n°165, octobre-décembre 2008


Textes disponibles en ligne sur revues.org.

Quel colonialisme dans la France d’outre-mer ?

Dans ce numéro, essentiellement basé sur des travaux empiriques, les contributeurs ont eu le souci de marquer leurs analyses par un travail d’objectivation de la domination néocoloniale à l’œuvre dans la France d’Outre-mer, du micro au macro. C’est une approche sociologique, pour l’essentiel, combinant l’observation et les entretiens pour aborder une famille matrifocale caribéenne, un décor de plateau TV antillais, des rumeurs de quartiers à propos d’une catastrophe aérienne, des aménagements muséographiques avec des vidéos et des photos sur l’esclavage, des mouvements sociaux et politiques indépendantistes, une structure économique insulaire, les relations de genre dans la logique raciale tahitienne ou entre militaires et prostituées en Guyane...

Quel colonialisme dans la France d’outre-mer  ?
Asylon(s), n°11
Sous la direction de Marc Bernardot, Patrick Bruneteaux, Ulrike Zander

Articles disponibles en ligne sur le site de Terra.


Sommaire du dossier

  • Quel colonialisme dans les DOM-TOM ? Une introduction - Marc Bernardot & Patrick Bruneteaux
  • Guadeloupe, l’après LKP : Anticolonialisme, identité et vie quotidienne - Ary Gordien
  • Montrer différemment pour se regarder autrement : la TOM, un « média éphémère » dans le mouvement social de 2009 en Martinique - Olivier Pulvar
  • De l’anticolonialisme à la créolisation : les écrivains postcoloniaux des Antilles françaises - Dominique Chancé
  • Soixante ans de départementalisation à La Réunion : une sociologie des mutations de l’organisation sociale et de la structure de classe en contexte postcolonial - Nicolas Roinsard
  • La « colonialité du pouvoir » en Polysésie française : de l’institutionnel à l’intime - Laura Schuft
  • Genre et post-colonialisme en Guadeloupe - Françoise Guillemaut
  • Stratégies matrimoniales entre migrantes brésiliennes et envoyés métropolitains, où les effets du postcolonialisme sur les rapports de domination en Guyane - Dorothée Serges
  • Kanaky ou Nouvelle-Calédonie, souveraineté et indépendance dans l’ère post-coloniale - Hamid Mokaddem
  • La catastrophe aérienne du 16 août 2005 : de l’événement comme fait divers aux stratégies de construction identitaire martiniquaise - Véronique Rochais
  • La hiérarchie « socio-raciale » en Martinique Entre persistances postcoloniales et évolution vers un désir de vivre ensemble - Ulrike Zander

Penser le spectateur

En 1935, Brecht relevait à propos du théâtre chinois sa capacité à produire un « art du spectateur, art qui doit s’apprendre, se perfectionner, puis être constamment exercé au théâtre ». Ce numéro, quelques décennies plus tard, entend interroger cet art mais à la lumière du théâtre contemporain occidental. Il invite, pour ce faire, des artistes et des universitaires à en percevoir les nouveaux motifs mais aussi les permanences.

À sa façon, il s’inscrit dans une récente et dense actualité éditoriale qui a redonné à la figure du spectateur toute sa centralité dans l’expérience théâtrale et ce, à travers une multitude d’approches,

Sur ce numéro, se devine, plus particulièrement, l’ombre politique portée de l’ouvrage de Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé.

Penser le spectateur
Théâtre / Public, n°208, mai 2013
Dossier coordonné par Olivier Neveux et Armelle Talbot


Sommaire et abonnement sur le site de la revue.

Les étrangers attendent la gauche

Avec le retour de la gauche, les étrangers et leurs soutiens ont pu croire que le temps du changement était venu, qui allait mettre un terme à la politique particulièrement répressive du précédent quinquennat. À tort. Les premières mesures prises par ce gouvernement de « gauche » restent dans la « droite » ligne des précédents gouvernements, qui fait de la maîtrise des flux migratoires l’alpha et l’oméga de toute politique à l’égard des migrants. Si la rhétorique se veut plus empreinte d’« humanité », les pratiques n’évoluent guère. Et même pour les mesures relevant du symbole (le vote des étrangers aux élections municipales), il y a loin de la coupe aux lèvres.

Les étrangers attendent la gauche
Plein droit n°97, GISTI, juin 2013, 9 €

Sommaire et bon de commande sur le site du GISTI


Ensemble, c’est trop ?

L’individualisme a vécu, lui qui était présenté comme l’aboutissement de siècles d’émancipation humaine. Mais nous avons du mal à réinventer des pratiques collectives et à sortir de projets de vie individualistes. L’organisation sociale (du pavillon au temps de travail) reste très rétive à un réel investissement de cette dimension. Et nos mentalités ont été structurées dans une société qui valorise l’individu et sous-estime la force du lien qui le lie aux autres. Saurons-nous articuler la liberté des Ancien·ne·s, la puissance du groupe, à celle des Modernes, celle de l’individu ?

Site de la revue


Sommaire du dossier « Ensemble, c’est trop ? »

Charlotte Nordmann, « Construire une école qui ne soit pas un lieu de hiérarchisation »
François-Xavier Devetter, « Liberté et évaluation individuelle au travail »
Sylvie Tissot, « Réflexions critiques sur le « vivre ensemble » »
Entretien avec Archi Éthic, « Concevoir ensemble son lieu de vie »
Entretien avec Jacques Prades, « Nous avons besoin d’une critique de gauche de l’État »
Michel Granger, « Contre le vandalisme de quelques-uns. Thoreau et la gestion collective de la nature »

Réussite éducative en PACA n°1

Deux centres de ressources régionaux, Approches Cultures & Territoires (ACT) et le Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV-PACA) s’allient pour publier la première lettre d’information régionale de la réussite éducative en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Dans cette publication qui sera trimestrielle, nous tâcherons de vous proposer des ressources de plusieurs types : informations officielles, actualité des dispositifs, supports documentaires et témoignages d’acteurs locaux.

Cette lettre se veut un outil commun aux acteurs de l’éducation prioritaire et de la réussite éducative dans les nombreux quartiers populaires de la région.

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Edito

L’instance régionale d’évaluation des actions concourant à la réussite scolaire et éducative dans les quartiers prioritaires en Provence Alpes Côte d’Azur

Actualité institutionnelle

  • loi de refondation de l’École de la République
  • diagnostic national de l’éducation prioritaire
  • assises nationales et académiques de l’éducation prioritaire
  • création du Commissariat général à l’égalité des territoires fusionnant l’ACSé et le SG-CIV
  • avis du Conseil national des villes "Coopérer pour une égalité éducative territoriale"
  • convention d’objectifs "Favoriser la réussite éducative dans les quartiers de la politique de la ville"
  • installation d’un Observatoire de la réussite éducative
  • enquêtes annuelles PRE, ASV, Parentalité, Accès à la Culture, VVV, …

Ressources thématiques

  • réussite éducative : rapport du séminaire ACSé-IFé "Entre Réussite Scolaire et Réussite Éducative, quelles coopérations sur un territoire en politique de la ville ?" ; article de Fabrice Dhume "Sous le partenariat, les rapports de pouvoir"
  • lutte contre les discriminations  : référentiel et livret du Réseau national de lutte contre les discriminations à l’école
  • parentalité : livre de Frédérique Giulani "Accompagner. Le travail social face à la précarité durable"
  • accueil et intégration : Compte rendu du séminaire SODILAC/Université Grenoble 3/Centre Alain Savary " L’enfant et ses langues à l’école"
  • décrochage scolaire : différentes publications du CEREQ

Témoignage de Jacques Abehssera, responsable de service ADDAP13, à propos du Collectif de Réflexion et d’Intervention Educative Elargie (CRIEE) à Marseille.

Lettre régionale de la réussite éducative n°1 - Octobre 2013 by Approches Cultures & Territoires

La pédagogie contre le sexisme

Les thèmes du genre, du sexisme et du féminisme fleurissent actuellement dans les débats publics. Un renouveau du féminisme ? L’emballement médiatique et institutionnel pourrait le laisser penser. Mais depuis quand N’Autre école se fait-elle le relais des débats médiatiques et des politiques publiques ? Ces débats se limitent le plus souvent à des déclarations de principe ou d’intention comme il y en a des dizaines dans les circulaires ministérielles, les directives académiques ou les lois. [...]

Dans ce numéro, nous avons voulu montrer des pratiques et des outils du quotidien, des expériences menées dans et hors des classes… toutes permettant d’apprendre à penser hors des cases genrées et des stéréotypes. Voir aussi comment ces pratiques peuvent permettre de transformer les logiques inégalitaires du milieu scolaire, participer activement à l’émancipation des élèves et des personnels, sur le plan des identités sexuées comme du rapport à l’autorité et aux savoirs.

Editorial, sommaire et articles en ligne sur le site de la revue


La pédagogie contre le sexisme
N’autre école n°36, automne 2013
Edition papier 4 € / édition numérique 2 €

Réussite éducative en PACA n°2

Dans cette publication, dont voici le deuxième numéro, Approches Cultures & Territoires (ACT) et le Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV-PACA) vous proposent des ressources de plusieurs types : informations officielles, supports documentaires et témoignages d’acteurs locaux.
Cette lettre se veut un outil commun aux acteurs de l’éducation prioritaire et de la réussite éducative dans les nombreux quartiers populaires de la région.

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Edito

Actualité institutionnelle

  • assises inter-académiques et réforme de l’éducation prioritaire
  • renforcer la coopération entre les parents et l’école dans les territoires
  • Bilan 2013 et perspectives 2014 de la lute contre le décrochage scolaire
  • fusion de l’ACSé, de la DATAR et du SG-CIV dans le Commissariat général à l’égalité des territoires
  • réforme de la Politique de la Ville et de sa cartographie
  • pacte pour Marseille

Ressources thématiques

  • réussite éducative : entretien avec Pierre Périer ; 30 indicateurs sur le système éducatif français ; ouvrage collectif d’ATD Quart-Monde
  • décrochage scolaire : entretien avec Bernard Lahire ; rapport IGEN-IGAEN "Pour une alliance éducative et une approche pédagogique repensée" ; documentaires radiophoniques "J’aime pas l’école !"
  • territoires  : Cahiers d’Education & Devenir n°21 ; rapport Blanchard "La mémoire des habitants des quartiers populaires"
  • lutte contre les discriminations  : rapport de Fabrice Dhume et Khalid Hamdani "Vers une politique française de l’égalité" ; revue N’autre Ecole "La pédagogie contre le sexisme"
  • accueil et intégration : article de Stéphanie Galligani "Identités plurielles à l’école" ; répertoire régional des acteurs associatifs "Si loin si proches, accueillir les nouveaux migrants" ; actes de la journée "Migrer d’une langue à l’autre ?"
  • Loisirs éducatifs : Ouvrage de Sylvie Octobre, Christine Détrez, Nathalie Berthomier et Pierre Mercklé "L’enfance des loisirs" ; Cahiers de l’action n°32 de l’INJEP "Jeunes de quartiers populaires et politiques de jeunesse" ; film « Laïcité ?!.. » des centres de loisirs de la ville d’Aubagne et FAIL13
  • participation / pouvoir d’agir : dossier coordonné par Cyprien Avenel & Nicolas Duvoux ; rapport de Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache "Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires" ; 101 propositions du Collectif des Quartiers Populaires de Marseille et environs.

Témoignage de Nora Boudjemaoui-Kabache, chargée de mission CUCS (GIP Nouvelle Seyne) et coordinatrice PEL (Ville de La Seyne-sur-Mer).

Nouvelles interrogations sur la migration. Langages et pratiques

La catégorie « migration » est confrontée ici au champ de l’intervention pour être interrogée sous différents angles : linguistique, culturel, ethnique, juridique…, et ce afin de faire évoluer les questionnements qui lui sont liés, comme par exemple les « liens obligés » entre langue et intégration.
Qu’en est-il de l’imbrication des questions linguistiques et culturelles aux questions sociales et ethniques ? Des rapports de pouvoir, de genre et ethnique, des ruses du minoritaire et du contrat inégal qui le lit à l’État ?
Tant de questions auxquelles ce numéro tente de répondre en soulignant combien la catégorie « migration » est instable et hétérogène.


Nouvelles interrogations sur la migration
Langages et pratiques
Écarts d’identité, N°122, Vol II. 2013.

Présentation et sommaire sur le site de la revue.

Réussite éducative en PACA n°3

Cette publication trimestrielle se veut un outil commun aux acteurs de l’éducation prioritaire et de la réussite éducative dans les nombreux quartiers populaires de la région.

Dans ce troisième numéro, Approches Cultures & Territoires (ACT) et le Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV-PACA) ont réuni informations officielles, supports documentaires et témoignages d’acteurs locaux.

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Edito

Actualité institutionnelle

  • cartographie de l’éducation prioritaire en PACA
  • école ouverte dans l’académie Aix-Marseille
  • tableau de bord 2012-2013 national de l’éducation prioritaire
  • feuille de route pour l’intégration et l’égalité républicaine
  • observatoire de la réussite éducative
  • réforme de la Politique de la Ville et de sa cartographie
  • création du Commissariat général à l’égalité des territoires

Ressources thématiques

  • réussite éducative : série d’articles de Choukri Ben Ayed ; ouvrage collectif " Changer l’école. De la critique aux pratiques " ; entretien vidéo avec Yves Goepfert sur l’histoire du PRE
  • territoires  : note de l’Insee " Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites " ; revue Diversité Ville Ecole Intégration "Médiation, médiateurs " ; synthèse et rapport sur les relations des bibliothèques des collectivités territoriales avec les établissements scolaires ; article de Noëlle De Smet
  • lutte contre les discriminations  : dossier de veille de l’IFÉ " Discriminations et inégalités à l’école " ; rapport de INED " La taille des familles et le devenir scolaire des enfants d’immigrés ; texte de l’intervention de Suzana Dukic à la journée d’étude du COFRIMI ; petit lexique historique de Fabrice Dhume
  • accueil et intégration : film documentaire " La cour de Babel " de Julie Bertuccelli ; revue en ligne Glottopol n°23 ; dossier thématique d’ACT " Langues, pluralité, éducation : voir le réel, préparer l’avenir "
  • décrochage scolaire : Dossier thématique de l’INJEP ; brochure de Raymond Millot " Ecole ouverte, recherche-action, société éducatrice " ; rapport IGEN-IGAEN sur le traitement de la grande difficulté au cours de la scolarité obligatoire
  • cordées de la réussite : note de synthèse de Sandrine Alligier et Renaud Cornand
  • participation / pouvoir d’agir :
    ouvrage collectif coordonné par Valérie Becquet " Jeunesses engagées " ; synthèse du cycle d’échanges et de qualification du CR-DSU

Témoignage de Faouzia Soilihi, parent d’élèves et habitante du Plan d’Aou, Marseille.

Apprentissage du français et intégration. Des évidences à interroger

Quels sont les rapports entre la maitrise du français et les possibilités d’intégration des personnes issues de l’immigration ? Pour les personnes d’origine étrangère, apprendre le français, est-ce avant tout une question de volonté ? Une personne qui ne parle pas français mérite-t-elle qu’on l’aide à s’intégrer ? L’intégration des personnes issues de l’immigration passe-t-elle nécessairement par l’abandon progressif de leur langue et de leur culture d’origine ?

L’analyse menée par les chercheurs permet de mettre en évidence le poids de certaines idées reçues dans les discours politiques et médiatiques et dans les représentations du grand public. Elle contribue également à interroger les fondements de telles idées et à proposer d’autres voies pour penser les enjeux linguistiques de l’intégration et en particulier la nécessité de favoriser le partage de cette ressource qu’est la langue commune.

Site de l’éditeur


Apprentissage du français et intégration. Des évidences à interroger.
Hambye Philippe et Anne-Sophie Romainville
Français & Société n°26-27, EME éditions
120 pages, 32€

Inégalités et discriminations : questions de mesure

Bien qu’il reste incomplet, l’état de la connaissance empirique sur les discriminations en France s’est sensiblement amélioré ces dernières années. Un des objectifs de ce numéro d’Économie et Statistique était de rassembler pour la première fois dans un même numéro des travaux portant sur des critères variés (origine, sexe, orientation sexuelle, état de santé et handicap) et dans différents domaines (éducation, logement, emploi).
Une autre originalité de ce numéro est de donner des places à peu près égales à trois grandes familles de méthodes pour mesurer les discriminations : indirecte, expérimentale et subjective.

Articles en ligne et téléchargement sur le site de l’INSEE


Sommaire de la revue

Introduction - Trois approches de la discrimination : évaluations indirectes, expérimentation, discriminations ressenties - Éric Delattre, Noam Leandri, Dominique Meurs et Roland Rathelot

Inégalités d’accès au logement social : peut-on parler de discrimination ? - Liliane Bonnal, Rachid Boumahdi et Pascal Favard

Un cas particulier de discrimination sur le marché du travail : l’accès aux emplois en contact avec le public - Morgane Laouénan

Les inégalités ethniques dans l’accès à l’emploi en Nouvelle-Calédonie - Catherine Ris

Le salaire dépend-il du sexe du supérieur ? - Olivier Godechot

Orientation sexuelle et écart de salaire sur le marché du travail français : une identification indirecte - Thierry Laurent et Ferhat Mihoubi

Discrimination salariale à l’encontre des homosexuels : de quoi et de qui parle-t-on ? - Laurent Toulemon

Discrimination à l’embauche : les effets du genre et de l’origine se cumulent-ils systématiquement ? - Pascale Petit, Emmanuel Duguet, Yannick L’Horty, Loïc du Parquet et Florent Sari

Discrimination à l’embauche selon l’origine et le genre : défiance indifférenciée ou ciblée sur certains groupes ? - Anthony Edo et Nicolas Jacquemet

Discrimination à l’embauche des jeunes en Île-de-France : un diplôme plus élevé compense-t-il une origine maghrébine ? - Emilia Ene Jones

Les personnes ayant des problèmes de santé ou de handicap sont plus nombreuses que les autres à faire part de comportements stigmatisants - Gérard Bouvier et Stéphane Jugnot

Parcours scolaires des descendants d’immigrés et sentiments d’injustice et de discrimination - Yaël Brinbaum et Jean-Luc Primon

La discrimination ressentie selon l’enquête Trajectoires et Origines : représentations, expériences subjectives et situations vécues - Mirna Safi et Patrick Simon

Langues des élèves, langue(s) de l’école

Les dimensions identitaires et socio-affectives de l’apprentissage de la langue – maternelle ou seconde – commencent enfin à être reconnues comme vecteurs ou freins de l’engagement cognitif des élèves dans les tâches d’apprentissage. Cette identification ouvre la voie à la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle à l’école et invite à une réflexion pédagogique et éthique bénéfique aux pratiques professionnelles de l’ensemble de la communauté éducative et à la réussite de tous les élèves.
On voit alors combien la question de la langue est riche et complexe, qui comprend de nombreuses interactions entre les univers, elles-mêmes marquées par une grande porosité dans les pratiques, entre les différents codes et usages, dans l’école, dans le quartier et dans la famille…
Ce numéro de Diversité propose de revenir sur l’ensemble de ces points, à travers des éclairages en termes de définitions et d’actions concrètes.


Langues des élèves, langue(s) de l’école
Diversité n° 176
2e trimestre 2014

Télécharger le résumé et le sommaire de ce numéro.

Site internet de la revue.

Réussite éducative en PACA n°4


Cette publication trimestrielle se veut un outil commun aux acteurs de l’éducation prioritaire et de la réussite éducative dans les nombreux quartiers populaires de la région.

L’éducation ne s’arrête pas avec la fin de l’année scolaire, aussi dans ce quatrième numéro, Approches Cultures & Territoires (ACT) et le Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV-PACA) ont réuni informations, supports documentaires et témoignage pour bien passer l’été et préparer la rentrée.

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Edito

Actualité institutionnelle

  • réforme de la Politique de la Ville et nouvelle cartographie prioritaire
  • école ouverte
  • circulaire de rentrée 2014/2015 dans l’éducation prioritaire
  • liste des établissements scolaires en REP+, ECLAIR et RRS
  • feuille de route aux associations
  • les chiffres-clés des inégalités femmes-hommes dans les quartiers prioritaires et les territoires ruraux.

Ressources thématiques

  • réussite éducative : entretien avec Jacqueline Costa-Lascoux « Où est passée la réussite éducative après le remaniement ministériel ? » ; dossier de l’IFÉ « Petite enfance : de l’éducation à la scolarisation » ; intervention de Jacques Bernardin ; ouvrage collectif « le plaisir d’apprendre » sous la direction de Philippe Meirieu ; vidéo d’une conférence d’Agnès Van Zanten « Les enjeux de la coopération entre enseignants et non enseignants ».
  • territoires  : Intervention vidéo de Didier Lapeyronnie « Quelle perception les habitants des quartiers dits difficiles ont-ils de l’école ? » ; ressources et outils de formation d’ATD Quart-Monde
  • lutte contre les discriminations  :
    guide « Laïcité et gestion du fait religieux dans les structures socio-éducatives » ; référentiel du Réseau national de lutte contre les discriminations à l’école ; vidéos des films lauréats « Jeunesse pour l’égalité », article de Françoise Lorcerie.
  • accueil et intégration : intervention de Marie-Odile Maire-Sandoz ; guide sous la direction de Philippe Hambye et Anne Sophie Romainville « Maitrise du français et intégration. Des idées reçues, revues et corrigées » ; reuve Diversité VEI n°176 « Langues des élèves, langue(s) de l’école » ; livre de Mustapha Harzoune et Samia Messaoudi.
  • décrochage scolaire :
    rapport de recherche du centre Alain-Savary, compte-rendu des journées d’étude « Culture écrite et prévention du décrochage » ; note documentaire « Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire » ; étude coordonnée par Benoit Roosens.
  • participation / pouvoir d’agir :
    revue Pouvoirs locaux n°100 « Désir de participations : la dynamique des territoires » ; podcast de la conférence d’ Hélène Balazard « Education populaire et nouvel agir démocratique : l’enpowerment ».

Témoignage de Florent Briard, principal du collège Anselme Mathieu, Avignon.

Accueillir les familles migrantes

L’après-migration comporte en effet, elle aussi, son lot de difficultés : l’écart entre la France imaginée et celle vécue par les migrants est important, chacun doit redéfinir sa place par rapport aux deux univers qui sont le pays d’origine et le pays d’accueil. Ce travail d’élaboration est nécessaire, il peut être semé d’embûches, et affecter relations parents-enfants et parentalité, même s’il est soutenu par une pulsion de vie. Ni le soin, ni le social ne sont en mesure de répondre à tous les problèmes qui peuvent alors se poser.

Editorial, présentation et bon de commande sur le site de la Fédération nationale des éducateurs


Sommaire du dossier

Enquête : FAMILLES MIGRANTES - UNE PARENTALITE A RUDE EPREUVE
Chaque année, 100 000 étrangers en moyenne sont officiellement accueillis en France. D’autres, nombreux, arrivent clandestinement. Dans les deux cas, ceux qui ont des enfants doivent relever le défi d’être des parents en exil.

Zoom : TEMOIGNAGES DE MIGRANTS - AU-DELA DES SILENCES
Pascale Jamoulle, assistante sociale, docteur en anthropologie "Les migrants subissent souvent une rupture avec leur passé, leur langue, leur pays d’origine, et avec leur rêve de réussite sociale".

Reportage : REPRENDRE RACINE DANS L’EXIL
Au centre Françoise Minkowska, à Paris, des psychiatres, spécialistes du soin transculturel, accueillent des migrants et des réfugiés.

Point de vue : MERES ET BEBES SANS-PAPIERS - SORTIR DE L’OMBRE
Christine Davoudian, médecin en centre de protection maternelle et infantile (PMI) à Saint-Denis (93). Soignants et puéricultrices croisent beaucoup de mères sans-papiers. Face aux méandres de l’administration, elles doutent de leur existence.

Reportage : ACCUEIL DES ELEVES MIGRANTS - ENFANTS D’AILLEURS, ELEVES EN FRANCE
Des enseignants spécialisés travaillent avec passion avec des enfants migrants pour qu’ils trouvent leur place à l’école...et dans la société.

Zoom : MINEURS ETRANGERS ISOLES - ADOS EN ERRANCE
Ils ont fui la misère, la violence, la guerre. Les adolescents étrangers qui arrivent seuls en France nécessitent souvent un soin psychique.

Écrire la migration

La revue Hommes & migrations, éditée par le Musée de l’histoire de l’immigration, explore les liens entre écritures et migrations dans une perspective pluridisciplinaire. Les récits des mobilités humaines opèrent des sélections en termes de temporalité, d’expériences vécues, de représentations sociales et constituent autant de mises en scène qu’il y a de protagonistes (enfants, adultes, écrivains, chercheurs, etc.). À travers ces reconstructions sous forme de narrations, les migrations prennent leur sens et véhiculent des identifications multiples qui permettent de questionner de nouveau les catégories des études migratoires.


Écrire la migration
Hommes & migrations, n°1306 avril-mai-juin 2014

Coordinatrices :
Delphine Leroy, doctorante, université Paris-VIII - IIAC-Anthropologie de l’écriture (Ehess) et Amandine Spire, maître de conférences en géographie, laboratoire Sedet, université Paris-Diderot /Paris-VII

Présentation, éditorial et sommaire sur le site de la revue.

Subvertir la pédagogie

Presque trois cents participants aux ateliers proposés lors du stage syndical proposé par la CNT, Émancipation et SUD Éducation en janvier 2014 ! Qu’est-ce qui rassemblait vieux briscards de la pédagogie (pédagogie institutionnelle, Freinet, GFEN, etc.), syndicalistes, enseignants en interrogation (ou participants de plusieurs catégories) ?
La volonté de sortir d’une école qui sélectionne et laisse de côté, qui n’ose plus affirmer ses potentialités émancipatrices, certainement. Le désir de travailler en collectif, non pour écraser l’individu comme dans les modèles totalitaires qui ont si longtemps pesé sur le mouvement social, mais pour en faire une force pratique (échanger des expériences, monter des actions à plusieurs, sortir de sa petite structure) qui donne de la cohérence et donc un sens renouvelé à nos métiers.
L’idée aussi de changer les rapports avec les élèves, car l’asymétrie n’est pas antinomique de l’égalité. Avec les parents des classes populaires aussi ? Ce sera certainement une piste pour un autre stage.

Éditorial, sommaire et articles en ligne sur le site de la revue


N’autre École n°38, printemps 2014
4 € en version papier, 2 € en téléchargement

Régionalismes, nationalismes, indépendantismes : le repli sur sol

Retour du balancier de l’histoire : l’hégémonie des grands États-nations s’effrite et voit leurs frontières se redessiner. Sous la pression des indépendantismes en Écosse ou dans une Catalogne agitée par la perspective d’un référendum. En Flandre aussi, le désir de garder des richesses locales pour son compte se mélange aux envies d’un entre-soi culturel, tandis qu’à Béziers s’exprime le repli défensif dans une identité chimérique.

Mais au-delà des cas particuliers et de leur légitimité variable, ces revendications s’inscrivent dans une crise plus globale. On pense désormais les territoires en termes de « pôles » dont on recherche l’« attractivité » et la « compétitivité » sans souci d’équilibre entre eux. Les séparatismes s’insinuent là où l’État s’affaiblit, là où l’appartenance nationale est en souffrance, là où les identités locales, longtemps méprisées, peuvent prendre leur revanche. En profitant d’une alarmante incapacité à unir le commun et le particulier.

Site du mensuel/trimestriel Regards


Regards trimestriel n°8
automne 2014
9 €

Réussite éducative en PACA n°5

Cette publication trimestrielle se veut un outil commun aux acteurs de l’éducation prioritaire et de la réussite éducative dans les nombreux quartiers populaires de la région.
En cinq numéros, nous comptons pas moins de sept ministres pour l’Education nationale, la Réussite éducative et la Politique de la ville. Mais les habitants, associations, centres sociaux et établissements scolaires n’ont eux pas changé de place. Aussi Approches Cultures & Territoires (ACT) et le Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV-PACA) continuent à réunir et vous proposer informations et supports documentaires.

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Au sommaire :

Edito

Actualité institutionnelle

 • reconduction du pacte pour la réussite éducative
 • observatoire de la laïcité, mères voilées et sorties scolaires
 • les REP+ dans l’académie Aix-Marseille
 • l’éducation prioritaire dans l’académie de Nice
 • journée inter académique de la réussite éducative
 • réforme de la politique de la ville : kit méthodologique
 • lettre d’information du CGET
 • concours " filme ton quartier "
 • données statistiques pour l’analyse de la situation des quartiers prioritaires
 • carte scolaire, égalité filles-garçons, internats d’excellence et de réussite éducative, décrochage scolaire
 • évaluation nationale des programmes régionaux d’intégration des populations immigrées

Ressources thématiques

 • réussite éducative : ouvrage collectif « Ecole, famille, Cité : pour une coéducation démocratique » ; enquête de l’AFEV « Pratiques familiales et réussite éducative » ; compte-rendu de la formation du centre Alain Savary « Comment soutenir et accompagner la réussite des élèves ? Dispositifs, apprentissages, trajectoires ».
 • territoires  : article de Choukri Ben Ayed « L’école et les quartiers populaires : Pour une autre vision des populations reléguées » ; série d’émissions de radio Grenouille « Radio de Quartier : Noailles / Malpassé / La Cayolle » ; enquête de Philippe Pujol « La violence sociale aux rayons X » ; intervention de Bernard Bier « Aller à la rencontre de l’autre : quelles réalités, quels enjeux, quelles démarches développer sur les territoires ? »
 • lutte contre les discriminations : émission de la Chaine Parlementaire « Egaux mais pas trop... à l’école » ; guide professionnel « Laïcité Egalité » coordonné par Dounia Bouzar ; actes de la journée « Quelle implication des actrices et des acteurs jeunesse dans la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ? ».
 • accueil et intégration : livre d’Abdelmalek Sayad « L’Ecole et les Enfants de l’immigration. Essais critiques » ; documentaire sonore de Katia Kovacic « Premier vœu. Paroles de parents et d’élèves allophones nouvellement arrivés en France » ; revue L’école des parents « Accueillir les familles migrantes » ; vidéos des conférences de Marie Rose Moro, Jean-Louis Chiss, Marie-Madeleine Bertucci, Jérémi Sauvage, Nathalie Auger et Christine Hélot « Travailler avec un public allophone »
 • décrochage scolaire : ouvrage de Stanislas Morel « La médicalisation de l’échec scolaire » ; intervention de Catherine Blaya « Agir contre le décrochage scolaire : un problème multidimensionnel qui nécessite une approche multiple » ; notes du CREN « Marre de l’école » : les motifs de décrochage scolaire.
 • participation / pouvoir d’’agir : ouvrage de François Galichet « L’Émancipation, se libérer des dominations » ; média d’expression citoyenne « Zone d’expression prioritaire » ; mise en ligne gratuite des « Cahiers de l’action : jeunesses, pratiques et territoires » de l’INJEP ; entretien avec Jacques Rancière sur « Le Maître ignorant »

Réussite éducative en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Dans ce ce nouveau numéro, des informations et ressources qui préfigurent la rentrée de septembre 2015 dans de nombreux secteurs (contrats de ville, éducation prioritaire, projets éducatifs territoriaux, ...).

Document en téléchargement (4 pages, pdf)


Au sommaire :

Edito

Actualité institutionnelle

 • intégration des enjeux d’éducation au sein des contrats de ville
 • l’éducation prioritaire dans l’académie Aix-Marseille à la rentrée 2015
 • l’éducation prioritaire dans l’académie de Nice à la rentrée 2015
 • Projets éducatifs territoriaux
 • Assises pour les valeurs de la République dans les académies d’Aix-Marseille et de Nice
 • Projet d’archivage sur l’éducation prioritaire

Témoignage d’Aurélie Moulin, professeur d’histoire-géographie au Collège Édouard Manet, Marseille

Ressources thématiques

 • réussite éducative : cahiers d’E&D « Peut-on encore parler d’éducation prioritaire ? » ; Vidéo et texte d’Eric Favey « Interrogeons la nature démocratique de l’éducation » ; ouvrage de Claude Lessard et Anylène Carpentier « Politiques éducatives : la mise en oeuvre » ; étude du CNFPT « La compétence périscolaire et les impacts de la réforme des rythmes scolaires sur les agents et les métiers territoriaux »
 • territoires et public : ouvrage de Choukri Ben Ayed « La mixité sociale à l’école. Tensions, enjeux, perspectives » ; dossier du Café pédagogique « Mixité sociale ou ségrégation scolaire ? » ; note du CNESCO « École, immigration et mixités sociale et ethnique » ; revue Diversité « Les Ultramarins. Ici et là-bas » ; vidéo de John-Paul Lepers « Immigration et délinquance. La fabrique des préjugés »
 • laïcité et lutte contre les discriminations : article de Pierre Merle « Faut-il refonder la laïcité scolaire ? » ; tribune de Saïd Bouamama « La prise en otage des enseignants ou l’instrumentalisation de l’école publique » ; recueil de témoignages « L’école, Charlie et les autres : entrer dans la boîte noire des classes » ; compte-rendu des ateliers du CR•DSU « Les discriminations dans le champ socio-éducatif, connaître les réalités, transformer les pratiques » ; ouvrage de Béatrice Mabilon-Bonfils et Geneviève Zoïa « La laïcité au risque de l’Autre »
 • décrochage scolaire : compte rendu de la formation du Centre Alain Savary « Le décrochage en question »
 •participation / pouvoir d’’agir : ouvrage de Michael Tomasello « Pourquoi nous coopérons » ; dossier de veille de l’IFÉ « Coéducation : quelle place pour les parents ? » ; dossier d’ATTAC « Les biens communs » ; revue Le Nouvel Educateur « Les parents à l’école » ; vidéo sur le Réseau International Education et Diversité à Marseille
 • accueil et intégration : dossier de ressources « Implication des parents dans l’éducation plurilingue et interculturelle » ; enregistrements, vidéos et diaporamas de la formation duCentre Alain Savary « Devenir élève francophone plurilingue » ; note de l’INSEE « Les immigrés récemment arrivés en France ».

Les migrations et le mouvement ouvrier en Provence

Le Bulletin de Promémo n°16 d’octobre 2013, sur les migrations et le mouvement ouvrier en Provence, peut être désormais consulté librement (téléchargement ci-dessous). Ne se voulant pas exhaustif, ce numéro fait le choix de traiter essentiellement de l’industrie pour mettre en lumière les liens entre les immigrés et le mouvement ouvrier en Provence.

"Plusieurs articles offrent ainsi un aperçu des conditions de vie et de travail des immigrés dans des établissements divers. Gérard Leidet les décrit pour les industries chimiques de Septèmes entre 19e et 20e siècles. Alain Préhu évoque, pour cette période, les tripières et les boyaudières italiennes des abattoirs de Marseille et Julien Saint-Roman les ouvriers étrangers des chantiers de construction navale de La Seyne. Claude Majastre rappelle le labeur épuisant de l’usine de tuiles de la Coudourière à Six-Fours. Ces études confirment la pénibilité et la précarité du travail pour une main-d’oeuvre, alors essentiellement italienne.
La vie est encore plus rude et les difficultés sont encore plus grandes pour les femmes. À partir d’une vingtaine de témoignages de femmes d’immigration récente à La Seyne, Yolande Le Gallo signale que beaucoup d’entre elles ont pris la relève des hommes et sont devenues les piliers de la vie familiale.
Nous nous sommes surtout interrogés – le titre de ce Bulletin l’indique – sur les liens entre les immigrés et le mouvement ouvrier en Provence qui, comme chacun le sait, est parfois « effervescent ». Plusieurs contributions établissent, au fil du temps, que ces relations n’ont été ni simples ni rectilignes. Les obstacles sont multiples. René Merle, dans son analyse des grèves de 1897-1898 aux chantiers de La Seyne, Colette Drogoz dans son étude de la grève des ouvrières et ouvriers des usines de chaux et ciment de La Bédoule en 1901, mettent en évidence l’utilisation, par le patronat et les autorités, de la division entre Français et immigrés. En regard, certains représentants du mouvement ouvrier peuvent aussi jouer sur la xénophobie. C’est le cas, en 1923, de Siméon Flaissières, maire de Marseille – socialiste indépendant – dans sa fameuse déclaration à propos des Arméniens, que décortique, de manière très nuancée, Bernard Régaudiat.
Dans ce contexte, l’engagement militant des immigrés n’est pas aisé. Certains franchissent le pas, comme deux immigrés de La Seyne, l’un maghrébin, l’autre guinéen, dont Marc Cellini détaille l’itinéraire. On assiste aussi à des mobilisations collectives que favorise, à plus d’une reprise, la solidarité ouvrière. Linda Guerry montre comment s’établit, dans les années 1920, la jonction entre la Bourse du travail de Marseille et les jeunes ouvrières d’une filature, « usinecouvent », de La Capelette7. Julien Gaertner relate le soutien apporté par la CGT, le PCF et les chrétiens à la grève des travailleurs sénégalais et maghrébins de la SAMIC, à La Seyne, dans les années 1970. Janine Andréani-Boulicault porte témoignage sur la grève des ouvriers maghrébins qui construisaient, en mai 1981, le Palais du Festival à Cannes, et leur appel à l’Union locale CGT dont elle était secrétaire8. Et Patrick Hautière attire l’attention sur l’investissement de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et de l’Action catholique ouvrière (ACO) du Var dans la solidarité avec les travailleurs immigrés. (...)"


Téléchargez la 1ère partie

Téléchargez la 2ème partie

Ne ratez pas notre conférence avec l’association Promémo sur la thématique de ce numéro :

Mardi 27 janvier 2015 à 18h30
L’R de la Mer
53, rue de la Joliette - Marseille 2e

Toutes les informations en cliquant ici.

Les parents à l’école

« Pour certains, l’école serait devenue trop complexe, trop opaque, pour d’autres elle est trop méfiante, voire discriminante, envers certains parents. La relation entre les parents et les enseignants est souvent déformée par des préjugés, des stéréotypes, les représentations qui peuvent générer de l’incompréhension, de l’agressivité, du refus de se rencontrer…
Pourtant, à écouter les ministres successifs, renforcer la coopération entre les parents et l’école est un objectif de l’Éducation nationale. […]
Malheureusement, on en reste au niveau de l’incantation, les pratiques ne suivent pas.

Et dans les classes Freinet ?

Les enseignants n’ont pas attendu les bonnes intentions des lois d’orientation, de programmation, de refondation… Les parents sont non seulement bienvenus, mais reconnus dans la classe, dans l’école, dans l’établissement comme des acteurs à part entière de l’éducation des enfants. Ils sont accueillis dans l’école et invités dans les classes pour découvrir ce qu’ont appris leurs enfants, pour apporter leurs savoirs, leur expérience professionnelle, pour partager les moments festifs, afin qu’aux relations parfois tendues et conflictuelles aujourd’hui entre les deux parties, se substitue un véritable partenariat. Chaque parent, chaque enfant, est alors reconnu comme une richesse pour l’école et pour la classe.
Ainsi, regards bienveillants, confiance réciproque, estime de soi… s’installent tout au long de l’année ou des années quand la continuité peut être assurée (classe de cycle, équipe d’école). »

Oui, c’est possible ! Les réflexions et les témoignages de ce numéro le confirment et donnent envie de poursuivre...


Les parents à l’école,
Le Nouvel Éducateur n° 220
ICEM pédagogie Freinet, décembre 2014
10,90 € (dont 1,90 € de port)

Pour feuilleter la revue, lire les textes en ligne, ou commander le numéro, cliquez ici.

L’immigration en France

L’immigration reste en France un sujet de débat sensible, entretenu par une pression migratoire forte aux frontières de l’Europe. Ce numéro des Cahiers français s’intéresse à la politique migratoire de l’Union européenne, mais aussi à la situation des immigrés vivant en France. Quel modèle d’intégration aujourd’hui ? (quelle scolarité pour les enfants d’immigrés, par exemple ?) Quelle progression sociale ? Quelles discriminations ? Ce dossier répond aux principales questions en débat.


SOMMAIRE

Éditorial (Philippe Tronquoy)

  • L’immigration en France : des chiffres en débat (François Héran)
  • Besoins en main d’œuvre et immigration (Manon Domingues Dos Santos)
  • Assimilation versus multiculturalisme (Michèle Tribalat)
  • Le multiculturalisme, jusqu’où ? Une situation française (Alain Renaut)
  • L’intégration segmentée : citoyenneté, mixité et mobilité sociale (Patrick Simon)
  • Chronique des émeutes de cités (Michel Kokoreff)
  • Les trajectoires scolaires des enfants d’immigrés (Mathieu Ichou)
  • L’islam dans la République laïque (Philippe Portier)
  • Les défis juridiques de l’immigration zéro (Vincent Tchen)
  • Quels défis pour la politique migratoire européenne ? (Corinne Balleix)

Débat

  • Fallait-il moduler les prestations familiales ? Faut-il les imposer ?
  • Une modulation et une fiscalisation des allocations familiales injustifiées (Henri Sterdyniak)
  • Fiscalisation plutôt que modulation des allocations familiales (Julien Damon)

Le point sur…

  • Le contrôle des demandeurs d’emplois (Rémi le Gall)

Politiques publiques

  • Les ambitions de la loi française de transition énergétique (Patrice Geoffron)

Bibliothèque
Jeremy Rifkin, La nouvelle société du coût marginal zéro… Les Liens qui libèrent. 2014

Le site de l’éditeur

La revue des Cahiers français (6 numéros/an) aborde les grands sujets qui nourrissent le débat public. Dans chaque numéro vous trouverez dossiers de synthèses sur l’économie, les institutions et la société. Une conception pédagogique qui privilégie la synthèse des connaissances, et offre une pluralité d’approches et l’intervention de nombreux spécialistes.

Ecole et milieux populaires

Que faire si l’on ne se satisfait pas d’une école où tout (ou presque) serait joué depuis le berceau, en dépit de la bonne volonté des acteurs ? Notre réflexion n’est pas exempte de paradoxe. Nous disons à la fois : gare aux catégories, aux idées préconçues. Ne plaquons pas sur les élèves des images toutes faites selon leur origine, leur milieu social en particulier. Et en même temps : prenons conscience de la spécificité des enfants de classes populaires et de leur rapport à l’école, voyons ce que nous faisons spécialement avec eux pour dénouer les malentendus, travailler les implicites, garantir leurs droits, lutter contre les disqualifications dont leurs parents ont trop souvent été victimes.

De quoi s’agit-il alors ? Avoir un regard aiguisé, mais se garder de systématiser ; travailler en acceptant de considérer les rapports de classes à l’intérieur de l’école, tels qu’on peut les analyser au XXIe siècle, sans scléroser leur réflexion en dogmes. Plutôt en la traduisant en pratiques, obstinément.


Sommaire et bon de commande en cliquant ici.

Porte-parole, militants et mobilisations

« C’est le train-train de la vie syndicale puis, un beau matin, on vous appelle. Le patron me dit : ”Voilà, je vais annoncer ce soir que je suis dans l’obligation de virer 250 personnes. Je vous le dis en avant-première.” Vous pensez, c’est 9 heures du matin, j’ai peut-être pas bien compris, je vais lui faire répéter. Et là, c’est vraiment un choc, parce que tout de suite vous réalisez que des mecs que vous côtoyez depuis des années vont se faire virer. Vous êtes assis, scotché, et il vous arrive deux tartes dans la gueule. Mais là où j’ai été surpris, c’est que je pensais que ça allait secouer les mecs, et rien. Ça bougeait pas. Il a fallu que je monte sur l’estrade et là, j’ai vu pour la première fois de ma vie un monde fou. J’ai pensé : t’es là, t’y vas. C’est marrant ce calme relatif. Comme s’ils attendaient que quelqu’un prenne la décision pour eux pour dire, on arrête. Il fallu lancer le truc. Et une fois qu’on a dit qu’il fallait y aller, c’était fini, ils n’attendaient que ça. » Chaque mobilisation est exposée au risque d’être récupérée par les appareils militants. Tout en éclairant les risques de bureaucratisation et de confiscation des mouvements sociaux dans les processus d’organisation et de représentation, ce numéro se donne pour but de contrer le dénigrement (dans l’air du temps) de l’ensemble des militants au motif qu’ils seraient de toute façon intéressés aux prises de position. Ce dossier veut ainsi contrer l’idée que tous les permanents syndicaux seraient les mêmes – des dirigeants nationaux – alors qu’il est parfaitement possible d’être déchargé de ses heures de travail pour faire de l’action militante (et donc, être en position de force face au patronat, lui aussi organisé) tout en restant profondément lié à son entreprise et à ses collègues. 


« Porte-parole, militants et mobilisations »
Agone n°56 - 14 avril 2015
208 pages, 20 €

Commander sur le site d’Agone.

Au sommaire : Porte-parole, militants et mobilisations : Éditorial, par Baptiste Giraud, Julian Mischi et Étienne Penissat - "Les mouvements populaires. Comment ils réussissent, pourquoi ils échouent", par Richard A. Cloward et Frances Fox Piven - "Un usage contrôlé de la grève. Le « sens des limites » d’un délégué syndical de la CGT", par Baptiste Giraud - "Freins et incitations à la promotion des ouvrières dans les syndicats dans les années 1970", par Fanny Gallot - "Entre apprentissage syndical et insubordination ouvrière : les délégués de chaîne de Citroën et Talbot (1982-1983)", par Vincent Gay - "Préserver un entre-soi populaire. Portrait d’un porte-parole associatif comme rempart face aux élus locaux", par Cyrille Rougier - "Construire la demande de participation pour asseoir le marché de la démocratie participative", par Alice Mazeaud et Magali Nonjon - "Sous le bonnet, la classe. Retour sur le mouvement des « Bonnets rouges »", par Marion Rabier Histoire radicale : "1936 : les comités révolutionnaires en Espagne", par Ronald Fraser - "En catalogne libertaire. Un « simple militant » de la Gauche révolutionnaire de la SFIO témoigne sur Barcelone en juillet 1936", par Maurice Jaquier

Porte-parole, militants et mobilisations

« C’est le train-train de la vie syndicale puis, un beau matin, on vous appelle. Le patron me dit : ”Voilà, je vais annoncer ce soir que je suis dans l’obligation de virer 250 personnes. Je vous le dis en avant-première.” Vous pensez, c’est 9 heures du matin, j’ai peut-être pas bien compris, je vais lui faire répéter. Et là, c’est vraiment un choc, parce que tout de suite vous réalisez que des mecs que vous côtoyez depuis des années vont se faire virer. Vous êtes assis, scotché, et il vous arrive deux tartes dans la gueule. Mais là où j’ai été surpris, c’est que je pensais que ça allait secouer les mecs, et rien. Ça bougeait pas. Il a fallu que je monte sur l’estrade et là, j’ai vu pour la première fois de ma vie un monde fou. J’ai pensé : t’es là, t’y vas. C’est marrant ce calme relatif. Comme s’ils attendaient que quelqu’un prenne la décision pour eux pour dire, on arrête. Il fallu lancer le truc. Et une fois qu’on a dit qu’il fallait y aller, c’était fini, ils n’attendaient que ça. »

Chaque mobilisation est exposée au risque d’être récupérée par les appareils militants. Tout en éclairant les risques de bureaucratisation et de confiscation des mouvements sociaux dans les processus d’organisation et de représentation, ce numéro se donne pour but de contrer le dénigrement (dans l’air du temps) de l’ensemble des militants au motif qu’ils seraient de toute façon intéressés aux prises de position. Ce dossier veut ainsi contrer l’idée que tous les permanents syndicaux seraient les mêmes – des dirigeants nationaux – alors qu’il est parfaitement possible d’être déchargé de ses heures de travail pour faire de l’action militante (et donc, être en position de force face au patronat, lui aussi organisé) tout en restant profondément lié à son entreprise et à ses collègues.

Au sommaire :
Porte-parole, militants et mobilisations

- Éditorial, par Baptiste Giraud, Julian Mischi et Étienne Penissat
- "Les mouvements populaires. Comment ils réussissent, pourquoi ils échouent", par Richard A. Cloward et Frances Fox Piven
- "Un usage contrôlé de la grève. Le « sens des limites » d’un délégué syndical de la CGT", par Baptiste Giraud
- "Freins et incitations à la promotion des ouvrières dans les syndicats dans les années 1970", par Fanny Gallot
- "Entre apprentissage syndical et insubordination ouvrière : les délégués de chaîne de Citroën et Talbot (1982-1983)", par Vincent Gay
- "Préserver un entre-soi populaire. Portrait d’un porte-parole associatif comme rempart face aux élus locaux", par Cyrille Rougier
- "Construire la demande de participation pour asseoir le marché de la démocratie participative", par Alice Mazeaud et Magali Nonjon - - "Sous le bonnet, la classe. Retour sur le mouvement des « Bonnets rouges »", par Marion Rabier
- Histoire radicale : "1936 : les comités révolutionnaires en Espagne", par Ronald Fraser
- "En catalogne libertaire. Un « simple militant » de la Gauche révolutionnaire de la SFIO témoigne sur Barcelone en juillet 1936", par Maurice Jaquier


Agone 56 : Porte-parole, militants et mobilisations

Parution : 14/04/2015
ISBN : 9782748902242
Format papier
208 pages (15x21 cm)
20.00 €

Informations et commande sur le site de la revue Agone

Démocratie

La démocratie va mal. Abstention massive et montée de l’extrême-droite caractérisent les élections en France mais aussi en Europe. La démocratie participative a suscité beaucoup d’espoirs, qui restent cependant à confirmer. D’où de plus en plus d’interrogations sur les formes contemporaines du « jeu politique ».

Sans prétention à l’exhaustivité, ce numéro de la revue aborde quelques-unes de ces questions. Michel Offerlé rappelle que l’invention du « citoyen » ne s’est pas faite en un jour. Daniel Gaxie recense les problèmes inhérents à la représentation politique : délégation/dépossession, proximité/distance entre représentants et représenté, professionnalisation politique. Patrick Lehingue se penche sur les rapports des classes populaires à la démocratie représentative en les déclinant selon la trilogie d’Albert Hirschmann : exit (abstention), voice (protestation « frontiste »), loyalty (vote de classe). Existe-t-il des « solutions » ? José-Luis Moreno Pestaña analyse ce qu’a été le rôle du tirage au sort dans la démocratie athénienne. Guillaume Gourgues s’interroge sur les exigences démocratiques en matière de participation. Dans la même perspective, Lilian Mathieu analyse les rapports entre mouvements sociaux et partis politiques. Enfin, François Houtart esquisse un bilan des « révolutions citoyennes en Amérique latine » qui inspirent souvent en France la quête d’une résurrection démocratique.
Le grand entretien de ce numéro est consacré au sociologue Patrick Champagne.


Démocratie
Gérard Mauger - Claude Poliak
Revue Savoir/Agir n°31, éditions du croquant, mars 2015
Format papier : 10 euros
Format numérique : 7 euros
À commander sur le site de l’éditeur

Bonnes femmes, mauvais genre

Ce printemps, l’équipe de Z a enquêté à Marseille, au prisme de questionnements féministes. 

Il y a pourtant des choses que l’équipe ne vit pas, forte du privilège d’appartenir à cette majorité qui ne ressent pas le besoin de se nommer : les rédactrices de Z sont presque toutes hétéros, presque toutes blanches, presque toutes issues de la classe moyenne. Pour les femmes pauvres, les ouvrières, les lesbiennes, les Noires, les Sourdes, les musulmanes, les obstacles se croisent et parfois s’additionnent au point de menacer leur droit d’exister socialement.

Au final, le Z n°10 déboule avec un équipage de femmes qui s’arment pour un monde meilleur ; celles qui affrontent le mépris, le paternalisme et les stéréotypes pour arracher ce qui leur est dû ; celles qui déploient une inventivité foisonnante pour réinvestir leurs corps et transmettre leurs savoirs. Leur soif de justice et leur désir de solidarité, patiemment, pulvérisent un à un les stigmates du mauvais genre.


« Bonnes femmes, mauvais genre »
Revue Z, n°10
En librairie depuis le 14 Septembre 2016
220 pages – 13 euros
Distribution Belles Lettres

Lire l’éditorial et le sommaire sur le site de la revue.

Des quartiers et des jeunes

Sortis de terre à partir des années 50 pour loger les ouvriers et les classes moyennes d’une France en pleine industrialisation, les quartiers qu’on dit aujourd’hui prioritaires ont accueillis peu à peu les habitants venus d’ailleurs, du Maghreb, et plus récemment d’Afrique subsaharienne, et du reste du monde. Et quarante années de politique de la ville ne seront pas parvenues à en faire des quartiers comme les autres. Aujourd’hui, 5 millions d’habitants vivent dans ces tours et ces barres en partie rénovées, et concentrent toujours les difficultés sociales et économiques du pays. Plus pauvres, moins qualifiés, davantage touchés par le chômage, voire exclues de la sphère professionnelle pour les femmes, les jeunes réussissent moins à l’école, sont confrontés à de fortes discriminations à l’emploi mais aussi grandissent là, et ne sont pas tous délinquants. A travers ces quartiers, c’est toute la question de l’autre qui est interrogée ; l’autre, qui souvent se revendique d’une culture musulmane, bousculant ainsi une identité nationale en mal de repères.

Des repères, aussi largement mis à mal par les grandes industries du numérique, nous dit le philosophe Bernard Stiegler, dans un grand entretien, qui imposent leur loi et viennent concurrencer l’école – et les parents–, dans leur capacité à éduquer, à former l’attention des élèves.

Un numéro pour mieux comprendre donc et s’interroger, sur les notes à l’école ou le marketing social, mais aussi pour montrer qu’il existe toujours une place pour s’engager, créer, inventer, à l’image de Gauz, l’écrivain vigile de Côte d’Ivoire, auteur de « debout payé », de ces jeunes des cités devenus scénariste-réalisateur, acteurs de cinéma, ou encore de ces auteurs de séries animées télévisées qui font vivre les héros préférés des petits, et des grands…


Commander ce numéro sur le site de la revue

Pages : 36
Éditeur : ERES
Revue publiée par la FNEPE

ISSN : 0424-2238

Ma cité s’organise

Face à l’épuisement de la démocratie électorale et participative, le community organizing fait l’objet d’un intérêt croissant en France. Depuis les premières campagnes de Saul Alinsky à Chicago dans les années 1930, cette méthodologie d’action politique, fondée sur une conception conflictuelle du changement social et sur la capacité de négociation de collectifs mobilisés, s’est largement développée. Si le community organizing rappelle certains traits des mouvements ouvriers ou de l’éducation populaire, il se heurte en France à la prévention contre l’idée de communauté. À travers ce dossier, Mouvements souhaite explorer les potentialités et les limites de ce modèle, mais aussi accompagner cette pratique qui pourrait renouveler en profondeur le mouvement social et la gauche.


À commander sur le site des Éditions La Découverte

Mouvements n°85
Éditions La Découverte

Prix : 15 €

Éduquer contre le racisme et les discriminations

L’échelle de l’histoire montre avec quelle fraîcheur les acquis de la lutte contre le racisme et les discriminations s’inscrivent dans les livres. Dans la patrie où « les hommes naissent libres et égaux en droits », il est à déplorer que ces droits s’appliquent encore dans un régime à deux vitesses et que persiste le « deux poids, deux mesures ». S’il n’y a pas de vaccin, puisqu’il ne s’agit pas d’une maladie, il existe, pour un moment encore, des espaces consacrés à des initiatives éducatives qui facilitent la déconstruction de la pensée raciste et discriminante à l’école ou ailleurs, dès le plus jeune âge et dès maintenant. L’objectif est d’armer et d’entraîner les citoyens à ce combat particulier. En effet, les armes remises s’appellent savoir, connaissance, capacité d’analyse et esprit critique ; l’entraînement consiste à se faire respecter et à respecter, à écouter et dialoguer, à se rencontrer, à construire et créer ensemble cette société égalitaire « rêvée » par tant d’autres. Dernière précision (pour ne pas se tromper d’ennemi et ainsi éviter l’écueil de devenir ce que l’on rejette) : ce combat ne se mène non pas contre des personnes, qui réduites à leur comportement incarneraient le « mal ». Il se mène contre des pratiques et discours que nous pouvons faire ou tenir à notre insu.

Editeur : Non-Violence Actualité
Année d’édition : Mars-Avril 2016
Nombre de pages : 28
Code NVA : 401-345

Prix : 6 euros


SOMMAIRE

• Éduquer contre le racisme et les discriminations, Édito
• Conférence gesticulée « Mes identités nationales », Entretien avec Pablo SEBAN, professeur de mathématiques et éducateur populaire.
• Ressource pédagogique, « Contre le racisme, il faut éduquer », par Elisabeth CAILLET, philosophe et muséologue.
• Pour la classe : une exposition, par Annie GHILONI, retraitée professeure des écoles, animatrice intervenant dans des classes et auprès de groupes.
• Diversité : le problème, c’est la violence, par Charles ROJZMAN, psychosociologue, philosophe, praticien et écrivain français.
• Accepter la différence et s’accepter soi-même : des chemins convergents, par Régis HALGAND, formateur agréé Personnalité et relations humaines.
• Expérimentation : un partenariat IME-Collège, par Béatrice MUSIELAK, ancienne enseignante, animatrice pédagogique.
• Témoignage : (Sur)vivre aux différences, par Susan CLOT,
• « Quoi de neuf chez votre libraire ? »
• Bloc-notes
• Annuaires des formations
• La chronique d’EnVies EnJeux

Commander la revue en ligne en cliquant ici

Les enjeux de l’ethnicité à l’école : contributions pour penser les inégalités et les discriminations

Retrouvez la revue en ligne

Les articles qui composent ce dossier sont issus de la journée d’études « Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire » organisée par l’Unité de recherche « Migrations et Société » (URMIS).

Les objectifs principaux de la journée ainsi que des articles publiés ont pour volonté scientifique de briser le silence sur l’in des paradoxes, peut-être le majeur, du système scolaire républicain. Bien qu’animée par le principe d’indifférence aux différences et se présentant systématiquement comme le tremplin par excellence pour insertion sociale réussie, l’action l’école française n’est pas insensible aux différences, notamment lorsqu’elles ont trait à l’origine culturelle ou ethnico-raciale (supposée) des élèves.


1- Editorial

2- Parents d’élèves des quartiers populaires de Marseille : Lignes ethniques, ressemblances morales
Françoise Lorcerie, CNRS, Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) UMR 7310, Aix-Marseille Université 

3- Les problématiques scolaires des élèves immigrés au prisme de l’ethnicisation des relations entre pairs
Alessandro Bergamaschi, Université Nice Sophia Antipolis, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Unité de recherche « Migrations Sociétés » (UMR CNRS 8245 – UMR IRD 205)

4- Du territoire au collège : réflexions de terrain dans un établissement ECLAIR des quartiers Nord de Marseille
Rania Hanafi, Université Nice Sophia Antipolis - École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Unité de recherche « Migrations Sociétés » (UMR CNRS 8245 – UMR IRD 205)

5- Altériser l’environnement : comment des praticiens de l’école s’exemptent d’une remise en cause professionnelle

Stéphane Zéphir, Université Nice Sophia Antipolis, Unité de recherche « Migrations Sociétés » (UMR CNRS 8245 – UMR IRD 205)

6- Varia - Garder les yeux ouverts : Méta-évaluation d’une expérimentation de formation des personnels des établissements scolaires en France
Dominique Bodin, ESPE de Créteil, membre du LIRTES EA 7313.
Sophie Javerlhiac, Université de Rennes 2, membre du CIAPHS EA 2241.
Jeanne-Maud Jarthon, Université de Caen, membre du CesamS EA4260.

7- Varia - Du « chahut anomique » au sens des situations critiques : enjeux et limites des typologies des désordres scolaires
Sébastien Pesce, Université François Rabelais, Tours, France, Équipe « Éducation, Éthique, Santé »
Bruno Robbes, Université de Cergy-Pontoise, France , EA4507, « École, Mutations, Apprentissages »
 

Accompagnement sociobiographique en contexte post-colonial : Plurilinguisme, Émancipation, Formation.

La revue « Contextes et Didactiques » est une revue numérique semestrielle internationale en libre accès. La diversité, la coexistence, voire la confrontation de contextes de différentes natures jouent un rôle fondamental dans de nombreuses situations d’enseignement. Depuis les contextes historiques, géographiques, écologiques, sociolinguistiques, et culturels notamment, et leurs interactions en contextes didactiques, la revue « Contextes et Didactiques » publie des articles qui rendent compte de cette dimension encore peu explorée sous toutes ses facettes (interculturalité, multilinguisme, identité, symbolique, institution) en proposant des recherches empiriques, des comptes-rendus de pratiques innovantes, des analyses de dispositifs didactiques, des revues de littérature et des réflexions théoriques liés aux interactions entre une pluralité de contextes et de situation d’éducation, de formation et d’apprentissage.

La revue accorde une attention particulière aux travaux portant sur les questions de contextualisation didactique dans des situations post-coloniales, des territoires ultrapériphériques français et plus généralement dans les pays de la Francophonie, mais s’intéresse à toutes situations spécifiques mettant en évidence des décalages entre les prescriptions institutionnelles, les contextes d’enseignement et les conceptions des acteurs, ou « effets de contextes », et contribuant à leur identification et leur prise en considération dans les processus d’enseignement, d’apprentissage et de formation. Ainsi, la revue est ouverte à toute contribution traitant des questions de didactique en prise avec différents éléments contextuels.


Numéro 8 – 2016
« Accompagnement sociobiographique en contexte post-colonial : Plurilinguisme, Émancipation, Formation »
Numéro thématique coordonné par Muriel MOLINIÉ
Télécharger l’intégralité de ce numéro (format PDF)

SOMMAIRE

Éditorial

Muriel MOLINIÉ

Les (auto)biographies langagières comme outil de lecture de la situation postcoloniale en Nouvelle-Calédonie et comme outil d’empowerment dans une démarche sociodidactique
Véronique FILLOL

Imaginaire colonial, empowerment et appropriation d’une langue seconde

Anne-Christel ZEITER

L’illettrisme : conséquence d’un rapport a une institution scolaire marqué par la hiérarchisation des cultures ethniques, régionales et sociales

Adeline SAROT

Vers un accompagnement sociobiographique contextualisée du français langue d’intégration en Guadeloupe : retour d’expérience

Frédéric BEAUBRUN

De l’identification de la persistance du colonial à sa mise en travail : l’analyse socio-clinique de récits de vie de sympathisants ou membres affiliés à l’association antiraciste Les Indivisibles

Louisa BARALONGA

Comprendre la mutation identitaire d’une femme algérienne en migration en France

Brahim BENBERKANE

Rubrique VARIA :

État des langues en Guinée équatoriale

Adeline DARRIGOL

Bilinguisme et lien social : Cris, vociférations, injures, comme indices d’un malaise et promesse de discours. Exemple de modalité en milieu carcéral en Martinique

Victor LINA

+ d’infos et anciens numéros sur le site de l’ESPE Guadeloupe


Laï-Cité(s) et discrimination(s)

Pour son 3e numéro, les cahiers de la LCD interrogent le couple « Laïcité et discriminations ». Ce numéro est coordonné par la philosophe Brigite Esteve Bellebeau et le juriste Mathieu Touzeil Divina (en partenariat avec la JDA : Journal du Droit Administratif)


Sommaire et informations en ligne sur le site des Cahiers de la LCD

Parole de jeunesse - la part langagière des différenciations sociales

Présentation de la revue n° 29 / Juillet 2017 :

Parole de jeunesse : vers une meilleure prise en compte de la différenciation sociale
Par Michelle Auzanneau, Patricia Lambert, Nadja Maillard

Les sciences humaines et sociales observent et analysent sous différents aspects les régimes de sens, les jeux sémiotiques et les types d’interaction impliqués dans la différenciation sociale. Quelle est la part proprement langagière de ces processus ? En quoi le langage et les langues contribuent-ils aux différences sociales ? Quelles dimensions – orales, écrites, multimodales – du langage et des langues y sont impliquées ? Au sein des sciences du langage, la sociolinguistique figure parmi les principales disciplines contributrices à ce champ de questionnements. Plus largement, ce sont les linguistiques de la parole qui peuvent contribuer à identifier, décrire et analyser la part langagière (Boutet, 2001) des différences sociales, à savoir les processus langagiers qui participent des dynamiques d’affiliation ou de différenciation relatives à des groupes ou des réseaux sociaux.

C’est dans cette perspective que nous avons souhaité consacrer ce numéro à la place et au rôle de la parole dans des processus de différenciation sociale au sein de la jeunesse. Entendu de manière générique, le terme jeunesse réfère ici à une période de transition entre l’enfance et l’âge adulte qui, dans les sociétés occidentales, est le produit de l’allongement moyen de la durée de la scolarisation et de l’entrée dans l’ère de la post-industrialisation. Envisagée comme période de vie, la jeunesse est associée à un ensemble de pratiques sociales ou culturelles. Conçue comme catégorie, elle résulte de constructions discursives et idéologiques qui lui confèrent intelligibilité et opérationnalité.

Lire la suite

Revue en ligne Glottopol
Accès et téléchargement des articles gratuits
Numéro 29, Juillet 2017

Archipels #2, Langues d’exil

Dans la lignée d’Archipels #1, ce deuxième numéro, « Langues d’exil », poursuit le travail de repérage et de mise en valeur de diverses pratiques d’artistes, de compagnies, d’associations qui s’emparent de la question migratoire pour faire apparaître le visage hideux d’une humanité qui refuse l’autre. En interrogeant l’identité et la mémoire européenne, ils réaffirment la place centrale de l’altérité.

La pensée d’Édouard Glissant, dont nous suivons le fil, affirme un possible où « des différences s’ajoutent sans se détruire, et des identités varient en ne dépérissant pas », pour afficher les richesses nées des partages et pour maintenir la parole, en-deçà ou au-delà des langues, comme premier lieu commun…

Les textes de ce numéro #2 sont accompagnés de photos de Laetitia Tura et d’images du collectif Coconut Valley.


Archipels #2 - Langues d’exil

TARIF DE LANCEMENT : 10€ JUSQU’AU 21 OCTOBRE
(PRIX PUBLIC : 12 €)

+ d’infos et commandes sur le site de Hors Champ

Laïcité et morale à l’école - Varia

Editorial
Par Gérard Pithon et Roger Monjo, coordinateurs du numéro


Les grandes lignes de l’appel à contributions pour ce dossier avaient été élaborées en relation avec une série d’évènements dramatiques qui venaient de frapper la France. Cette pression continue de s’exercer de nos jours et les interrogations relatives à la formation morale, que l’école républicaine aurait vocation à dispenser, ont pris une ampleur nouvelle. Certes, la question de la place à accorder à l’école aux questions éthiques (et religieuses) n’est pas récente. Mais certaines questions sont devenues, aujourd’hui, plus intenses : peut-on faire de la laïcité le plus petit dénominateur commun de la communauté scolaire ? Les valeurs que les « leçons de morale » d’autrefois cherchaient à transmettre sont-elles devenues obsolètes ? Comment, alors, enseigner la morale aujourd’hui, et comment en évaluer l’efficacité au quotidien ? L’Enseignement Moral et Civique, mis en œuvre à partir de la rentrée 2015, répond-il à ces interrogations ? Ne met-il pas les enseignants en difficulté par la formulation d’injonctions contradictoires : respecter la diversité, d’un côté, produire du commun, de l’autre ? En quoi et comment l’éducation morale des jeunes participe-t-elle à la socialisation et la construction sociale du sujet ? Il ne s’agissait bien sûr pas, dans ce dossier, de trancher ces débats toujours en cours, mais plutôt, d’en explorer les cadres théoriques, les logiques argumentatives ou les enjeux et d’en illustrer la complexité par une recherche empirique contextualisée ou par l’analyse de certaines expériences conduites en milieu scolaire.

Les contributions ici rassemblées sont diverses, tant par leurs ancrages disciplinaires (philosophie, sociologie, psychologie, psychologie sociale, sciences de l’éducation, ethnologie) que par leurs inscriptions dans des champs professionnels variés (enseignants-chercheurs, enseignants du secondaire, formateurs d’enseignants en formation initiale ou continue, mais aussi de chercheurs débutants). C’est ce qui nous semble faire la richesse première de cette publication. Nous les avons regroupées en trois grandes parties, mais nous avons conscience que des lecteurs, voire mêmes des auteurs, pourraient proposer un autre regroupement, notamment parce que la plupart des auteurs se réfèrent à l’histoire de France.

Lire la suite de l’édito...

Découvrir le numéro de la revue
(Contribution accessibles en texte intégral)

Quand les classes supérieures s’arrangent avec le droit

Ce dossier invite à explorer les usages du droit par les classes supérieures. Quelle « conscience du droit » spécifique ont-elles, précisément du fait de leur position ?

Camille Herlin-Giret révèle que la sous-évaluation des biens pratiquée par les assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), loin d’être un calcul utilitariste solitaire, procède d’une coordination collective.


Alexis Spire, lui, observe la façon dont le rituel judiciaire est utilisé par les prévenus de quatre procès pour fraude fiscale pour faire valoir leurs mérites, euphémiser leur délit et se présenter comme victimes de l’arbitraire de l’administration.

C’est dans l’espace à huis clos des cabinets de notaires et d’avocats que Céline Bessière et Sibylle Gollac pénètrent. Elles dévoilent à quel point le travail dans l’entre-soi de ces professionnels avec une clientèle choisie facilite des stratégies de transmission patrimoniale, fortement genrées, au service de la reproduction du capital économique, et aux dépens d’une administration fiscale domestiquée.

Cette proximité sociale et la dimension genrée de ces arrangements sont aussi au coeur du
travail d’Émilie Biland et Muriel Mille. Leur enquête sur les séparations de couples québécois fortunés, mais très inégalitaires, démontre qu’au cours de ces ruptures, les femmes sont conduites à faire davantage de concessions que les hommes.

Ce sont enfin des classes supérieures moins fortunées, mais suffisamment dotées pour s’accommoder avec succès des règles juridiques, que suit Lorenzo Barrault-Stella dans leurs pratiques de contournement de la carte scolaire par l’usage de fausses adresses.

Découvrir le dossier


Revue Sociétés Contemporaines, n° 108, "Quand les classes supérieures s’arrangent avec le droit", Presses de Sciences Po, 2017

Dire ou ne pas dire la "race" en France aujourd’hui

Il peut sembler paradoxal de trouver, dans bon nombre de discours publics contemporains invoquant des valeurs républicaines et universalistes, des stéréotypes stigmatisant ou valorisant des groupes de personnes en raison de leur apparence et/ou de leur culture, religion, ou mode de vie supposés, que le mot race soit employé ou non. Ce constat rejoint le « dilemme français » évoqué par plusieurs chercheurs pour souligner la contradiction entre la banalisation du référentiel racial dans l’espace public français et le modèle républicain classique aveugle à la situation minoritaire de groupes sociaux racisés. L’usage de catégories « raciales » (qu’il s’agisse de l’emploi du mot race ou de l’activation du concept) fait également débat lorsqu’il est attesté dans des discours visant explicitement à combattre le racisme à des fins de lutte contre les discriminations (discours institutionnels ou militants) et/ou de revendication identitaire (discours de l’antiracisme dit politique). On touche là le « paradoxe racial » déjà signalé, qui consiste à reconnaître l’inexistence – avérée – de races humaines, tout en utilisant des catégories « raciales » pour décrire un processus social de racialisation aux effets également avérés. Les contributions du dossier analysent à la fois comment se dit ou ne se dit pas la « race » dans certains discours politiques et médiatiques. Ce faisant, elles posent à nouveaux frais la question de savoir pourquoi dire ou ne pas dire la « race » en France aujourd’hui, et au-delà incitent à se demander si un discours antiraciste – scientifique ou militant – le doit ou le devrait.

Lire la revue...


Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

Ce dossier met en lumière l’histoire de l’exil politique et de l’asile en Europe au XIXe siècle à travers les terminologies et les représentations utilisées pour désigner des migrations sous contraintes.

Fondés notamment sur l’étude critique des corpus législatifs et administratifs, les articles montrent que les débats parlementaires et les mesures gouvernementales conditionnent l’accueil et le soutien financier des réfugiés à des catégories relevant de l’internement ou de l’assignation à résidence.

Sommaire du numéro

Revenir aux fondamentaux pour bâtir les savoirs ?

On entend beaucoup dire que les « fondamentaux » ne seraient pas solidement assurés pour de trop nombreux élèves dans le système scolaire français. En témoignent les mauvais classements de ces élèves - et donc de ce système - produits par les évaluations internationales de type PISA, dans des registres déterminants comme la bonne compréhension d’un texte ou bien la maîtrise des « bases » - autre mot valise - outils de construction des raisonnements scientifiques.

On se limite en disant cela au volet des savoirs, certes essentiels, mais qui ne suffit pas à éclairer l’ensemble des questions cherchant à préciser ce qui est fondamental. 

D’ailleurs, « fondamentaux », « bases » et autres « compétences outils » sont des termes fourre-tout utilisés pour étayer des mises en demeure motivées par des positionnements très contrastés. Et donc redoutables car les critiques sont produites au service d’objectifs très différents, et même antagonistes. Si bien que les acteurs des pratiques de construction des savoirs travaillent sous des feux croisés. Les « libéraux » voudraient pouvoir compter sur des acquis scolaires permettant l’employabilité flexible d’une plus grande partie de la population sortie de l’école, sans que celle-ci n’ait « voix au chapitre ».

Les « républicains » rappellent qu’une école égalitaire devrait donner à tous les savoirs nécessaires à une citoyenneté éclairée.

C’est donc dans un espace très exposé que le GFEN inscrit sa réflexion, fondée sur des valeurs que ce numéro de Dialogue « Revenir aux fondamentaux pour bâtir les savoirs ? » éclaire à nouveau.

On y trouvera des éléments sur les « fondements des fondamentaux » et « leur mise en œuvre dans différents domaines ».

Les enjeux des métiers de l’éducation sont actuellement normés et figés dans un discours scientiste qui ne tient pas compte des réalités de terrain ni de la fondamentale diversité nécessaire dans la mise en œuvre des professionnalités.

GFEN : Groupe français d’éducation nouvelle

L’histoire à l’école : enjeux

Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».

Sommaire du numéro

NB : cette revue est disponible à l’Alcazar (Marseille)

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Attention Travail d’arabe

Exposition ACT-CIMADE, du 15 au 30 Octobre 2018, Centre social Frais Vallon, Marseille à suivre

ECOLE ET MIXITE SOCIALE : LE COLLECTIF DU PETIT BARD SUR LA PLACE MARSEILLAISE

Rencontre ACT-SQPM-Centre social Grand Saint-Antoine, 19 Octobre 2018, Marseille à suivre

Autres actualités

BELSUNCE NOAILLES, DANS LES COULISSES DE LA VILLE

Balade patrimoniale, 29 octobre 2018, Marseille, Migrantour -Ancrages à suivre

13ème RENCONTRES FILMS FEMMES MÉDITERRANÉE

Projections cinématographiques et Rencontres, du 4 au 21 octobre 2018, Marseille, Films Femmes Méditerranée à suivre

Assises de la transition écologique et citoyenne

Assises, du 29 octobre au 2 novembre 2018, Nice, MSHS-Université Côte d’azur-UNS-CNRS-URMIS à suivre

RENCONTRE AVEC L’AUTORE - GIANRICO CAROFIGLIO

Rencontre autour du livre Le tre del mattino, 8 novembre 2018, Marseille, IIC Marsiglia à suivre

LE 30 NOVEMBRE C’EST SANS NOUS ! LE 1er DECEMBRE C’EST 100% NOUS

Deux journées de lutte pour protester contre les inégalités structurelles, le racisme, la ségrégation et le mépris permanent. Collectif Rosa Parks à suivre

Ressources

L’histoire de l’immigration disparaît des programmes de lycée ? à suivre
« Les multinationales n’ont jamais affranchi aucun peuple de la domination coloniale » à suivre
Sur l’immigration, la gauche n’a plus les mots à suivre
Thelma et Louise : Femmes des quartiers populaires à suivre
L’Ecole et le fait colonial. Un passé qui ne passe pas ? à suivre

Mise à jour : mardi 16 octobre 2018 | Mentions légales | Plan du site |