Imprimer la page

Le village allemand

Rencontre-lecture avec Boualem Sansal, jeudi 26 juin 2008, Marseille

Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand. Ils ont été élevé par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leur parents restaient dans le village d’Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population de ce bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d’une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid.
Basé sur une histoire authentique, le roman propose une réflexion véhémente et profonde, nourrie par la pensée de Primo Levi. Il relie trois épisodes à la fois dissemblables et proches : la Shoah, vue à travers le regard d’un jeune arabe qui découvre avec horreur la réalité de l’extermination de masse ; la sale guerre des années 1990 en Algérie ; la situation des banlieues françaises, et en particulier la vie des Algériens qui s’y trouvent depuis deux génération dans un abandon croissant de la République."A ce train, dit un personnage, parce que nos parents sont trop pieux et nos gamins trop naïfs, la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles." Sur un sujet aussi délicat, Sansal parvient à faire entendre une voix d’une sincérité bouleversante.

Jeudi 26 juin 2008 à 18h30
Librairie Regards
Centre de la Vielle Charité
13002 Marseille

Présentation de la rencontre sur le site de la librairie Regards

Boualem Sansal né en 1949, vit à Boumerdès, près d’Alger. Depuis son premier livre, Le serment des barbares, il est considéré comme l’un des écrivains algériens les plus importants.
Le village de l’allemand ou le journal des frères Schiller (Gallimard, 2008) est son cinquième roman.


-15 juin 2008-