Imprimer la page

Cachez ces réfugiés que je ne saurais voir ! La messe serait-elle dité ?

Éditorial de Pedro Vianna et sommaire de la revue Migrations Société n°147-148, mai-août 2013

Le 20 juin dernier, à l’initiative du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), pour la treizième année consécutive a été célébrée la journée mondiale du réfugié. En cette année 2013, le HCR a choisi comme slogan pour la campagne accompagnant l’événement la phrase « Une seule famille déchirée par la guerre, c’est déjà trop » et a lancé un appel aux dons dans lequel on peut lire : « Prenez une minute pour venir en aide à une famille déracinée. En une minute, une famille peut être déchirée par la guerre, un enfant peut être séparé de ses parents, une vie de travail peut être réduite à néant. Pourtant, en une minute, nous pouvons également agir — par le regroupement familial, la protection de l’enfance, la fourniture d’un abri ».
Moins d’un mois avant, du 22 au 24 mai, s’était déroulée à Rome la vingtième session plénière du Conseil pontifical de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes, laquelle avait pour thème « La préoccupation pastorale de l’Eglise dans le contexte des migrations forcées ». Les participants se sont penchés sur le document Accueillir Jésus-Christ dans les réfugiés et les personnes déracinées de force. Orientations pastorales, rendu public à cette occasion sous la double signature de ce même Conseil pontifical et du Conseil pontifical Cor Unum, pour la promotion humaine et chrétienne.


 Edito complet en téléchargement

Sommaire de Migrations-Société Vol. 25 - n°147-148 "Des jeunes comme les autres ? Vécu de la jeunesse et du devenir adulte des descendants de migrants" en téléchargement


-16 août 2014-



Migrations