Imprimer la page

Chrétiens d’Orient, musulmans d’Occident : du devoir de solidarité à la critique salvatrice des “puristes” de l’identité.

Éditorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°133, janvier-février 2011

 

Le 4 janvier 2011, le journal Le Monde publiait à sa une les résultats d’un sondage réalisé par l’Institut français d’opinion publique (IFOP), avec un titre alarmiste : « Islam et intégration : le constat d’échec franco-allemand ». Selon ce sondage, 68 % des Français estiment que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans leur société » et 42 % considèrent la présence d’une communauté musulmane « plutôt comme une menace » pour l’identité du pays. Nous ne reviendrons pas sur les interprétations biaisées de ce sondage, dont nous avons montré qu’il enregistrait moins l’intégration objective desdits “musulmans” aux sociétés européennes que les représentations majoritaires à leur égard qui, elles-mêmes, étaient souvent influencées par des questions binaires, appelant des réponses tranchées et caricaturales. À cela s’ajoute, bien sûr, le climat anxiogène suscité par le contexte international marqué par une recrudescence des actions terroristes conduites par des groupuscules radicaux se réclamant de l’islam politique, visant notamment les minorités chrétiennes, perçues à tort comme des “greffes occidentales” dans un univers musulman.

 

Édito complet en téléchargement

Sommaire de Migrations-Société Vol. 23 - n°133 "Migrations, racismes, résistances" en téléchargement


-2 février 2011-



Laïcité et religions