Imprimer la page

Colère Vérité et Puissance, à l’école aussi !

Noëlle De Smet, CGé / La Libre, 7 février 2011


Dans certains milieux, à l’école ou ailleurs, quand on parle « mixité sociale », « partage », les mots « pauvres – riches », on ne les aime pas. Creuser la question de qui n’aime pas et pourquoi serait, sans doute, très intéressant.
Mais encore plus intéressant est de se demander comment il se fait qu’aujourd’hui les mots pauvres, précarisés, fragilisés, défavorisés, démunis, allocataires sociaux sont tellement présents. Alors que classes sociales, condition et position de classe, conscience de classe, rapports de classes, rapports de force, dominants, dominés, classe ouvrière, laborieuse (même si aujourd’hui labeur rime avec pertes d’emploi et débrouille) et lutte de classes ont quasiment disparu du vocabulaire courant. Ces outils de pensée qui sont utiles pour une lecture sociologique, en termes de rapports sociaux, ne sont ni diaboliques ni obsolètes. Pourquoi ne s’en sert-on plus ?


Carte blanche sur le site de CGé, mouvement socio-pédagogique belge



 


-21 mars 2011-



Discrimination / Inégalités