Imprimer la page

De l’ouvrier immigré au travailleur sans papiers. Les étrangers dans la modernisation du salariat

Alain Morice et Swanie Potot, Karthala, janvier 2010

La mondialisation et la construction de l’Europe des Vingt-sept ont profondément fait évoluer le monde du travail et la place qu’y tiennent les étrangers. Les pays d’accueil, faute d’avoir su affronter le problème de l’intégration des nouveaux arrivants et de leur descendance, ont désormais le souci d’organiser la précarité de la main-d’oeuvre non nationale en vue de l’empêcher de s’installer durablement.
Des concepts sont ainsi apparus, pour légitimer ou pour rendre compte de ce nouvel enjeu : on parle aujourd’hui de "circulation migratoire", et de "migrations temporaires". Le détachement de salariés ou les contrats saisonniers vont jusqu’à faire disparaître la figure même de l’immigré. Parallèlement, la présence persistante de sans-papiers, officiellement combattue, est tolérée pratiquement, non seulement au sein de secteurs à forte densité de main-d’oeuvre, mais aussi dans des activités comme la prostitution ou les services domestiques.

Présentation sur le site de l’éditeur

De l’ouvrier immigré au travailleur sans papiers. Les étrangers dans la modernisation du salariat
Editions Karthala
janvier 2010
336 pages, 28 €


-18 avril 2010-



Migrations