Imprimer la page

Démocratisation ou accroissement des inégalités scolaires ?

Article de Pierre Merle, Population volume 57 n° 4-5, 2002

En France, la question de la réalité et des limites d’une démocratisation de l’enseignement – à laquelle Population a consacré un récent dossier (Population, 55(1), 2000) – fait l’objet de débats passionnés dans l’opinion et suscite de nombreux travaux de sciences sociales.

Pour Pierre Merle, une grande part du débat entre ceux qui estiment que les inégalités scolaires se réduisent entre les groupes sociaux et ceux qui pensent qu’elles se maintiennent, voire se renforcent, résulte de différences dans le choix des indicateurs, des méthodes et des niveaux scolaires privilégiés dans l’analyse.

Dans le présent article, l’auteur s’appuie sur deux indicateurs rarement pris en compte en France, la durée des études et les coûts de la scolarisation, essentiellement supportés par la collectivité. En comparant les investissements faits sur les élèves les plus longtemps scolarisés et les élèves à la scolarité la plus courte, d’origine massivement populaire, il montre que les inégalités scolaires ont augmenté durant la décennie 1988-1998. La massification de l’éducation a déplacé les inégalités, mais ne les a pas atténuées.

Cet article a fait l’objet d’une communication au colloque « Démocratisation de l’enseignement : réalités, enjeux et concepts », Paris, Université Paris VIII, 16 juin 2001.

 


-28 septembre 2007-



Discrimination / Inégalités