Imprimer la page

École Entreprise ça travaille

N’Autre école n°34-35, CNT-FTE, avril 2013

« La première entreprise fut, sur le sentier aux frêles et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom ». Rimbaud en témoigne, l’entreprise n’est pas réductible au capitalisme.
Oser, se lever (« et les ailes se levèrent »), risquer, se risquer, c’est le quotidien de l’éducateur (plus encore que de l’enseignant au sens strict), de l’auteur social (au-delà du militant).
N’empêche que l’entreprise capitaliste est là, et bien là !
Plus que jamais présente dans les objets de tous les jours, ne nous laissant plus de marge ; présente comme incontestable paradigme ; tranquillement évidente dans les salles de cours en techno au collège, au lycée pro ou au lycée technique.
Quelles réponses ? (...) Plutôt… entreprendre, mais pas pour le fric : pour la beauté d’un orchestre à l’école, d’une fresque collective, la pertinence d’une recherche mathématique, la nécessité d’une pétition pour un copain sans-papier, la chaleur d’un café des parents, la mise en place de conseils coopératifs – chacun trouvera ses exemples, ses entreprises. Et Rimbaud sera content.

Présentation du numéro et articles en ligne sur le site de la revue


École Entreprise ça travaille
N’Autre école n°34-35, CNT-FTE, avril 2013
4 € (papier) 2 € (téléchargement)


-15 mai 2013-



Histoire de l’éducation








































































Histoire sociale et mémoire ouvrière