Imprimer la page

Frontières, nation et étrangers en France au XIXe siècle

Enregistrement audio de la conférence de Laurent Dornel, CNHI, 14 janvier 2010, Paris

" Les frontières d’un État en déterminent les limites. Qu’elle soit « naturelle », fortifiée, bornée, voire imaginaire, une frontière est une ligne qui sépare deux espaces. En deçà, elle fixe un « nous », au-delà commence le territoire des « autres ».
Au XIXe siècle, les frontières françaises sont, pour l’essentiel, stabilisées (...). En revanche, elles sont au cœur d’une intense processus de politisation : l’affirmation de plus en plus bruyante de la Nation fait de la frontière un lieu plus symbolique que jamais, d’autant que les flux croissants de migrants en font un passage extrêmement fréquenté. La frontière n’est plus alors seulement marge ou limite : elle est aussi passage, par lequel le national se transmue en étranger. "

Enregistrement en ligne sur le site de la CNHI, cité nationale de l’histoire de l’immigration

Laurent DORNEL est historien, maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et chercheur dans le laboratoire ITEM (Identités Territoires Expressions Mobilités)
Il est l’auteur de La France hostile, Hachette-Littératures, 2004

Présentation de l’UniverCité de la CNHI

 


-28 janvier 2010-



Histoire de France, histoire de migrations


























































































































Racisme / Xénophobie