Imprimer la page

Immigration : carrefour de la suspicion (discours présidentiels et juridiques)

Christine Barats, Mots / Les langages du politique n°1, volume 60, septembre 1999

L’une des principales constructions liées au traitement contemporain de « l’immigration » dans les champs politique et juridique est ce qu’on pourrait appeler un consensus de suspicion.
Comment des étrangers (en particulier non européens) deviennent suspects, comment la mise en doute de la légalité de leur séjour en France est devenue dominante et consensuelle ?C mment la suspicion nait-elle de la fermeture des frontières et de la lutte contre l’immigration dite clandestine ? Comment tout étranger devient-il suspect car « clandestin » en puissance ? Comment ce consensus se construit-il à partir d’un impératif de suspicion ?
Avec la mise en forme de l’impératif de suspicion à partir des années 1980, c’est la première fois depuis la seconde guerre mondiale que des processus de stigmatisation juridiques et discursifs se manifestent dans le champ politique défini comme relevant à la fois du discours et de l’élaboration de normes.

Lire l’article sur le site Persee

Christine BARATS est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 5 - René Descartes


-17 septembre 2008-



Racisme / Xénophobie