Imprimer la page

La France hostile. Histoire de la xénophobie en France au XIXe siècle

Laurent Dornel, Revue d’histoire du XIXe siècle, Varia, 2002

Cette recherche porte sur l’histoire sociale de la xénophobie, ce terme de “xénophobie” ayant été préféré à d’autres, notamment à “racisme”, dans la mesure où il renvoie avant tout au clivage national/étranger.

Son point de départ est l’analyse des manifestations hostiles envers les ouvriers non nationaux, mais elle ne s’y limite pas. Il s’agit, en effet, de comprendre comment l’étranger, dans le dernier quart du XIXe siècle, devient, avec le thème de la “protection du travail national” un enjeu politique lié en grande partie à l’installation et à la solidification de la République ; comprendre aussi une partie du système complexe de représentations qui s’articulent autour de la figure polymorphe de l’étranger.

Cette socio-histoire de la xénophobie - qui est aussi une histoire de la notion d’étranger -, invite à réfléchir sur ce qui constitue l’identité française au XIXe siècle (le rapport à l’étranger est un rapport spéculaire riche d’enjeux identitaires, et constitue donc un prisme par lequel on peut observer la lente cristallisation d’une identité française plurielle).

Résumé de la thèse sur le site de la Revue d’histoire du XIXe siècle

Laurent Dornel est agrégé d’histoire, docteur en histoire


-18 septembre 2008-



Racisme / Xénophobie