Accueil > Ressources

Articles

La binationalité en procès : non-dits et hypocrisies d’un débat récurrent

Éditorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°136, juillet-août 2011

L’affaire des quotas de "binationaux" suggérés par certains cadres de la Fédération française de football n’aura finale­ment surpris que ceux qui croyaient encore en une certaine "pureté" du champ sportif, censé être à l’abri des vents du racisme et des dis­criminations. Il est vrai que, depuis 1998 — année de l’inoubliable victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde — d’aucuns parmi les journalistes, les politiques, mais aussi les sociologues chantaient en chœur l’exceptionnelle tolérance du milieu sportif hexagonal, pré­senté comme un "modèle d’intégration" dans une France en panne d’imagination.

Le champ sportif était ainsi érigé en véritable laboratoire sociétal de l’intégration "à la française" capable d’insuffler aux autres secteurs de la société un nouveau souffle régénérateur, où la République allait pouvoir enfin se réconcilier avec elle-même. Le sport en général et le football en particulier devinrent ainsi les symboles d’une France « ouverte à la diversité  », censés montrer l’exemple et servir de sources d’inspiration à la promotion d’un modèle de bonne gouvernance, conciliant le dynamisme néolibéral et le multiculturalisme sociétal. Il s’en est fallu de peu pour que la formule faussement généreuse « Black-Blanc-Beur » devienne la nouvelle devise de la République médiatique. Alors que, précisément, elle constituait déjà, selon nous, le symptôme patent d’une forme d’ethnicisation larvée de notre société qui n’est pas sans relation avec la "tension discriminatoire" que connaît aujourd’hui le champ sportif. L’apologie des "minorités visibles" sur les terrains de football contient en creux la stigma­tisation des "minorités nuisibles", tant les mythes politiques sont éminemment ambivalents et réversibles, comme nous l’ont appris les spécialistes de l’imaginaire national.


 Édito complet en téléchargement.Retour ligne manuelRetour ligne manuel

Sommaire de Migrations-Société Vol. 23 - n°136 « Les états ambivalents de la cytoyenneté » en téléchargementRetour ligne manuelRetour ligne manuel

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Salon de Provence : le territoire, entre mémoires et histoire. Expériences vécues, expériences tues

Rencontre ACT RHMIT Centre social Mosaïque, 16 Novembre 2018, Salon de Provence à suivre

FEMME(S) ET RÉSISTANCE(S) D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui

Festival, 21-30 novembre 2018, Théâtre de l’œuvre, Compagnie mémoires vives, Marseille à suivre

Autres actualités

LE 30 NOVEMBRE C’EST SANS NOUS ! LE 1er DECEMBRE C’EST 100% NOUS

Deux journées de lutte pour protester contre les inégalités structurelles, le racisme, la ségrégation et le mépris permanent. Collectif Rosa Parks à suivre

Chacal, La fable de l’exil, d’après Tassadit Yacine

Pièce de théâtre, 25 Novembre 2018, Marseille, Manifeste Rien à suivre

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans

Projection, Collectif Mémoires en marche, 23 Novembre 2018, Marseille, Alhambra à suivre

Association Histoire et Patrimoine Seynois : 19ème colloque annuel

24 novembre 2018, La Seyne sur Mer, HPS à suivre

Ressources

FEMME(S) ET RÉSISTANCE(S) D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui à suivre
Salon de Provence : le territoire, entre mémoires et histoire. Expériences vécues, expériences tues à suivre
L’histoire de l’immigration disparaît des programmes de lycée ? à suivre
« Les multinationales n’ont jamais affranchi aucun peuple de la domination coloniale » à suivre
Sur l’immigration, la gauche n’a plus les mots à suivre

Mise à jour : mardi 6 novembre 2018 | Mentions légales | Plan du site |