Imprimer la page

La construction des « petits blancs » et les chemins du politique : les classes populaires et l’immigration, vingt ans après la Marche pour l’égalité

Saïd Bouamama, Les mots sont importants, mai 2005

Le texte qui suit dresse le bilan de la situation des classes populaires, des immigrés et des "jeunes issus de la colonisation", vingt ans après la "Marche pour l’égalité", rebaptisée "Marche des beurs" par les grands médias. Il souligne les évolutions qui ont marqué les deux dernières décennies et la dureté de la situation présente, tout en proposant des perspectives de lutte pour l’avenir immédiat.

Toute une génération de militants des quartiers populaires a été marquée par la marche pour l’égalité. Des centaines d’associations sont issues de la « période des marches » même si peu d’entre elles subsistent aujourd’hui.

La période est également marquée par deux changements qualitatifs et de postures. Le premier est celui du passage de l’invisibilité sociale à la visibilité. (...) Le second est celui de l’accès au politique comme en témoigne les multiples tentatives des années ultérieures.

Lire la suite de l’article
sur le site LMSI (les mots sont importants)


-21 mai 2007-



Histoire de France, histoire de migrations





















































































































Quartiers et périphéries