Imprimer la page

La réussite scolaire en milieux populaires ou les conditions sociales d’une schizophrénie heureuse

Bernard Lahire, VEI n°114, septembre 1998

L’enfant de milieu populaire en difficulté scolaire vit une première solitude dû au peu de « valeur » que sa socialisation familiale antérieure représente sur le « marché scolaire ».
De la même manière, ses acquis scolaires n’ont aucune « valeur » sur le « marché familial ». Et pourtant, une partie des familles populaires, même très démunies culturellement, parviennent à faire tomber cette deuxième solitude en donnant sens et valeur à ce qui se vit à l’école.

C’est cette deuxième solitude que l’on pourrait contribuer à éliminer par un travail spécifique auprès de l’enfant, si l’on reconnaissait le caractère nécessairement complexe, multi-modal et global d’une politique de lutte contre l’échec scolaire.

Ville Ecole Intégration (VEI) n°114, septembre 1998

Télécharger l’article (6 pages, 15 ko, pdf) sur le site de VEI

Bernard LAHIRE est membre de l’Institut universitaire de France, professeur de sociologie à l’université Lumière Lyon-II.


-7 juin 2007-



Relations familles-école