Imprimer la page

La tentation de la race

Enquête de Stéphane Foucart, Le Monde, 31 octobre 2007

 

On la croyait enterrée pour de bon. Tuée par la science. Mise en miettes par la génétique, dont les premiers résultats ramenaient toute l’humanité à une seule même et grande famille. Las !
Voilà la notion de race remise en selle.
Et pas par n’importe qui : par l’Américain James Watson lui-même, codécouvreur, avec Francis Crick et Rosalind Franklin, de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique).
Retour d’un "racisme scientifique" qu’on croyait disparu ? Ou simples élucubrations d’un vieil homme qui s’est dit, quelques jours plus tard, "mortifié" par ses propres mots, alors que toutes ses conférences au Royaume-Uni étaient annulées et que son institution, le Cold Spring Harbor Laboratory, le remerciait sans délai.
Que James Watson dévoile aujourd’hui sa pensée, de manière aussi crue et décomplexée, sur un sujet aussi sensible, ne doit rien au hasard. Le co-inventeur de la double hélice de l’ADN, explique le généticien Axel Kahn, directeur de l’Institut Cochin, "se situe dans la mouvance de la droite déterministe anglo-saxonne, un vieux courant de pensée inégalitariste, scientiste et flirtant parfois avec le racisme".

Lire l’article sur le site du Monde



-18 janvier 2008-



Racisme / Xénophobie