Imprimer la page

Le corps d’exception et ses métamorphoses, réflexions sur la discrimination raciste

Pierre Tevanian, Les mots sont importants, septembre 2005

Ce texte, qui vient de paraître dans le numéro 9 de la revue Quasimodo, consacré aux "corps en guerre", traite de la perception et du traitement de "l’immigré" et du "jeune" issu de l’immigration coloniale et post-coloniale. À partir de ce cas singulier, il propose quelques éléments en vue d’une définition et d’une analyse du racisme qui dépasse les poncifs sur la "haine" ou la "peur de l’autre".

Lire la première partie sur le site Les mots sont importants (LMSI)

Après avoir distingué les trois principaux modes d’existence d’un "corps d’exception" (corps invisible, corps infirme, et corps furieux) correspondant à diverses modalités du racisme (le mépris, le paternalisme, la phobie), il reste à comprendre comment, dans la représentation sociale, un corps d’exception passe d’un mode d’existence à un autre : comment un corps invisible devient visible, et comment un corps infirme devient un corps furieux.

Lire la deuxième partie de l’article


-13 mars 2007-



Discrimination