Imprimer la page

Le « modèle français » d’immigration

Intervention de Gérard Noiriel à l’Assemblée nationale, 25 mars 2011


" Puisque TF1 a omis d’en parler, je livre en exclusivité aux lecteurs de ce blog, le texte de l’intervention que j’ai faite à la séance de clôture de l’audit sur la politique d’immigration, d’intégration et de codéveloppement organisée par plusieurs parlementaires et par les membres de l’association « Cette France-là » "


 « Vous m’avez demandé de participer à cette audition consacrée à la question de l’immigration en me posant deux grandes questions : Comment s’est construit le clivage entre nationaux et étrangers en France ? Comment s’articule la construction du « modèle républicain d’intégration » et l’émergence de l’Etat Nation ?


 Pour tenter d’y répondre, je dois commencer par préciser que le clivage entre nationaux et étrangers s’enracine dans un clivage plus fondamental et plus général, fondé sur l’opposition entre « eux » et « nous », clivage que l’on rencontre dans toutes les sociétés et à toutes les époques de l’histoire. Ce qui a changé au cours du temps, ce sont les formes prises par ce clivage et aussi le fait qu’à partir du XVIIIe siècle, il ait été dénoncé au nom de la raison et de l’universalité de la condition humaine.


  Les grandes lignes du « modèle républicain », si tant est que cette expression ait un sens, ont été fixées dès le début de la Révolution française, comme une mise en œuvre contradictoire de la philosophie des Lumières. Cette contradiction apparait clairement dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Dans la logique républicaine en effet, la citoyenneté se définit comme participation à la vie de l’Etat national. Par conséquent, l’étranger ne peut pas avoir les mêmes droits politiques que le citoyen, ce qui contredit l’article 1er de la Déclaration stipulant que « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». C’est cette contradiction fondatrice qui explique qu’aujourd’hui encore des discours les plus opposés sur l’immigration puissent se réclamer des « valeurs républicaines », les uns privilégiant la sécurité des citoyens et les autres l’universalité des droits de l’homme.


Texte intégral de l’intervention sur le blog de Gérard Noiriel


 


-4 avril 2011-



Histoire de France, histoire de migrations
























































































































Politique






































































































































































































































































































Migrations