Imprimer la page

Le triomphe de « l’europhobie populiste » : surprise électorale ou amnésie française ?

Éditorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°153-154, mai-août 2014

"Menace pour la démocratie", "tempête dans la République", "crise sans précédent", "séisme électoral", ctc. ; les commentateurs et les leaders politiques français ont rivalisé dans l’usage de formules mélodramatiques pour décrire le score soi-disant exceptionnel du Front national (près de 25% des suffrages) aux élections européennes du 25 mai 2014, qui s’affiche désormais sans complexe comme le "premier parti en France".
S’il est vrai que le FN, dans un contexte largement abstentionniste (57,5%), fait une percée électorale significative dans les couches populaires (ouvriers et employés) et chez les jeunes (moins de 35 ans), il reste sur sa lancée du scrutin municipal de mars 2014, relativisant ainsi l’impression de "surprise électorale" qu’aiment cultiver les médias et les politiques français, comme s’ils découvraient, au lendemain du 25 mai, l’ampleur du "phénomène Front national".


 Édito complet en téléchargement

 Sommaire de Migrations Société, Vol. 26, n° 153-154 "Les « savoir-migrer »" en téléchargement


-19 août 2014-



Politique












































































































































































































































































































Migrations