Accueil > Ressources

Autres

Les Portugais en France à l’époque de Salazar

La marche de l’histoire avec Victor Pereira, France Inter, 20 novembre 2014, en ligne

Quand Salazar malade doit s’effacer en 1968, après un tiers de siècle de dictature, le Portugal connaissait une véritable hémorragie de population, alors qu’il prétendait garder le contrôle d’un vaste empire colonial. Salazar avait voulu retenir le temps et restreindre le désir chez ses sujets et voilà que beaucoup refusaient de rejoindre l’armée qui œuvrait en Afrique ou bien partaient à l’étranger sans demander la permission ! De France, ils envoyaient de l’argent qui était le bienvenu mais provoquait au pays l’augmentation des prix et des salaires. Ils pouvaient aussi y faire de mauvaises rencontres politiques. Or Salazar n’aimait ni le remue-ménage ni le remue-méninge.


Gérald Bloncourt, Le coiffeur du bidonville - Champigny - mai 1964

Et les Français, comment regardaient-ils les Portugais ? Salazar avait l’habitude de dire : « Politiquement, il n’existe que ce dont le public connaît l’existence ». Eh bien ici, les Portugais ne bénéficiaient pas d’une considération particulière : les employeurs se félicitaient de leur disponibilité et les syndicats s’étonnaient de leur dévotion à Notre-Dame de Fatima ; quant aux Parisiens, ils ignoraient l’existence, à leurs portes, des bidonvilles de Saint-Denis ou de Champigny.

Et en dix ans, l’image des Portugais changea. Ils furent vus comme les victimes d’une dictature sans fin, les héros d’un passage aventureux des frontières, des camarades possibles pour les luttes. Ils furent regardés, enfin. Restait juste à régulariser leur situation : la grande majorité d’entre eux étaient arrivés "sans papiers".

Invité : Victor Pereira, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Cliquez-ici pour écouter l’émission sur le site de France Inter

Rendez-vous d'ACT

La Fabrique du Regard #3 : Figures de l’altérité

Cycle de conférences, Avril-Décembre 2018, Marseille, ACT-BMVR-MHM à suivre

Salon de Provence : le territoire, entre mémoires et histoire. Expériences vécues, expériences tues

Rencontre ACT RHMIT Centre social Mosaïque, 16 Novembre 2018, Salon de Provence à suivre

FEMME(S) ET RÉSISTANCE(S) D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui

Festival, 21-30 novembre 2018, Théâtre de l’œuvre, Compagnie mémoires vives, Marseille à suivre

Autres actualités

LE 30 NOVEMBRE C’EST SANS NOUS ! LE 1er DECEMBRE C’EST 100% NOUS

Deux journées de lutte pour protester contre les inégalités structurelles, le racisme, la ségrégation et le mépris permanent. Collectif Rosa Parks à suivre

Chacal, La fable de l’exil, d’après Tassadit Yacine

Pièce de théâtre, 25 Novembre 2018, Marseille, Manifeste Rien à suivre

Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans

Projection, Collectif Mémoires en marche, 23 Novembre 2018, Marseille, Alhambra à suivre

Association Histoire et Patrimoine Seynois : 19ème colloque annuel

24 novembre 2018, La Seyne sur Mer, HPS à suivre

Ressources

FEMME(S) ET RÉSISTANCE(S) D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui à suivre
Salon de Provence : le territoire, entre mémoires et histoire. Expériences vécues, expériences tues à suivre
L’histoire de l’immigration disparaît des programmes de lycée ? à suivre
« Les multinationales n’ont jamais affranchi aucun peuple de la domination coloniale » à suivre
Sur l’immigration, la gauche n’a plus les mots à suivre

Mise à jour : mardi 6 novembre 2018 | Mentions légales | Plan du site |