Imprimer la page

Les « communautés » imaginées de l’immigration dans la construction patrimoniale.

Article de Michel Rautenberg, Les Cahiers de Framespa, N° 3, Patrimoine et immigration

Evoquer la notion de patrimoine en parlant d’immigration aurait longtemps pu paraître incongru dans un pays qui fonda symboliquement et politiquement le patrimoine en même temps qu’il « inventait », entre 1789 et 1794, la nation moderne. Né de la volonté de consolider la toute jeune République, le patrimoine tel que nous l’avons connu pendant près de deux siècles fut pensé par les élus du peuple comme un outil destiné à réinscrire le pays dans la grandeur de l’histoire. D’une certaine manière, il n’y avait de patrimoine historique que national et tout ce qui renvoyait à des identités particulières ne pouvait être intégré qu’en tant que déclinaison d’une matrice commune à tous. Durant deux siècles le patrimoine, en France, a servi à construire et à renforcer, suivant ce mouvement inaugural de la Révolution, « l’imaginaire national » suivant une histoire désormais bien connue et qui s’est étendue ensuite à bien d’autres régions du monde.

Texte intégral

Michel Rautenberg, Professeur d’ethnologie, Université de Saint-Etienne

 

Les Cahiers de Framespa


-28 novembre 2009-



Le temps des Italiens