Imprimer la page

Les descendants d’immigrés : des « citoyens anormalement normaux »

Éditorial de Vincent Geisser et sommaire de la revue Migrations Société n°132, novembre-décembre 2010

Après la tempête politico-médiatique qui vient de souffler sur le champ des sciences sociales à propos du rôle de la "culture" dans les processus d’intégration des populations issues des migrations subsahariennes, la publication des premiers résultats de l’enquête Trajectoires et Origines réalisée conjointement par l’INED et l’INSEE contribue à apporter une forme de sérénité dans le débat, bien que cela ne soit certainement pas le but premier de ses auteurs. Leur objectif est tout autre : « Combler une lacune dans les connaissances statistiques concernant ces populations minoritaires qui ont, certes, fait l’objet d’enquêtes ces dernières années, mais jamais avec ces tailles d’échantillon et un questionnaire couvrant autant de domaines de la vie sociale » . Et, il est vrai que l’ampleur des moyens déployés est presque inédite dans le champ des recherches et de l’expertise sur les questions migratoires : 21 000 individus interrogés entre septembre 2008 et février 2009, parmi lesquels des personnes immigrées, natives d’un département d’outremer (DOM), descendantes d’immigrés, descendantes d’originaires d’un DOM, natives de France métropolitaine dont aucun parent n’est immigré ou originaire d’un DOM.


 Édito complet en téléchargement

Sommaire de Migrations-Société Vol. 22 - n°132 "Migrants, minorités ethniques et internet" en téléchargement

 


-3 janvier 2011-



Migrations