Imprimer la page

Les immigrés et leurs descendants peinent toujours à trouver un emploi en France.

Article de l’Observatoire des inégalités, 8 août 2006

Les inégalités d’accès à l’emploi des immigrés et de leurs descendants restent d’actualité, comme le montre les conclusions d’une étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined) publiée dans les Documents de travail n°130.

La comparaison de la situation des immigrés et de leurs descendants par rapport à l’emploi à celle des personnes nées de deux parents nés en France, met en évidence d’importantes difficultés pour entrer sur le marché du travail. Elles sont notamment très marquées pour les personnes d’origine maghrébine, d’Afrique sub-saharienne ou de Turquie. Ainsi, un peu plus de 23% des hommes dont les parents sont d’origine algérienne sont au chômage contre 10 % des hommes nés de parents français.

Ces populations, étudiées dans ce rapport, sont également plus touchées par la précarité et dépendent beaucoup plus que les "natifs" d’emplois aidés, non stables. Outre les personnes d’origines italienne, espagnole et portugaise, toutes les autres connaissent un taux d’occupation d’emploi non stable supérieur à celui des natifs, que ce soient les hommes ou les femmes. Plus de 35% des femmes d’origine marocaine ou tunisienne et 28% de leurs filles ont un emploi précaire contre 19% des femmes nées de parents français.

Ces inégalités continuent de toucher les secondes générations d’immigrés.

Lire l’article sur le site Observatoire des inégalités


-16 mars 2008-



Discrimination