Imprimer la page

Les inégalités territoriales sont plus élevées qu’on ne le dit

Entretien avec Eric Maurin, Alternatives Economiques n°218, octobre 2003

L’"égalité des possibles" est-elle une manière de sortir de l’opposition entre égalité d’une part et équité ou égalité des chances d’autre part ?

Eric Maurin : " Par égalité des chances, on entend généralement l’égalité de traitement des individus par les institutions d’évaluation et de sélection sociale que sont l’école ou l’entreprise par exemple. Dans un objectif de justice sociale, cette notion est insuffisante dans la mesure où elle oublie que les individus arrivent fondamentalement inégaux devant ces institutions.
Chacun d’entre nous est le produit d’une histoire personnelle plus ou moins heureuse, dont il n’est pas responsable et il est profondément injuste de le nier. Pour progresser vers davantage de justice sociale, le plus difficile est de définir les causes des inégalités dans la constitution même de chaque personne. C’est un processus de long terme qui commence dans la petite enfance et se poursuit au long de l’histoire familiale notamment. On ne règlera pas le problème de l’injustice sociale simplement en rendant les mécanismes de sélection moins inégalitaires. Il faut avant tout donner les moyens aux enfants et aux individus de se construire. D’où l’égalité des possibles. "

Eric Maurin, économiste, est chercheur au groupe de recherche en économie et statistique (Gregsta, CNRS). Il a notamment publié Le ghetto français, enquête sur le séparatisme social, dans la collection "République des idées", Seuil.

Lire l’entretien sur le site de l’Observatoire des inégalités


-28 septembre 2007-



Discrimination