Imprimer la page

Les rapports entre “ jeunes de banlieue ” et institutions républicaines : entre distance, méfiance et défiance dans le territoire de la cité

Intervention d’Eric Marlière, colloque Territoires, Action Sociale et Emploi, juin 2006, Paris

Les rapports difficiles entre les jeunes des cités et les institutions sont bien connus. Mais ce qui l’est moins c’est la connaissance des enjeux locaux où l’histoire locale, les rôles pas toujours définis des institutions de quartier (en l’occurrence l’association de Prévention) ou encore l’attente et l’espoir des jeunes.

En s’intéressant aux transformations sociales qui ont provoqué le délitement des « banlieues rouges » et la désindustrialisation, nous nous sommes intéressés aux rapports qui existent entre les éducateurs de prévention et les jeunes fils d’ouvriers et d’immigrés pour la plupart. Les tensions entre ces jeunes et les éducateurs se sont accrues dans le courant des années 90 et l’action sociale locale semble aujourd’hui à la fois paralysée par la crise économique, la précarisation, le désespoir de ces jeunes et les compétences parfois confuses des éducateurs qui travaillent dans l’espace résidentiel du quartier observé.

Lire l’intervention (8 pages, 194 ko, pdf) lors du colloque organisé par le Centre d’Etudes de l’Emploi, le CNAM et Profession Banlieue les 22 et 23 juin 2006 à Paris.

Éric MARLIÈRE est docteur en sociologie, chercheur associé au CESDIP / CNRS / ministère de la Justice, chargé de cours à l’université Paris XIII et intervenant à l’université de St Quentin en Yvelines.

 


-21 mai 2007-



Quartiers et périphéries