Imprimer la page

Mémoire du camp des Milles 1939-1942

Photographies d’Y. Jeanmougin, préface d’A. Chouraqui, Métamorphoses - Le Bec en l’air, 2013

Après trente ans de combat contre l’oubli et un vaste projet de réhabilitation, le Site-Mémorial du Camp des Milles ouvre ses portes en 2012 comme haut lieu d’éducation citoyenne et de culture. Seul camp français d’internement et de déportation encore intact, porteur de traces lisibles de ce passé, le camp des Milles vit passer plus de 10 000 personnes d’une quarantaine de nationalités de 1939 à fin 1942. Lié à l’une des périodes les plus sombres de notre histoire, cet ancien site industriel est un élément majeur de la mémoire et de la culture européennes.

Ouvert sous la Troisième République en septembre 1939 dans une tuilerie entre Aix-en-Provence et Marseille, le camp des Milles est dans un premier temps un camp d’internement pour les ressortissants allemands et autrichiens résidant dans le midi de la France. La plupart sont des antinazis, juifs pour beaucoup, qui ont fui le Reich allemand dès 1933. Nombre d’entre eux sont des intellectuels : Lion Feuchtwanger, Walter Hasenclever, Franz Hessel… ou des artistes : Hans Bellmer, Max Ernst, Ferdinand Springer… À l’automne 1940, sous le régime de Vichy, le camp des Milles devient un camp d’internement et de transit pour tous les étrangers, notamment une grande partie de l’intelligentsia européenne et les anciens des Brigades internationales d’Espagne transférés des camps du Sud-Ouest. En août-septembre 1942, dans le cadre de l’extermination nazie et avant même l’occupation de la zone libre par les Allemands, plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs sont déportés par le gouvernement de Vichy du camp des Milles vers Auschwitz via Drancy.

Mémoire du camp des Milles 1939-1942
Photographies : Yves Jeanmougin
Textes : Robert Mencherini, Angelika Gausmann, Olivier Lalieu, Atelier Novembre
Préface d’Alain Chouraqui

240 pages, 360 illustrations n & b et couleur, 29€
Métamorphoses / Le Bec en l’air (2013)


Présentation sur le site de l’éditeur.


-17 septembre 2013-



Histoire et mémoires