Imprimer la page

Se faire respecter. Ethnographie de sports virils dans des quartiers populaires en France et aux États-Unis

Livre de Akim Oualhaci, PUR, 2016

Dans un ouvrage riche en matériaux ethnographiques, Akim Oualhaci interroge la façon dont la socialisation sportive participe de la recomposition des masculinités dans les quartiers populaires en France et aux États-Unis.

Plutôt récentes mais très fécondes, les recherches portant sur la construction sociale des masculinités s’intéressent souvent à l’univers sportif, considéré comme un espace de socialisation de genre efficace.
L’ouvrage d’Akim Oualhaci s’inscrit dans la continuité de ces travaux et analyse de manière spécifique « la fabrique sociale de sportifs des fractions masculines des classes populaires urbaines contemporaines » (p. 9). Dans une perspective bourdieusienne, l’auteur cherche plus précisément à comprendre dans quelle mesure la socialisation sportive participe de la recomposition des masculinités populaires. Pour ce faire, Akim Oualhaci mène une enquête ethnographique qui lui permet de comparer trois pratiques sportives dites « viriles », mettant en scène la force et l’affrontement, dans deux contextes nationaux distincts : la boxe anglaise et le culturisme aux États-Unis, la boxe thaï en France.


Akim Oualhaci, Se faire respecter. Ethnographie de sports virils dans des quartiers populaires en France et aux États-Unis, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

Lire la revue Sports virils et hommes "respectables" dans les quartiers populaires, faite par Carine Guérandel et publiée le 23 novembre 2017 sur Metropolitiques.Eu


-7 décembre 2017-



Quartiers et périphéries
















































































































































































































Femmes / Féminisme / Genre