Imprimer la page

Strange fruit

Réflexion sur l’histoire à partir de la chanson de Billy Holiday, histgeobox, juillet 2013

Incommodante, éprouvante et particulièrement dure, la chanson possède un poids historique incontestable, puisqu’elle est la première à introduire un message politique clair dans le domaine du divertissement. Le chroniqueur du New York Post ne s’y trompe pas et écrit : « Ce disque m’a obsédé pendant deux jours. [...] Encore aujourd’hui, quand j’y repense, j’en ai les cheveux qui se dressent sur la tête et j’ai envie de frapper quelqu’un. Je crois d’ailleurs savoir qui. [...] Si la colère des exploités monte suffisamment dans le Sud, elle aura désormais sa Marseillaise. »
Il se dégage du titre le sentiment obsédant d’un malaise. Meeropol file la métaphore du fruit jusqu’à la putréfaction finale. Il fait de l’auditeur un observateur curieux. Dans un cadre bucolique, en apparence paisible, ce dernier est attiré par des formes étranges, puis très vite confronté à une scène effroyable. Planté au pied de l’arbre, il ne peut désormais plus détacher ses yeux (et surtout ses oreilles) des corps meurtris.
La musique, tout à la fois furtive et lancinante, incarne à merveille l’horreur décrite par les paroles.
Après un refus catégorique de sa maison de disques habituelle, Columbia, c’est sur le tout petit label Commodore Records que Billie Holiday enregistre le morceau le 20 avril 1939. Une courte introduction jouée au piano permet de planter le décor, lugubre. La trompette en sourdine distille un spleen subtil, « les accords mineurs du piano [...] conduisent l’auditeur vers le lieu fatidique » ; enfin la chanteuse entre en scène, toute en retenue et sobriété.

Chanson, article et ressources sur Histgéobox


-1er août 2013-



Enseignement de l’histoire